Péter Medgyessy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Medgyessy Péter, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Péter Medgyessy, où le prénom précède le nom.
Péter Medgyessy
Portrait de Péter Medgyessy
Portrait de Péter Medgyessy
Fonctions
63e chef du gouvernement hongrois
(5e Premier ministre depuis 1990)
27 mai 200229 septembre 2004
Président Ferenc Mádl
Gouvernement Medgyessy
Coalition MSzP-SzDsZ
Prédécesseur Viktor Orbán
Successeur Ferenc Gyurcsány
Ministre des Finances
(6e ministre des Finances depuis 1990)
29 février 19967 juillet 1998
Premier ministre Gyula Horn
Prédécesseur Lajos Bokros
Successeur Zsigmond Járai
Vice-président du conseil des ministres hongrois
16 décembre 198723 mai 1990
Président du Conseil Károly Grósz
Miklós Németh
Ministre des Finances
(11e ministre des Finances depuis 1948)
1er janvier 198716 décembre 1987
Président du Conseil György Lázár
Károly Grósz
Prédécesseur István Hetényi
Successeur Miklós Villányi
Biographie
Date de naissance 19 octobre 1942 (71 ans)
Lieu de naissance Budapest (Royaume
de Hongrie
)
Nationalité hongroise
Parti politique MSzMP (jusqu'en 1989)
Diplômé de Université Karl Marx
de sciences économiques
Profession Économiste

Péter Medgyessy
Premiers ministres hongrois

Péter Medgyessy, né le 19 octobre 1942 à Budapest, est un homme politique hongrois.

Il fut ministre des Finances en 1987 sous le régime communiste.

Adjoint au chef du gouvernement, chargé des affaires économiques, dans le gouvernement de transition de 1988 à 1990.

Après avoir travaillé dans le secteur bancaire, notamment à la tête de la filiale hongroise de la banque française Paribas, il est ministre des Finances de 1996 à 1998 dans un gouvernement socialiste.

En 2002, il conduit victorieusement le Parti socialiste, allié aux libéraux, au pouvoir et devient Premier ministre. Peu de temps après les élections il était accusé d'avoir été membre du service secret communiste ce qu'il a reconnu plus tard. Malgré le mécontentement public dont il fait l'objet, il se tient au gouvernement en introduisant le programme de "cent jours" - l'augmentation de certain salaire fonctionnaire, du retrait etc. Le programme est très populaire, plus tard contesté par les économistes à cause de ses dépenses surestimées.

Il est contraint à la démission en août 2004 par son ancien directeur de campagne, puis ministre des Sports de son gouvernement, Ferenc Gyurcsány. Ce dernier lui succède au poste de chef du gouvernement.

Lien externe[modifier | modifier le code]