Pablo de Azcárate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azcárate.
Pablo de Azcarate
Pablo de Azcarate, vers 1925.
Pablo de Azcarate, vers 1925.
Fonctions
Ambassadeur de l'Espagne au Royaume-Uni
13 septembre 193627 février 1939
(2 ans, 5 mois et 14 jours)
Monarque Manuel Azaña
Prédécesseur Julio López Oliván (es)
Successeur Jacobo Fitz-James Stuart y Falcó (es)
Secrétaire général adjoint de la Société des Nations
19331936
Adjoint au représentant de l'ONU en Palestine
19481949
Biographie
Nom de naissance Pablo de Azcárate y Flórez
Date de naissance 30 juillet 1890
Lieu de naissance Madrid (Drapeau : Seconde République espagnole Espagne)
Date de décès 13 décembre 1971 (à 81 ans)
Lieu de décès Genève (Drapeau de la Suisse Suisse)
Nationalité espagnol
Parti politique Parti réformiste (es)
Conjoint Amelia Diz Flores
Enfant(s) Delfina, Manuel, Amelia et Patricio[1]
Diplômé de Institution libre d'enseignement
Profession juriste, homme politique, diplomate
Résidence Madrid, Paris, Londres, Genève

Signature

Pablo de Azcárate y Flórez, né à Madrid (Espagne) le 30 juillet 1890 et décédé à Genève (Suisse), 13 décembre 1971 (à 81 ans) est un juriste, homme politique et diplomate espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'école progressiste Institution libre d'enseignement, il fait des études de droit et devient professeur. Il fait partie de la génération d'intellectuels espagnols dite « génération de 14 ». Bénéficiant de bourses de la Junta de Ampliación de Estudios, il fait plusieurs séjours en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne, d'où il revient polyglotte. Élu député de León en 1918 pour le Parti réformiste (es), il devient diplomate et travaille à la Société des Nations à Genève dans la section des minorités, dont il est nommé directeur en 1930.

En 1933, il est promu no 2 de la Société des Nations, puis, en 1936, le gouvernement républicain espagnol le nomme ambassadeur à Londres. La chute de la République le contraint à l'exil en 1939.

Après la Seconde Guerre mondiale, il travaille à l'ONU qui l'envoie en Palestine pour essayer de régler le conflit israélo-arabe (1949-1952). Son impuissance l'oblige à démissionner.

Il meurt à Genève en 1971, après avoir écrit plusieurs ouvrages sur son expérience diplomatique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Berdah, « Pablo de Azcárate : L’Apôtre inconnu de la paix », Azaña hors série 2 : Les Intellectuels espagnols dans l'arène politique, Montauban, Arkheia,‎ 2008 (lire en ligne)
  • (es) Ángel Bahamonde Magro, Así terminó la guerra de España, Ediciones de Historia,‎ 2000 (ISBN 978-84-95379-09-2)
  • (es) Antony Beevor, La Guerra Civil Española, Crítica,‎ 2005 (ISBN 84-8432-665-9)
  • (en) H. Eugene Bovis, The Jerusalem question : 1917-1968, Hoover Institution Press,‎ 1971 (ISBN 0-8179-3291-7)
  • (en) Carole Fink, Defending the Rights of Others, Cambridge University Press,‎ 2006 (ISBN 0-521-02994-5)
  • (es) Luis Monferrer Catalán, Odisea en Albión: los republicanos españoles exiliados en Gran Bretaña 1936-1977, Ediciones De la Torre,‎ 2008 (ISBN 978-84-7960-386-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Arbre généalogique de Pablo de Azcárate », sur azcarate.info (consulté le 06/10/2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]