Pandora (bijouterie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pandora.

Pandora

Création 1982
Fondateurs Per Enevoldsen, Winnie Enevoldsen
Forme juridique Société anonyme
Action OMX : PNDORA
Siège social Glostrup (Danemark)
Direction Allan Leighton (en)
Actionnaires Axcel A/S (da) (59,3 %)
Activité joaillerie
Produits bagues, montres, bracelets
Effectif 4 336 (moyenne 2010)
Site web pandoragroup.com
Chiffre d’affaires 6,666 milliards de couronnes danoises (2010)
en augmentation +92,6 % AF 2009
Résultat net 1,846 milliards de couronnes danoises (2010)
en augmentation +86,2 % AF 2009

Pandora SA est un fabricant danois de bijoux fondé en 1982 par les orfèvres Per et Winnie Enevoldson.

La société est connue pour ses bracelets personnalisables et leurs breloques (charms), qui représentent la majorité de son chiffre d'affaires. Elle possède quatre sites de production situés en Thaïlande et commercialise ses produits dans plus de 10 000 boutiques réparties dans 65 pays.

Listée à l'indice OMX 20 de la bourse de Copenhague depuis 2010, Pandora est la 3e entreprise de joaillerie dans le monde après Cartier et Tiffany & Co..

Fondation[modifier | modifier le code]

À l'époque de sa fondation, en 1982, Pandora est une petite joaillerie de Copenhague. Les orfèvres Per et Winnie Enevoldson, le couple de fondateurs, commencent à importer des bijoux de Thaïlande. Suite à un vif succès, ils se lancent dans la vente en gros. Après plusieurs années comme grossistes, les Enevoldsen démarrent leur propre entreprise en Thaïlande pour mieux contrôler la production[1]. Deux designers, Lone Frandsen et Lisbeth Larsen, ont joué un rôle important chez Pandora et ont beaucoup contribué à la définition du concept et du style des bijoux[2].

La compagnie commercialise notamment des bagues et des montres, mais ses produits les plus appréciés sont les bracelets à breloques personnalisables, lancés sur le marché danois en 2000[1].

Salariés et sites de production[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, Pandora ouvre une première usine de fabrication de bijoux en Thaïlande[1]. L'entreprise s'installe dans le pays en raison des faibles coûts de production et du savoir-faire local. Trois autres sites ont été ouverts depuis[3].

En 2011, Pandora est la 3e entreprise de joaillerie dans le monde après Cartier et Tiffany[4]. Elle emploie plus de 4 000 personnes, dont la majorité travaille sur son site de production thaïlandais[5]. En 2012, le nombre total de salariés s'élève à 5 300, dont 3 600 employés dans les usines thaïlandaises, qui fabriquent 50 millions de pièces de bijoux sur l'année[3].

Actionnariat et entrée en bourse[modifier | modifier le code]

En 2008, la société de capital-investissement Axcel A/S (da) acquiert 59,3 % du capital de Pandora et devient son actionnaire majoritaire[6]. Axcel, qui possède déjà des parts dans la marque de luxe Georg Jensen et dans la fabrique de porcelaine Royal Copenhagen (en), s'intéresse à Pandora en raison du succès rencontré par ses bracelets à breloques et prépare son introduction en bourse[1].

Pandora entre à la bourse de Copenhague en octobre 2010 et est listée à l'indice OMX 20. Environ 40 % du capital de la société est mis en vente. Après l'introduction, sa capitalisation boursière s'élève à 33,7 milliards de couronnes (4,5 milliards d'euros)[7]. L'opération est l'une des plus importantes mises sur le marché de l'année en Europe[5].

Les bénéfices de la firme chutent durant l'année 2011, ce qui l'oblige à publier plusieurs avertissements sur résultat[3]. En août, l'action a perdu 70 % de sa valeur depuis son introduction en bourse. La situation pousse le CEO Mikkel Vendelin Olesen au départ[8],[9]. En fin d'année, le conseil d'administration et son président Allan Leighton (en) nomment le norvégien Björn Gulden. Il occupe le poste de CEO à partir de mars 2012[10]. L'année suivante, il est recruté par Puma et Leighton lui succède au poste de CEO[11].

CA et distribution[modifier | modifier le code]

Boutique Pandora à Tampa, Floride.

Entre 2008 et 2009, le chiffre d'affaires de Pandora progresse de 1,9 à 3,5 milliards de couronnes danoises. L'année suivante, il s'établit à 6,6 milliards, en progression de 92 %[1]. En 2009, Pandora réalise 45 % de son CA sur le continent américain, 35 % en Europe et 20 % dans la zone Asie-Pacifique[12]. Les ventes de bracelets personnalisables et de breloques (charms) représentent 81 % du volume des ventes[3],[13]. Lors de son introduction en bourse, les marges réalisées par l'entreprise sont parmi les plus importantes du secteur[1].

Depuis la prise de participation d'Axcel, Pandora tend à ouvrir ses propres boutiques[1]. En 2011, les produits de la firme sont vendus dans 55 pays et le réseau de distribution du bijoutier compte 10 000 points de vente dans le monde, dont 450 boutiques en nom propre[4],[13]. L'année suivante, la firme est présente dans 65 pays[3].

Pandora ouvre une filiale française en 2011 et étend son réseau dans le pays, autrefois confié à un distributeur. En 2012, le réseau français compte 250 points de vente, ainsi que huit boutiques en nom propre[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Natalia Rachlin, « A Danish Fairy Tale Gone Awry », The New York Times,‎ 6 décembre 2011
  2. (da) Claes Lautrup, « Smykkeekspert: Pandora kan klare designer-flugt », Berlingske,‎ 22 septembre 2010
  3. a, b, c, d, e et f Dominique Chapuis, « Le bijoutier danois Pandora à la conquête du marché français », Les Échos,‎ 13 juin 2012
  4. a et b (en) Flemming Emil Hansen, « Pandora Shares Drop Sharply On Weakness In Germany, Australia », Dow Jones Newswires,‎ 19 mai 2011
  5. a et b (en) John Acher, « Pandora charms investors with $2 bln market debut », Reuters,‎ 5 octobre 2010
  6. (en) Andrew Roberts, « Axcel Says IPO of Jeweler Pandora May Be ‘Preferred Exit’ », Bloomberg,‎ 10 mars 2010
  7. « Introduction en bourse », Les Échos,‎ 6 octobre 2010
  8. (en) Eva Korte, « Pandora ousts CEO as shares nosedive », Jyllands-Posten,‎ 3 août 2011
  9. (en) Julian Isherwood, « Pandora CEO replaced », Politiken,‎ 2 août 2011
  10. (en) Clare MacCarthy, « Pandora appoints chief executive », Financial Times,‎ 19 décembre 2011
  11. (en) Rachel Cooper, « Allan Leighton to take helm at Pandora », The Daily Telegraph,‎ 18 avril 2013
  12. (en) Zijing Wu et Nikolaj Gammeltoft, « Axcel Said to Retain JPMorgan, Nordea for Danish Jeweler Pandora's IPO », Bloomberg,‎ 31 août 2010
  13. a et b (en) Elisa Anniss, « Sterling silver: The charms of being of the market’s ‘bridge brands’ », Financial Times,‎ 25 mars 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :