Paix d'Apamée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'Asie Mineure après le traité d'Apamée en -188

Le Traité d’Apamée-Kibôtos[1], est un traité de paix signé en -188 entre Rome et les Séleucides à la suite de la guerre de Syrie et la bataille de Magnésie du Sipyle

Antiochos III doit céder ses territoires en Asie Mineure au profit de Pergame (qui est alors composé de la Lydie, la Phrygie, la Pisidie, la Lycaonie et la Chersonèse) et de Rhodes (Carie et Lycie). Le Sénat romain lui interdit de traverser la limite du Taurus, d’entretenir une flotte dans la mer Égée et de lever des mercenaires en Grèce. Il doit livrer ses navires et ses éléphants (et en arrêter l'élevage), et payer une indemnité de guerre de 12 000 talents. Cette dette pousse Antiochos III à une campagne en Susiane afin d’en piller les temples.

La Méditerranée en -188


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du nom de la ville d'Apamée en Phrygie, anciennement Kibôtos.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edouard Will, Histoire politique du monde hellénistique. Tome II, p. 221-231.