Panade à Champignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panade à Champignac
62e histoire de la série Spirou et Fantasio
Auteur André Franquin
Peyo
Jidéhem
Gos

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale Français
Éditeur Dupuis
Première publication no 1539 de Spirou (1967)

Panade à Champignac est la soixante-deuxième histoire de la série Spirou et Fantasio d'André Franquin assisté par Peyo, Jidéhem et Gos. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1539 au no 1555.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Spirou convainc Fantasio de prendre quelques vacances car il le sent au bord de la crise de nerfs : Gaston a rendue la rédaction du journal « Spirou » invivable. Ils rendent donc visite au comte de Champignac. Mais tout le monde au village leur dit que Champignac est devenu fou pour de bon. Effectivement, le pauvre est éreinté : il « élève » seul Zorglub qui est retombé en enfance à cause du rayon de la mort de Zantafio dans L'Ombre du Z. Et Zorglub est un beau bébé de 38 ans... Simultanément, un étrange personnage rôde autour du château. Une série de maladresse de sa part ainsi que de celle du Marsupilami vont jeter tous ces personnages dans une course-poursuite, avant une fin à rebondissements.

Personnages[modifier | modifier le code]

Spirou, Fantasio, Pacôme Hégésippe Adélard Ladislas comte de Champignac, le petit Noël, le maire de Champignac, Duplumier, le marsupilami, Lebrac, Prunelle, Gaston, et Zorglub.

Otto Paparapap fait son apparition.

Historique[modifier | modifier le code]

La dernière aventure de Spirou et Fantasio dessinée par Franquin avant qu'il ne passe définitivement le relais à Fournier, beaucoup considèrent cette histoire comme une non-aventure où Franquin dynamite l'univers qu'il a construit autour de Spirou et Fantasio ; Pierre Culliford et Yvan Delporte au contraire pensent qu'il s'agissait de l'ultime tentative de l'auteur de redynamiser l'histoire — mais celui-ci n'arrive plus à faire que du Gaston, et Panade à Champignac est une succession effrénée de gags, rebondissements et dialogues truculents basés sur une idée saugrenue quoique réalisé sans contradictions et avec grande application. Franquin, se remettant mal de la dépression qui l'avait terrassé pendant la réalisation de QRN sur Bretzelburg à l'époque, ne se sent plus à l'aise pour dessiner des personnages qui ne lui appartiennent pas et décide d'arrêter définitivement la série à l'issue de cette histoire.

Pour cette aventure, Franquin avait demandé de l'aide à Peyo et à Gos — il avait en échange apporté son aide à l'album les Schtroumpfs et le Cracoucass, de ces mêmes auteurs (à l'époque, Gos était assistant chez Peyo). D'après ces derniers, leur utilité avait été surtout en tant que support moral, alors que Franquin a réalisé le personnage du cracoucass en entier dans l'album éponyme. Ils l'avaient d'ailleurs crédité dans l'album, chose que Franquin avait refusé à l'origine, considérant sa participation comme trop légère. Peyo n'était pas d'accord, et ajouta Franquin aux crédits du Cracoucass. Lors de la sortie de Panade en album, Franquin fit ajouter Gos et Peyo aux crédits, à l'agacement amusé de ce dernier ; Gos se souvient que sa principale contribution avait été documentaire : jeune papa, les affaires du bébé avaient servi à Franquin pour son dessin[1].

Lors de sa première publication en album, Panade à Champignac était complété par Bravo les Brothers, publiée quelques années avant : lors de la fermeture du zoo local, Gaston a acheté trois chimpanzés acrobates et leur malle d'accessoires, et les offre à Fantasio pour son anniversaire.

C'est l'histoire préférée de Franquin. On y découvre le personnage de Noé, dresseur de génie mais misanthrope au possible, qui deviendra un personnage récurrent de la série le marsupilami, désormais dessinée par Batem.

Beaucoup considèrent cette histoire comme un récit complet de Gaston camouflé en aventure de Spirou et Fantasio, de par la très forte participation du héros sans emploi[2].

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Panade à Champignac a été publié dans Spirou du numéro 1539 au numéro 1556, du 12 octobre 1967 au 8 février 1968.

Album[modifier | modifier le code]

L'édition en album est identique à la version parue dans le journal. L'album comprend Panade à Champignac suivi de Bravo les Brothers, originellement publié début 1966.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Et Franquin créa la Gaffe, entretiens avec Numa Sadoul, 1986
  2. Intégrale Spirou et Fantasio vol. 8