Palais Te

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Palais du Te)
Aller à : navigation, rechercher
Palais Te
Image illustrative de l'article Palais Te
Palais Te, Mantoue (1525-1534) - façade sur le jardin intérieur
Nom local Palazzo Te
Période ou style Architecture Renaissance
Architecte Giulio Romano
Début construction 1525
Fin construction 1536
Propriétaire initial Frédéric II
Destination actuelle Musée
Site web www.centropalazzote.it
Coordonnées 45° 08′ 53″ N 10° 47′ 11″ E / 45.148056, 10.78638945° 08′ 53″ Nord 10° 47′ 11″ Est / 45.148056, 10.786389  
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région historique Lombardie
Localité Mantoue

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Palais Te

Le Palais Te[1] (en italien, Palazzo Te) est une demeure située au sud de Mantoue (Lombardie), construite entre 1525 et 1536, et exemplaire du style maniériste primitif en architecture. Il fut commandé par Frédéric II duc de Mantoue à l'architecte Giulio Romano.

Origine du nom Te[modifier | modifier le code]

L'hypothèse la plus plausible sur l'origine du nom de ce palais (en italien palazzo Te) est que l'édifice a pris le nom du lieu où il a été construit : l'île Tejeto dont le nom fut abrégé en Te et où se trouvaient déjà des écuries seigneuriales. L'îlot se situait au milieu d'un lac marécageux à présent asséché, à l'extérieur des murs d'enceinte de Mantoue, à environ deux kilomètres de l'actuel centre[2].

Historique architectural[modifier | modifier le code]

Frédéric II, marquis de Mantoue, décida, en 1524, de la construction d'un palais résidentiel ou villa Suburbana.
En 1525, l'architecte chargé de sa construction est Giulio Romano, un des élèves de Raphaël, qui créa le corps du bâtiment, un édifice rectangulaire autour d'une cour, en un délai de 18 mois. Le bâtiment est ample, de structure planimétrique avec une succession d'atrium, de salles, de cours carrées, de jardins, rappelant parfois le style dorique de l'architecture classique. La construction est complétée par un jardin bordé de rangées de colonnes devant les bâtiments attenants, eux-mêmes terminés par un hémicycle de colonnes (exèdre)[3].

Comme pour la Villa FarnesinaRome, dans le quartier du Trastevere), la situation extra-muros permettait une architecture tenant à la fois du palais et de la villa romaine. Les quatre façades extérieures ont des piliers muraux plats encadrant des façades en retrait. Le fenêtrage permet de distinguer le bel étage (piano nobile), qui se situe au rez-de-chaussée, de l'étage supérieur. Les façades ne sont pas aussi symétriques qu'il y paraît et l'implantation des colonnes est irrégulière. La façade Est se distingue des trois autres par des motifs palladiens (réutilisation des éléments d'architecture antique) sur ses colonnes et une loggia ouverte en son centre. Les centres des façades Sud et Nord sont percés de trois arches de la hauteur des deux étages, sans portique ni pignon ; ce ne sont que des passages couverts vers la cour intérieure.

Palais Te, Mantoue (1526-1534) - cour intérieure
Giulio Romano, architecte.

Peu de fenêtres donnent sur cette cour intérieure (cortile) ; sur les quatre côtés, les murs à colonnades sont agrémentés de niches profondes et de fenêtres aveugles, et les espaces intermédiaires sont crépis avec du spezzato (plâtre broyé et teinté), donnant vie et profondeur à ces surfaces.

Pour le profane en architecture qui se promène dans les faubourgs de Mantoue, le Palais Te, bâtiment carré isolé, donne l'impression simple et immédiate d'une réaction au style de construction de la Haute Renaissance (Cinquecento). Il semble à la fois déroger et obéir aux règles de l'architecture classique de la Renaissance telles qu'elles furent définies, au siècle précédent, par Leon Battista Alberti dans son ouvrage De re aedificatoria, 1485 (L’Architecture et Art de bien bastir, trad. 1553).

Décoration d'intérieur[modifier | modifier le code]

Une fois la structure du bâtiment terminée, il fallut près de dix ans de travaux avec plâtriers, sculpteurs et peintres de fresques, jusqu'à ce que la moindre petite surface dans les loggias et les salons soit décorée. Les fresques signées Benedetto Pagni ou Rinaldo Mantovano (le Mantouan) sont aujourd'hui la plus remarquable curiosité du Palais.

Banquet d'Amour et Psyché
Giulio Romano

Les thèmes vont d'un Banquet olympien dans le salon de Psyché (Sala di Psiche) à des Chevaux stylisés dans le salon des Chevaux (Sala dei Cavalli) pour arriver au plus surprenant de tous, celui du salon des Géants (Sala dei Giganti) où ces derniers, grotesques, semblent surgir du Chaos. Les salles offrent aussi des pavages en marbre qui varient en couleurs et dessins d'un endroit à l'autre. On compte environ quinze salles, loggia, appartements[4].

Nombre de personnages de l'époque ont visité les lieux et surtout l'empereur Charles Quint venu à Mantoue en 1530 élever le marquis Frédéric II à la dignité de duc.

Une fois le Palais achevé, Frédéric fit demeurer sa maîtresse « officielle », Isabella Boschetti, dans ce qu'il appelait son Palais des illusions chatoyantes (Palazzo dei lucidi inganni), entouré de bosquets et cerné des eaux du lac.

Une des parties du Palais, la plus charmante et la plus évocatrice du passé, est le Casino della Grotta (Pavillon de la Grotte), une petite suite de pièces privées (appartement dit « secret ») arrangées autour d'une grotte et d'une logetta, un balconnet couvert sur lequel s'aventuraient les courtisans après s'être baignés dans une petite cascade qui courait sur les galets, les coquillages et les porcelaines incrustés dans les murs et les parois.

Palais Te dans l'Histoire[modifier | modifier le code]

La renommée du Palais Te ne tint qu'un siècle. En 1630, pendant la guerre de succession de Mantoue et la conquête du duché, la cité et le Palais furent pillés par les troupes impériales de Ferdinand II. Le reste de la population fut victime d'une des pires épidémies de peste de l'histoire. Le palais, mis à sac de fond en comble, est resté comme une coquille vide et, dans cet état, les remarquables fresques sont d'autant plus surprenantes que les Nymphes, les Dieux, les Déesses et les Géants peuplent les murs de salles vides, où aujourd'hui l'écho résonne.

Le Museo Civico (Musée civique) qui expose une collection d'art mésopotamien parrainée par l'éditeur Arnoldo Mondadori, est hébergé aujourd'hui dans une partie du Palais.

La Salle des Fruitières est aussi réservée à des expositions temporaires de peinture, le plus souvent de la Renaissance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Palais Te, Mantoue, Gianna Suitner, Chiara Tellini Perina, Electa, 1991
  2. Guida d'Italia, 5 vol. t.I : Liguria, Piemonte, Valle d'Aosta, Lombardia, éd. Touring Club Italiano, 1996, p. 149 (ISBN 8836510841)
  3. Le Palais Te à Mantoue, ouvrage collectif, éd. Elemond Electa, 2000, p. 102-111 (ISBN 8843535129)
  4. Le Palais Te à Mantoue, ouvrage collectif, éd. Elemond Electa, 2000, p. 131-152

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gianna Suitner, Chiara Tellini Perina, Le Palais Te, Mantoue, Electa, 1991

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :