Palais de Tauride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

59° 56′ 53″ N 30° 22′ 34″ E / 59.948, 30.376

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tauride (homonymie).
Le Palais de Tauride en 2012.

Le Palais de Tauride (en russe : Таврический дворец, Tavricheski dvorets) est un des palais les plus importants de Saint-Pétersbourg en Russie. La station de métro la plus proche est Tchernychevskaïa.

Époque impériale[modifier | modifier le code]

Le prince Grigori Potemkine, gouverneur de Tauride, une province du Sud de l'Empire russe, nomme son architecte préféré Ivan Starov pour construire sa résidence à Saint-Pétersbourg, alors capitale impériale. Le style de palais est néo-palladien. Les plans de Starov incluent la construction d'un parc et d'un port devant le palais qui serait relié à la Neva par un canal. La construction du gigantesque bâtiment commence en 1783 et dure six ans.

Le 28 avril 1791, Potemkine, pour retrouver les faveurs de l'impératrice Catherine II, organise un bal gigantesque et d'une magnificence historique. Le poète et homme politique Gavrila Derjavine en fait une longue description dans son ode Cascade. Néanmoins, Potemkine échoue à regagner l'affection de l'impératrice : il part en exil et meurt le 16 octobre 1791.

Le Palais est considéré comme un modèle architectural et de nombreux nobles de l'Empire en font le modèle de leur résidence.

Après la mort de Potemkine, l'impératrice rachète le Palais et demande à l'architecte Fiodor Volkov de le transformer en maison d'été. Volkov construit un théâtre dans l'aile est, ainsi qu'une église dans l'aile ouest. Il modifie profondément le jardin en construisant le pavillon de l'Amirauté, une maison de jardinage, une orangerie, une véranda, des ponts et des grilles métalliques. La sculpture Venus Tauride (conservée au musée de l'Ermitage) décore le palais de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle.

La décoration des principales pièces est détruite après 1799 quand l'empereur Paul Ier, animé d'une rancune contre sa mère, donne le palais à son régiment de cavalerie préféré pour qu'il s'en serve de caserne.

Le Palais de Tauride et ses jardins au début du XXe siècle.

Au XIXe siècle, sous l'empereur Alexandre Ier, le palais est redécoré par les architectes Carlo Rossi et Vassili Stassov et redevient une résidence impériale. Il héberge les bals et des expositions.

Siège de l'Assemblée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Douma d'État de l’Empire russe.

En 1906, le Palais devient le siège de la Douma, la nouvelle assemblée impériale, mais dès juillet 1906, les troupes impériales interviennent, sur ordre de l'empereur Nicolas II, pour interdire l'accès des parlementaires au Palais. C'est la fin de la première Douma d'Empire. D'autres Douma se succèdent jusqu'à la révolution de Février en 1917 où le Palais devient le siège du gouvernement provisoire et du soviet de Petrograd, le nouveau nom de Saint-Pétersbourg. Après la révolution d'Octobre, le Palais devient le siège de l'Assemblée constituante russe de 1918 jusqu'à la dissolution de celle-ci par les Bolcheviks. En mai 1918, les Bolchéviks y tiennent le 7e congrès du POSDR où le parti change de nom pour devenir le Parti communiste de Russie (bolchevik).

Le Palais perd son rôle avec le déplacement de la capitale de l'URSS de Petrograd à Moscou et devient l'école du parti du Parti communiste.

Depuis les années 1990, le Palais de Tauride est le siège de l'assemblée interparlementaire des nations de la CEI.

Hémicycle de la Première Douma (image actuelle).

Source[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :