Pain, Amour et Fantaisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pain, Amour et Fantaisie (Pane, amore e fantasia) est un film italien réalisé par Luigi Comencini, sorti en 1953.

Premier épisode du triptyque Pain, Amour etc., le film présente une image de l'Italie d'après-guerre.

Son titre vient d'une réplique qu'on y entend :

  • De Sica, à un paysan assis sur une marche en train de manger : « Que manges-tu ? »
  • Le paysan, l'air triste : « Du pain. »
  • De Sica : « Et dans le pain ? »
  • Le paysan : « De l'imagination. » (fantasia en italien)

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire se passe à Sagliena, un village de montagne imaginaire dans une région perdue d'Italie. Vittorio De Sica interprète un maréchal de logis des carabiniers, Antonio Carotenuto. Entre deux âges il pense qu'il serait grand temps de se marier, et jette son dévolu sur la jeune Maria De Ritis (Gina Lollobrigida), surnommée la Bersagliera, dont il voudrait faire sa fiancée, mais elle est déjà amoureuse du subordonné timide de Carotenuto, Pietro Stelluti (Roberto Risso). Se méprenant sur la fierté qu'elle montre à son égard, il lui fait des avances, mais elle le rabroue. Abandonnant la jeune fille dans les bras de Pietro, Carotenuto vise maintenant la sage-femme du village, Annarella Mirziano (Marisa Merlini). Mais l'affaire devient encore plus compliquée quand Annarella veut faire comprendre à Antonio qu'elle l'aime. C'est qu'elle cache un secret et le maréchal des logis va se trouver bientôt dans une situation bien difficile.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre du film : Pain, amour et fantaisie
  • Titre original : Pane, amore e fantasia
  • Réalisation : Luigi Comencini
  • Scénario : Ettore M. Margadonna, L. Comencini d'après un sujet d'E. M. Margadonna
  • Photographie : Arturo Gallea, noir et blanc
  • Musique : Alessandro Cicognini
  • Production : Titanus (Marcello Girosi)
  • Durée : 88 minutes
  • Pays d'origine : Drapeau de l'Italie Italie
  • Année de sortie : 1953

Distribution[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Pain, Amour et Fantaisie est généralement considéré comme l'exemple le plus célèbre de néoréalisme rose.

Beaucoup de critiques estiment que c’est le meilleur film de Gina Lollobrigida et celui où elle est la plus naturelle. Du fait de la popularité du film, deux suites ont été tournées, la première avec Lollobrigida et la seconde avec Sophia Loren : Pain, Amour et Jalousie et Pain, amour, ainsi soit-il.

Liens externes[modifier | modifier le code]