Panneau de grandes particules orientées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un panneau de grandes particules orientées ou OSB (pour Oriented Strand Board, l'appellation anglophone), aussi appelé panneau à copeaux orientés et panneau structural orienté, est un produit dérivé du bois. Il se présente sous la forme de panneaux de 6 à 25 mm d'épaisseur, composés de copeaux de bois orientés dans des directions spécifiques, et collés ensemble par une résine.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Étape de fabrication de l'OSB

Tout comme les panneaux de particules, les panneaux d’OSB étaient à l’origine produits à partir de résidus de placages et de contreplaqués en présentant des avantages de prix.

La fabrication est réalisée à partir d’un « matelas » de petits copeaux de bois rectangulaires compressé et encollé avec de la cire et de la résine (95 % de bois et 5 % de cire et de résine). Les couches sont créées par le déchiquetage du bois en lamelles, qui sont ensuite triées et orientées sur tapis. Le nombre de couches est déterminé en partie par l'épaisseur du panneau, mais il est limité par les équipements du site de production.

Parmi les résines utilisées on peut citer [1]


Le « matelas » est placé dans une presse thermique soit à étages, soit en continu pour permettre de compresser les lamelles et d’activer le durcissement de la résine qui les imprègne.

Les panneaux sont ensuite découpés et peuvent être rainurés pour la réalisation de dalles.

La fabrication des panneaux OSB (et plus généralement des panneaux de particules) est susceptible d'exposer les opérateurs des usines concernées entre autres aux poussières de bois et au formaldéhyde, deux cancérogènes reconnus[2].

Propriétés[modifier | modifier le code]

Les panneaux OSB ont remplacé dans de nombreuses utilisations les panneaux contreplaqués et en particulier dans les structures des habitations d’Amérique du Nord. Ils peuvent être utilisés pour les murs, les planchers et les toitures.

Ils peuvent être résistants à l’eau ou au feu mais ne sont pas recommandés pour des usages extérieurs sans protection ou surfaçage supplémentaires.

Certains fabricants traitent les lamelles de bois avant fabrication pour résister aux champignons et aux insectes xylophages, comme les termites.

La densité des panneaux est d'environ 600-700 kg/m³ et est soumise aux fluctuations de la production.

Les résines utilisées sont souvent émettrices de composés organiques volatils (COV), tel que le formaldéhyde. Ces émissions sont fortement atténuées lorsque l'OSB est recouvert par un parement[3]. La vigilance est donc requise dans leur utilisation dans les pièces à vivre, surtout si les plaques sont laissées nues.

L'OSB en France[modifier | modifier le code]

La France ne possède plus qu'un site de production d'OSB : Kronofrance à Sully-sur-Loire (400 000 m3/an avec une presse en continu)[4]. En juin 2009, Isoroy a arrêté l'activité de son usine de Châtellerault (100 000 m3/an avec une presse à étage)[5].

Il est difficile de connaître la consommation française d'OSB mais malgré l'augmentation de la construction à ossature bois (il faut en moyenne 2 à 3 m3 d'OSB par maison). Elle était estimée en France à 300 000 m3/an en 2006 alors qu'elle était de 7 millions en Amérique du Nord en 2000[6].

En 2007, l'explosion de la bulle immobilière américaine a poussé les producteurs américains vers l'Europe pour écouler les surproductions.

Utilisation[modifier | modifier le code]

La plupart du volume produit dans le monde est fabriqué et consommé en Amérique du Nord

Les panneaux sont utilisés dans les travaux de gros œuvres, dans l'aménagement intérieur, l'ameublement et la décoration mais aussi pour l'emballage (caisses) et pour le coffrage de béton.

Impact sur l'environnement[modifier | modifier le code]

Le débat sur l'impact environnemental de l'OSB est important en raison de la nature des résines utilisées qui entraîne l’émission de formaldéhyde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :