Panic room

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Panic Room (film).
Fabrication de panic rooms en Iowa

Une panic room (anglicisme signifiant littéralement « pièce de panique »), parfois traduit pièce de sûreté, pièce de survie, pièce sécurisée (surtout dans les bâtiments d’État) ou chambre forte, est une pièce fortifiée installée au sein d'un bâtiment, prévue pour un usage privé (par exemple dans un logement ou des bureaux), dans laquelle ses propriétaires peuvent se réfugier en cas d'intrusion d'individus menaçants sans craindre qu'ils puissent y pénétrer. Les panic rooms sont souvent dissimulées, et leur accès se fait alors par un passage secret.

Les personnes qui en possèdent sont principalement celles qui sont le plus susceptibles d'être attaquées, en raison de leur célébrité, de leur fortune, ou de leur pouvoir de décision (chefs d'entreprise, dirigeants politiques). On en trouve aussi dans certains bateaux pour lutter contre le piratage maritime[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il existe des panic room de tailles variables, depuis le simple placard, jusqu'à des modèles plus sophistiqués et plus spacieux.

Elles sont dotées d'une serrure et de charnières renforcées, leurs murs et leur porte sont doublés d'acier, de kevlar, ou de fibre de verre. Il est aussi possible de construire une panic room en béton, mais à moins que le bâtiment ne soit équipé de structures de soutien suffisantes, cela n'est généralement envisageable que dans un sous-sol. Elles sont conçues pour être à l'épreuve des balles, et isolées phoniquement afin de ne pas trahir la présence de leurs occupants

Certaines panic room disposent également d'un système de ventilation extérieur et de toilettes portables.

Une panic room est souvent pourvue d'un moyen de communication avec l'extérieur, typiquement une ligne téléphonique, soit fixe et distincte du réseau équipant le reste du bâtiment, soit mobile, afin de pouvoir contacter les forces de l'ordre et leur demander d'intervenir.

Un système de vidéosurveillance des autres pièces, ainsi qu'un dispositif d'alarme, peuvent également être prévus. De plus, on y stocke généralement un nécessaire de premiers secours et de survie, comprenant par exemple une lampe de poche, des couvertures, de l'eau et de la nourriture emballée, ou encore des armes.

Médiatisation[modifier | modifier le code]

En 2002, ce type de pièce a donné son nom à un film américain, Panic Room, dans l'intrigue duquel elle occupe une place centrale.

En 2012, la personnalité du monde des affaires Kim Dotcom s'est réfugiée dans la panic room de sa demeure lors de l'entrée de la police dans sa propriété[2].

Cas d'utilisation[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, chaque ambassade américaine dispose d'une panic room[3]. En Israël depuis 1992 les nouvelles constructions sont équipées de panic room résistant au feu et aux armes à feu[3],[4]. Elles peuvent être aussi utilisées pour se mettre à l'abri en cas de tornade[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]