Panhard General Defense Petit Véhicule Protégé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PVP.
PVP (Petit Véhicule Protégé)
PVP (Petit véhicule protégé) en 2009
PVP (Petit véhicule protégé) en 2009
Caractéristiques de service
Utilisateurs Drapeau de la France France
Drapeau du Chili Chili
Roumanie Roumanie
Drapeau du Togo Togo
Conflits Ossétie
Production
Constructeur Panhard
Variantes PVP (3 portes)
Gavial (5 portes)
PVP HD version 5 portes allongées
Caractéristiques générales
Équipage 2+2+1 passagers, maximum 2+3+2
Longueur 4,60m, PVP HD 4,80m
Largeur 2,28m, PVP HD 2,54m
Hauteur 2,17m, PVP HD 2,26m
Masse au combat 4,4 tonnes
PVP HD 5,5 tonnes
Armement
Armement principal Mitrailleuse 7,62 mm ou 12,7 mm
Mobilité
Moteur IVECO Turbo diesel (euro 3) ; 4 cylindres en ligne (2,8 litres de cylindrée)
Puissance 160 ch
Transmission 4x4 ou 4x2 avec boite automatique ZF 4 HP 220 S
Vitesse sur route 120 km/h (limité à 100 km/h)
Puissance massique 34 chevaux par tonne
Autonomie 800 km

Le petit véhicule protégé abrégé PVP, est un véhicule de liaison et de sûreté protégé conçu pour être utilisé dans le cadre de missions de guerre, permettant d'effectuer des missions de patrouille, d'escorte, de sécurité, de surveillance, de liaison, de contrôle de zone, de transport de personnel ou de matériel, et de poste de commandement. Il est aérotransportable et héliportable.

Historique[modifier | modifier le code]

Le retex[note 1] de missions en ex-Yougoslavie, entre autres, a mis en évidence le manque flagrant de protection des véhicules de liaison et de commandement face à des menaces multiples tels que les tirs d'armes légères d'infanterie (ALI), les engins explosifs improvisés ou les tireurs embusqués. Il a donc été décidé de lancer en 2001 le programme PVP pour remplacer à terme les P4 et dont le marché a été notifié à Auverland[note 2] en septembre 2004. Sa première exposition publique a eu lieu lors du salon de l’armement Eurosatory à Paris en 2002.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Intérieur d'un PVP.

Le PVP est pourvu d'un blindage de niveau 2 du STANAG 4569 pour l'habitacle et de niveau 1 du STANAG 4569 pour le moteur, ce qui lui permet d'offrir une protection balistique similaire au VBL (Véhicule blindé léger). La conception du PVP se répartit entre deux sites français : à Saint-Germain-Laval (Loire) sont fabriqués les caisses et le châssis tandis que l'assemblage s'effectue à Marolles-en-Hurepoix (Essonne). Les PVP sont pourvus de l’ABS, de l’ESP, de la climatisation, d’une boîte de vitesses automatique, et d’un variateur de pression de gonflage des pneumatiques géré depuis l’intérieur. Les vitres du véhicule ont une épaisseur de 6,6 cm et son blindage est un assemblage de plusieurs matériaux (céramique, métaux)[1].

Versions[modifier | modifier le code]

PVP équipé des trois sièges additionnels.
  • Version « rang » pour équiper les unités d'appui et de soutien, dans le cadre de mission de patrouille et d'escorte.
  • Version « commandement » pour le commandement de l'infanterie.
  • PVP/HD (Heavy Duty) : la caisse a été rallongée et agrandie permettant l'ajout de deux portes supplémentaires, ce qui les porte à cinq.
  • PVP/XL : il s'agit d'une classe de véhicule supérieure destiné aussi aux missions de maintien de l’ordre. Il a été à ce titre proposé dans le cadre de la compétition du VBG (Véhicule blindé de la gendarmerie française).
Modèle Classe de véhicule Volume intérieur Charge utile Équipage Blindage
PVP À partir de 5 tonnes 4,5 m3 800 kg 2 + 3 + 2 niveau supérieur à 2 (Stanag 4569)
PVP/HD 7 tonnes 6,5 m3 2 t 2 + 3 + 2 niveau 3 (Stanag 4569)
PVP/XL Jusqu'à 12 tonnes 8-11 m3 3 t 3 + 3 + 4 niveau 3 (Stanag 4569)

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau du Chili Chili[modifier | modifier le code]

15 véhicules pour un montant de 2 millions € commandé pour ce premier client à l'exportation en 2009 et une option sur une centaine supplémentaire pour équiper l'armée et la police ; celle-ci n'a pas été levée[2].

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

PVP du 2e régiment étranger de génie le 14 juillet 2012.

Le ministère de la Défense a passé commande en septembre 2004 pour la fourniture de 933 unités. Le montant du contrat s'élève à 150 millions d'euros pour des livraisons comprises entre 2008 et fin 2012[3],[4]. Puis, dans le cadre du plan gouvernemental de relance de l’économie, le ministère a décidé d'augmenter la cadence de livraison en la faisant passer de 200 véhicules/an à 300 pour 2009/2010[5].
Le 8 septembre 2011, une nouvelle commande de 200 véhicules est passée pour une livraison en 2012[6]. Le 993e PVP sur les 1 133 alors commandé a été livré début juin 2012[7]. Le 1000e PVP a été livré à l'armée française le 27 septembre 2012 au cours d'une cérémonie qui a eu lieu à l’Hôtel National des Invalides[8].
En octobre 2012, la commande d'une centaine d'engins supplémentaires a été annulée, portant le total prévu à 1 133 exemplaires[9]. Néanmoins en décembre 2012, 50 engins ont bien été commandés par la DGA[10], ce qui porte le nombre de PVP commandé à 1 183[11].

Au 31 décembre 2012, 963 véhicules étaient en service dans les forces françaises. À cette même date, leur taux de disponibilité s'établissait à 50 % suite à « défauts de conception mineurs, mais fortement répétitifs, de pièces mécaniques (pédales, bielles de direction, cardans, tuyauterie… » et d'un manque de pièces détachés. L'état-major de l'armée de terre s'est fixé l'objectif d'une disponibilité de 75 % du parc en fin d'année 2013[12].

En unités[modifier | modifier le code]

Roumanie Roumanie[modifier | modifier le code]

La Roumanie est le troisième client à l'exportation avec 15 PVP commandés durant le deuxième semestre 2012[13].

Drapeau du Togo Togo[modifier | modifier le code]

Six véhicules ont été commandés et réceptionnés par ce pays en 2010[14]. Ces véhicules sont semblables aux PVP français mais ont été rehaussés au niveau du toit pour pouvoir accueillir, à l'arrière quatre passagers installés face à face, en plus des deux places avant et du strapontin du mitrailleur[15].

Pistes commerciales[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Allemagne[modifier | modifier le code]

L’Allemagne a testé une version spécifique pour la Bundeswehr nommé « Gavial ». Équipé de 5 portes et aérotransportable à l'intérieur d'un CH-53, le Gavial n'a finalement pas été retenu par la Bundeswehr.

Drapeau de l'Inde Inde[modifier | modifier le code]

Au printemps 2012, l’Inde a émit deux RFI (Request for Information), étape préalable à un appel d’offre formalisé, pour des blindés légers. Au total, le besoin de l’armée de terre indienne porterait sur la livraison de 2 800 blindés légers (2 000 + 800), qui doivent se décliner en plusieurs versions (véhicules protégés de liaison, patrouille, transport, observation artillerie, porteurs de systèmes d’armes)[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les premiers PVP sont arrivés sur Opex360, le 16 avril 2008.
  2. « Le PVP s’exporte au Chili », sur Opex360,‎ 24 août 2009
  3. Communiqué de presse Armée de Terre. PVP : le petit véhicule protégé arrive ! sur defense.gouv.
  4. Communiqué de presse DGA. La DGA livre les premiers PVP à l’armée de terre sur defense.gouv.
  5. Communiqué de presse Ministère de la Défense. Plan de relance : commande de 200 petits véhicules protégés (PVP) sur defense.gouv, le 9 juillet 2009.
  6. Barbara Leblanc, « L’armée française renouvelle ses véhicules », sur L'Usine nouvelle,‎ 8 septembre 2011 (consulté le 25 septembre 2011)
  7. « Point de situation sur les nouveaux matériels de l’armée française à l’occasion d’Eurosatory 2012 », sur Question Défense,‎ 15 juin 2012 (consulté le 30 juin 2012)
  8. « Panhard célèbre la livraison de son 1000ème PVP à l’Armée de Terre Française », sur panhard.fr,‎ septembre 2012
  9. Jean-Dominique Merchet, « L'armée de terre doit avaler du "rab" de réductions budgétaires », sur Secret Défense,‎ 17 octobre 2012 (consulté le 18 octobre 2012)
  10. Guillaume Belan, « La dernière tranche de 50 PVP notifiée », sur http://forcesoperations.com/,‎ 28 février 2013 (consulté le 28 février 2013)
  11. Guillaume Belan, « La dernière tranche de 50 PVP notifiée »,‎ 28 février 2013 (consulté le 31 mai 2013)
  12. François Cornut-Gentille, « Question N° : 32379 », sur Assemblé Nationale,‎ 5 novembre 2013 (consulté le 10 novembre 2013)
  13. Guillaume Belan, « La Roumanie, 3ème client export du PVP »,‎ 6 septembre 2012 (consulté le 21 janvier 2013)
  14. « Les FAT s’équipent dernière génération »,‎ 16 mars 2010 (consulté le 21 janvier 2013)
  15. http://olivier.carneau.free.fr/photoengins/events/expo_panhard/index.htm
  16. Guillaume Belan, « Panhard propose son PVP en Inde », sur http://forcesoperations.com/,‎ 11 mai 2012 (consulté le 28 février 2013)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Abréviation appartenant au jargon militaire et signifiant RETour d'EXpérience.
  2. Par la suite, la société a racheté son concurrent Panhard General Defense au groupe PSA. C'est sous ce même nom, Panhard, que seront construits les PVP.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]