P'tit Quinquin (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir P'tit Quinquin.
Statue à Lille (Nord) représentant le P'tit Quinquin.

Le P’tit Quinquin est une chanson du poète lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892), écrite en 1853 en ch'ti, une des deux langues régionales de la région française du Nord-Pas-de-Calais. Son titre original est L'canchon Dormoire, autrement dit berceuse (mais aussi une parodie). Mais plus qu'une berceuse, cette chanson illustre la vie intime des ouvrières dans ce Nord du XIXe siècle[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le P’tit Quinquin a été chanté pour la première fois à Paris en 1855, et est connu bien au-delà de l'aire linguistique du picard. Simplement écrite à l'occasion des Fêtes de Lille, la berceuse est si populaire qu'elle contribue à souder l'identité culturelle du Nord de la France, au point de devenir la chanson de marche des soldats nordistes partant pour la guerre franco-prussienne de 1870. C’est en quelque sorte l’hymne officieux et populaire de la ville de Lille, sonné par le carillon du beffroi de la chambre de commerce de Lille[2].

L’interprète récent le plus célèbre du P’tit Quinquin est Raoul de Godewarsvelde (1928-1977).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Ancré dans la culture ch’timi, le P’tit Quinquin est représenté sous la forme d'une statue réalisée par Eugène Déplechin, au pied du monument à Alexandre Desrousseaux inauguré en 1902. Une réplique de la statue est visible au centre-ville de Lille, square Foch, à quelques pas de la Grand’Place. La statue originale a été restaurée par le sculpteur Philippe Stopin et a été déplacée à l'abri des intempéries à l’hôtel de ville de Lille.

Le P'tit Quiquin est souvent utilisé comme carillon dans les villes du Nord.[réf. nécessaire]

Références cinématographiques[modifier | modifier le code]

Après avoir assassiné son prétendant, et avant de tuer le propriétaire de son appartement, Catherine Deneuve alias Carole, devenue folle dans le film Répulsion (1965) de Roman Polanski fredonne la chanson en tricotant (comme la dentellière de Desrousseaux ?). Elle habite à Londres et dit venir de Bruxelles. L'actrice Yvonne Furneaux, qui joue le rôle de sa sœur, est née à Lille. C'est elle qui probablement suggéra cette idée.

Jenny Clève le chante dans Bienvenue chez les Ch'tis (2008) de Dany Boon.

Cela a aussi donné son nom au personnage principal du téléfilm en 4 parties P'tit Quinquin diffusée sur Arte (septembre 2014) et la chanson est chantée pour le générique.

Reprises et références littéraires[modifier | modifier le code]

  • Le P'tit Quinquin a été repris par le groupe de punk Les Suprêmes Dindes sur l'album Femmes Divines.
  • La chanson est citée par le chanteur Thomas Fersen dans les paroles de Cosmos (2005).
  • Dans Le tour de Gaule d'Astérix, alors que les deux protagonistes font étape à Camaracum (Cambrai), le marchand de "bêtises" assomme le centurion romain d'un coup de rouleau à pâtisserie en lui chantant "Dors mon p'tit Quinquin / Mon p'tit Quinquin / Mon p'tit Quintilius ..." (Uderzo & Goscinny, Le Tour de Gaule d'Astérix, Dargaud, 1965, p.16)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « P'tit Quinquin » (consulté le 19 mars 2010)
  2. Les premières mesures de la mélodie du P’tit Quinquin ont servi d'indicatif d'abord à Radio PTT Nord à Lille, puis, par la suite à Radio Lille, en usage jusque dans les années soixante. Par ailleurs, le capitaine Norbert Berthélémy a également repris la mélodie dans la Marche du 43ème Régiment d'Infanterie qu'il a composée et qui est exécutée jusqu'en Amérique latine.

Sur les autres projets Wikimedia :