PIB vert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le PIB vert est une expression quelquefois employée pour désigner un projet de correction du produit intérieur brut en fonction des coûts environnementaux (consommation de ressources naturelles, pollution).

Il s'agirait de prendre en compte les effets de la croissance économique sur l'environnement.

Le Comité d'experts des Nations-unies sur la comptabilité environnementale-économique (UNCEEA) travaille à faire du Système de comptabilité environnementale économique (SEEA) un standard international pour l'année 2010 et à promouvoir sa mise en œuvre dans les pays.

Ce sont les ajustements environnementaux apportés aux agrégats standards du Système national de comptabilité des Nations-unies (United Nations System of National Accounts, UNSNA) qui sont désignés sous le nom de PIB vert. Il s'agit, en principe, du calcul d'un revenu Hicksien prenant en compte le capital naturel. Le PIB (Produit Intérieur Brut) est transformé en PIN (Produit Intérieur Net) par la prise en compte de la consommation de capital fixe (dépréciation du capital produit), puis en PINae (ajusté environnementalement) en prenant en compte la consommation de capital naturel (diminution des ressources et dégradation environnementale).

Le PIB vert pose des problèmes de mise en œuvre et est controversé sur l'aspect de l'évaluation des termes correctifs, pour lesquels il n'existe pas de marché et donc pas de prix,

Cependant, pour toute production, toute entreprise possède des assurances privées chargées d'évaluer les risques. Des experts privés commencent donc à savoir évaluer des projections à l'échelle mondiale. Il s'agirait selon certains, d’intégrer ces coûts directement à la production. afin donc d'éviter selon eux la mutualisation (taxe carbone sur le pétrole) des coûts de (dé-)pollution d'une part et également rendre certaines comparaisons plus rationnelles. c'est ce qui s'appelle "l'internalisation des externalités négatives". Karl Marx parlait déjà de "gestion rationnelle des échanges entre l'homme et la nature".

La commission Stiglitz s'est également penchée sur le problème des effets de la mesure du produit intérieur brut sur l'environnement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]