Palais d'Akasaka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Palais d'Akasaka
Image illustrative de l'article Palais d'Akasaka
Présentation
Nom local 迎賓館
Date de construction 1899-1909
Destination initiale Résidence pour le prince héritier
Destination actuelle Résidence pour les chefs d'état étrangers
Protection Trésor national
Géographie
Pays Drapeau du Japon Japon
Localité Tokyo
Localisation
Coordonnées 35° 40′ 48″ N 139° 43′ 43″ E / 35.68, 139.72861135° 40′ 48″ Nord 139° 43′ 43″ Est / 35.68, 139.728611  

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Palais d'Akasaka

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

(Voir situation sur carte : Tokyo)
Palais d'Akasaka

Le palais d'Akasaka (赤坂離宮, Akasaka rikyu?), ou la maison des hôtes d'État (迎賓館, Geihinkan?), est l'une des deux résidences officielles du gouvernement du Japon. Le palais est construit à l'origine comme palais impérial du prince héritier (東宮御所, Togu gosho?) en 1909.

De nos jours, le palais accueille les chefs d'état en visite officielle. Situé dans le district Moto-Akasaka de l'arrondissement de Minato à Tokyo, le bâtiment prend sa fonction actuelle en 1974 après avoir été un palais impérial détaché[1]. Il est classé trésor national depuis 2009[2]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Bâtiment et jardins principaux
Le bâtiment principal et la fontaine

Le bâtiment compte 15 000 m² d'espace au sol, et avec une structure plus petite dans le style japonais, occupe une superficie de 117 000 m².

Le corps principal est l'unique bâtiment occidental de style néo-baroque au Japon[3] et l'un des plus grands bâtiments construits au cours de l'ère Meiji[2].

À l'extérieur et autour de la zone du palais se trouve un sentier non obstrué par des carrefours. Le sentier fait environ 3,25 km de long. Une partie du site est encore entourée des douves d'origine, représentées dans des estampes par Hiroshige II.

La gare la plus proche du palais est la gare de Yotsuya.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sommet entre le premier ministre Hashimoto et le président Clinton en 1996 au palais d'Akasaka

Le territoire qu'occupe à présent le palais d'Akasaka faisait partie de la résidence du domaine de Kishū, une des principales branches de la famille dirigeante Tokugawa durant l'époque d'Edo[3]. Après la restauration de Meiji, les Owari offrent le terrain à la maison impériale.

Conçue par l'architecte Katayama Tōkuma (片山 東熊?) (un élève de Josiah Conder), la structure néo-baroque est construite entre 1899 et 1909 comme résidence pour le prince héritier. Nommée à l'origine palais du Tōgū (japonais littéral « Palais pour le prince impérial »), elle est plus tard renommée palais d'Akasaka lorsque la résidence du prince héritier est déménagée[3]

Le prince héritier régent Hirohito a résidé au palais d'Akasaka de septembre 1923[4] à septembre 1928, deux mois avant son intronisation. Cette installation, destinée à être temporaire, a duré cinq ans. Lors de la rénovation de sa résidence contemporaine, Hirohito devait loger temporairement au palais d'Akasaka, s'y installant le 28 août 1923. Quatre jours plus tard, le Japon était frappé par le séisme de 1923 de Kantō[4] le 1 septembre. Pendant son séjour au palais d'Akasaka, le prince Hirohito s'est marié et a eu deux filles, la princesse Sachiko (décédée à l'âge de 6 mois) et la princesse Shigeko.

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement du Japon a relevé la maison impériale du palais d'Akasaka. Plusieurs bureaux gouvernementaux ont été installés dans le palais, dont la bibliothèque nationale de la Diète fondée en 1948[5], le bureau législatif du cabinet (en) et le comité d'organisation des Jeux olympiques d'été de 1964.

Avec la reprise économique du pays après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement japonais a constaté la nécessité d'établir une résidence officielle d'État. L'ancienne résidence du prince Asaka, devenue le musée d'art métropolitain Teien de Tokyo, a rempli cette fonction mais elle était trop petite pour les besoins. Il a été décidé en 1967 de rénover l'ancien palais d'Akasaka comme nouvelle résidence d'État. La rénovation a été menée par l'architecte Tōgo Murano sur un chantier qui a duré 5 ans et coûté plus de 10.8 milliards de yen pour s'achever en 1974.

Le premier invité officiel d'État qui a résidé dans le palais rénové est Gerald Ford en 1974, ce qui était la première visite d'un Président des États-Unis en exercice au Japon. Depuis lors, le palais a fourni un hébergement pour des invités officiels et d'État et l'organisation de conférences internationales, qui comprennent les réunions du G8 de (1979, 1986 et 1993) ainsi que celles de l'APEC[3].

Le site a été fermé de 2006 à 2009 pour rénovation avant de rouvrir en avril 2009. En décembre 2009, le bâtiment principal, la porte principale et le jardin avec fontaine ont été classés Trésor national du Japon[2]. C'était la première désignation de biens comme trésor national depuis la restauration de Meiji.

Résidence officielle de Kyoto[modifier | modifier le code]

Une nouvelle installation de 16 000 m² à Kyoto a été ouverte le 17 avril 2005. Le terrain de 20 000 m² est situé dans le quartier Kyoto Gyoen de l'arrondissement de Kamigyō-ku.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Akasaka detached palace
  2. a, b et c (ja) « 国宝・重要文化財(建造物)の指定について » [PDF], Tokyo, Agence pour les affaires culturelles,‎ 2009-10-16
  3. a, b, c et d (ja) Cabinet Office, Government of Japan, « 迎賓館 »,‎ 2008 (consulté le 4 mars 2010)
  4. a et b (ja) 昭和聖徳記念財団 (Showa Memorial Foundation), « 6月公開「山本内閣親任式の図」 » (consulté le 4 mars 2010)
  5. (ja) 国立国会図書館 (National Diet Library), « 沿革 » (consulté le 4 mats 2010)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]