Pétrel diablotin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Pétrel diablotin (Pterodroma hasitata), aussi appelé Diablotin errant, est une espèce d'oiseau de mer de la famille des Procellariidae, vivant dans la partie ouest de l'Atlantique.

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

Cet oiseau est long de 35 à 46 cm et a une envergure de 89 à 102 cm.

Comportement[modifier | modifier le code]

Locomotion[modifier | modifier le code]

Le vol du Pétrel diablotin est caractéristique : par vent modéré, il exécute des séries de montées et descentes au cours de son vol : après une montée effectuée à l'aide de quelques coups d'ailes rapides, il se laisse redescendre, les ailes raides et coudées ; par vent fort, il a plutôt tendance à planer et monte souvent à haute altitude[1].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est plus active le soir et de nuit. Elle se nourrit de poissons, d'invertébrés marins (notamment ceux associés aux bancs d'algues du genre Sargassum) et de céphalopodes[2].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Ce pétrel niche en colonie à partir du mois de décembre. Le nid est installé dans des zones abritées (terriers, crevasses) placées sur l'abrupt d’une falaise. Il n'est pas rare de trouver ces nids en altitude, généralement entre 1500 et 2000, et jusqu'à 2300 m en République dominicaine. Les adultes n'hésitent pas à parcourir quotidiennement de grandes distances entre la zone de nidification et les zones de nourrissage[2].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Cet oiseau niche dans certains points de la mer des Caraïbes (Cuba, Haïti, République dominicaine). En dehors de la saison de reproduction, il se disperse dans l'Atlantique est (Nord-est du Brésil, côte centre-est des États-Unis), sans dépasser la bordure ouest du Gulf Stream[1].

La principale population nicheuse se trouve sur les falaises du Massif de la Selle, en république d'Haïti, à une vingtaine de kilomètres de la capitale, Port-au-Prince. Bien que située dans les limites du Parc National La Visite, ces colonies sont menacées par la dégradation rapide des écosystèmes de la zone[3].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

D'après le Congrès ornithologique international (COI), c'est une espèce monotypique. Suivant les travaux de Burke (2004)[4] Pterodroma caribbaea (Carte, 1866), endémique de la Jamaïque, a été séparée de cette espèce et est donc considérée aujourd'hui comme une espèce à part entière par le COI.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alström P., Colston P., Lewington I. (1992) Guide des oiseaux accidentels et rares en Europe, Delachaux et Niestlé, Lausanne, ISBN 2-603-00896-X
  2. a et b Référence UICN : espèce Pterodroma hasitata (Kuhl, 1820) (en) (consulté le 27 mars 2012)
  3. Project Identification, Conservation of the Black-Capped Petrel, Jacques Pollini & James Goetz, BIrdlife International, décembre 2009
  4. Brooke, M. (2004), Albatrosses and petrels across the world, Oxford: Oxford University Press.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :