Pêche électrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple d'électropêche sur petit cours d'eau (Uidh Mhich'ille Riabhaich, Royaume-Uni), rendue difficile par la présence de nombreux blocs de roches.
L'électropêche peut aussi se pratiquer en milieu très artificialisé. Il est recommandé d'alors bien vérifier la température et la conductivité de l'eau, pour infliger un stress minimal aux poissons et autres organismes aquatiques.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pêche.

La pêche électrique ou électropêche (electrofishing pour les anglophones) désigne tous les moyens de pêcher des organismes aquatiques (poissons en général) au moyen d'un courant électrique. Les poissons sont attirés puis paralysés par le champs magnétique, ainsi ils remontent à la surface.

C'est dans tous les cas un moyen de pêche interdit ou contrôlé ou réservé à certains usages, car permettant trop facilement d'accéder à la ressource, au risque de la faire rapidement disparaître par surexploitation de la ressource.

On peut distinguer deux types de pêche électrique ; en eau douce et en eaux marines.

L'électropêche est devenue à la fin du XXe siècle un moyen standard et très pratique d'étude des populations de poissons. Il a longtemps été considéré comme sans impacts significatifs sur la faune et les milieux (sans études le montrant). Puis, plus récemment, de nombreux travaux scientifiques, pour la plupart effectués dans les années 1990, ont montré que les impacts physiologiques et écologiques de ce mode de surveillance ne sont pas anodins ; si les poissons n'en meurent que rarement, un champ électrique inapproprié pour une espèce vulnérable peut provoquer des blessures internes non visibles, blesser[1] ou parfois tuer l'animal qui y est exposé, laisser des séquelles durables chez certains poissons et éventuellement affecter les embryons, alevins ou juvéniles.

Les poissons sont plus ou moins sensibles aux champs électriques selon leur espèce et leur âge ou le milieu (la conductivité de l'eau varie beaucoup selon sa salinité et dureté), mais toutes les espèces semblent pouvoir être affectées. En juin 2000, le National Marine Fisheries Service américain (NMFS) considérait qu’« il y a amplement assez de preuves que l'électropêche puisse causer des dommages graves pour les poissons et la position générale de l'Agence est d'encourager les chercheurs à rechercher d'autres moyens moins invasifs » (suivi par caméra subaquatique ; suivi par méthode acoustique (sonar/sondeur mono faisceau comme on le fait dans les lacs[2], ce qui implique de tenir compte des biais de la méthode[3] ; analyses par métabarcoding...).

Aux États-Unis, dès 1998, JL Nielsen a suggéré[4] à l’American Fisheries Society (AFS) d'élaborer des lignes directrices pour les méthodes d'échantillonnage moins invasives, et d'adopter et promouvoir une politique sur l'utilisation plus éthique de cet usage de l'électricité par les organismes fédéraux ou d'État, et de mieux réglementer toutes les activités de pêche électrique dans tous les habitats où vivent des poissons sauvages, au profit de méthodes alternatives d'étude (estimations visuelles[5],[6],[7] ou autres), moins invasives, chaque fois que possible dans tous les cas où il peut être démontré que l'électropêche peut significativement réduire la capacité d'une population à se maintenir, par exemple dans les nombreux endroits où certaines populations sauvages et menacées de salmonidés ne conservent plus que quelques dizaines de couples reproducteurs[4]. L'administration américaine a produit un tel guide en 2000[8].

Les projets d'utilisation pour la pêche industrielle en mer ont également soulevé des objections. L'Europe l'a interdite puis a accordé quelques dérogations pour des pratiques expérimentales, à la demande de représentants de la filière pêche[9].

Pêche électrique en eau douce[modifier | modifier le code]

Pêche électrique effectuée par deux scientifiques australiens (décembre 2007) pour le suivi d'une population d'espèce invasive (tilapias africains en l'occurrence, introduits en Australie et notamment trouvés dans l'Endeavour River[10].

Elle utilise un courant de faible intensité, généralement diffusé dans le cours d'une rivière à l'aide d'une perche contenant un conducteur électrique et terminée par un anneau. Cette perche est alimentée par une batterie .

Le matériel peut être tenu à la main, ou installé sur un bateau[11].

Beaucoup d'organismes aquatiques, et les poissons en particulier, disposent d'organes très sensibles aux champs électriques. Le champ électrique généré par le matériel de pêche électrique est inhabituellement élevé pour ces organismes. Il « choque » les poissons présents ; pas assez pour les tuer (à cette tension), mais assez pour les forcer à se laisser remonter entre deux eaux ou en surface, où ils peuvent facilement être récupérés grâce à une épuisette. Certains poissons (brochets par exemple[12]) peuvent précocement détecter le champ, l'opérateur ou le bateau et s'enfuir avant d'être étourdis.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Cette technique est interdite pour la pêche (alors assimilée à du braconnage).

  • Elle n'est légalement autorisée que pour réaliser des études sur les ressources halieutiques : comptage, mesures, pesée et éventuellement marquage / baguage. C'est alors une méthode à seul but scientifique et les poissons, après avoir retrouvé leurs « esprits » et avoir été ré-oxygénés, sont relâchés dans le milieu naturel.
  • Toujours par un personnel autorisé (ex : ONEMA en France), elle peut être utilisée pour récupérer plus facilement des poissons dans un milieu qui doit être vidé de son eau ou détruit (par le passage d'une infrastructure par exemple), afin de transférer ces poissons vers un autre habitat.
  • Dans les mêmes conditions, dans le cadre d'une gestion restauratoire des ressources, la pêche électrique peut permettre de récupérer la semence de reproducteurs, pour insémination artificielle d'œufs, à fin d'élevage pour réintroduction dans le milieu.
  • Un faible champ électrique tue les embryons de poissons d'autant plus qu'ils sont gros. Un auteur[13] a sur cette base proposé que le matériel de pêche électrique puisse dans certains cas particuliers être utilisé pour protéger certaines espèces autochthones menacées (à petits embryons) en éliminant des espèces invasives à gros embryons telles qu'Oncorhynchus mykiss (à la date de l'intervention). Néanmoins d'autres études montrent que la croissance des autres embryons peut ensuite être freinée, même s'ils ne meurent pas. Les effets physiologiques profonds étant encore mal connus, la prudence et une étude d'impact préliminaire sont recommandées quand des espèces menacées sont en jeu.

Risques et impacts écologiques[modifier | modifier le code]

Un impact positif reconnu est la contribution de cet « outil » au monitoring des populations de poissons, particulièrement dans les systèmes lotiques[14].

Effets négatifs sur les poissons[modifier | modifier le code]

De nombreux organismes aquatiques d'eau douce et marins, notamment vivant dans les eaux turbides, sont très sensibles à de faibles champs électriques, dont les poissons[15]. Certains poissons comme le poisson-torpille exploitent cette vulnérabilité en émettant des décharges électriques capables de tuer ou assommer leur proie ou pour se défendre. La pêche électrique a été longtemps utilisée sans qu'on se soit préoccupé de ses impacts indirects ou différés sur les poissons et leur environnement. Elle a fait l'objet d'inquiétudes[16],[17] et de plusieurs protocoles d'évaluation d'impacts dans les années 1990[18],[19],[20]. Les impacts physiologiques des champs électriques sur le poisson commencent à être mieux compris pour certaines espèces (truite arc-en-ciel en particulier[21],[22],[23], assez pour déjà pouvoir réduire certaines blessures chez certaines espèces (truite arc-en-ciel par exemple[24]), mais sans l'être complètement, à long terme notamment[25].

Outre qu'elle peut être utilisée pour braconner, la pêche électrique produit en effet diverses séquelles chez certains poissons :

  • Blessures[26],[27], Schill, D. J., et K. F. Beland. 1995. Electrofishing injury studies : a call for a population perspective. Fisheries 20(6):28–29.
  • Modification physiologiques (du sang par exemple[28]).
  • Retard de croissance[29],[30] (notamment en cas d'exposition répétée[31]).
  • Mortalité à court terme d'embryons (d'autant plus que l’embryon est développé[13]).
  • Mortalité à court terme de juvéniles[32].
  • Mortalité à court ou moyen terme d'adultes, rare (1 % des poissons environ) si le matériel est correctement utilisé, mais plus importante en cas de tension trop élevée ou d'exposition répétée d'un même poisson[33] ou de tension élevée[34],[35],[36].
  • Moindre fertilité[37].
  • Dommages à la moelle épinière, observables à l'autopsie, et détectés dès les années 1960 par les biologistes[38],[39],[40],[41].
  • Changements comportementaux, peut-être en raison de dommages au système nerveux[42].
  • Moindre survie, dont à cause d'une augmentation de la vulnérabilité à la prédation en aval ou après le traitement, pour des poissons exposés à l'air[43], blessés ou encore choqués)[44],[45] etc.
  • Moindre capacité à réussir la ponte, dont chez des espèces menacées telles que Xyrauchen texanus[46].
  • Impacts sur les capacités de survie des embryons[13] ou larves, avec des effets différents selon le stade de développement embryonnaire (épibolie / gastrulation...), la durée d'exposition et le type d'impulsion électrique. Ces effets ont été étudiés dans les années 1990 en laboratoire chez le poisson Xyrauchen texanus[47]. Chez cette espèce, à la 4e semaine, la survie des larves ayant subi un choc électrique n'est pas diminuée, mais leur croissance sera réduite[47]. pour cette espèce, un champ électrique nuit à la survie des embryons et larves d'une frayère au-delà d'une intensités de champ électrique d'l V / cm.
  • Effets sur le système immunitaire des embryons ou alevins, étudiés en Amérique du Nord chez le saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha).
  • Effets sur le système immunitaire des poissons juvéniles ; il existe mais semble ne durer que quelques dizaines d'heures[48], chez lequel on a montré qu'un choc électrique a un effet immunosuppresseur pour plusieurs dizaines d'heures, en supprimant la capacité des leucocytes à générer des anticorps, 3 h après l'exposition à l'électrochoc pulsé (dans ce cas une impulsion de 300 V, 50 Hz, durant 8 ms). Cette fonction étant récupérée en 24 h environ, l'effet ne serait que provisoire. Il est en outre également constaté, avec une durée et une ampleur comparables lors d'exposition à d'autres types de stress aigu. Le mécanisme probable est une élévation des concentrations plasmatiques de cortisol (hormone de stress) induite par l'électrochoc. D'autres fonctions immunitaires dépendant des lysozymes des muqueuses, et de l'activité respiratoire ne semblent par affectées par un électrochoc. L'électrochoc ne semble pas aggraver l'infection ni le nombre d'individus morts, mais diminuer le temps de survie des poissons malades. Les auteurs concluent qu'en condition normale d'utilisation, la pêche électrique n'aggrave pas le risque pour une population de développer anormalement des maladies.
  • L'exposition à l'air pour les mesures et la prise de poids du poisson a elle-même des conséquences aggravantes[49]. La truite arc-en-ciel a une performance à la nage diminuée par l'exposition à l'air, ou par un choc électrique (courant continu lors de l'expérience)[49]. L'épuisement du poisson augmente avec la durée de l'exposition à l'air (0–4 min) après le choc électrique ; qui se traduit par une prolongation progressive de l'incapacité à nager contre le courant (durant 1 à 6 h)[49]. Le choc électrique lui-même diminue chez la truite arc-en-ciel l'endurance à la nage de manière identique à un exercice forcé de 5 minutes, probablement en raison d'une chute du pH intracellulaire[49].

En Amérique du Nord, avec l'aide de l'U.S. Fish and Wildlife Service et de l'Aquarium du Tennessee, les séquelles de la pêche électrique sur deux espèces menacée et en voie de disparition ont été étudiées à l'université d'Alaska[50],[51] ; les poissons en question étant Notropis mekistocholas et Cyprinella monacha, respectivement en Caroline du Nord et dans les bassins versants sud des Appalaches (non pas sur des spécimens sauvages, mais sur des stocks résultant d'élevages en écloserie dans le cadre de plans de restauration de ces espèces).

Des groupes de 18 à 21 de ces poissons issus d'élevages ont — dans des conditions contrôlées — été exposés à des champs électriques durant 3, 6, 12, 24 ou 48 secondes, à des tensions de 140, 240 ou 340 V et avec des impulsions différentes (AC, DC, 60 ou 120 Hz). La réponse dominante des poissons a varié d'une brusque modification de comportement (fuite) à une paralysie en passant par des troubles de l'équilibre.

Les poissons ayant subi ces expérimentations ont été maintenus dans l'eau et comparés à un groupe témoin durant 36 heures après le maltraitement. Des blessures internes dues à la pêche électrique ont été évaluées chez les poissons maltraités par la dissection et examen au microscope et des radiographies dorso-ventrales et latérales ont été faites (avec du matériel de mammographie et des écrans intensificateurs) pour les poissons survivants comme pour ceux qui sont morts.

Ces travaux préliminaires ont montré que ces petits poissons menacées de disparition peuvent être échantillonnés par la pêche électrique avec des blessures et une mortalité minimisées si des champs électriques appropriés sont utilisés (en termes de tension et de forme d'onde), en évitant les frayères et les zones fréquentées par les alevins dans la mesure du possible[47]. Les auteurs ont toutefois conclu que « le risque de mortalité minime peut être ou ne pas être acceptable pour les Agences ou organismes chargés de la protection ou gestion de ces espèces » et que le choix de la tension doit être sur le terrain fondé sur la réponse du poisson, et que les opérateurs de terrain devrait minimiser la tension en fonction de la réponse du poisson[52].

D'autres expériences ont porté sur des poissons plus communs, tels que la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss). Par exemple, 350 jeunes truites (issues d'élevage en captivité) ont été exposés à un champ électrique induit par un courant de 300 V (DC ou en continu à basse fréquence (30‑Hz) DC pulsée en un ou trois électrochocs. La mortalité directe était faible (1 % environ) dans tous les cas, mais des blessures constatables concernaient 15 à 39 % des poissons exposés, le PDC[Quoi ?] provoquant le plus grand nombre de blessures (mais généralement moins sévères) qu'avec le DC. L'exposition à plusieurs chocs causait plus de lésions de la moelle épinière qu'un seul passage dans le champ électrique. Les poissons plus grands et plus lourds ont présenté plus de blessures à la moelle épinière (blessures fréquemment observées chez les poissons exposés à des champs électriques importants[53]). Les poissons électrochoqués ont ensuite présenté un taux de croissance réduit, sans différence statistiquement significative induite par le type de maltraitement. La croissance en longueur a été significativement réduite avec chez les poissons présentant les blessures les plus graves. La croissance ne semble pas directement affectée par les électrochocs, mais secondairement, par les lésions médullaires induites, la crise de croissance étant proportionnelle à la sévérité des dommages à la moelle. Si on extrapole ces données expérimentales au terrain, les études où moins de 20 % d'une population de truites sont échantillonnées par pêche électrique devraient induire une diminution moyenne de 3 % ou moins de la croissance de la population (avec électrochocs de type DC ou (30‑Hz) pulsed DC).

Effets adverses sur d'autres espèces[modifier | modifier le code]

Ils ne semblent pas avoir fait l'objet de recherches importantes. Même si le champ électrique était sans effets sur les invertébrés, quand la pêche électrique est pratiquée à pied et non en bateau, le risque existe d'écraser des espèces vivant dans le substrat, dont par exemple des moules d'eau douce à la coquille assez fragile de type Unio/anodontes, notamment de jeunes individus appartenant éventuellement à une espèces menacée telle que la mulette perlière Margaritifera margaritifera[54].

Législation[modifier | modifier le code]

En Europe la pêche électrique est réservée aux seules autorités halieutiques compétentes (ex : ONEMA en France). Elle est interdite depuis 1998, pourtant les Pays-Bas ont obtenu une dérogation en 2006.

Au Québec, il faut un permis spécial délivré par le Ministère pour la capture des animaux sauvages à des fins scientifiques, éducatives ou de gestion de la faune.

Directives et recommandations[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, des guides et manuels d'aide à la rédaction de protocoles[55], et une directive (« Guideline ») de 2006[56] ont été publiés. La directive de 2006 est destinée aux équipes de terrain et à leurs superviseurs, pour notamment mieux protéger les salmonidés menacés des effets secondaires ou collatéraux de l'électropêche. Elle porte sur les poins suivants :

Formation et acquisition d'expérience appropriées aux techniques d'électropêche[56].

Cette formation peut être acquise via des programmes[57] offerts par le US Fish and Wildlife Service et le Centre de formation national à la conservation, qui abordent le propriétés de l'électricité, les circuits électriques, la formation à la sécurité, et qui sensibilisent sur les blessures faites aux poissons, et aux moyens de les minimiser.

Un chef d'équipe doit avoir une expérience d'au moins 100 heures de pratique de pêche électrique utilisant un équipement similaire à ceux que l'équipage utilisera. L'expérience du chef d'équipe doit être documentée et disponible pour confirmation (sous forme d'un journal de bord par exemple). La formation des équipes inexpérimentées doit avoir lieu dans des eaux ne contenant pas d'espèces figurant sur la liste des espèces de poissons menacés de l'ESA.

La formation de terrain doivent comporter les éléments suivants :

  1. Examen des directives et recommandations du fabricant des équipements (y compris pour l'entretien matériel de base) ;
  2. Définitions de la terminologie de base (ex narcose, galvanotaxie, tétanie...) et des explications sur la façon dont le champ électrique peut attirer les poissons et agir sur leur système nerveux et musculaire.
  3. Une démonstration du rôle de chaque membre de l'équipe, et de la bonne utilisation des équipements de pêche électrique (incluant une explication sur la façon dont ces engins peuvent blesser des poissons et comment reconnaître les symptômes de blessures internes).
  4. Une démonstration des bonnes pratiques en matière de manipulation des poisson (le maintenir à l'air aggrave le stress du à l'électrochoc), éventuellement anesthésié et des techniques de réanimation.
  5. Une session de terrain, où les néophytes vont effectivement exécuter chacun des rôles des membres d'un équipage de pêche électrique.

Meilleure coordination de la recherche[56] :

Pour limiter tout stress inutile pour les poissons, les activités de recherche doivent être coordonnées entre les différents organismes et parties prenantes pour d'éviter la redondance de plusieurs pêche électrique au même endroit et ne pas suréchantillonner de petites populations.

Les chercheurs devraient chercher activement à mieux partager leurs données sur les espèces menacées ou en voie de disparition afin d'améliorer le rendement des résultats d'échantillonnages de poisson. Le NMFS invite les agences d'État impliquées dans la pêche à jouer un rôle majeur dans la coordination de la recherche sur les salmonidés et il encourage les chercheurs à discuter de leurs plans d'études avec ces organismes avant d'approcher le NMFS pour obtenir un permis de l'ESA.

Pré-enquêtes sur le site, pour optimiser le réglage des équipements[56] :

  1. Pour éviter tout contact avec des adultes reproducteurs ou des frayères actives, les chercheurs doivent faire une enquête, au moins visuelle, minutieuse de la zone à échantillonner avant de commencer toute pêche électrique.
  2. Avant tout début de l'échantillonnage sur un nouveau site, la température et la conductivité de l'eau doivent être mesurées pour évaluer et ajuster les paramètres d'électrochoc. Aucune pêche électrique devrait être pratiquée quand la température de l'eau dépasse 18 °C ou quand elle est susceptibles de s'élever au-dessus de cette température avant la fin d'une pêche électrique (en outre, des études scientifiques du NMFS ont conclu qu'aucune pêche électrique ne devrait avoir lieu dans les bassins côtiers de la Californie quand la conductivité de l'eau dépasse 350 {microS}/cm), sachant qu'en eau stagnante ou faciès très lentique, la température peut varier selon la profondeur et l'ensoleillement.
  3. Chaque fois que possible, un filet devait être placé en aval de la zone échantillonnée pour récupérer les poissons étourdis qui peuvent dériver.
  4. Le bon état de l'équipement doit être vérifié et les opérateurs doivent passer les contrôles de pré-saison du fabricant, respecter toutes les dispositions, et d'enregistrer par écrit leurs travaux d'entretien majeur dans un journal de bord.
  5. Chaque séance de pêche électrique doit commencer avec la vérification des paramètres suivants : tension (jamais plus de 400 volts en Californie), niveau d'impulsion et de fréquence réglés sur le minimum nécessaire à la capture des poissons en les blessant le moins possible. Ces paramètres peuvent être progressivement augmentés uniquement jusqu'au seuil permettant une paralysie suffisante des poissons pour leur capture, sans jamais dépasser un maximum fonction de la conductivité (selon la directive américaine de 2006, pour un équipement portable, la tension initiale doit être 100 V ; elle peut être portée au maximum à 1 100 V dans une eau à faible conductivité (moins de 100 μS/cm) ; max, elle ne doit pas dépasser 800 V pour une conductivité comprise entre 100 et 300 μS/cm et ne jamais dépasser 400 V pour une conductivité de plus de 300 μS/cm) ; le réglage initial doit correspondre à des impulsions de 500 μs portées au maximum à 5 ms. La fréquence initiale doit être 30 Hz, portée au maximum à 70 Hz (sachant que les blessures aux poissons augmentent à partir de 40 Hz).
  6. Seuls un courant continu (CC) ou un système à redresseur produisant des impulsions de courant continu peuvent et doivent être utilisé.

Préconisations techniques[56] :

  1. L'échantillonnage est à commencer en basse tension et en courant continu, en augmentant progressivement la tension jusqu'à ce que les poissons se laissent capturer.
  2. Si la capture de poissons ne réussit pas en courant continu, l'opérateur peut alors jouer sur la tension et la fréquence d'impulsion (durée, amplitude et fréquence).
  3. L'opérateur doit chercher à minimiser les dommages aux poissons. Un segments de cours d'eau doit être échantillonnés méthodiquement, en déplaçant l'anode en continu selon un motif en chevrons (si la configuration du cours d'eau leu permet) dans l'eau. Des précautions doivent être prises dans les zones où les concentrations de poissons sont élevées, en présence d'entrelacs de bois mort, racines ou berges surcreusées ou surplombantes) et en eaux peu profondes où les pêcheurs souhaitent souvent des comptages de juvéniles de salmonidés. Les gradients de tension peut être trop élevée quand les électrodes sont en eau peu profonde où les couche limite (surface de l'eau et du substrat) tendant à intensifier le champ électrique.
  4. Ne pas opérer dans un même lieu durant une période prolongée (par exemple, sous des berges surplombantes) et inspecter régulièrement les filets recueillant les poissons tétanisés.
  5. Les poissons ne doivent jamais entrer en contact avec l'anode (la zone de préjudice potentiel pour les poissons est d'environ 50 cm autour de l'anode).
  6. Les opérateurs d'une pêche électrique doivent être toujours attentifs à l'état du poisson et modifier ou annuler l'échantillonnage en cas de problèmes tels que des temps anormalement longs de récupération du poisson, présence de symptômes de stress ou blessures, mortalité (surtout en présence d'espèces menacées ou protégées).
  7. Les personnes manipulant les épuisettes doivent éloigner les poissons étourdis du champ électrique le plus vite possible.

Traitement des échantillons et rédaction des documents[56] :

  1. Les poissons doivent être étudiés aussitôt que possible après leur capture, pour minimiser leur stress, ce qui implique une équipe bien préparée et formée, et un nombre suffisant de personnes dans les lieux a priori riches en poissons.
  2. Toute procédure d'échantillonnage doit être assortie d'un protocole à respecter pour la protection du poisson. Les opérateurs doivent veiller à maintenir de bonnes conditions dans les récipients, à ne pas y mettre trop de poissons, et le cas échéant au fonctionnement des pompes à air, aux transferts d'eau, etc, tant que nécessaire. Les gros poissons et prédateurs devraient être séparés des poissons-proies de petite taille plus petite, pour limiter le risque de prédation dans les bacs de confinements.
  3. L'utilisation d'un anesthésique adaptée et homologuée peut réduire le stress des poissons. Elle est recommandée quand une manipulation additionnelle de poisson est nécessaire (par exemple pour les mesures de taille, poids, le marquage, la recherche de parasites, etc.).
  4. Les poissons doivent être manipulés avec précaution (par exemple, à l'ombre, en utilisant une table de mesure mouillée par arrosage, en évitant toute surpopulation dans des seaux, etc.).
  5. L'état général du poisson doit être observé, ainsi que les symptômes de trauma interne (par exemple via un allongement du temps de récupération, changements de couleurs, symptômes de lésions de la moelle). Chaque poisson devrait être complètement rétabli avant d'être relâché à l'endroit où il a été capturé. Un plan visant à atteindre un bon retour dans l'habitat approprié devrait être mis au point avant chaque séance d'échantillonnage. En outre les poissons figurant sur la liste des espèces menacée doivent être traités et relâchés en priorité.
  6. Les paramètres pertinents de qualité de l'eau (conductivité et température notamment) et les comptes-rendu d'échantillonnage (décrivant notamment les paramètres de choc, l'état des poissons, les blessures, le taux de mortalité) devraient être enregistrées dans un journal de bord pour améliorer la technique et aider les opérateurs à en former de nouveaux. Les données de blessures ou de mortalité doivent inclure celles dues à l’échantillonnage par électropêche, mais aussi dues aux manipulations des poissons.

Pêche électrique en eaux marines[modifier | modifier le code]

Elle est interdite en Europe, en raison de ses impacts sur certaines espèces particulièrement sensibles aux champs électriques (raies par exemple) et en raison du risque qu'elle soit utilisée pour surexploiter certaines ressources halieutiques. Néanmoins, des dérogations ont été accordées pour certains chaluts expérimentaux.

Des projets, prototypes[58] de divers types[59], et des tests d'adaptation de systèmes d'impulsion électrique (entre 10 et 20 volts) à la pêche au chalut de fond en mer existent depuis la fin du XXe siècle (1998)[60]. Le principe est que la partie avant du chalut, garnie d'électrodes, engendre un champ électrique faisant que le poisson plat ou la crevette se décolle du fond pour être « cueilli » par le filet qui suit[61], au lieu d'utiliser des chaînes qui remuent le fond et pour forcer les poissons à entrer dans le filet, parfois en le blessant.

En Europe, une interdiction européenne concernait la pêche électrique considérée comme aussi dangereuse que « la pêche au poison ou à la dynamite[9] » en termes de moyen de surexploiter une ressource, et « à la suite de l’observation d’effets nocifs sur les raies »[62]. Cette interdiction a freiné le développement de cette technique[60], mais à la faveur d'une dérogation demandée et obtenue par les Pays-Bas en 2006[9] et à certaines conditions[63], des tests ont été faits ou proposés par des pêcheurs néerlandais[64] sur un chalutier de 41 m[65] de Texel, en Flandre belge ou France dans les années 2000[66] cette solution pour récolter des crustacés de fonds (crevettes en l'occurrence) ou des poissons plats.

Avantages : selon les promoteurs de cette technique[67], les tests faits en Europe, avec un chalutier de 25,5 m[68] tirant deux chaluts à impulsions électriques sont prometteurs ; avec la pêche électrique en mer, les chaluts et le matériel de trait sont allégés, et ils diminuent la consommation de fuel (20 à 40 % de moins), avec beaucoup moins de perturbation du fond, et moins de captures accessoires à rejeter. Selon les promoteurs de cette technique, avec des impulsions d'une douzaine de volts, les poissons de fond ne sont ni paralysés ni tués par l'électricité (comme avec la pêche électrique de comptage), mais ils sont forcés à se décoller du fond, ce qui permet d'utiliser un chalut endommageant moins le fond[69] ; un chalut équipé d'une générateur d'impulsions électriques n'aurait en effet plus besoin de racler la couche superficielle de sable ou vase qui est aussi l'habitat d'autres espèces, dont les poissons plats et un grand nombre d'autres organismes. L'expérience ayant montré qu'en présence d'un champ électrique assez intense, la crevette a le réflexe de « sauter » au dessus de fond[66], ce qui permet une capture plus aisée (sans limiter le risque de surpêche). Ce mode de pêche se développerait aussi en Chine (qui disposait de 3000 bateaux de pêche à la crevette opérant en zone tropicale dans les années 1990[66])

Inconvénients : cette technique de pêche peut contribuer à une diminution plus rapide de la ressource, er[Quoi ?] sans que d'éventuels impacts indirects de ces méthodes semblent avoir été étudiés. Le WWF a dénoncé « une méthode de pêche destructrice » qui pourrait avoir, comme le notait le CIEM[70], « des effets très néfastes sur les requins et les raies, sensibles à l'électricité ». Sans parler des « impacts encore inconnus sur l'écosystème marin »[9].

Résultats économiques[modifier | modifier le code]

Si les premiers tests européens laissent penser que le nombre d'individus capturés est moindre (le turbot serait fortement touché, mais la plie moins touchée), en revanche, les poissons n'étaient pas abîmés par le procédé et ils se sont mieux vendus aux enchères, avec un bénéfice globalement légèrement supérieur pour le pêcheur[60].

La question des impacts et de la rentabilité à moyen et long terme n'est pas tranchée. Pour Greenpeace (en 2006), « Tout cela pour dissimuler une méthode archaïque et brutale, avec comme effet des décharges électriques sur les juvéniles et les pontes enfouies dans les sédiments[9]! ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pêche professionnelle
Exemples de guides de bonnes pratiques pêche/aquaculture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Reynolds, J. B. 1996. Electrofishing. Pages 221–253 in B. R. Murphy and D. W. Willis, editors. Fisheries techniques, 2nd edition. American Fisheries Society, Bethesda, Maryland.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reynolds, J. B., et A. L. Kolz. 1988. Electrofishing injury to large rainbow trout. North American Journal of Fisheries Management 8:516-18.
  2. Guillard J & Gerdeaux D (1993) In situ determination of the target strength of roach (Rutilus rutilus) in lake Bourget with a single beam sounder ; Aquatic Living Resources, 6(03), 285-289 (résumé)
  3. Appenzeller A. R., W. C. Legget, 1992. Bias in hydroacoustic estimates of fish abundance due to acoustic shadowing : evidence from day-night surveys of vertically rnigrating. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 49, 2179-2189
  4. a et b Nielsen, JL ; 'Electrofishing California's Endangered Fish Populations ; Fisheries [Fisheries]. Vol. 23, n° 12, pp. 6-12. décembre 1998.
  5. Hankin, D. G., et G. H. Reeves. 1988. Estimating total fish abundance and total habitat area in small streams based on visual estimation methods. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 45:834-844.
  6. Nielsen, L. A., et D. L. Johnson, editors. 1983. Fisheries techniques. American Fisheries Society, Bethesda, Maryland.
  7. Schreck, C. B., et P. B. Moyle, editors. 1990. Methods for fish biology. American Fisheries Society, Bethesda, Maryland.
  8. NOAA, Guidelines for Electrofishing Waters Containing Salmonids Listed Under the Endangered Species Act , 5 pages, PDF, juin 2000
  9. a, b, c, d et e Losson Christian, Bruxelles rétablit la pêche à la ligne... électrique A la demande des Pays-Bas, les 25 ont autorisé la technique «pulse», Libération 2006/12/23
  10. Cape York Peninsula Pest management Plan ; Document de référence pour 2006 - 2011)
  11. DELAWARE DIVISION OF FISH & WILDLIFE, DNREC ; http://www.fw.delaware.gov/Fisheries/Documents/electrofish.pdf
  12. US FWS DELAWARE DIVISION OF FISH & WILDLIFE, DNREC ; Fish Monitoring via Electrofisher D Raver, US FWS
  13. a, b et c R. J. Bohl, T. B. Henry, R. J. Strange ; Electroshock-induced mortality in freshwater fish embryos increases with embryo diameter: a model based on results from 10 species ; On line : 10 MAR 2010 ; DOI: 10.1111/j.1095-8649.2010.02552.x © 2010 The Authors. Journal compilation © 2010 The Fisheries Society of the British Isles Issue Journal of Fish Biology Journal of Fish Biology Volume 76, Issue 4, pages 975–986, March 2010.
  14. Bohlin, T., S. Hamrin, T. G. Heggberget, G. Rasmussen, et S. J. Saltveit. 1989. Electrofishing—theory and practice with special emphasis on salmonids. Hydrobiologia 173:9–43.
  15. Lamarque, P. 1990. Electrophysiology of fish in electric fields. Pages 4–33 in I. G. Cowx and P. Lamarque, editors. Fishing with electricity: applications in freshwater fisheries management. Fishing News Books, Oxford, UK.
  16. Snyder, D. E. 1992. Impacts of electrofishing on fish. Final Report of Colorado State University Larval Fish Laboratory to U.S. Bureau of Reclamation, Salt Lake City, Utah, and to Glen Canyon Environmental Studies, Aquatic Coordination Team, Flagstaff, Arizona.
  17. Snyder, D. E. 1995. Impacts of electrofishing on fish. Fisheries 20(1):26–27.
  18. Kolz, A. L. 1993. In-water electrical measurements for evaluating electrofishing systems. U.S. Fish and Wildlife Service Biological Report 11.
  19. Horak, D. L., et W. D. Klein. 1967. Influence of capture methods on fishing success, stamina, and mortality of rainbow trout (Salmo gairdneri) in Colorado. Transactions of the American Fisheries Society 96:220–222.
  20. Jesien, R., et R. Hocutt. 1990. Method for evaluating fish response to electric fields. Pages 10–18 in I. G. Cowx, editor. Developments in electric fishing. Fishing News Books, Oxford, UK.
  21. Schreck, C. B., R. A. Whaley, M. L. Bass, O. E. Maughan, et M. Solazzi. 1976. Physiological responses of rainbow trout (Salmo gairdneri) to electroshock. Journal of the Fisheries Research Board of Canada 33:76–84.
  22. Taube, T. T. 1992. Injury, survival and growth of rainbow trout captured by electrofishing. Master’s thesis. University of Alaska, Fairbanks.
  23. Thompson, K. G., E. P. Bergersen, et R. B. Nehring. 1992. Injuries to brown trout and rainbow trout induced by capture with pulsed direct current. North American Journal of Fisheries Management 17: 141–153.
  24. Sharber, N. G., S. W. Carothers, J. P. Sharber, J. C. de Vos, Jr., et D. A. House. 1994. Reducing electrofishing-induced injury of rainbow trout. North 918 AINSLIE ET AL. American Journal of Fisheries Management 14: 340–346.
  25. Thompson, K. G., E. P. Bergersen, R. B. Nehring, et D. C. Bowden. 1992b. Long-term effects of electrofishing on growth and body condition of brown trout and rainbow trout. North American Journal of Fisheries Management 17:154–159.
  26. Hauck, F. R. 1949. Some harmful effects of the electric shocker on large rainbow trout. Transactions of the American Fisheries Society 77:61–64.
  27. Hollender, B. A., and R. F. Carline. 1994. Injury to wild brook trout by backpack electrofishing. North American Journal of Fisheries Management 14: 643–649.
  28. Bouck, G. R., and R. C. Ball. 1966. Influence of capture methods on blood characteristics and mortality in the rainbow trout (Salmo gairdneri). Transactions of the American Fisheries Society 95:170–176.
  29. Dalbey, S. R., T. E. McMahon, et W. Fredenberg. 1996. Effect of electrofishing pulse shape and electrofishing- induced spinal injury on long-term growth and survival of wild rainbow trout. North American Journal of Fisheries Management 16:560–569
  30. Gatz, A. J., Jr., J. M. Loar, et G. F. Cada. 1986. Effects of repeated electroshocking on instantaneous growth of trout. North American Journal of Fisheries Management 6:176–182.
  31. Gatz, A. J., Jr., and S. M. Adams. 1987. Effects of repeated electroshocking on growth of bluegill 3 green sunfish hybrids. North American Journal of Fisheries Management 7:448–450.
  32. Dwyer, W. P., et R. G. White. 1997. Effect of electroshock on juvenile Arctic grayling and Yellowstone cutthroat trout growth, 100 days after treatment. North American Journal of Fisheries Management 17:174–177.
  33. Habera, J. W., R. J. Strange, B. D. Carter, et S. E. Moore. 1996. Short-term mortality and injury of rainbow trout caused by three-pass AC electrofishing in a southern Appalachian stream. North American Journal of Fisheries Management 16:192–200.
  34. Hudy, M. 1985. Rainbow trout and brook trout mortality from high voltage AC electrofishing in a controlled environment. North American Journal of Fisheries Management 5:475–479.
  35. McMichael, G. A. 1993. Examination of electrofishing injury and short-term mortality in hatchery rainbow trout. North American Journal of Fisheries Management 13:229–233.
  36. Pratt, V. S. 1955. Fish mortality caused by electrical shockers. Transactions of the American Fisheries Society 84:93–96.
  37. Marriott, R. A. 1973. Effects of electric shocking on fertility of mature pink salmon. Progressive Fish- Culturist 35:191–194.
  38. Gill, C. D., et D. M. Fisk. 1966. Vertebral abnormalities in sockeye, pink, and chum salmon. Transactions of the American Fisheries Society 95:177– 182.
  39. Fredenberg, W. 1992. Evaluation of electrofishinginduced spinal injuries resulting from field electrofishing surveys in Montana. Montana Department of Fish, Wildlife, and Parks, Report, Helena
  40. McCrimmon, H. R., and B. Bidgood. 1965. Abnormal vertebrae in the rainbow trout with particular reference to electrofishing. Transactions of the American Fisheries Society 94:84–88.
  41. Sharber, N. G., et S. W. Carothers. 1988. Influence of electrofishing pulse shape on spinal injuries in adult rainbow trout. North American Journal of Fisheries Management 8:117–122.
  42. Mesa, M. G., et C. B. Schreck. 1989. Electrofishing mark–recapture and depletion methodologies evoke behavioral and physiological changes in cutthroat trout. Transactions of the American Fisheries Society 118:644–658.
  43. Mitton, C. J. A., et D. G. McDonald. 1994a. Consequences of pulsed DC electrofishing and air exposure to rainbow trout (Oncorhynchus mykiss). Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 51:1791–1798.
  44. Barbara J. Ainslie, John R. Post, et Andrew J. Paul ; Effects of pulsed and continuous DC electrofishing on juvenile rainbow trout - North American Journal of Fisheries Management 18:905–918, 1998.
  45. Maxfield, G. H., R. H. Lander, et K. L. Liscom. 1971. Survival, growth, and fecundity of hatchery-reared rainbow trout after exposure to pulsating direct current. Transactions of the American Fisheries Society 100:546–552.
  46. Muth, R. T., et J. B. Ruppert. 1996. Effects of two electrofishing currents on captive ripe razorback suckers and subsequent egg-hatching success. North American Journal of Fisheries Management 16: 473–476.
  47. a, b et c Robert T. Muth; Jack B. Ruppert ; Effects of Electrofishing Fields on Captive Embryos and Larvae of Razorback Sucker ; North American Journal of Fisheries Management Volume 17, Issue 1, 1997, pages 160 - 166 ; DOI:10.1577/1548-8675(1997)017<0160:EOEFOC>2.3.CO;2.
  48. Scott P. Vanderkooi, Alec G. Maule et Carl B. Schreck ; The Effects of Electroshock on Immune Function and Disease Progression in Juvenile Spring Chinook Salmon ; Transactions of the American Fisheries Society 130:397–408, 2001.
  49. a, b, c et d Mitton, C. J. A., et D. G. McDonald. 1994. Effects of electroshock, air exposure, and forced exercise on swim performance in rainbow trout (Oncorhynchus mykiss). Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 51:1799–1803.
  50. Holliman, F. M., J. B. Reynolds, et T. J. Kwak. 2003. A predictive risk model for electroshock-induced mortality of the endangered Cape Fear shiner. North American Journal of Fisheries Management 23: 905-912.
  51. Holliman, F. M., J. B. Reynolds, et T. J. Kwak. 2003. Electroshock-induced injury and mortality in the spotfin chub, a threatened minnow. North American Journal of Fisheries Management 23: 962-966.
  52. Electrofishing Injury and Short-Term Mortality of Threatened and Endangered Minnows (Résumé de travaux scientifiques, par THOMAS J. KWAK
  53. [Kocovsky, P. M., C. Gowan, K. D. Fausch, et S. C. Riley. 1997. Spinal injury rates in three wild trout populations in Colorado after eight years of backpack electrofishing. North American Journal of Fisheries Management 17:308–313.]
  54. Motte, G. (2006). Moule perlière Margaritifera margaritifera (Linnaeus, 1758) Mulette perlière. Cahiers « Natura 2000 », voir p 19/136.
  55. Terraqua, Inc. ; Wauconda, WA ; A field manual for the Electrofishing Protocol of the upper Columbia monitoring strategy, version de travail, 2009, éditée le 7 avril 2009, PDF, 22 pages
  56. a, b, c, d, e et f Guidelines for Electrofishing Waters Containing Salmonids Listed Under the Endangered Species Act June 2000 PDF, 5 pages]
  57. Exemple de programme de formation à l'électropêche (USA), pour 2009
  58. Principe du Pulscor (en néerlandais)
  59. Exemples (illustration/Google) de prototypes de chaluts pour pêche électrique en mer
  60. a, b et c Explications (dont sur les résultats) du procédé Pulskor (en néerlandais), consulté le 2011/04/01
  61. Schéma de principe du procédé de chalut électrique (elektrisch vistuig en néerlandais)
  62. Schark Alliance ; Le point de vue de Shark Alliance sur l’élaboration d’un Plan d’action européen pour la conservation des requins, 2 pages
  63. [Les bateaux de pêche opérant dans les zones IVb et IVc seront autorisés à utiliser l'électricité pour la pêche à titre expérimental et moyennant le respect de conditions strictes ; Source : Europa Press Releases
  64. Description de programmes de recherche aux Pays-bas sur la pêche par impulsions électriques (poissons et crevette en mer), en néerlandais
  65. Chalutier TX 68, de Texel
  66. a, b et c Revue visserijnieuws ; België ontwikkelt garnalenpulskor zaterdag, 2007/01/10, en néerlandais
  67. Pulse trawl (Orion BV, compagnie de pêche), consulté le 2011/04/01
  68. Chalutier UK 153, de la compagnie Orion BV
  69. À propos de la Pêche électrique des espèces de fond, soutenue par l'ILVO (Ministère flamand chargé de la pêche]
  70. Portail du CIEM