Pétrel de Magenta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pétrel de Magenta

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pterodroma magentae

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Procellariiformes
Famille Procellariidae
Genre Pterodroma

Nom binominal

Pterodroma magentae
(Giglioli et Salvadori, 1868)

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2ce; B2ab(v); C2a(ii) :
En danger critique d'extinction

Le Pétrel de Magenta (Pterodroma magentae) est une petite espèce d'oiseau de mer appartenant à la famille des Procellariidae.

Découverte[modifier | modifier le code]

Le premier spécimen de pétrel de Magenta a été collecté sur le vaisseau italien, le Magenta, le 22 juillet 1867 dans le Sud de l'océan Pacifique, à mi-chemin entre la Nouvelle-Zélande et l'Amérique du Sud. Le lien le reliant avec une espèce présumée éteinte, le taiko de l'île Chatham, n'a été seulement confirmé que lorsque le premier pétrel de Magenta a été capturé sur l'île Chatham par David Crockett le 1er janvier 1978.

Répartition[modifier | modifier le code]

Anciennement réparti sur toute l'île Chatham, ce pétrel est aujourd'hui confiné dans les vallées forestières du Sud-Ouest de l'île.

Description[modifier | modifier le code]

Ce pétrel de taille moyenne a le dos et les ailes brun-gris, le revers des ailes est brun et le ventre blanc. Son bec est noir et ses pattes roses. Les adultes pèsent entre 400 et 600 g, le nid est au fond d'un terrier de 1 à 3 m dans la forêt dense.

Population et conservation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est classée en danger critique d'extinction à cause du déclin de ses populations, estimé à 80 % durant les 60 dernières années et au fait que son aire de répartition se limite à une très petite zone. La population actuelle est estimée entre 100 et 150 individus. Durant la saison 2005 de reproduction, 13 couples reproducteurs ont réussi à élever avec succès 11 petits. Ce pétrel est souvent cité comme le plus rare des oiseaux de mer.

La principale menace pesant sur l'espèce est l'introduction de mammifères prédateurs, principalement des rats et des chats.

Un plan de conservation est en place : il consiste à déplacer les petits dans une aire à l'abri des prédateurs (la Sweetwater Secure Breeding Site). Des études sur d'autres pétrels comme le puffin des Anglais, l'albatros hurleur et le puffin cendré ont montré que les oiseaux retournent sur le site où ils ont été élevés. En 2007, huit petits ont été transplantés avec succès et élevés sur le site de nidification[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Birdlife International (28 avril 2008). Critically Endangered Seabirds Not Finding Mates. ScienceDaily. Consulté le 28 avril 2008, from http://www.sciencedaily.com/releases/2008/04/080428080356.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :