Pablo Escobar, le patron du mal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pablo Escobar: el patrón del mal

Titre original Pablo Escobar: el patrón del mal
Genre Telenovela
Création Juana Uribe
Camilo Cano
Production Réalisateurs:
Carlos Moreno
Laura Mora
Producteurs:
Juana Uribe
Camilo Cano
Acteurs principaux Andrés Parra
Angie Cepeda
Vicky Hernández
Cecilia Navia
Nicolás Montero
Ernesto Benjumea
Germán Quintero
Musique « La última bala » (par Yuri Buenaventura)
Pays d'origine Drapeau de la Colombie Colombie
Chaîne d'origine Caracol Televisión
Nb. d'épisodes 113
Durée 45 minutes (avec des publicités)
Diff. originale 28 mai 201219 novembre 2012
Site web http://www.pabloescobarinedito.com/escobar/

Pablo Escobar, le patron du mal (Pablo Escobar: el patrón del mal) est une série télévisée colombienne en 113 épisodes. La série a été diffusée en 2012 sur Caracol Televisión en Colombie.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire débute à Valle de Aburra en Colombie. Pablo était un garnement qui préfèrait causer des problèmes plutôt que d'étudier. Il n'a pas voulu passer un examen et a commencé à faire des actes de délinquance dans sa communauté avec son frère Peluche et son cousin, Gonzalo. Une fois adultes, ils commencèrent leur vie dans le crime organisé en trafiquant de la drogue d'Équateur en Colombie avec l'aide de l'associé d'Escobar, El Alguacil. Un jour, tandis que Pablo et Gonzalo se baladaient, Pablo aperçut une jeune fille appelée Patricia, une jolie lycéenne. Ce qui commençait comme une merveilleuse amitié s'est rapidement transformé en un coup de foudre. Mais le frère de Patricia, Fabio, ne voulait pas qu'elle fréquente Pablo car celui-ci pouvait avoir une mauvaise influence sur elle.

Production[modifier | modifier le code]

Projet et réalisation[modifier | modifier le code]

Juana Uribe et Camilo Cano décident de porter sur le petit écran la série Pablo Escobar, le patron du mal en se basant sur le livre de l'écrivain colombien Alonso Salazar, La Parábola de Pablo[1]. Les deux réalisateurs ont à coeur de lancer ce projet, étant tous deux des victimes directes de Pablo Escobar. En effet, Uribe eut pour mère, Maruja Pachón, une journaliste séquestrée en novembre 1990 par Escobar et nièce de Gloria Pachón de Galán, l'épouse de Luis Carlos Galán, le leader politique colombien assassiné par des tueurs à gages à la solde du narcotraficant le 18 août 1989. Quant à Cano, son père Guillermo Cano, directeur du journal El Espectador, fut assassiné le 17 décembre 1986 par des hommes de main d'Escobar[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs secondaires[modifier | modifier le code]

  • Liesel Potdevin : Diana Turbay †
  • Anderson Ballesteros : John Jairo Arias Tascón †
  • Toto Vega : Alberto Santofimio
  • Carlos Benjumea : Julio Motoa Padre (Fabio Ochoa Restrepo)
  • César Mora : El alguacil
  • Fernando Arango : Mauricio Restrepo
  • Claudia Liliana González : Azucena Lievano
  • Jimmy Vásquez : Coronel
  • Ivan Lopez : Martin Jr (fils de Coronel)
  • Marilyn Patiño
  • Diana Neira

Diffusion internationale[modifier | modifier le code]

Le lancement de la série Pablo Escobar, le patron du mal en Colombie connaît un pic d'audience de plus de 70 %, soit environ 11 millions de téléspectateurs[2],[3]. Pablo Escobar, le patron du mal devient la série dont le lancement a été le plus vu en Colombie avec  un rating personas de 26.9 puntos y 62.7% de share promedio  ⇔  une part d'audience de 26,9 points et une audience cumulée de 62,7 %[3].

Controverses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Andrés Carrizosa, « El "Patrón del Mal", según la productora de la serie y las víctimas de Pablo Escobar », La Nación,‎ 24 février 2014 (lire en ligne)
  2. Annabelle Laurent, « "Pablo Escobar, patron dumal" sur France Ô: Une apologie du roi de la cocaïne? », 20 minutes,‎ 8 mars 2013 (lire en ligne)
  3. a et b (es) « "Escobar, El Patrón del Mal", el lanzamiento más visto en la historia de Colombia », El Espectador,‎ 29 mai 2012 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]