Palais St. James

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint James.
Palais Saint James
Image illustrative de l'article Palais St. James
Entrée principale du palais Saint James datant du palais de Henri VIII.
Nom local (en) St. James’s Palace
Période ou style Style Tudor
Type Palais
Début construction 1531
Fin construction 1536
Propriétaire initial Henri VIII d'Angleterre
Destination actuelle Centre administratif
Site web www.royal.gov.uk/
Coordonnées 51° 30′ 17″ N 0° 08′ 15″ O / 51.504722, -0.1375 ()51° 30′ 17″ Nord 0° 08′ 15″ Ouest / 51.504722, -0.1375 ()  
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Ville Londres

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Palais Saint James

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Palais Saint James

Le palais Saint James est l’un des plus vieux palais de Londres. Il est situé entre Pall Mall et The Mall, juste au nord de St James’s Park. Bien que les souverains britanniques n’y résident plus depuis 1837, date de l’accession au trône de la reine Victoria, il reste la résidence administrative officielle de la Couronne, toujours appelée Court of St. James’s.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le palais a été construit essentiellement entre 1531 et 1536 sur commande du roi Henri VIII d'Angleterre, sur le site d'une ancienne léproserie dédiée à saint Jacques (James en anglais), d'après lequel sont nommés le palais et le parc situé non loin ; l'hôpital a été démantelé en 1532[1].

Le nouveau palais, secondaire par rapport au palais de Whitehall, fut construit en brique rouge dans le style Tudor autour de quatre cours intérieures, nommées Ambassadors' Court, Engine Court, Friary Court et Colour Court. Le grand corps de garde de l'entrée principale subsiste toujours côté nord, au bout de la rue St James[2]. Il est flanqué de tourelles polygonales crénelées percées de fenêtres à guillotine de style georgien.

C'est là que Mary Tudor signa, le 8 janvier 1558, le traité[2] rendant Calais à la Couronne de France. Deux des enfants d'Henry VIII y moururent : en juillet 1536, à 17 ans, son premier fils, illégitime mais possible héritier, Henry FitzRoy[2] et en novembre 1558 sa fille, Marie Tudor, dont le cœur et les entrailles sont enterrés dans la chapelle du palais, sa dépouille mortelle reposant dans le même tombeau de l'abbaye de Westminster que sa demi-sœur Elizabeth. La reine Elizabeth Ire y aurait résidé en 1588, dans l'attente de l'arrivée de l'Armada espagnole[2]. Charles Ier y passa sa dernière nuit, la veille de son exécution, le 30 janvier 1649. Son fils aîné, le futur Charles II y naquit et y fut baptisé en mai 1630, ainsi que son puiné le futur Jacques II en octobre 1633[2].

Oliver Cromwell en prit possession et le transforma en caserne pendant la durée de l'interrègne. Il fut ensuite restauré dans ses fonctions en 1660 par Charles II, qui a aussi créé St James's Park.

Sentinelle (Grenadier Guard) postée à l'entrée principale.

Après que le palais de Whitehall fut détruit dans un incendie en 1698, il devint la principale résidence royale à Londres, sous le règne de Guillaume III, et le centre administratif de la monarchie, rôle qu'il occupe toujours aujourd'hui.
Les trois premiers Georges utilisèrent en effet le palais Saint-James comme résidence londonienne, bien qu'il représentât un palais peu prestigieux en comparaison de ceux des autres grandes monarchies européennes ; Daniel Defoe le décrivit d'ailleurs comme « petit et minable » (low and mean) en 1725.
En 1809, un incendie détruisit une grande partie du palais, dont les appartements privés du roi situés dans la partie sud-est. Ceux-ci ne furent pas reconstruits, laissant la Queen's Chapel isolée du reste du palais, situation qui devint définitive lorsque la Marlborough Road, qui passe maintenant entre les deux bâtiments, fut percée en 1856-1857. Après l'incendie, le Prince Régent, futur George IV, préférant sa demeure de Carlton House, s'y installa.
Néanmoins, les appartements d'apparat furent restaurés vers 1813 et plusieurs frères du Prince-Regent occupaient des ailes du palais : Lancaster House (qui s'appelait alors Godolphin House) par le duc d'York, le prince Frederick, ou Clarence House par le duc de Clarence, futur Guillaume IV[2].

George III ayant acheté Buckingham House – qui allait devenir Buckingham Palace – pour sa femme en 1762, le palais St. James continua à perdre de l'importance dans la première moitié du XIXe siècle. Progressivement, il ne fut plus utilisé que pour les cérémonies protocolaires telles que les réceptions officielles, les mariages et les baptêmes royaux. La reine Victoria entérina ce changement en 1837, retirant à St. James son statut de résidence officielle du monarque. Toutefois

Quelques structures et décorations intérieures des XVIIe et XVIIIe siècles subsistent dans les appartements officiels, œuvres de Sir Christopher Wren et de William Kent, mais la majeure partie date du XIXe siècle. William Morris, de sensibilité préraphaélite et la firme qu'il créa en 1861 furent chargés de redécorer l'armurerie et la salle des tapisseries, en 1866-1867[1].

De nos jours[modifier | modifier le code]

St. James est toujours le centre administratif d'un certain nombre de services royaux, comme la Chancellerie centrale des ordres de chevalerie (Central Chancery of the Orders of Knighthood) ou le Corps de la garde royale (Yeomen of the Guard), et la Cour s'y trouve toujours officiellement. D'ailleurs, les ambassadeurs étrangers sont toujours accrédités à la Cour du palais St. James (Court of St James's) bien qu'ils soient reçus par le monarque à Buckingham Palace. C'est là que se trouve aussi la résidence londonienne de la princesse Anne – dite Princesse royale – et de la princesse Alexandra, et depuis 2009 les services de la Maison des princes William et Harry[3]. Le palais fait partie d'un vaste complexe immobilier de bureaux de la Cour et d'appartements officiels. Le complexe comprend l'aile nommée York House, ancienne résidence du prince Charles et de ses fils, les princes William et Harry, Lancaster House, qui est utilisée par le gouvernement pour les réceptions officielles, ainsi que Clarence House, résidence de feu Queen Mum et actuelle résidence officielle du prince de Galles et de ses enfants[3].

Queen's Chapel, construite par Inigo Jones est ouverte au public certains jours, alors que le palais n'est pas accessible au public. Le palais St. James est l'un des quatre bâtiments de Londres gardés par les Horse guards (les autres étant Buckingham Palace, Clarence House et le Horse Guards building).

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nikolaus Pevsner 1951, p. 594–601
  2. a, b, c, d, e et f « Histoire du Palais », sur The Royal Residences
  3. a et b « St James Palace, today », sur The Royal Residences

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :