Périsprit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toute première apparition du mot « périsprit » dans la littérature française. Le Livre des Esprits, 1857

« Périsprit » est un mot inventé par Allan Kardec dans son ouvrage fondateur du spiritisme : Le Livre des Esprits. Ce mot désigne à la fois l'énergie corporelle d'un être vivant et l'enveloppe d'un esprit après le décès. De ce mot est parfois dérivé l'adjectif « périspritique »[1].

Les raisons de l'invention de ce mot[modifier | modifier le code]

Dans l'introduction de son premier livre, Allan Kardec notait : « Pour des choses nouvelles, il faut des mots nouveaux. »[2] Au XIXe siècle, le spiritisme représentait une doctrine naissante, et son fondateur désirait la rendre facilement compréhensible par un vocabulaire limpide. Lorsqu'il ne trouvait pas un mot adapté dans le dictionnaire, alors il l'inventait.

La définition spirite[modifier | modifier le code]

Périsprit (du grec péri, autour) : enveloppe semi-matérielle de l'Esprit[3]. Chez les incarnés (les êtres vivants dans le monde matériel), le périsprit sert de lien ou d'intermédiaire entre l'Esprit et la matière (le corps physique). Chez les Esprits errants (ceux vivant dans le monde spirituel), le périsprit constitue le corps fluidique de l'Esprit.

Les concepts équivalents[modifier | modifier le code]

En Occident, selon les courants de pensée, le périsprit correspond au corps astral, corps fluidique, corps subtils, corps éthérique, ou bien à l'aura, lorsque l'on parle de son rayonnement[À attribuer].

Dans l'Égypte antique, il est tout à fait semblable au ka[À attribuer].

Dans l'Ancien Testament, le périsprit correspond au « souffle de vie » (ou pneuma en grec)[4]. Dans les Évangiles, il correspond au « corps spirituel »[5].

En Orient, le concept d'une énergie corporelle se retrouve dans le reiki et ressemble au qi chinois. Il possède des points communs avec le prana connu en Indes[À attribuer].

En alchimie, on pourrait parler d'éther[À attribuer].

Étude et sources[modifier | modifier le code]

Étude indépendante du concept de périsprit[modifier | modifier le code]

  • Honorer l'incertain : la science positive du XIXe siècle enfante le spiritisme, Françoise Parot, Revue d'Histoire des Sciences, volume 57, Paris, 2004. Publication du CNRS et de l'Institut de l'Information Scientifique et Technique.

Mentions du périsprit dans la littérature d'Allan Kardec[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Égyptiens croyaient en un kha, dans lequel les érudits ont vu le double périspritique du mort. » Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je no 641, Presses Universitaires de France, Paris, 1990, page 60.
  2. Première phrase du Livre des Esprits, publié pour la première fois en 1857
  3. « Les Esprits sont les êtres intelligents de la création qui peuplent l'univers en dehors du monde matériel et qui constituent le monde invisible », Allan Kardec, Le Livre des Médiums, chap. 32. « Vocabulaire spirite »
  4. « Alors Yahvé Dieu modela l'homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant » (Genèse 2:7).
  5. 1 Corinthiens 15 42 : 44 T.O.B[À attribuer].