Histoire de l'architecture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Périodes de l'architecture)
Aller à : navigation, rechercher

L'Histoire au sens occidental est inventée par les Grecs pendant l'Antiquité afin de donner à la postérité le récit mémorisé des exploits des hommes du pouvoir de la Grèce de cette époque.
L'Histoire de l'architecture est donc en même temps créée pour la zone de l'Occident et de l'Orient concernée. Elle donne la trace des prouesses qu'il faut inscrire pour la postérité avec l'évocation détaillée par des monuments mémoriaux guerriers, par des constructions administratives, et par des édifices cultuels créés par des Grecs. Mais aussi elle donne la trace des œuvres créées par les civilisations antérieures dont les Grecs prennent connaissance lors de leurs invasions et appropriations de territoires et dont ils reconnaissent l'apport culturel à leur propre culture.

L'histoire de l'architecture est actuellement une subdivision de l'histoire de l'art qui étudie partout dans le monde l'évolution historique de l'architecture, ses principes, ses idées et ses réalisations. Elle utilise la reproduction d'images, et la production d'images par des moyens modernes (ceux de l'« imagerie » investigatrice). Cette discipline, comme toute autre forme de prise de connaissances historiques, est soumise aux limitations et aux forces de l'historiographie : il existe différents points de vue relatifs à son étude, dont la plupart de ceux qui sont exprimés dans la langue française sont occidentaux.

Bien que certaines idées, certaines formes ou certains architectes ne puissent pas être classés précisément et de façon unique dans toutes les cultures [note 1] dans le monde, et que le classement d'un objet ou d'un acteur puisse se faire dans plusieurs courants, cet article propose une organisation des styles de l'architecture.

En dehors de la valeur symbolique des constructions, la valeur d'usage associée à la technique de construction est étudiée dans l'histoire de la construction. Pour la liste chronologique des évènements les plus importants s'étant produits dans le monde de l'architecture, voir la chronologie de l'architecture.

Sommaire

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecture néolithique.
Stonehenge, « les pierres suspendues », est un monument mégalithique composé d'un ensemble de structures circulaires concentriques

La symbolique de la construction existe depuis l'âge de la pierre, elle est attestée par les pierres levées partout dans le monde.

On constate (dans notre civilisation) que l'architecture a pour fondement initial différenciateur probable les premières « croyances devenues religions » [L 1], la construction d'édifices avec l'urbanisation (le regroupement) ressortirait tout autant du besoin sécuritaire pensé et exprimé collectivement[L 2]. Ces pensées organisées pour la conception des édifices racontent l'avenir. La construction humaine est par là distinguée fondamentalement de la formulation des autres constructions des autres animaux dont certaines constructions présentent une harmonie géométrique, et dont certaines constructions sont collectives.

Les tout premiers édifices porteurs d'architecture sont les tumulus, ce qui concerne pendant la Préhistoire à la fois les populations nomades et les populations sédentarisées. Et commençant avec la construction de ces tombes, une partie de l'architecture s'établit de fait en utilisant l’élévation vers le ciel pour la construction, une autre partie s'établit en creusant la terre.

La différentiation des constructions nécessaire à l'organisation sociale des sédentaires fait naitre l'architecture par les édifices spécialisés[GM 1] restant dépendants du climat local et des ressources disponibles. Les arts de la peinture et de la sculpture ( qui sont antérieurs à l'art de construire-architecture : art rupestre - art pariétal - art des objets qui peuvent être des arts funéraires) sont intégrés à l'architecture naissante, cet élément culturel qui rassemble l'ensemble des arts, au moins ceux supportés par de la matière.

Le fondement essentiel de l'architecture dans l'histoire est posé dès cette époque, il se traduit par l'ajout d'une signification « non-raisonnable » dans son sens moderne à des techniques de construction [note 2] forcément raisonnables [note 3].

Le Néolithique est la période d'apparition de l'outil en pierre polie et de la poterie cuite servant dans un but non purement fonctionnel à la construction. À cette période apparaît une architecture avec une marque (une symbolique) distinctive du lieu. Dans ce qui va devenir l'Orient, certains de ces lieux portent des constructions en pierres levées mises en forme et mises debout verticalement [note 4].

L'aspect conventionnel apparaît localement avec le temps et s'ébauchent dès lors des « styles architecturaux ».

Matériaux préhistoriques[modifier | modifier le code]

Le bois est utilisé. La pierre est utilisée. La terre est utilisée. Les briques crues, les briques cuites sont utilisées, celles-ci pouvant être jointoyées au bitume pour des fondations et des piles selon la localité. Apparition de la céramique décorative pour constituer des motifs sur des murs.

Architectures préhistoriques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tumulus.

Situés partout dans le monde, les tumulus donnent une forme distincte repérable dans le paysage pour la « tombe », y compris pour les nomades dans les grandes plaines. Le défunt présente socialement une particularité dans le groupe ethnique, chef guerrier etc. L'endroit où il est déposé est la première formulation de la chambre [L 3] close. Bâtie avec des murs de pierre, elle pourra dans certaines configurations ethniques recevoir plusieurs dépouilles sur une durée longue, et les ossements seront "empilés" sur le côté comme cela sera fait ultérieurement dans les catacombes. La tombe pourra être mise dans un dispositif de chambre centrale de chef entourée de chambres de guerriers. Dans certains cas la chambre peut recevoir la dépouille et les objets pratiques et symboliques. Il s'agit des armes et des bijoux dont l'or ouvragé en formes symboliques sont sujettes à interprétation. Ces derniers biens de valeur des défunts ont toujours fait l'objet de recherche d'autres groupes (ce qui est considéré comme non respectueux et pillage). Ce constat de l'art de la guerre prédominant à l'art de la construction [note 5] à amené les groupes bâtisseurs à constituer un ouvrage difficile à creuser par d'importants blocages de pierres au-dessus de la (ou des) chambre(s) close(s).

Cette première architecture va persister en cohabitation avec celle qui dans l'Antiquité concerne les sédentaires. Comme à chaque étape de civilisation et de religion, les tumulus comme les autres constructions peuvent servir de base au sens physique aux édifices architecturés nouveaux qui les remplacent dans la nouvelle base « de conception philosophique » de la pensée.

Depuis l'Antiquité les murs constitutifs de la chambre tombale des tumulus seront bâtis plutôt avec des pierres taillées et appareillées, la tombe sera plutôt utilisée culturellement par les nomades.

Article détaillé : Mésopotamie.

En Mésopotamie au Néolithique l'utilisation de briques crues dans une disposition orthogonale systématique des murs d'édifice, la fabrication des peintures murales et la constitution des premiers sanctuaires à répétition de motif exprime l'architecture apposée sur une construction. Les lieux concernés constituent un ensemble d'espaces particuliers (espace associé-dédié à un dieu).
Des symétries et des axes sont établis dans les constructions architecturales[GM 2]. Les « niches » sont faites entre des piles (« pilastres ») incorporées dans les murs[GM 2]. La combinaison de salles voûtées autour de cours intérieures entourées d'enceintes défensives épaisses comportant une entrée unique est faite pour tous les édifices connus. Cette combinaison est trouvée aussi bien pour les grands palais typés par le trône, pour les temples plus petits typés par un piédestal haut dans une salle pour accueillir les divinités dans leur demeure que pour les maisons riches moins importantes[GM 3]. L'art de la poterie se transfère aux éléments de décor architectural des murs par le parement de briques cuites émaillées.
La construction d'abri simple est présente dans les autres endroits pouvant abriter la vie, les autres lieux qui constituent le territoire indistinct, sans signes.

En Égypte, des sanctuaires sont construits initialement en bois et terre modelée à la main. Leur forme symbolique sera reprise dans cette période du Néolithique avec de la pierre pérenne porteuse de l'image du bois.

Pour les forteresses celtes européennes, lieux de rassemblement du groupe, l'architecture de bois et terre ou en maçonnerie de pierre sèche qui comporte des tours de défense, par sa cohérence avec le milieu, est une architecture qui persiste à travers les époques. Elle devient une « architecture primitive » qui coexiste avec des architectures évoluées importées[GM 4].

À cette même période de la fin du Néolithique, en Asie (Japon et Chine actuels), des populations se fixent: elles bâtissent des constructions à l'aide du bois et des autres végétaux. Ceci démarre une manière de concevoir les édifices avec l'art de la charpente qui va prendre et porter plus tard des formulations symboliques formelles aboutissant à l'architecture extrême-orientale et ses marques sophistiquées.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Architecture et Histoire de l'Antiquité[modifier | modifier le code]

L' Antiquité se fonde sur l'apparition de l'écriture (-3500 av. J.-C.). Cette technique de communication propre à l'homme s'intègre dans l'architecture monumentale comme marque symbolique non porteuse d'ambiguïté de sens dans le présent et pour le futur (par exemple pour l'architecture funéraire romaine dont le but est faire exister le défunt, on effectue la gravure de son nom dans la pierre visible et durable).
Dans plusieurs civilisations antiques fondatrices de la culture de l'Occident, comme la Mésopotamie ou l'Égypte ou Cnossos sur l'île de Crète, l'architecture et l'urbanisme reflètent constamment le divin et le surnaturel. Par exemple l'élévation vers le ciel en Égypte est symbolisée par l'arbre vivant dont on fait une peinture ou encore une statue. Le monde égyptien est conçu comme habité dans toutes ses parties par les vivants qui côtoient les morts [note 6] et communiquent avec eux. (Certaines des statues égyptiennes représentant le monde du vivant tel que perçu préfigurent déjà ce que seront les automates qui constituent la prolongation du corps humain [L 4] ). L'arbre est présenté en décor et aussi en structure de pierre (utilisée parce que plus durable que le bois), la « colonne ». L'élément d'architecture est gravé dans le mur ou en est distinct et fait de plots de pierre taillée[GM 5].
De plus, ces civilisations ont recours à la monumentalité pour symboliser le pouvoir [note 5] politique des dirigeants, de l'élite ou de l'État lui-même.
Dans le même temps, l'Histoire est inventée en Grèce. Elle doit donner à la postérité le récit des exploits des hommes de pouvoir. L'Histoire de l'architecture est en même temps créée pour la zone de l'Occident et de l'Orient concernée. Elle donne la trace les monuments mémoriaux guerriers des constructions administratives et édifices cultuels[note 7].
L'architecture et l'urbanisme des civilisations telles que la Grèce antique et la Rome antique évoluèrent à partir d'idéaux civiques plutôt que religieux, et de nouveaux types de constructions émergent dont la décoration architecturale mêle l'art figuratif naturaliste et des figures géométriques abstraites. Cette décoration mêle la vision de la réalité reproduite comme dans la Préhistoire et cette fois en mélangeant les parties anatomiques des êtres vus (tête, corps, membres) et les milieux de vie (aquatique terrestre aérien). Mais ces figures de création nouvelle sont liées par les visions abstraites religieuses établies, c'est-à-dire par les représentations par figures géométriques développées en même temps.

La notion de communication entre des hommes et l'univers « divin » qui l'entoure[note 2] est tout à fait continuée dans l'Antiquité. (Voir aussi à ce propos la Machine d'Anticythère appliquant cette fois le langage mathématique d'essence divine avec la technique naissante des engrenages pour la mécanique). Les éléments de l'art comprenant l'architecture (par exemple les stèles qui sont un discours fixé et figé) concernent d'abord le futur voulu qui n'est pas forcément la continuation de ce qu'est le présent vécu[V 1]. La mémoire transformée en coutume portée par ces éléments en font des « racines » culturelles dès l' âge du cuivre et du bronze (le Chalcolithique). Par exemple, l'ensemble du mobilier retrouvé dans la période contemporaine dans les tombes égyptiennes (lit, table, chaise, tabouret, coffre-armoire) formule exactement le mobilier occidental actuel pour les formes générales. (Le mobilier ne doit pas être considéré comme funéraire ou rituel mais comme identique à celui de la vie antique, le mobilier strictement funéraire ne prendra sa fonction que plus tard : urne pour les cendres de défunt etc. ; et le mobilier strictement rituel est la conséquence de l'enracinement culturel: autel qui n'est plus table simple etc.).

La notion de communication des hommes de différents groupes ethniques[note 3] entre eux existe et est prouvée par l'apport fait de l'extérieur à chaque civilisation comprenant son art et parfois son architecture[note 4]. Il s'agit d'objets façonnés ou de matières simples provenant de contrées lointaines jusqu'à être totalement inconnues localement. Ces « ressources locales » devenues étranges au loin prennent une grande valeur là où elles n'existent pas lorsqu'elle font l'objet d'une signification ethnique particulière. Par exemple l'ambre venu de la Mer du Nord pour les Égyptiens comme un "contenant de vie" qui se liquéfie en brûlant tout en faisant son parfum. Ces objets, ces matières font l'objet d'échanges, c'est-à-dire d'une communication dans la société considérée avant même qu'elle se régule dans l'échange avec l'invention de la monnaie et avant l'établissement d'une valeur commerciale.

Dans la première civilisation européenne, la civilisation minoenne sur l'île de Crète, la communication au sein du groupe est faite par l'art urbaniste de disposition des temples et de la ville structurée autour. Cette urbanisation en colonies comporte les voies pavées, l'adduction d'eau et l'égout. Ces temples sont constitués avec des baies dont l'orientation et la disposition est établie avec des relevés des levers du soleil fait dans la longue durée dépassant la vie humaine (échelle de plusieurs centaines d'années). Données par le cycle cosmique établi, les dates clés dans l'année pour les rituels d'ouverture des baies donnent la configuration du bâti et transforment ces constructions en édifices d'architecture associée au cosmos. Cette civilisation utilise l'art qui se constitue sur les mêmes principes établis avec les astres qu'en Égypte. L'écriture y est présente, les objets sont tout autant symboliques: des sceaux gravés avec l'aide des lentilles grossissantes, des poteries et des fresques bâties racontant les mythes et l'histoire appropriée.
Cette histoire devient légende et justification de l'adhésion ou du rejet par l'étranger, comme ici par exemple le rejet du cannibalisme du groupe des Minoens précédents colonisateurs par le groupe des Grecs envahisseurs et vainqueurs justifiant ainsi leur opposition et leur ancienne terreur de groupe civilisé mais constituant un ensemble de groupes antagonistes à l’extrême.

La notion d'apparat existe dans la disposition des parties majeures de la construction et forme l'architecture (par exemple disposition des bâtiments autour d'une place), dans la disposition des éléments de construction (par exemple colonnes dans des péristyles), dans la qualité des matériaux utilisés pour construire qui donne une longévité voulue (par exemple pierre dans l'architecture funéraire). Cet apparat est la traduction de la forme de la société avec son protocole (par exemple décoration en relief représentant le protocole de la remise des impôts en Égypte, par exemple peintures sur les murs représentant des divinités et des hommes en Empire romain). L'architecture peut cependant être déjà considérée comme pouvant aboutir à une « frivolité de la pensée », par exemple à Sparte[GM 6].

L'étagement en terrasses (par exemple dans les pyramides égyptiennes), les murs, les étages (par exemple dans les immeubles de rapport romains), les toits (par exemple dans l'architecture Han chinoise avec son ossature à consoles et ses très grosses tuiles), sont formulés par l'architecture. Ils sont disposés pour une distribution des espaces avec la circulation des hommes, de l'air et de l'eau, l'hébergement du feu, l'hébergement des vivants qui en ont le droit et l'hébergement des esprits et divinités. Ils sont la traduction possible de mythes fondateurs parfois assez communs tels que « l'univers est éclosion d'un œuf » (par exemple chez les Hellènes qui créent les voûtes), ils sont la traduction de la hiérarchie sociale (par exemple le pharaon est immortel).

L'interaction entre architectures s'est faite au cours de l'Antiquité (par exemple entre l'architecture de la Grèce naissante et le style local en Égypte au IVe siècle av. J.-C.). Avant la construction, les architectes grecs utilisent des maquettes modélisant leurs idées [note 8] selon la norme pour les premiers concours architecturaux: on retient le nom de l'architecte dès le Ve siècle av. J.-C.[GM 6]. L'architecture romaine se sert de dessins pour les travées et portiques donnant la modularité[GM 7]. Des textes sur l'architecture ont été écrits depuis l'antiquité. Ces textes contiennent à la fois des conseils généraux, et des prescriptions et des canons formels (formulation universelle procédant des mythes). Les écrits de l'ingénieur militaire romain Vitruve au Ie siècle av. J.-C.. contiennent de nombreux exemples de canons.

Architectes antiques[modifier | modifier le code]

voir aussi:
Liste d'architectes de la Grèce antique

Les architectes influents:

  • Imhotep - définit la pyramide à degrés en pierre du roi Djoser à Saqqara dans l'univers d'Égypte où l'Est et l'Ouest sont définis respectivement comme pays de la Vie et pays de la Mort.
  • Hippodamus de Millet - définit le schéma en damier de lotissement des villes avec l'axe nord-sud (pivot de la voûte céleste).
  • Ictinos et Callicratès - définition et réalisation modèle du monument idéal de la civilisation occidentale (le Parthénon).
  • ...

Matières & Matériaux mis en œuvre dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Le bois (par exemple des colonnes) est toujours utilisé. La terre crue et la terre cuite sont utilisées. La terre crue est utilisée en Chine, en Amérique. La brique en terre cuite est formée en moule de bois qui est des premiers éléments de la normalisation, le moule fournit le dimensionnement et la forme. La tuile de terre cuite existe en Chine. Le pisé banché est utilisé aussi bien en Orient et Afrique qu'en Europe dans les zones sans pierre, il peut fournir des architectures comportant des arcs et des voûtes. Au départ la pierre extraite utilisée est tendre (par exemple le calcaire), elle pouvait être extraite avec des outils en métal plutôt mou ( dont l'or dans la période la plus reculée d'Égypte). Plus tard apparaît la pierre plus dure - par exemple le marbre et le granit - taillée initialement avec des outils encore en silex. La pierre taillée est ensuite polie par abrasion suivant une technique transférée depuis l'art des vases. La pierre fournit des tables qui permettent le franchissement à l'horizontale. Les blocs de pierre ripés peuvent être scellés avec du plomb enrobant un noyau de fer (Grèce). Cette technique consiste à perforer deux blocs puis de couler du plomb dans l'orifice afin de sceller les pierres entre elles.

Les pigments sont utilisés en continuation de la Préhistoire pour colorer de façon peu onéreuse et assez monochrome ou bien selon la façon nouvelle de manière considérée comme riche c'est-à-dire éclatante et multicolore selon les minéraux broyés et leur coût. Cela s'applique à la pierre taillée servant aux constructions ou à la pierre des volumes architecturés en excavation (partout dans le monde et particulièrement en Égypte). L'enduit est utilisé pour supporter les peintures (Crète). Le stuc de chaux et de poussière de marbre est utilisé par les Romains. L'art de la mosaïque utilise à l'origine des fragments minces de pierres selon la couleur, puis de la céramique (Grèce, Empire romain) et des petites pièces de verre doré ou argenté (Byzance). Le verre comme moyen d'obtenir la lumière à travers un mur est connu depuis le premier siècle après J.C.

Le ciment à la chaux permet la liaison des éléments petits, il permet la constitution des premiers « bétons », dont l'« emplecton » grec. Les matières font déjà l'objet d'exportation jusqu'à leur région d'utilisation où ils sont appréciés. C'est l'appréciation de la matière dans une vue qui n'est pas scientifique (cartésienne), mais philosophique qui en fait un matériau apte à fournir de l'architecture, cette vue se prolonge avec les siècles (par exemple le principe philosophique « tu es pierre et sur cette pierre je bâtis mon église »).

Ainsi, après l'expérimentation des métaux tendres, l'évolution technique[note 5] de la construction dans les civilisations antiques est représentée par l'usage du fer obtenu en bas fourneau (par exemple au Moyen-Orient sur les hauts plateaux à vents constants un moyen utilisé par les Hittites en Anatolie). Il permet un outillage plus efficace pour la fabrication de bâtiments, de statues. Ces matériaux font l'objet d'échanges entre groupes de civilisation différente (écriture différente, conception de l'art différente dont l'art d'habiter). La connaissance du traitement pour les rendre plus durs des métaux utiles à la construction par l'outillage est considérée comme se faisant d'abord en Chine puis en Orient et en Europe sans évidence de transmission de technique.

Architectures antiques[modifier | modifier le code]

Les éléments les plus connus de l'architecture sacrée de l'Égypte antique sont les tombeaux, dont les pyramides, et quelques temples monumentaux. La fusion entre le monde tangible et le monde conceptualisé par la pensée chez les Égyptiens se fait par les rites: dans les rites architecturaux de construction de temple, l'inondation par le Nil dans la fosse de fondation permet théologiquement la naissance de l'édifice à partir du Noun, l'Océan primordial (et cela techniquement nivelle la terre)[GM 8]. L'élément « belvédère » existe dans l'architecture pour le culte du Soleil-Dieu fertile (plan héliopolitaire)[GM 9]. Les temples en construction permanente et non figée due à la composante homme-dieu du pharaon [V 2] dépassant le temps s'accompagne de jardins[GM 9]. Les outils pour définir la modalité architecture de ce type de construction interdites au peuple sont aussi définis et réservés à l'architecte des tombes royales: par exemple cet instrument de mesure articulé avec un coude portant la longueur de la coudée divisée en 7 paumes divisée en 4 doigts, instrument honorifique en or retrouvé dans la tombe de Ka un architecte noble ayant vécu vers -3500 av J.C. dans le village d'ouvriers à l'entrée de la Vallée des rois près de Louxor-Thèbes [V 1]. L'architecture domestique qui est contiguë à cette architecture honorifique en terre crue est en revanche très peu connue, en raison d'un manque de vestiges visibles et de peu de traces représentatives. Néanmoins, la découverte du site de Tell el-Amarna permit de résoudre quelques énigmes sur le quotidien des Égyptiens ordinaires, et les écrits très nombreux des scribes-fonctionnaires continuent à être des révélateurs de cette société faisant usage de la pierre mais société sans monnaie où le blé est la base des échanges. La construction en pierre empilée de l'habitat ordinaire retrouvé à l'entrée de la Vallée des rois porte encore quelques traces de son arrangement architectural de locaux contigus définissant des rues (peintures murales sur des vestiges déterrés et disposition des locaux en chambres et cuisines avec four et citerne d'eau).

Les premières traces d'architecture grecque proviennent de Crète. Les palais de la civilisation minoenne ( 2700-1200 av. J.-C. ) sont centrés autour d'une grande place autour de laquelle viennent se construire tous les bâtiments publics. Les vestiges des constructions mycéniennes ( à partir de -1700 ) se caractérisent principalement par des constructions circulaires appelées « tholos »: des tombes monumentales à « coupole » en forme de ruche. La porte consistait en un lourd linteau d'une douzaine de tonnes positionné sur deux éléments verticaux. Un triangle de décharge était alors bâti au centre de ce linteau afin de déporter les efforts verticaux sur les extrémités. Une autre trace très importante laissée par l'architecture grecque est le plan hippodamien du Ve siècle av. J.-C. repris du plan étrusque en damier du VIIe siècle av. J.-C.. C'est le plan qui définit une structure en zones de la ville qui est traversée par deux axes principaux: le « cardo » ( axe nord-sud pivot de voûte céleste ) et le « decumanus » ( axe est-ouest ). C'est sur ce plan que vont se structurer les villes et camps romains. L'« agora » grecque est comparable au « forum » romain, ils s'accompagnent tous deux d'un portique (style athénien). Il s'agit du centre politique, social, économique et religieux de la ville. On y trouve le « bouleutêrion » édifice administratif, des temples, le théâtre, le gymnase, une ou des fontaine(s) à eau courante et les marchés[GM 10]. Le mausolée est inventé dans l'architecture funéraire. Les temples grecs sont principalement des temples périptères (entourés de rangées de colonnes). L'architecture grecque fondée sur le carré et le triangle utilise l'art statuaire, l'art de la peinture, l'art de la mosaïque. L'architecture grecque des temples se compose au départ d'une « cella » simple ou divisée par une colonnade en deux « nefs », puis elle se compose d'une « cella » d'un « péristyle » et d'un « portique ». Pour transcrire l'harmonie du lien entre le religieux et l'économique propre à la « cité » concernée[GM 11], l'architecture grecque se divise en trois ordres de colonnes et « entablements » fixés à la fin du VIIe siècle av. J.-C. :

  • L'ordre dorique pour lequel les colonnes, dont la hauteur n'excède pas huit diamètres, possèdent 18 cannelures et reçoivent des chapiteaux sobres.
  • L'ordre ionique avec des colonnes possédant 24 cannelures et atteignant une hauteur d'environ 9 diamètres.
  • L'ordre corinthien caractérisé par ses colonnades décorées en chapiteau par des sculptures de feuilles d'acanthe.

Après les conquêtes d'Alexandre le Grand, le luxe selon la mode grecque dans les demeures est répandu en Asie Mineure et au Proche-Orient, il est adopté ensuite par les Romains colonisateurs.

L'architecture romaine est l'association de l'utilité des édifices et de l'art fournissant l'esthétique. L'architecture est portée par les amphithéâtres, théâtres antiques, arcs de triomphe, basiliques, aqueducs, thermes, temples et marchés (« macellum ») construits en pierre, en ciment et en brique, les voies dallées les desservent. Les édifices, les voies sont répétés suivant le même schéma dans toutes les parties de l'empire et organisent la cité[GM 12], il est à l'origine de fait de l' « urbanisme » et de sa mise en forme de la ville en zones. L'architecture portée par les constructions peut déjà être considérée comme une entité fonctionnelle dans l'organisation des groupes humains. Les édifices sont caractéristiques de l'architecture romaine pragmatique avec leurs systèmes de « voûtes » à clef[GM 13] composites qui associées à l'« architrave », la « frise » et la « corniche » constituent à partir du Ie siècle av. J.-C. la « travée romaine » fixant la combinatoire de formes et de proportion pour les baies de tous les édifices architecturaux[GM 14]. Cette combinaison rend lisibles les étages constitués dans les monuments et autres constructions. Sur la structure d'appui massif fait d'un blocage de pierres et briques liées à la chaux et d'un parement servant de coffrage, les ordres grecs qui sont à la base de la décoration sont suivis par d'autres ordres romains. Le « portique », colonnade d'origine grecque, fournit des allées couvertes qui hiérarchisent les rues et les places (dont le forum dallé qui peut comporter un « musée », un portique abritant des statues commémoratives). Ces portiques sont un élément de sociabilité, comme les thermes qui offrent le luxe impérial à des habitants logeant principalement dans des constructions sans confort. À partir du IIe siècle av. J.-C. avec les techniciens grecs œuvrant à Rome l'ouvrage des pierres est constitué en appareils, les « opus ». L'art est un art de commande faite à l'artiste qui permet au commanditaire de poser des marques politiques et/ou religieuses. L'architecture romaine adopte des motifs décoratifs importés de l'art grec. L'art statuaire est établi sur tous les édifices. La finesse du décor statuaire est liée à sa proximité/éloignement avec l'observateur. L'art de la mosaïque s'ajoute de façon très prononcée à l'art de la peinture pour l'expression durable d'images de personnes, de scènes ou d'objets et portée par les maisons et les temples. Rome, la capitale de l'empire devient d'une taille telle (le million d'habitants) que l'organisation urbaine moderne y prend naissance (flux et sécurité) avec les aqueducs, les voies et les égouts. L'organisation de l'empire autour de cette capitale prend une forme de colonisation très structurée des différents pays avec leurs ressources exploitées et une industrie intense et structurée mettant leur Nature[note 9] dans une forme conséquente, aussi bien pour les ressources utiles que pour celles du plaisir. Par exemple sont exploités les matériaux nécessaires (métaux…), les matériaux de construction (le marbre…), les matières alimentaires (vin…), les matières du plaisir (roses…). Dans l'apogée de l'empire, l'architecture s'appuie plus sur le cercle que le carré: les absides en cul de four des basiliques annoncent les coupoles. Sur le déclin de l'empire, le luxe n'est plus possible et le bois ouvragé remplace la pierre ouvragée, particulièrement pour les toits où la charpente prend la place des dômes exclusivement en pierre. L'Empire romain se coupe en deux parties à la fin du IIIe siècle. La partie orientale qui persistera jusqu'au XVe siècle opte au départ pour la langue grecque, l'architecture établit la croix grecque inscrite dans le carré et on verra se former l'art byzantin et ses basiliques dédiées uniquement au culte religieux: elles sont issues de la formule du forum à charpente avec des coupoles construites à la « croisée » et couvertes de mosaïque. L'art de la sculpture passe au méplat pour les décors, par exemple pour des « rotondes » fondées sur le cercle pour les baptistères. L'art de l'« icône » peinte après le VIIIe siècle se forme en remplacement de la mosaïque. (La partie occidentale de langue latine apportera l'architecture du Moyen Âge et de la Renaissance.)

Architecture occidentale[modifier | modifier le code]

Après la disparition de l'Empire romain, puis le schisme entre l'Église byzantine et l'Église romaine au Ve siècle, l'aristocratie et le clergé chrétien prennent des initiatives architecturales et artistiques. Le clergé nouvellement organisé se constitue en deuxième pouvoir à côté de l'aristocratie et parfois en opposition. Malgré le schisme, le clergé dans sa forme « église catholique romaine » est dans un premier temps un vecteur de transmission de l'architecture sacrée orientale de l'église dite « orthodoxe » dont la créativité est importante[GM 15]. Après la défaillance du pouvoir civil impérial en occident son architecture romane en continuité de l'architecture antique d'apparat s'éclipse. L'invention d'une nouvelle symbolique vient ultérieurement, entre le VIIIe siècle et le XIIe siècle, avec pour origine les monastères d'origine irlandaise et les monastères bénédictins d'origine italienne[GM 16]. Cette symbolique s'associe à la technique dans l'importante architecture laïque du pouvoir aristocratique rétabli et dans l'architecture religieuse continuée, toutes deux aussi bien sous la forme d'architecture gothique que d'architecture renaissance puis comme architecture classique. Entamant l'époque moderne au XVIIe siècle l'architecture classique marque déjà la prééminence de la symbolique architecturale non sacrée sur la symbolique architecturale sacrée. Dès le XVIIIe siècle la période moderne aboutit en occident à la fin de la définition de l'architecture comme espace défini par des rituels, mais comme espace défini par la population aristocratique et bourgeoise avec art et contenant de l'art.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Architecture et Histoire du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

(Note: Le terme « Renaissance » fait ultérieurement apparaître pour l'étude historique cette appellation « Moyen Âge » pour toute la période qui a succédé à l'« Antiquité » avant elle.)

Malgré l'invasion des territoires par des peuples de l'Est, malgré la fin de la communication avec les voies romaines disparues, malgré la désolidarisation de l'ensemble de l'empire, la structure architecturale de ville héritée de l'Empire romain persiste jusqu'à l'an 888, puis se délite en ce qui concerne l'architecture civile[GM 17]. La construction devient civile et militaire à fonctions pratiques.

L'architecture se maintient dans la construction sacrée chrétienne par les abbayes dès le Ve siècle après les considérations sur « la fin du monde » et l'invention du paradis [note 10]. Leurs ateliers de scribes et dessinateurs permettent une gestion administrative de la construction, permettent la maîtrise d'ouvrage (d'où le vocabulaire constructif parallèle au vocabulaire technique). Notamment les abbayes romaines au VIe siècle et les abbayes celtes irlandaises au VIIe siècle bâtissent les sanctuaires du culte des martyrs. Dans les monastères, il s'agit d'auto-construction. L'Église apostolique romaine se sert initialement de la basilique romaine pour former les cathédrales à coupole-chœur avec les nefs, dont certaines parties sont accessibles à tous. Ces édifices sont des signes de pouvoir territorial persistant et structuré, en définissant à l'intérieur les parties réservées à la noblesse et au clergé, en définissant les porches à arcades où la décoration statuaire peinte est source d'éducation (religieuse) pour les gens ordinaires. Les chantiers des cathédrales dépendent de la finance très variable tenue par le « chapitre », les effectifs des constructeurs qui sont des laïcs sont donc très variables et la réussite ne dépend pas seulement de l'« esprit » qui peut comporter une forme de compétition. La combinatoire du « chœur » et d’une à cinq « nefs » de ces constructions associées au système hiérarchique de l'église-institution dépend de la situation culturelle et géographique de l'église-bâtiment. On trouve cinq nefs dans la Lombardie héritière directe de l'Empire romain, une nef chez les Wisigoths (en Espagne). On trouve une composition éventuelle de nefs en « croisée » romane ou « transept » (pouvant être à double nef en Angleterre). Les pèlerinages se mettent en place avec la sculpture de « calvaires » dans des espaces extérieurs qui transposent l'espace réel historique de la crucifixion.

L'architecture est une continuation de l'architecture de l'intérieur de l'édifice valorisé artistiquement sur une technique retrouvée (les maîtres-ouvriers apposent leur marque-signature sur les éléments qu'ils ont fabriqués, les métiers du bâtiment sont structurés en « loges »). Dans la partie ouest du continent européen où l'architecture funéraire est importante, il est parfois fait usage de l'art de la mosaïque et du travail du métal par influences de l'Orient venues par le sud de la Méditerranée.

La technique est établie économiquement sur le Saint-Empire Romain germanique au IXe siècle, le territoire Franc est délaissé. Paris devient la ville la plus peuplée d'Europe, l'inventivité y est ensuite trouvée[GM 18] dans la période architecturale faste du XIIe siècle au XVe siècle. L'architecture se constitue dans une nouvelle conception de l'espace à partir de ces influences de l'« arc brisé » léger venues du Sud[GM 18] et de la conception du ciel-éternité lumineux présent à intérieur de l'édifice par les baies hautes et l'art du « vitrail ». L'édifice de culte est lisible de l'extérieur: ouvragé en « porche » sculpté, il utilise les « flèches » bâties sur des tours dans-œuvre ou engagées. La hauteur est un signe évocateur de la puissance de la foi. Cette période est dite « gothique », période où la « croix latine » inscrite dans un rectangle pour la construction sacrée est établie avec la « croisée rayonnante ». Consécutivement, pour la construction profane le rythme des baies en arc brisé est établi. Dans la partie nord du continent européen des hôtels de ville et des halles sont construits sur cet art architectural, les demeures en ville utilisent la décoration des « pignons », les châteaux utilisent la forme ogivale dans les baies et les porches[GM 19](par exemple au château de La Ferté-Millon, France fin XIVe siècle). En intérieur elles utilisent l'art de la tapisserie, ajouté à l'art de la peinture et de la sculpture. L'emprise du gothique sur l'architecture seigneuriale se fait à la fin du XIVe siècle par le luxe établi dans la résidence qui comporte à nouveau le confort comme marque distinctive (par exemple résidence Jacques Cœur, Bourges, France). Le même luxe associé à l'élégance de la toiture existe pour certains hôpitaux (par exemple, à l'hôpital de Beaune, XIVe siècle, France).

À partir du XIe siècle l'architecture des châteaux forts de l'élite féodale suit l'art de la guerre et à la fois prend une voie fonctionnelle militaire dissuasive et une apparence symbolique protectrice de la population. Dans ce même temps le savoir être poli en différence d'époque (sur le plan de la « civilisation ») apparait. La politesse est le savoir réservé à l'élite reçue ordinairement dans l'édifice principal formulé autour d'une cour fermée et protégée. Cette basse-cour fermée sera suivie de la haute-cour entre donjon et enceinte établis pour les besoins militaires. Par métonymie et métaphores de la formulation architecturale, l'art de cour se formule alors, en même temps que les termes guerriers( entrée en lice), les termes utilisés en justice (cour de justice) et les termes utilisés depuis pour la courtoisie (faire la cour, courtisan, amour courtois).

L'architecture-construction militaire a pour but la résistance aux canonnades et aux assauts, elle est symbolisée par le « donjon » à murs épais de forme rectangulaire sur le plan initial[GM 20](par exemple au château de Langeais, France). Le donjon est devenu au XIIe siècle une construction circulaire. Elle est accompagnée de chemin de ronde sur les remparts intégrant des tours circulaires d'angle. Cette architecture se sert de tout un vocabulaire architectural militaire qui s'établit et deviendra une façon ornementale symbolique pour la suite lorsqu'elle n'a plus d'utilité fonctionnelle (par exemple le « mâchicoulis »). Dans l'architecture civile, les « beffrois » apparaissent dans les édifices communaux à fonctions corporatives et marchandes (par exemple à Gand et Bruges, Belgique), ils peuvent être le "contrepoint" de la puissance installée bourgeoise sur la puissance de l'église avec ses clochers-flèches (par exemple à Saint-Riquier en France dont le beffroi a du être reconstruit, car le premier était trop proche de l'abbaye).

La maçonnerie, la charpente formant la toiture se servent de l' « art du trait » dessiné, établi pour la découpe et la taille. Le critère "apparence associée à la fonction" existe encore pour définir l'architecture: riche apparence sacrée établie sur des matériaux. Mais le fonctionnalisme associant la structure physique de l'ensemble des matières et la vision artistique se met en place[L 5](elle sera étudiée par les architectes du XIXe siècle).
En effet, les éléments architecturaux qui évoluent à cette époque non scientifique et totalement empirique peuvent déjà structurellement se différentier en suivant la façon de penser moderne en « gros-œuvre » et en « second-œuvre »: les portes qui se servent du bois et du métal, les baies devenues « fenêtres » qui se servent du verre déjà connu devenu coloré à partir de l'art des vases découpés lors de la fabrication, les escaliers qui ne sont pas dans la maçonnerie, les « tribunes » qui sont en bois et participent de l'art du mobilier.

L'architecture gothique se diffuse très rapidement et uniformément en Europe du Nord dans une exaltation du don individuel sacré, du don corporatiste sacré, réalisé par des maîtres-ouvriers voyageurs -dont les architectes selon la future appellation- dans les villes bourgeoises structurées indépendamment des règles et de la régulation faites par l'aristocratie. Mais la partie Italie n'adopte pas vraiment cet art « gothique » en dehors des établissements qui ont une forte activité de communication commerciale (par exemple Venise et son palais de Doges du XIVe siècle à murs massifs), et s'occupe de la richesse des intérieurs (et créera la Renaissance).

Dans la partie nord de l'Europe, la Grande-Bretagne assimile particulièrement les modèles latins et orientaux, la Scandinavie poursuit plutôt l'art des frises et sculptures issu de l'art de la période primitive.

Architectes du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Voir aussi:
Liste d'architectes du Moyen Âge
Histoire de la construction#Les architectes et les appareilleurs

Les maîtres ouvriers influents :

Matériaux du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La pierre est utilisée pour l'architecture militaire et également pour l'architecture sacrée. Elle est à la période gothique soit non enduite et se sert alors de sa couleur de façon voulue, ou bien peinte pour les extérieur et intérieur. La pierre est utilisée pour son ouvrabilité afin de constituer de la « dentelle » dans les tribunes et les rosaces (elle est devenue fragile par influence de l'atmosphère dans l'entretien du patrimoine actuel). Le bois est utilisé aussi bien pour les structures en élévation dites à « pan de bois » que pour les toitures que pour les parties aménageantes. En structure porteuse, le bois est utilisé pour l'architecture civile et militaire, mais aussi pour l'architecture sacrée dans le nord de l'Europe. Les outillages pour travailler la pierre, pour travailler le bois sont devenus sophistiqués, les métiers sont distincts et établis en « corporations ». Le bronze et le fer sont utilisés pour les portes, le fer pour des grilles, les herses, les serrures. Les tuiles colorées permettent un graphisme sur les toits de taille importante et à pente forte. Le plomb sert de couverture-étanchéité. Le verre fait son apparition comme matériau constructif. Les tentures murales à motif d'histoire animalière, de verdure puis de « chiffre » (monogramme présentant une personne) sont faites sur des métiers de basse-lisse. La codification des décors est toujours porteuse d'une signification religieuse ou sociale. La notification de la valeur est faite au regard humain par leurs formes et leurs couleurs, elles expriment profondément la richesse dans son sens matériel et son sens spirituel en transposition. Elles font l'objet de la poursuite des coutumes des périodes antiques mais elles peuvent aussi avoir une formulation importée depuis des cultures éloignées géographiquement et une forme adaptée nouvelle suivant le sens nouveau. Par exemple la couleur bleu clair donnée par la pierre de lapis-lazuli dans antiquité orientale pour les yeux des portraits muraux est le fondement de l'azur en lumière pure de la conception du ciel au Moyen Âge.

Architectures du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'architecture chrétienne byzantine orientale qui est à l'origine de l'architecture chrétienne occidentale est caractérisée par les coupoles sur « pendentifs » en brique. Les extérieurs sont enduits sobrement, alors que les intérieurs sont décorés de mosaïques aux couleurs vives et de lambris de panneaux de marqueterie de marbre. Le meilleur modèle de l'architecture byzantine reste Hagia Sophia.

L’architecture constituait au Moyen Âge occidental l’une des sept disciplines des « arts mécaniques ». L'architecture occidentale du Moyen Âge contient trois principales périodes :

  • Architecture pré-romane (750-950) : petits bâtiments de plans droits, proches des basiliques romaines pouvant contenir des offices religieux. Elle contient l'architecture carolingienne de palais de l'empereur Charlemagne en continuité de l'antiquité, mais cette architecture formule en nouveauté la chapelle dans le domaine aristocratique[GM 21].
  • Architecture romane (950-1250) : les voûtes de pierre et les constructions aux murs de pierre épais à contreforts sont caractéristiques de cette architecture. Elles sont systématisées par les moines commanditaires. Les techniques sont retrouvées et enrichies depuis l'architecture romaine avec des moellons maçonnés, l'intérieur est soigné avec des apports picturaux, l'extérieur est brut. Ce système architectural utilise un savoir-faire d'artisans itinérants très au point qui permet un développement sur le nord de l'Europe de solutions connues au Sud[GM 22].
  • Architecture gothique (1130-1500) : caractérisée par des nefs très élevées à éléments porteurs nouveaux sous forme de « colonnes » simples et groupées associées à des colonnettes, avec « arcs-boutants » extérieurs. Cette architecture comporte des ponts de pierre, et de grandes baies vitrées divisées en petites sections par des croisillons de pierre. Les arcs sont en « ogive », les sculptures très détaillées. Les portes très ouvragées fournissent un spectacle liturgique pour l'architecture sacrée. Cette architecture est constituée de marques symboliques verticales harmonieuses à l'extérieur et à l'intérieur, elle est un signal dans le système de la ville du domaine royal de France qui comporte bourgeois et artisans dans son économie. Ce système architectural utilise des procédures empiriques qui permettent un développement très rapide hors de son aire de création : cette aire au départ avait été délaissée en ce qui concerne l'architecture romane pour des raisons économiques[GM 23]. L'art gothique est adapté au mode de construction avec de la brique dans l'Europe du Nord et du Nord-Est[GM 24]. L'art gothique parti de France sous l'appellation « opus francigenum » donne la façade à tour unique en Allemagne, des adaptations façon locale dont la tour-lanterne en Angleterre, et tardivement le gothique appelé « gothique flamboyant »[GM 25].

Art asturien.

Architecture médiévale normande.

Depuis ses débuts au VIIe siècle après J.-C., l'architecture islamique se manifeste par la construction de nombreux édifices religieux et profanes tant dans l'Orient que dans l'Occident musulman[L 6].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecture Renaissance.

Architecture et Histoire de la Renaissance[modifier | modifier le code]

Szczecin, le château

(Notes:

  • Le terme « Renaissance » fait ultérieurement apparaître pour l'étude historique l'appellation « Moyen Âge » pour toute la période qui a succédé à l'« Antiquité » avant elle.
  • La section « Renaissance » intègre en partie la section « Classique » dans certains ouvrages historiques, dans d’autres - comme il est fait ici -, il s'agit de deux sections distinctes.)

En Europe à cette période apparaît la notion d'esthétique retrouvée et renouvelée pour l'édifice, elle est désignée par le terme nouveau à l'époque d'architecture. Elle exprime l'opposition instituée contre l'art gothique du Moyen Âge considéré comme ayant perdu l'harmonie (étant rétrograde au sens philosophique).

À cette époque apparaît la volonté par l'église romaine de la mise en forme globale de la ville (l'urbanisme) traduisant la hiérarchie que l'on veut imposer dans la société[GM 26]. Un des buts dans cette démarche est de remettre de l'ordre dans l'acte de construire et son résultat constaté : il avait été fait "ingénument" par les populations, en constructions et ensembles que les dirigeants considèrent comme chaotiques, surtout pour ceux réalisés dans la périphérie de son territoire constitué.
Cette démarche de mise en forme définit le palais urbain, et ce pour trois siècles[GM 27]. Elle est issue de l'église centralisée à Rome qui est un site archéologique important[GM 27]. Cette démarche peut être prônée en dehors de toute compétence de construction[GM 28], elle a pour contexte culturel l'apparition de la « perspective » en Europe (avant celle-ci, dans la représentation des personnes, la taille donnée au personnage est proportionnelle à son statut social).
Alors que des membres du clergé avaient conservé la connaissance de l'architecture antique (par exemple en France) et avaient eu une action de concepteurs d'architecture dans une gestion collective de la construction, apparaît dans cette façon de voir les choses la profession d'architecte[GM 29] : cela désigne l'artisan qui conçoit globalement l'édifice avec sa forme et sa signification dans la société et dirige les autres artisans.

Cette démarche globale se heurte pour son développement à la crise de société qui a donné naissance à la Réforme: La Réforme d'un point de vue philosophique prône une rigueur nouvelle. La forme installée est jugée superficielle par les réformateurs et il s'y ajouterait une mise en forme jugée pouvant être insidieuse. Dans ce monde occidental où l'existence de Dieu est une évidence (cf. croisades), la Réforme requalifie et de façon tant rigoureuse que violente (cf. "Guerre de Trente Ans") l'attitude tout individuelle à avoir face à l'argent et au luxe, elle remet l'individu face à ses actes. En dehors de l'Italie le développement de la Renaissance est très lent, peu dense, inégal selon la région[GM 30] et la Renaissance en Europe s'établit sur plusieurs siècles de cohabitation avec l'architecture sacrée protestante moins exubérante. Malgré la Contre-Réforme l'architecture Renaissance reste en cohabitation avec l'architecture gothique luxueuse.

L'essentiel de la capacité technique [note 11] d'un pays se concrétise à cette époque dans la fabrication d'un bâtiment[GM 31]. Cette formulation avec des ordres appartient aussi aux fêtes avec à nouveau le langage des arcs de triomphe éphémères.
L'architecture Renaissance prend des formes localisées. Par exemple en Espagne où les « ordres » rétablis sont utilisés plus tôt qu'en France, ils sont enrichis. La France fait venir des architectes italiens (Cortone, Fra Giocondo… Serlio, Vignole). L' Allemagne fait de la Renaissance une architecture « métissée »[GM 32]. L' Angleterre reste à l'écart[GM 32].

L'architecture de la Renaissance voit son apogée durer d'environ 1420 à 1620.

Elle réadapte l'architecture grecque et romaine, avec des dômes, des colonnes rectangulaires (« pilastre ») souvent intégrées aux murs. Après ses débuts avec la reconstitution d'un système d'ordres antiques, on ajoute au système des colonnes nouvelles (par exemple les colonnes torses en fin de période). Les « portiques » et « frontons » font leur réapparition. Les voûtes en plein cintre, les dômes hémisphériques, les baies, les niches, trompes et édicules sur trame régulière se constituent en réaction aux formes irrégulières et disparates accumulées dans des édifices dans la période précédente. La statuaire est redevenue encadrée.

La conception de l'ensemble immeuble et jardin peut porter la philosophie humaniste[GM 33]. Le style Renaissance met en valeur les notions de symétrie, de proportion, de régularité et d'équilibre des motifs, tel que les humanistes ont cru pouvoir les déceler dans les vestiges de l’architecture de l’antiquité classique.

L'anthropomorphisme, recommencé dans l'art architectural sacré au Moyen Âge, apparaît aussi pour l'architecture non sacrée à la période de la Renaissance en Italie. En Europe l'homme s'individualise à la Renaissance: il s'affranchit de n'être qu'un élément du groupe générique [note 12] et prend une valeur donnée par Dieu. Le vocabulaire utilisé est celui du corps humain pour nommer les éléments de construction utilisés pour l'élévation, de même pour les formes tracées au sol, les formes données aux espaces. Cette formalisation rappelant le corps humain procède à l'époque pour ses auteurs d'un modèle qui suit la science de l'époque (c'est-à-dire sur la base donnée par la religion en ce qui concerne le savoir ) ou bien d'un modèle artistique (en particulier pour Michel-Ange qui arrange dans le même esprit que pendant l'antiquité les proportions anatomiques dans ses représentations du corps humain géométrisé). Ce processus se situe dans la « quête de la perfection » qui s'établit à l'époque et intègre la mathématique comme dans l'antiquité. L'apparence, la concrétisation de ces forces symboliques qui sont « données » par les architectes aux espaces bâtis et aux jardins, va donc être une traduction philosophique et artistique qui différencie ces objets des constructions simples. (Par exemple des allégories (des surprises) sont constituées par des constructions dans le jardin de la villa Lante en Italie.)

L'arc ogival et la voûte ogivale sont proscrits à cause de leur origine impure de conception (architecture de la zone islamique).

Grande nouveauté pour les constructions laïques, la façade apparaît selon un tracé modulaire avec intégration de la statuaire. C'est la partie visible depuis la rue des bâtiments établis sur un plan. Pour Francesco di Giorgio Martini, cette partie est un "visage"[note 4], cette partie doit devenir la partie « parfaite » de l'édifice architecturé comme est parfaite la tête humaine. Depuis lors cette partie constitue la partie la plus importante de l'action architecturale. Avant ce renouveau la face extérieure que l'on pouvait voir du bâtiment n'était que la conséquence de l'ordonnancement de l'intérieur[L 7].

Les cortèges et assemblées dans la vie collective urbaine prennent leur part dans la motivation de construction avec l'apparat détenu par l'architecture civile de la Renaissance[GM 27]: par exemple l' « escalier à volée droite » est mis au point. La fenêtre à « meneau » représentant la croix est un signe de la religion.

L'architecture des places dans les villes utilise un « plan » global orthogonal agrégatif qui redébute, ces espaces qui contiennent l'apparat se constituent à la fin de la Renaissance et début de l'époque moderne avec des « pavillons » réguliers nouvelle manière, arcades et avec « corps de passage » pour les rues aboutissantes (par exemple la place des Vosges à Paris est le symbole de la puissance royale d'Henri IV). Le processus de modernisation se met en place, les pavillons peuvent être à usage de l'industrie manufacturière jouxtant les pavillons de résidence. L'architecture correspond à un besoin de réordonnancement au vu d'espaces désordonnés par la précédente accumulation simple des constructions.

En Occident, l'architecte qui produit l'architecture devient plus qu'un maître-ouvrier, c'est un concepteur reconnu associé ou non à l'exécution de la construction (artisan faisant preuve d'« art libéral », sous le sens d'exerçant une « profession libérale » comme dans le droit et la médecine institués). Les artistes de cette époque sont polyvalents et cherchent à obtenir le savoir absolu sans distinction, aussi bien au niveau de l'ingénierie que des arts ou de la philosophie. Ils développent des recherches sur les mesures et les ordonnances idéales des édifices. Des traités d'architecture sont édités. (Au contraire des domaines de la peinture ou de la statuaire, dans l'architecture aucun des propos, aucune des figurations, aucune des réalisations n'a fait l'objet de procédure d'inquisition -médiévale ou ultérieure-).
La considération pour la matière, celle qui est portée par les architectes nouvellement déclarés semble identique à celle portée par ces constructeurs comprenant les maîtres ouvriers (architectes avant l'heure par leur vision ensembliste qui constituent de l'architecture gothique avant ou pendant la Renaissance). Cette considération identique va permettre une évolution du bâti déjà constitué en y intégrant des éléments architecturaux portant cette philosophie renouvelée de ce qui est « beau ».
Les architectes nouveaux par la philosophie déclarée et qui ensuite est portée par l'ensemble construit se différencient de ces concepteurs du gothique qui visaient l'expression par l'importance de la hauteur et du volume. Par exemple pour l'architecte du mouvement de Renaissance, chaque dimension est proportionnée à partir du pied humain et de la main humaine et calculée dans l'harmonie du corps humain, pied et main ne sont pas réduits à la traduction de la mesure, et on prétend à une unité (dans tous ses sens du terme) pour l'édifice. Et la différence se fait sur la formulation de l'art et non pas l'approche de la matière: aussi bien pour le côté structurel que pour le côté esthétique intrinsèque au matériau considéré.

L'architecture devient savamment dessinée. Il est nécessaire d'établir la précision des plans et élévations pour les travées renouvelées et leurs baies alignées rétablies[GM 34]. Savoir dessiner devient dès lors une qualité majeure établie du métier renouvelé d'architecte. La communication avec le monde de cette nouvelle architecture est établie par les peintures (sur cadre mobile) qui représentent des coupoles, par les gravures imprimées en séquence qui sont diffusées par le Vatican (et lui fournit des subsides).

Architectes de la Renaissance[modifier | modifier le code]

(À noter la réédition de l'ouvrage de Vitruve, la publication de l' « Essai sur l'architecture » de l'abbé Laugier et la publication des traités d'architecture théorisants en Italie.)

Les maîtres influents :

Matériaux de la Renaissance[modifier | modifier le code]

Les matières utilisées sont les mêmes que celles de la période du Moyen Âge précédente.

Dans sa zone de création, pour l'architecture de la Renaissance la pierre est valorisée, y compris pour les constructions laïques (la vision gothique la réserve plutôt aux édifices sacrés et se sert du bois pour les édifier [L 8]).
Pour constituer une façade, l'élément à renouveau architectural, le marbre prend ses références en Italie. Il est mis en parement comme dans l'antiquité et est il est associé au crépi très soigné. La pierre édifiée prend une apparence nouvelle avec le « bossage » et la ligne de « refend ».

Pour constituer l'architecture de l'intérieur de l'édifice, le parement du mur constituant le volume géométrique qui n'est pas en pierre taillée est traditionnellement constitué d'un crépi soigné. En même temps qu'il est confectionné, ce support intègre les pigments colorés sur sa couche visible et suivant la technique initiale les pigments diffusent vers la profondeur de l'enduit avec la longue durée. L'amélioration de cette époque est la stabilisation dans la zone de la surface visible avec le nouveau mélange de matières d'un enduit superficiel sur l'enduit donnant la forme.

Les pigments colorés sont utilisés sur des murs, sur des panneaux de bois et peuvent refléter la richesse matérielle et architecturale: poudre d'or et lapis-lazuli par exemple.

Les matières fournissent aussi le confort qui suit les progrès de l'époque par exemple pour jouir de la lumière le verre s'impose. Le « carreau » de vitre apparaît (étymologiquement verre). Il est enchâssé dans l'ouvrant (battant ou coulissant), ce bois de fenêtre à trame carrée encadrée par un bâti de bois qui est fixe. Le verre pose ainsi la base de la formulation jusqu'à la période contemporaine de la baie architecturale haute fournissant le jour. (Les « baies géminées » préfigurent le système à double battant.)

Architectures de la Renaissance[modifier | modifier le code]

Certains styles en Italie comportent le « piano nobile » au-dessus de ce qui formera l'« entresol » classique. L'architecture au XVIe siècle en Italie est un investissement de l'aristocratie (cf. Palladio).

Époque Moderne[modifier | modifier le code]

Période Classique en Europe[modifier | modifier le code]

Architecture et Histoire de la Période Classique en Europe[modifier | modifier le code]
Articles détaillés : Architecture baroque et Architecture classique.

(Note: La section « Renaissance » intègre en partie la section « Classique », comme chapitre dans certains ouvrages historiques, dans d'autres il s'agit de deux sections distinctes.
Selon l' auteur-historien, selon le pays, selon l'Art, selon l'époque d'étude, la qualification « Classique » et « Baroque » évolue. l'Art dont il est spécifiquement question, y compris l'Architecture, est présenté dans des études historiques éventuellement en regroupements qui se superposent ou se disjoignent.)

Au XVIIe siècle et XVIIIe siècle période considérée comme faisant partie de l'époque moderne dans l'Histoire, cette période architecturale est constituée sur l'emploi intensif d'artisans en corporation et d'artistes qui maîtrisent l'abstraction symbolique et pouvant faire partie d'académies notamment d'architecture.

Avec la réapparition de la philosophie paralysée après l'Antiquité par la religion qui poursuit son action politique à cette période comportant ses guerres des catholiques contre des protestants, l'architecture prend de fait une forme nouvelle, devient une expression nouvelle. Dans l'ancienne conception, dans la Nature c'est une expression divine que l'homme doit craindre et subir. La conception nouvelle de la puissance de l'homme face à la puissance « naturelle » est montrée. Par exemple en France dans l'architecture par Nicolas Ledoux de la Saline royale d'Arc-et-Senans c'est une exploitation de la Nature, et la géométrie établie par l'homme l'emporte dans l'architecture. L'« Utopie » démarre sa période architecturale. Mais toujours en France, la qualité relative de cette puissance établie par l'homme apparaît et dépasse les limites de l'humanisme de la Renaissance: elle est exprimée par la philosophie nouvelle. La formulation rousseauiste de la vie (l'homme est bon, mais la société le rend mauvais) prend ses marques aussi dans l'architecture ; elle est exprimée, par exemple, dans l'architecture du Désert de Retz par un surintendant royal qui compile géographiquement et historiquement l'ensemble des arts de la construction disponibles dans le monde. Il l'insère en microcosme dans un ensemble rapporté des espèces végétales trouvées un peu partout sur la planète. Ainsi, l'amour de la Nature[note 9] paradisiaque[note 10] - inverse de la conception du Moyen Âge - est exprimé dans ce jardin à « fabriques » de formes anglo-chinoises.

Les arts de la sculpture et de la peinture sont reconnus. Ils constituent le « baroque » dans l'ensemble de l'Europe surtout développée à l'Est. Ces arts sont dits « classique » en France qui n'a pu avoir une architecture aussi foisonnante de création au niveau du pouvoir local par la guerre interne générale destructrice. Mais aussi en même temps est reconnu un artisanat d'art pour les éléments du mobilier ou de décoration pour les éléments apparents qui notent la richesse dans l'apparat. Les architectes utilisent aussi un travail d'artisans en pur progrès technique moderne pour les éléments fonctionnels (par exemple en charpente avec des éléments allégeant la structure et fournissant l'accessibilité par la création des « combles » et par exemple en maçonnerie avec le « chaînage » des murs de type « tant plein que vide » constitué de pièces métalliques évitant les contreventements visibles)[GM 35]. Les architectes utilisent la maîtrise de l'ouvrage dans les professions des artisans constructeurs. (La formation des meilleurs ouvriers comportera en preuve finale la fabrication de leur « chef-d'œuvre  »). L'architecte fournit à tous les corps de métier des dessins et fait un suivi sur la place de production des matériaux dans la composition des éléments architecturaux (par exemple linteaux de pierre, balustres taillés). La technique des dessins aide à établir la reproduction de formes, de généraliser et finalement de constituer l'architecture classique.

La conception de l'architecture inspirée de l'Antiquité se poursuit associant beauté et ostentation. Le système d'Ordres classique se met en place en utilisant une abstraction de signification apportée par l'architecture ainsi qu'une décoration plus ou moins forte selon le pays. L'or, les tapisseries, le velours sont utilisés pour la décoration à caractère ostentatoire. Les mythes antiques sont réutilisés dans une vision spirituelle chrétienne pour les constructions civiles. La géométrie avec les figures de symétrie sur le plan et en élévation prend une place prépondérante[GM 36]. Les plans et les élévations sont des outils de communication de l'architecte qui propose des projets allant jusqu'à des aménagements urbains globaux. Ces projets sont tout à fait personnels pour les grands maîtres reconnus et ils sont suivis par des « à la manière de » dans la période longue. Ces dessins s'associent avec des peintures, des gravures faisant la promotion des aménagements. Elles sont faites par l'architecte lui-même qui donne un tour d'horizon imaginaire comme depuis un belvédère.

L'unité monumentale constituée par les édifices attenants avec leurs circulations permet l'art de cour. Les éléments architecturaux visibles, les colonnades, les baies, la statuaire, sont censés porter l'harmonie[GM 37] dans une rationalité plus ou moins importante selon le pays[GM 38] (la France est à l'apogée de la puissance pour l'époque avec le cartésianisme, le pouvoir politique important de ses rois Louis XIV Louis XV et l'impôt instauré en France tient compte de l'architecture établie dans les bâtiments (baies) dans le domaine foncier qui est source de revenus dans cette période longue de guerre ). Des éléments architecturaux rendent invisibles les éléments d'organisation des espaces et de circulation non « nobles » et à ne pas voir: création de portes, d'escaliers, de couloirs de service, création de l'« entresol » pour les pièces de service, aménagement des baies en conséquence en façade. La façade comporte notablement le « soubassement », des terrasses et balcons associés dans les bâtisses d'habitat noble qui ont plusieurs étages avec un ou deux « étage(s) noble(s) ».

La formulation du volume général de l'édifice avec des « corps de bâtiment »[note 4] ordonnés avec corps principal et ailes se met en place pour les châteaux et les hôtels de ville et hôtels particuliers. Le percement des baies est codifié (des fausses baies apparaissent) et devient signe d'importance sociale. La coupole qui vient du dôme antique s'intègre comme élément central de la toiture[GM 39] pour des édifices institutionnels avec le « tambour » de colonnes. Les « frontons » à colonnes reprennent une place. Les règles esthétiques classiques tiennent compte de l'aspect des toits dans l'urbanisation (par exemple demi lune sur les places rondes de croisement de rues).

Les incendies dans les villes remettent en question pour la mitoyenneté la manière de construire les bâtiments qui peuvent être faits en une construction d'un seul tenant : les « murs de refends » soutiennent des poutres bois de plancher qui sont parfois d'une pièce, de plus la charpente peut être continue entre plusieurs bâtiments. Le grand incendie de Londres aboutit à une formulation généralisée à l'Europe de la mitoyenneté avec la sécurité dans la construction en ville des charpentes, important élément d'urbanisme donnant une forme aux pignons dans l'architecture du nord de l'Europe.

En conséquence de la colonisation, l'architecture européenne s'établit dans les autres parties du monde par la formulation des espaces (par exemple l'architecture implantée au Mexique était une architecture totalement calquée sur l'architecture baroque d'Espagne dans la colonisation religieuse), le transfert dans l'autre sens n'est pas fait en dehors de l'importation de matières.

Dans les intérieurs des bâtisses habitées, les escaliers droits monumentaux sur demi-voûtes éclairés par leur dessus, les « perrons », les «  galeries », les « salons » mis en « enfilade » qui permet de les réunir par les grandes embrasures jumelles, les « chambres » sont des éléments qui permettent d'instaurer le protocole dans la société aristocratique, dans la société bourgeoise établie dans les cités.
La disposition des pièces permet un usage des bâtiments en parallèle du protocole pour les personnes privilégiées, les « appartements » sont conçus avec circulations pour l'intimité séparées des circulations officielles. Pour rester à l'écart, le « boudoir » féminin, le « cabinet » de diverses activités sont créés. Ils préfigurent les dispositions modernes des pièces, notamment celles qui contiendront les équipements modernes d'hygiène.

Les parcs et jardins sont élaborés avec une forme très structurée. Les jardiniers utilisent principalement la perspective puis on formalise les « terrasses » avec des fossés pour isoler la bâtisse, les « sauts de loup ». On fait usage des haies, des broderies de buis, d'étangs et de cascades. Les parcs et jardins reçoivent des plantes ornementales exotiques acclimatées venant aussi bien des Amériques que de l'Asie (par exemple des directives royales avaient été données pour imposer à chaque transit de bateau à Nantes en France une obligation de livrer des plantes). Certains de ces parcs qui peuvent être en partie accessibles à la population peuvent être des lieux de commémoration (batailles victorieuses, etc.).

L'architecture de bâtisses plaisantes dont certaines sont des « fabriques » (elles peuvent être éphémères[GM 40] ) est intégrée dans ces parcs. Elles peuvent être réservées à un cercle restreint de personnes. Elles peuvent contenir des animaux exotiques (début des « ménageries » privées donnant ultérieurement les « zoos »). L'architecture de la clôture apparaît avec les murets et les grilles.

Une architecture éphémère, l'architecture de fête votive ou laïque se met en place: elle est la mise en place d'un décor en façade dans les rues des villes pour les réceptions des grands par les notables.

L'architecture militaire à pur aspect défensif dans la politique d'expansion territoriale des états européens se distingue de l'architecture civile résidentielle.

La nouvelle architecture en Europe, portée par les modèles rigoureux du « classique », se diffuse lentement. Y succède l'art style « baroque » généré par l'Église catholique[GM 40] dont la formulation fait la part belle à la liberté prise par les architectes[GM 41] avec un perfectionnement empirique des techniques. Le baroque part de l'Italie pour les églises et pour les édifices de représentation sociale que sont les théâtres et bibliothèques puis se répand rapidement. Les règles strictes de l'architecture modèle classique sont contournées pour jouer avec les formes et les matières[GM 42] pour affecter, impressionner l'observateur par le luxe à base de lignes courbes ajouté à l'illusion portée (éléments architecturaux feints en « trompe-l’œil », matières feintes). Ces formulations affectent en dehors de l'Europe les autres parties du monde en rapport social et économique avec elle (par exemple l'Amérique du Nord pour le « classique » via l'Angleterre et la France, l'Amérique du Sud pour le « baroque » via l'Espagne).

En parallèle du classicisme des autres arts, les relectures des écrits de Vitruve prennent de l'importance pour les architectes en profession constituée, dont J-A Gabriel pour le Château de Versailles inspirant d'autres architectes à l'époque. La perspective débutée à la Renaissance prend toute sa place, pour l'édifice comme pour le jardin ainsi que pour les places urbaines qui peuvent être associées. Un vocabulaire architectural se constitue, il est le vocabulaire classique encore utilisé de nos jours dans ses termes désignant l'objet et la forme avec les membres de corps de bâtiment, leur formulation globale murs et toits et leur formulation en détail.

Architectes classiques et baroques[modifier | modifier le code]

Voir aussi:
Histoire de la construction#Les architectes affirment leur spécificité

(Le titre d'architecte du roi en France impose de ne pas être entrepreneur.)
Les maîtres influents:

  • Jacques-François Blondel professeur éminent.
  • Daviler.
  • Ange-Jacques Gabriel.
  • François Mansart - architecture française de l'hôtel particulier.
  • Louis Le Vau - architecture française classique combinant la bâtisse et le jardin ( avec Hardoin-Mansart et Hardoin).
  • André Le Nôtre - architecture-urbanisme à la française de parc autour du château combinant terrasses, avenues en perspective, canaux et jeux d'eau, bois-bosquet et bâtisses.
  • Christopher Wren - urbanisme classique de reconstruction à avenues et édifices monumentaux, architecture anglaise classique d'église s'inspirant d'architecture française.
  • Juan de Herrera - architecture espagnole classique stricte inspirant l'Europe du Nord.
  • Francesco Borromini - architecture baroque italienne sans excès inspirant l'Europe Centrale.
  • José Benito Churriguera - style baroque espagnol « churrigueresque » (avec P. de Riberra, N. Tomé, L de Figueroa).
  • ...
Matériaux classiques[modifier | modifier le code]

Les matériaux utilisés pour la construction sont décidés par l'architecte, le maître de l'ouvrage. La matière est évaluée « noble » ou « non noble » et concerne l'architecture religieuse monumentale et l'architecture de palais ( l'architecture « noble » ).

La plus noble des matières pour les murs dans l'architecture en Europe du Sud est la pierre de taille dont l'opus peut être imité par de l'enduit appliqué sur des briques.
Pour l'architecture noble, le bois pour construire en élévation est apprécié en Europe du Nord.

La toiture pour sa structure utilise le bois tout comme la pierre appareillée pour certains ouvrages.
La couverture pour l'étanchéité se fait par des tuiles cuites ou pierres d'ardoise plus ou moins épaisses en Europe du Sud et quelques fois par du cuivre en Europe du Nord (dômes et flèches), de rares fois du plomb. Des édifices porteurs d'architecture peuvent être couverts et étanchés par des planches ou planchettes de bois, surtout dans le Nord.

Le plâtre est utilisé pour ses qualités contre la propagation du feu dans le cloisonnement des intérieurs. Les bois précieux coloniaux font leur apparition dans la décoration, ils peuvent être conjugués avec le laiton.

La peinture à l'huile sur toile encadrée fait son apparition. Elle concerne des motifs figuratifs, des portraits.
Les tentures en soie chargées de fils d'or sont utilisées. Les motifs figuratifs en motifs répétitifs instaurent un art devenant non figuratif (à la manière de l'art au Sud de la Méditerranée).
L'argent massif est utilisé pour le mobilier d'apparat de taille importante, il est accompagné de l'or en dorure. La porcelaine apparaît pour les éléments meubles, elle commence son usage sanitaire.

La glace de verre et de cristal en miroirs et en fenêtre apparaît. Le cristal sert aux luminaires.

Architectures classiques et baroques[modifier | modifier le code]

En Espagne le classicisme utilise un plan tramé rigoureux de bâtiments entourant des cours (par exemple pour l'Escorial près de Madrid) fin du XVIe siècle. En Angleterre l'arrivée du classicisme se fait au début du XVIIe siècle, elle se partage l'évolution de l'architecture avec le « gothique tardif ». Aux Pays-Bas c'est une synthèse entre architecture romaine et classicisme sévère espagnol. La mode partie de France permet la diffusion dans l'aire européenne de l'Est.

L'architecture classique se développe au XVIIe siècle, dans les pays du nord de l'Europe et en France, empruntant ses formes à l'architecture antique (colonnes, trophées, frontons…). Certains historiens (comme Ernst Gombrich) considèrent la partie du château de Versailles dessinée par Louis Le Vau comme baroque[L 9]. Comparativement, l'Hôtel des Invalides est de facture stricte.

Le style baroque est un style chargé, avec des sculptures complexes. Ce style se développa surtout en Italie, mais eut une influence dans toute l'Europe (exemple : église Saint-Paul à Paris). À l'apogée de sa créativité architecturale, l'Église catholique se sert du luxe considéré comme attractif pour effectuer son assise face aux mouvements réformistes du nord de l'Europe. On découvre ainsi une figuration de l'espace interne rayonnant sur la base de l'ovale, une façade doucement ondulante symétrique dans le plan vertical. Appuyée par des colonnes, cette façade fournit une marque pour l'édifice isolé ou en insertion dans la rue. En Espagne le baroque qui succède au classique sévère est lui aussi très marqué (ces extérieurs et intérieurs ont une charge décorative considérée même comme violente). En France ce style affecte la facture des intérieurs avec du mobilier sous le nom de « rococo ».

Période moderne en Occident[modifier | modifier le code]

Architecture et Histoire de la période moderne en Occident[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Architecture industrielle.

L'architecture reste un moyen d'affirmer l'identité dans la société en proie à cette époque à des problèmes de définition de la Nation comprenant l'identité culturelle. La marque architecturale est une marque de cohésion sociale. En Europe par exemple, le Directoire pour la France instaure un impôt sur les tours apparentes dans les édifices ce qui en fait raser un bon nombre dans les édifices ruraux, puis l'empereur Guillaume fait construire la station de chemin de fer de « Straßburg » dans le « Reichsland » conquis sur la France en architecture qui porte maintenant son nom, l'architecture wilhelmienne, alors que l'impératrice de Russie Catherine II avec la charte des villes avait précédemment accordé une certaine autonomie aux régions non européennes de son empire. Aux États-Unis l'architecture est pour l'essentiel de la construction une transposition de l'architecture anglaise au Nord et une architecture coloniale hispanique ou française au sud ces deux dernières intégrées parfois dans l'architecture vernaculaire. L'architecture au Mexique reste une architecture européenne (avec par exemple les haciendas). Une architecture coloniale se constitue à partir du XVIIIe siècle en Afrique, en Inde et en Indochine, en Chine où l'architecture locale garde une forme stabilisée aux normes classiques des cultures asiatiques comportant les « flux vitaux ».

Établissant la science de la chimie, Lavoisier établit le système moderne de la composition de la matière et fait abandonner le système classique antique d'appréhension de la matière composant le monde en 4 éléments dont un élément est le feu. Faraday établit une formulation expérimentale compréhensible de l'énergie électrique nouvelle. Avec l'invention de la montgolfière puis immédiatement après celle du ballon à hydrogène qui monte en plaine à hauteur de montagne, la conception du monde évolue: l'atmosphère n'est pas une simple couche de quelques mètres d'épaisseur.
La philosophie de vie établie dans la bourgeoisie progressiste et utilisant le progrès de la connaissance est à tendance opposée au « rousseauisme »[note 9] établi dans le XVIIIe siècle par la noblesse. En venant au pouvoir dans le monde occidental, la bourgeoisie établit la volonté d'utiliser la langue officielle et parfois faire régresser plus ou moins fortement selon le pays les dialectes locaux, elle établit l'uniformisation par pays de l'heure devenue officielle, elle a la volonté de standardisation des mesures, souvent selon le modèle pratique de la Révolution française. Une partie de cette philosophie de vie démarre la remise en question des religions[L 1] et de l'utilité et usage des édifices porteurs de cette architecture. En dehors des actions d'aspect politique, l'architecture y sera détruite si elle contrarie l'usage fonctionnel ou conservée si non incidente sur l'usage.

À partir du XVIIIe siècle, l'époque moderne de l'architecture voit apparaître des aménagements de voirie nouveaux dans les villes (égouts et réseaux d'eau et de gaz). Le respect du gabarit des voies d'accès modernisées est imposé par l'urbanisme naissant dans les domaines de la science de la ville, et du droit de la construction dans la société. Cela anticipe les flux de circulation augmentés dus à la rapidité moderne des moyens de transport mécanisés sur le territoire (temps de transit des personnes et des objets divisés d'un facteur 10).

Des industrialisations de fabrication des matériaux commencent (par exemple pour la technique de découpe des éléments de bois de charpente par des moulins qui s'applique au bois des huisseries du Crystal Palace à Londres, Angleterre). L'architecture procède à la banalisation d'éléments architecturaux classiques donnant une vision « noble » dans des bâtiments d'architecture plus répandue (grandes vitres, grande hauteur sous plafond). Si l'architecture utilise parfois le progrès technique à son maximum pour la structure matérielle qui la supporte, elle intègre encore très peu pour l'expression affichée le mouvement scientifique global qui profite à l'industrie de fabrication en série des objets. Et même pour ces objets le décor est séparé de la matière et de la technique de fabrication.

L'époque voit apparaître des objets architecturaux modernes aussi bien pour l'activité utile (par exemple les écoles municipales, les gares, les marchés couverts, les usines, les bains publics, les sanatoriums…) que pour les loisirs, cette activité qui émerge dans la population (par exemple les panoramas-rotondes, les résidences de bord de mer et les jetées de fête foraine, les résidences hôtelières en montagne, les patinoires). Ils peuvent tracer par l'architecture une conception philosophique plus ou moins actualisée de ce qu'est le monde moderne (vocabulaire architectural conservé-conception moderne du monde, nouveau vocabulaire architectural-conception conservatrice du monde). Comme dans le reste du monde de l'art-spectacle à cette époque, la conception architecturale est peu homogène dans son modernisme, aussi bien pour sa conception des espaces que pour l'aspect donné. Cela concerne tout autant l'édifice que l'ensemble des édifices (par exemple architecture anglaise néo-gothique -appliquée au pont basculant Tower Bridge, par exemple l'architecture anglaise « Arts and Craft » -appliquée aux petites maisons de plan ordinaire). Le fonctionnalisme de l'organisation moderne apparaît aussi dans l'architecture.

Dans l'architecture de cette époque moderne, les moyens de construire sont artisanaux (les matériels d'excavation, de levage et de banchage restent rudimentaires et non encore motorisés), les matériaux de construction sont encore artisanaux et décidés par l'architecte. Mais l'architecture est contrainte de suivre des règlements extérieurs à la volonté du « maître d’œuvre » et du « maître d'ouvrage », elle doit suivre des règlements municipaux pour l'alignement et la hauteur des bâtiments, l'épannelage (par exemple à Paris sur les boulevards imposition de « balcons filants » à des étages déterminés sur les bâtiments). Le patrimoine architectural qui prend sa valeur historique aboutit à des « curetages urbains » de quartiers contenant des monuments (par exemple curetage autour du Louvre à Paris). Dans ce contexte, à la fin du XIXe siècle, dans le nord des États-Unis l'architecture de « gratte-ciel » apparaît, elle se façonne comme marque du progrès technique et de liberté dans les signes de puissance affichée pour les établissements industriels. Cette architecture côtoie dans l'urbanisme moderne naissant la nouvelle définition de l'habitat évolué[GM 43] donnée par le « pavillon moderne »[GM 44] et son jardin.

La technique scientifique est devenue nécessaire à l'« art de bâtir »[GM 45] (la résistance des matériaux prend son essor en plus de la formulation des éléments de structure, etc.), les prescriptions urbaines techniques font l'objet d'enseignement et de nouveaux traités (par exemple avec l'école des Ponts et Chaussées en France) et aboutissent aux « ouvrages d'art »[GM 46] qui peuvent être enrichis pour leur aspect d'une décoration, de symboles (macarons, statues, etc.). Les structures de certains de ces ouvrages d'art sont architecturalement travaillées (par exemple la passerelle "Pont 28", de style « Art-Nouveau » dans Central-Park à New-York de Calvert Vaux et Jacob Wrey, 1864)

Globalement la notion moderne pour un objet de « beauté inhérente à sa structure » émerge, elle est reprise dans les arts académiques de façon houleuse, (comme dans la peinture : en représentation d'objet structurel ou en représentation d'elle-même). L'architecture se rationalise dans sa façon de se réaliser suivant l'esprit cartésien voire kantien du temps: partis des mondes antiques les rites d'association monde réel et monde spirituel disparaissent des processus de fabrication.

La technique est le plus souvent cachée par les architectes (le dessin architectural devient une représentation artistique parfois sans recherche de réalisme qui sert à communiquer des impressions de formes et des atmosphères pendant que le dessin technique associé est un objet de communication plus rigoureux). Ainsi les gares, les palais d'exposition, mais aussi les lieux plus classiques où on reçoit le public reçoivent une structure métallique de « hall » et une façade de style classique en pierre.
Mais quelques architectes précurseurs montreront en façade cependant la matière dans sa technicité qu'ils ne jugent pas brutale, c'est-à-dire inesthétique (comme Henri Labrouste pour la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris qui montre les attaches des tirants de charpente en façade).
Cependant à partir de cette époque de mécanisation, pour la conception moderne des édifices, certains architectes peuvent avoir une approche s'inspirant des structures ordonnées fournies par la « Nature » à la place -ou en plus- des considérations religieuses [note 13].

La « Nature » présente des organisations géométriques dans le monde réel. Les architectes structuralistes étudieront les squelettes animaux[GM 47] en utilisant la culture savante rationnelle disponible. Les structures végétales inspireront l'« Art nouveau » en notable réaction à l'industrialisation. Formalisées en pierre taillée et en bois, ces architectures d'extérieur et d'intérieur - voulues particulières - commencent aussi à afficher le métal (par exemple les entrées de métro à Paris d'Hector Guimard).
(ultérieurement, dans la période contemporaine, des architectes pragmatiques trouveront par le biais des structures naturelles souvent symétriques fournies par le monde réel des modèles d'ossature de construction pour les structures verticales et horizontales sans angle droit.)

L'architecture n'a lieu officiellement que dans les édifices sacrés ou publics et privés créés par des architectes, dans cette période où l'Art est resté codifié. Par les prix d'architecture, les institutions gèrent la valeur artistique déclarée dans les projets en concours, elles servent aux commanditaires municipaux par exemple. Les ingénieurs au sens moderne dont la profession n'est pas encore organisée sont des collaborateurs du projet architectural, ou bien construisent des édifices qui ne sont pas répertoriés dans l'Architecture. L'architecture des édifices servant à l'habitation se formalise en tenant compte de l'usage dit « bourgeois » tel que défini comme contrainte d'usage dans les baux de louage modernes. L'intérieur des bâtiments reproduit les appartements nobles et les multiplie sur la hauteur. Mais la « noblesse » du plan diminue avec les étages pour la disposition des salles, des couloirs. La « noblesse » de la formulation des baies varie entre la façade « sur rue » et celle « sur cour ». Ces organisations intérieures se formalisent avec la traduction de la sphère d'intimité autour du concept moderne de la « famille » à partir du milieu du XIXe siècle, celle qui comporte dans la société les liens affectifs parentaux mis en place.

Les architectes participent aussi à la construction d'usines succédant aux manufactures (par exemple l' "AEG-Turbinenfabrik" de Berlin de Peter Behrens démarre la conception dépouillée dès 1909 donnant la conception contemporaine), de cités ouvrières (par exemple le phalanstère avec un fort retour de principes antiques associés à la conception de la société selon l'« Utopie »). Une architecture sociale commence à apparaître avec les besoins de main-d’œuvre stable sous l'impulsion de personnalités politiques et patronales et médicales. Elle peut très bien porter les signes de la modernité autant que des signes de l'art conventionnel.

L'architecture moderne affiche ses signes de modernité, par exemple par les ascenseurs, l'éclairage et le téléphone électriques, signes aussi bien dans l'habitat que dans les autres lieux.

Les architectes s'intéressent à l'histoire de l'Architecture. En Europe (à la suite de la Révolution en France)pour la raison de l'importance prise par l'activité économique, la structuration nouvelle en classes sociales de la société se fait. Elle établit la société bourgeoise dans son pouvoir, avec éventuellement ses marques laïques. Les arts sont reconsidérés dans leurs bases[note 1] [note 14]. Les architectes publient des ouvrages de référence (par exemple le « Dictionnaire raisonné de l’architecture française » de Viollet-le-Duc).

L'architecture gothique du Moyen Âge reniée à l'époque de la Renaissance est réhabilitée dans ses concepts structuraux d'édification dans la légèreté de la structure et inspire une partie de l'« architecture métallique ». L'archéologie devenue scientifique débute sa contribution à l'histoire de l'architecture par l'étude de civilisations anciennes dans l'histoire de l'art. Les figures de décoration ainsi retrouvées ont une influence notable sur les architectes pour les frises en entablement, les corniches et les baies, et encore plus particulièrement en Angleterre pour l'architecture exotique des espaces de loisirs publics qui se créent où la période Zen au Japon est recréée à côté de l'ambiance montagnarde en Suisse.
Dans cet « éclectisme », la conception de la beauté artistique est un affichage d'objets à formes intrinsèquement artistiques accumulés.

Les techniques modernes de reproduction des représentations graphiques associée à la photographie nouvelle permettent une plus grande communication de l'art architectural auprès du public (par exemple l'affiche est utilisée pour faire la publicité des hôtels de luxe dans les « resorts » anglais). Cela va de pair avec l'essor de la communication par les journaux.

Une partie du personnel politique en Europe s'attache à la reconnaissance du patrimoine historique (en général national). De là vient la conception de la qualité de « monument historique »[GM 48] pour certains édifices avec la volonté de leur sauvegarde (par exemple action de l'abbé Grégoire pour le patrimoine des émigrés dès la Révolution française en France, par exemple action de Lord Byron pour sauvegarder le patrimoine antique grec qui tombe en ruine et qui est déménagé vers l'Angleterre). À partir de cette période, des appropriations de monuments pour leurs valeurs culturelles architecturales -et donc en définitive valeurs marchandes selon des considérations économiques occidentales- avec leurs déménagements entre civilisations seront faites, entre pays et entre continents à la suite de guerres ou de transactions civiles. Les architectures « historicistes » se développent (par exemple l’architecture moderne à l’ hôtel Menier de style néo-renaissance, en bord du parc Monceau à Paris en 1880, de Henri Parent qui remet en architecture des baies et des boiseries de diverses époques trouvées chez des récupérateurs).

Architectes modernes[modifier | modifier le code]

Voir aussi:
Histoire de la construction#Les architectes et le néoclacissisme

(Des sociétés d'architectes sous statut commercial apparaissent à côté des architectes individuels dès le XIXe siècle.)
Les maîtres influents:

Matériaux modernes[modifier | modifier le code]

Les matériaux deviennent normalisés dans leurs dimensions donnant leur poids et leur résistance, et dépassent à l'usage les régions de production (par exemple la brique, l'ardoise dans la « fente à l'anglaise », les bois équarris). Ils facilitent aux architectes la composition esthétique donnée par la structure dans les éléments d'architecture, par exemple la différence de couleur de brique est aisément utilisée dans la façade géométrisée à côté des éléments en fer. Les matériaux classiques ont toujours la même valeur noble (par exemple le marbre).

Le ciment prompt fait son apparition. Il permet de constituer des pierres artificielles. Il sert aussi au scellement des pierres naturelles.

Le cloisonnement des édifices se fait avec du bois et du plâtre, avec des briques mises sur le chant. Le staff, plâtre armé de fibres de chanvre, remplace la pierre taillée et permet dans les intérieurs une architecture type baroque très appréciée pour la mise forme des cloisons et des plafonds.

Les matériaux modernes comme le fer riveté ou la fonte roto-moulée de la construction en métal, les garde-corps moulés des balcons, les linteaux en fer découpé font leur arrivée avec une esthétique qui est la reprise des formes classiques. Les métaux plus classiques cuivre et zinc sont aussi utilisés pour les couvertures et les étanchéités (par exemple dômes, flèches, chenaux) aussi bien pour des travaux neufs que des reprises sur bâtisses anciennes (par exemple les toits de Paris).
Le plomb ou la fonte sont utilisés pour acheminer le gaz de ville jusque dans les intérieurs.

Les éléments ouvragés de second-œuvre utilisent le cuivre et le laiton pour les grilles de calorifères au sol (début du chauffage central), et la robinetterie des sanitaires. Les poignées de porte, les mains courantes de rampes d'escalier peuvent être constituées aussi de laiton. Le cuivre est utilisé pour les premiers aménagements électriques des appartements, pour l'éclairage et le téléphone, signes de modernité.
Le papier dont la fabrication à partir du bois et non plus du tissu est une matière industrialisée. Il prend sa place dans les éléments de décoration intérieure aux côtés du tissu de tenture.

Les architectes utilisent aussi le verre pour des fonctions de couverture, par exemple dans les galeries nouvelle manière (les nouveaux palais) à usage institutionnel ou commercial, dans les serres et les vérandas (venues d'Inde) et posent une marque urbaine par les passages couverts, mais lumineux repartant de l'idéal du portique antique à colonnes. Les architectures d'hôpitaux-sanatorium mettent en œuvre la très présente conception hygiéniste du bien apporté par la lumière, le grand-air, par l'usage des terrasses et l'abri par du verre.

Les ingénieurs utilisent le métal pour les constructions utiles non architecturales. Avec par exemple le hangar où sur la structure formée par des poutres à forme normalisée la couverture est faite avec la tôle ondulée, élément repoussé par les architectes, car non noble esthétiquement. Autre exemple, sur l'usine, l'architecture anglaise du long-pan noble composé de pignons à redans successifs est reprise en système utile des « sheds »: des pignons dissymétriques soutenant des versants très pentus de toiture composés de vitres qui offrent la possibilité de fournir un éclairage bien réparti à l'intérieur.

Architectures modernes[modifier | modifier le code]

L'Architecture néoclassique dure environ de 1750 à 1840. Elle procède d'un second retour à l'antiquité gréco-romaine, air connu depuis la Renaissance.

Style roman richardsonien américain.

Architecture néo-byzantine.

Style romantique national scandinave.

Architecture victorienne ensemble de styles variés localisé en Angleterre.

Le mouvement Arts and Crafts (littéralement Arts et métiers dans l'optique architecture et « art décoratif ») est un mouvement réformiste anglo-américain entre 1860 et 1910[L 10]. Ce mouvement urbaniste est une réaction au contexte anglais d'agglomération intensive, très rapide et sur une grande étendue de l'habitat dû à l'industrialisation intense conjointe à l'exploitation de mines nombreuses et étendues. L'architecture reste par sa forme dans l'art victorien composite. On peut reconnaître dans ce mouvement par la forme de la pensée, malgré des nuances sur le rapport à la nature et à l'industrialisation, l'un des précurseurs de l'Art nouveau puis, via Peter Behrens et malgré des oppositions sur ce qu'est le progrès, le Werkbund allemand, de l'école du Bauhaus, eux aussi s'occupant globalement de l'homme, de l'habitat et ses objets meublants.

L'Art nouveau (avec ses variantes régionales : modern style, jugendstil, modernismo, École de Nancy, Modernisme catalan, etc.) : apparu dans les années 1890[L 11], le style Art nouveau se retrouve dans l'architecture, les arts graphiques et la décoration intérieure. Il est caractérisé par des formes végétales, par une organisation asymétrique. Certains spécialistes considèrent ce style comme le début de l'architecture contemporaine.

Architectures historicistes et architectures d'ingénierie (1840-1900)[L 12], architectures répandues cataloguées dans la tendance à l'Éclectisme. Ce mouvement d'architecture est fondé pour le catalogage sur la caractéristique d'accumulation sur un seul édifice de symboles et de styles dont la signification politique ou sociale[GM 49] est une particularité locale:

L'architecture industrielle apparaît dans le patrimoine: une architecture portée par des usines parfois de taille monumentale (avec machines à vapeur, technique hydraulique…) dans une composition sur plan libre d'acier et de brique et de verre qui fournit une « émotion esthétique » (par exemple la chocolaterie Menier). Ces édifices sont bâtis avec ou sans concepteur appartenant à la profession d'architecte[L 13].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Architecture et Histoire(s) contemporaine(s)[modifier | modifier le code]

L’architecture est porteuse de splendeur, gigantisme vertical ou horizontal. Viaduc de Millau.

Par principe culturel dans l'époque contemporaine, l'architecture reste un moyen d'afficher la splendeur, entre autres par le gigantisme dans la hauteur (édifices verticaux) ou le gigantisme dans la portée horizontale. Mais elle devient aussi un élément du domaine économique pour des raisons politiques. Des concours architecturaux se mettent en place à l'échelle mondiale. Ils permettent aux architectes selon leur choix individuel, d'exprimer le réalisme et l'« utopie » dans le domaine social ou dans le domaine technique. Et à cette échelle mondiale se met en place pour les architectes le vedettariat public[GM 51], au-delà de la simple renommée professionnelle.

La sacralisation appartient à un modèle humain de prise en compte du monde qui à l'origine modélise et distingue la construction porteuse d'architecture de la simple construction. La désacralisation[L 1] de l'architecture par le changement de prise en compte du monde à la façon scientifique avait eu lieu en période moderne en Occident. À la période contemporaine elle est patente aussi bien en Europe qu'en Amérique du Nord et du Sud, qu'au Japon. Elle est plus mitigée en Afrique avec un mélange de territoires et de domaines de la vie sociale soit continuant la tradition comprenant la religion soit en rupture avec elle. La désacralisation de l'architecture est reconnue en Chine, la sacralisation est à l'inverse courante pour toute construction de l'Asie voisine où la date de construction d'édifice est retenue avec l'aide du monde religieux qui utilise aussi les rituels pendant la construction de l'édifice (par exemple un restaurant de type contemporain à Taïwan). Les édifices-statues gigantesques de représentation de Budha et de technique contemporaine sont actuellement mis en place dans cette partie du monde.

L'époque voit apparaître de nouveaux objets architecturaux pour l'activité utile et les loisirs (par exemple les campus, les cités administratives, les centres commerciaux, les stations de tourisme à la mer ou en montagne et leurs « complexes touristiques », les palais des sports, les garages stations-service, les salles de cinéma…).

Les progrès techniques des XIXe siècle et XXe siècle ont largement étendu les possibilités de réalisation du bâti qui doit suivre les besoins démographiques et les normes d'hygiène nouvelles. On ne peut plus se limiter à bâtir avec de la pierre naturelle ou artificielle et ses contraintes d'ouvrage. La construction en métal s'établit et la construction en béton fait son apparition avec chacune leur esthétique dite « moderne ». La modélisation de l'usage est d'abord faite par des ingénieurs qui s'occupent de la production de masse, les architectes suivront, quittant leur spécialité restreinte aux ouvrages fins et détaillés.
Les deux tendances profondes, l'« universalisme » et l’« historicisme », parfois associées parfois exclusives émergent dans l'architecture de cette époque, celle du modernisme choisi ou bien imposé politiquement et celle de la couleur locale respectée.

L'architecture occidentale qui fut modélisée sur l'Europe depuis la période classique suit l'évolution de l'importance économique des pays qui s'en servent comme vitrine. La créativité architecturale établit un foyer sur l'Amérique dès le début du XXe siècle, elle se répartit globalement ensuite sur toute la planète (transculturation) avec en même temps l'internationalisation de la profession d'architecte, même avec la prééminence du pouvoir économique établi au XIXe siècle en Asie.

Les acteurs contemporains de l'architecture[modifier | modifier le code]

Pour son côté formel l'architecture peut être constituée par des artistes plasticiens, son côté technique étant assumé par les ingénieurs en plus des architectes qui ont adopté la formulation contemporaine de l'édifice.

L'électricité est utilisée. Les éléments architecturaux mobiles (par exemple ascenseurs, escaliers roulants, sas d'entrée) sont implantés. En même temps dans la technique constructive et dans l'architecture la structure porteuse est distinguée de la structure non porteuse d'organisation des volumes intérieurs. On distingue les murs et dalles des cloisons fixes qui peuvent être enlevées et replacées pour réorganiser l'espace (par exemple pour la modernisation des intérieurs de logements à partir des années 1980 dans la réhabilitation urbaine). Ces cloisons fixes sont suivies par des éléments de cloisonnement ré-ordonnables pour les usages hors habitat. Délaissant assez tardivement dans la majorité de la profession la mise en place organisée des chefs-d'œuvre artisanaux, les architectes adopteront ensuite intégralement la technologie nouvelle et la situation du « standard » dans le secteur économique de la construction de bâtiment avec une modularité des éléments architecturaux et avec le respect des normes[note 15]. L'architecture se mondialise et le métier d'architecte se modifie avec le mouvement « Arts décoratifs » en France en 1925. De cette époque nait le métier d'architecte-ensemblier organisant l'action de fabrication des ouvrages de bâtiment et des ouvrages artistiques. Ce statut s'ajoute au statut d'architecte-artiste ( par exemple pour l'usage des DTU apparus au milieu du XXe siècle en France et s'imposant dans la construction).

L'architecture exprimant le pouvoir dans la première moitié du XXe siècle reprend des formulations antiques d'édifices impériaux pour les édifices civils de propagande ou des édifices civils utiles à la constitution de la forme de société considérée qui peut être de nature totalitaire: par exemple comme au XIXe siècle les tombeaux sont monumentaux, l'Arc de triomphe est encore utilisé dans l'urbanisme nouveau proposé.

L'architecte reste une figure de la société avec des attributions et compétences différentes, des obligations différentes selon le pays légiférant et fournissant des formations différentes statutaires après la 2e guerre mondiale dans le monde occidental. Cette figure n'est pas reconnue universellement dans le monde actuel.

Histoire des sociétés contemporaines[modifier | modifier le code]

Au milieu du XXe siècle, la société civile occidentale aborde la forme nouvelle de la « société de consommation » où l'objet est abondant, la société civile socialiste poursuit le modèle de « société de production » où l'objet reste rare de l'entre-deux guerres.

En occident au départ cela concerne la formulation des édifices de commerce et de loisir, mais cela ne concerne pas l'habitat: l'habitat est par exemple en Europe structuré par son financement dans le long terme dans les normes de la logique économique occidentale.
L'architecture des lieux de commerce évolue avec l'urbanisme des zones nouvelles ou zones reconstruites qui intègrent le centre commercial. Ces urbanismes apportent des architectures à principes variés. Par exemple l'architecture googie aux États-Unis de banlieue peu densément construite, en France l'architecture dense de l'urbanisme sur dalle avec sa volonté de plein air, ou bien l'inverse au Québec dans l'urbanisme commercial construit en souterrains protecteurs des rigueurs climatiques hivernales.
La logique économique de la séparation de l'entreprise en unités financières concrétisée en sociétés représentant distinctement les fonctions produire et héberger cette production s'impose dans la culture occidentale. L'architecture des lieux de travail en « bureau » qui sont conçus pour être loués plutôt qu'achetés prend son importance technique. Par exemple l'organisation de l'espace prend modèle sur l'« usine propre » américaine avec des cloisons, des demi-cloisons et aussi le « plateau libre paysagé» qui sont est un espace réorganisable suivant le besoin immédiat.

Dans le même temps est imposée en Europe de l'Est l'architecture répétitive économique et acculturée de l'architecture industrielle et de l'architecture de l'habitat collectif socialiste. Il avait été pris pour base le modèle technique élaboré au début du XXe siècle de l'architecture civile de « cité » dans les villes occidentales. La modélisation architecturale par fonctions a été particulièrement avancée par les architectes révolutionnaires dans la première partie de constitution de la société socialiste[note 16]. Ce modèle est éloigné de celui de la société de consommation des objets qui impose la diversité (avec en finale l'achat d'impulsion) dans les éléments visibles d'architecture (porte, fenêtre, escalier...). Le modèle économique de société socialiste reste celui de l'achat « raisonnable ».

La modernité de l'architecture avec son aspect économique procédant de l'analyse de la valeur toutefois permet d'exprimer la « modernité nationale » dans la deuxième moitié du XXe siècle pour les pays d'Amérique du Sud (par exemple Brasilia de Niemayer) qui ne sont pas dans l'« abondance » généralisée. Elle présente le même intérêt pour les pays d'Afrique qui après la phase de décolonisation globale se retournent parfois vers une architecture plus identitaire avec des éléments visibles ne procédant pas de la société de consommation occidentale.

Histoire contemporaine de l'architecture officielle[modifier | modifier le code]

L'internationalisation des formes des édifices publics se fait.

Aux architectures comprenant des formes de plaques et de coques utilisées depuis l'antiquité s'ajoutent les architectures des surfaces nouvelles coffrables en béton ou des architectures en réseau de barres métalliques supportant et décomposant les surfaces. Ces surfaces qui peuvent être à double courbure inverse (par exemple à Brasilia par Oscar Niemeyer) sont des preuves de la modernité artistique de la plastique géométrisée, et ces surfaces peuvent être tout à fait nouvelles (par exemple l’Atomium de André Waterkeyn, André et Jean Polak pour l’Exposition universelle de Bruxelles).
L'internationalisation des gratte-ciel se fait. Leur décor en façade (par exemple par des gargouilles) et en intérieur présent au début du XXe siècle se fait ensuite de plus en plus discret.
L'internationalisation des formes et matières et couleurs existe dans les architectures religieuses, mais s'accompagne d'une disparition des éléments architecturaux à essence religieuse dans l'architecture aussi bien religieuse que non religieuse (par exemple disparition des niches statuaires banales des entrées des lieux de culte chrétiens et façades d'habitation)[note 13]. Les édifices cultuels chrétiens sont sobres et dépouillés (spartiates) pour favoriser le recueillement [L 14] , ils ne jouissent plus de l'effet de hauteur étant devenus des constructions de taille modeste comparativement aux autres constructions modernes et contemporaines.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle l'architecture technique rigoureuse est le propos architectural majeur réunissant architectes et ingénieurs[GM 43] dans une période où par ailleurs l'art avec la démarche artistique au contraire prend de multiples formes. Dans la fin du XXe siècle au passage du XIXe siècle la création architecturale intègre des « nouveaux gestes » d'art architectural ce qui la rend « incertaine dans son orientation »[GM 52] avec par exemple: le jeu-rejet des convenances (ni règle ni équerre), l'apport de modélisations puisées dans diverses sciences (l'« organique », l'« évolutif-dynamique »…) ou de modélisations puisées dans d'autres arts (sculpture, humour…).

Le formalisme de l'architecture évolue à la fin du XXe siècle par l'utilisation des machines informatiques spécialisées qui ont progressé et autorisent pour l'architecte des projets autres que simples. Pour faire de l'architecture, elles permettent des volumes moins stéréotypés. Cela les aide à diminuer l'aspect répétitif des constructions dans les ensembles urbains de grandes dimensions. L'hyperstaticité qui se calcule avec ces machines pour la stabilité des structures porteuses fournit une architecture donnant une esthétique à aspect non exclusivement scientifique (par exemple à Wolfsburg en Allemagne Le Phaeno de Zaha Hadid). Des styles divers utilisent cette nouvelle possibilité et succèdent aux mouvements d'architecture qui réagissaient à l'uniformisation de la forme qui pouvait être due à l'uniformité technique. Ces mêmes machines informatiques produisent des propositions de « tissu urbain » pour les urbanistes décideurs, avec à cette fin du XXe siècle la prise compte de la complexité des différents réseaux superposés de circulation automobile et de transport en commun, circulation des fluides utiles.

Histoire contemporaine de l'architecture militaire[modifier | modifier le code]

L'architecture militaire se termine.

En Europe cette architecture a vu son apogée dans la première moitié du XXe siècle avec les structures défensives imprégnées de l'imaginaire du « rempart ». Elles sont souvent enterrées (par exemple pour la France la « Ligne Maginot », son pendant ultérieur du « Mur de l'Atlantique » pour l'Allemagne dans la défense de son extension, et particularité propre à la Suisse « neutre » les abris pour civils qui ont été établis dans la deuxième moitié du XXe siècle).
L'architecture monumentale des mémoriaux de guerres qui sont des traces du passé immédiat porte dans la toute première moitié du XXe siècle en occident l'expression politique de la gloire et de la victoire nationaliste avec une statuaire très fournie. Cette architecture évolue dans la deuxième moitié du XXe siècle dans le dépouillement qui a pour but de fournir l'expression de la douleur humaine et de montrer la volonté du souvenir humain en respect de la victime du processus guerrier à éviter (par exemple mémorial de la « Shoa » à Berlin en Allemagne, mémorial de la guerre du Viêt Nam à Washington aux États-Unis).

Ce phénomène urbain succède à la disparition de la formulation contemporaine architecturale symbolique des « portes de ville » existant encore au début du XXe siècle: cela consistait en édifices dont la fonction était la taxation des marchandises. Et cela établissait une contrainte dans la circulation des marchandises entrant en ville après avoir été dans les siècles précédents une contrainte voulue dans la circulation des personnes pour établir la protection des habitants de la ville. Les constructions monumentales ont été souvent conservées après leur perte d'usage.
Cependant la formulation contemporaine architecturale symbolique particulière de l'espace militaire disparait globalement de l'espace public européen après la 2e guerre mondiale avec le constat politique de son inutilité[note 17]: les terrains sont récupérés puis urbanisés et les édifices peu marquants par leur qualité architecturale sont démolis. La reformulation de la puissance militaire par la « force dissuasive » entre « les deux blocs Est-Ouest » utilise exclusivement l’ingénierie pour les éléments bâtis.
L'aspect symbolique de l'habitat est cependant dans l'après-guerre présent dans l'action de présenter un modèle civil à suivre imposé par la force militaire [note 18].
L' « american way of life » préside à la construction de villes de garnison américaines sur le continent européen. Elles prennent une forme identique à celles des cités modernes de pavillons sans murs de parcelle des États-Unis (par exemple à Châteauroux en France). Ce modèle sera plus ou moins suivi, supposant de se situer dans une économie florissante associée à une conception négligeant la dimension historique propre à chaque ville.

Histoire contemporaine de la formulation de l'architecture apportée par l'urbanisme[modifier | modifier le code]

L'extrême simplicité des formes présentait un intérêt dans le contexte de la forte croissance des villes dès le début du XXe siècle.

Dans la 1re partie du XXe siècle[note 19], l'architecture ne concerne pas l'ensemble du bâti d'habitation hébergeant la population ordinaire en migration quittant le secteur rural en Europe, mais seulement celle qui a fait l'objet d'une attention politique de municipalités [note 20] ou d'une attention pratique de patrons d'usines.

Cette architecture abandonne par économie les chefs-d’œuvre artisanaux. Elle se distingue de la construction simple par ses principes privilégiés d'hygiène formulés en organisation des intérieurs et en organisation de façade harmonieuse.
Dans la 2e partie du XXe siècle l'architecture devient une composante de la promotion immobilière mondiale établie dans le monde occidental. Dans cette période, l'architecture du bâtiment courant de logements, l'architecture de chaque logement dans celui-ci, ne sont plus des composantes que l'on constituera selon les désirs particuliers du groupe d'acheteurs, de chaque acheteur pour son logement. Mais cette architecture globale est constituée sur un objet marchand fabriqué par le promoteur qui en transmet chaque partie (lot) à chaque acheteur. L'acheteur fait partie au moins de la « classe sociale moyenne » solvable sur la durée[note 21].

L'architecture répétitive modulaire prend sa place en Europe hors des usines dans l'habitat répétitif de l'urbanisme contemporain qui pose toute proportions gardées chaque édifice à la manière de la mise en valeur d'une statue dans un parc. L'urbanisme met donc en valeur l'édifice par la discontinuité de la construction habitations et édifices officiels[note 22]. Puis par exemple en France et en Angleterre l'urbanisme met en place les édifices en objets continus mais distincts et bien séparés les uns des autres. La rue formulée classiquement de façon continue réapparait comme mode d'urbanisation constituant un progrès en fin de XXe siècle.

La promotion prescrit dans la 2e partie du XXe siècle par exemple aux architectes ce qui correspond aux besoins de stationnement automobile privé imposé à partir des plans de circulation des villes, elle prescrit sous une forme issue de l'époque classique l'organisation des intérieurs de l'habitat. Le niveau de confort de l'habitat apparaît avec les aménagements faits avec des objets industriels mis en gammes de produits marchands qui concernent au fur et à mesure du temps qui passe tous les secteurs du « second-œuvre ». La conception économique intègre des « modules » d' « architecture d'intérieur » par exemple pour la « cuisine intégrée », les escaliers… Finalement les objets artisanaux ne sont plus mis en place sauf exception de richesse décidée. Le luxe se fait par le zonage du quartier, il se fait par l'immeuble et ses aménagements dans les parties communes, dans les appartements. Il remplace la noblesse de l'étage, les étages sont devenus « standards » parfois « aménageables »[note 23].

Les recherches conceptuelles s'effectuent au début du XXe siècle ailleurs que sur l'habitat de masse, mais par l'intermédiaire de l'habitat de la population aisée sensible à l'art. Cependant, en retour d'expérience, par la dissociation établie dans les phases de conception des édifices entre la structure porteuse et l'enveloppe visible, cela permettra d'acquérir une méthode correspondant au besoin exprimé qui concerne dans bien des cas plus la quantité de logements ou de bureaux que la valeur architecturale pure. Cette valeur de l'architecture est établie traditionnellement sur la qualité perçue (l'art visuel), elle était donnée par les éléments classiques d'architecture assemblés tels que baies, balcons, escaliers de formes uniques dans des façades de style, dans les intérieurs. Ces éléments se simplifient selon la tendance générale qu'adoptent les architectes qui deviennent « raisonnables ». Et les baies dont la marque de luxe ostensible de la période précédente était la hauteur deviennent des éléments architecturaux de grande largeur dans la nouvelle esthétique « épurée de ses détails inutiles ».

Ce travail architectural sur des « modules » est facilité pour sa production par la mécanisation des moyens de production de dessins architecturaux et de pièces écrites et pour sa mise en œuvre par la mécanisation des moyens de construction sur les chantiers. Ce travail architectural est déstabilisé par les difficultés que rencontrent les architectes sur la nature de l'esthétique architecturale introduisant l'industrialisation. L'esthétique est totalement désacralisée après le XIXe siècle dans le monde occidental et se situe de façon globale entre la beauté issue de l'assemblage cumulatif d'éléments beaux (richesse) et la beauté venue de la forme générale harmonieuse (pureté). Des ingénieurs font alors un travail architectural de conception d'objets à assembler mobilier et immobilier[note 24].

Pour les décideurs, ces intentions et ces formes intimement liées sont montrées sur des plans architecturaux codés: par exemple ils comportent des représentations symboliques de verdure sur les axes de communication et des « mégastructures » comportant des « espaces polyvalents ». Cette technique de création architecturale sur trame profite de l'effet de répétition de modules qui avait été initialement conceptualisé dans l'Antiquité avec la travée (par exemple la Nakagin Capsule Tower de Kisho Kurokawa à Tokyo). Le design fait son apparition pour les éléments usinés constituant second-œuvre dans une période où le coût global du second-œuvre de l'habitat ordinaire augmente par rapport au gros-œuvre.

L'urbanisme marque son importance au XXe siècle avec les facilités d'usage de l'automobile sur les routes en continuation du XIXe siècle et de ses communications rapides avec le train. S'y ajoute l'usage de l'avion, usage prononcé selon la densité des réseaux terrestres. Selon le pays et son mode de vie, selon l'époque particulière dans la période contemporaine, l'urbanisme privilégie la formulation de l'habitat et le transport conséquent individuel ou collectif selon le cas. L'urbanisme occidental distingue la rue et la route et utilise le « zoning » dont les principes ont été définis au milieu du XXe siècle (par exemple par le Congrès international d'architecture moderne). Cette zone urbaine prend une valeur financière globale qui se répercute sur les éléments bâtis et qui est gérée sur des modes différents selon la structure du pays (spéculatif[note 25] ou régulé à des degrés divers). l'action du zonage et sa conséquence sur l'architecture diffuse fait apparaître des réactions d'abord aux États-Unis sur la visibilité de la cité construite sans « centre urbain » au sens classique. Pour certains urbanistes[L 2] associés à des anthropologues et sociologues, la formalisation de l'agglomération doit reprendre la notion antique[note 1] de centre et de rue: celui d'un volume irrégulier constitué de façades alignées en continuité, ce qu'avait fait quitter la pratique du zonage urbain et la pratique de la construction d'édifices architecturés avec quatre (voire cinq) façades donnant un urbanisme de rue essentiellement discontinue.

Histoire contemporaine de la formulation de l'architecture apportée par la commande sociale par état légiférant[modifier | modifier le code]

Une formulation de la politique familiale. Une formulation de la politique de conservation, d'équilibre et de croissance de la population selon le pays.

Pour les deux conceptions majeures de l'architecture sociale dans le monde, il y a traduction par deux formulations distinctes de l'architecture intérieure des édifices, l'architecture extérieure se révèle cependant totalement indépendante de cette catégorisation.

En Europe de l'Ouest, au Québec, l'architecture sociale de l'habitat social poursuit essentiellement la politique familiale des gouvernements en continuation des conceptions initiales démocrates hygiénistes et chrétiennes du début du XXe siècle (avec par exemple l'« habitation à bon marché » en France devenues « H.L.M. »)[note 26], à laquelle s'ajoute le soutien des personnes défavorisées. Par la quantité de bâtiments construite pour faire face à la migration des populations des zones rurales vers les villes, l'architecture sociale, celle du logement rendu accessible par subvention au constructeur devient une architecture posant la renommée de l'architecte.

En Europe de l'Est à la même période, et par influence dans d'autres pays, l'architecture sociale traduit les conceptions du progrès de l'individu mis en « structure collective » (avec par exemple les « Kibboutz » d'Israël, avec les récents villages de pêcheurs de Chine), habitat dans lequel les besoins communs comme la cuisine et la restauration se traduisent par des salles communes éloignées du modèle « bourgeois ».

Une architecture apparentée sociale apparaît en Europe en fin du XXe siècle, une architecture intérieure de bâtiments pour des personnes âgées où les « communs » sont configurés pour la nécessité d'assistance et la nécessité médicale, dans la mixité voulue des populations.

Cependant, aux États-Unis, concernant les populations ordinaires considérées comme pouvant être dangereuses et la population âgée aisée, dans l'urbanisme de « zones sécuritaires » apparaissent les zones réservées sécurisées pour les personnes âgées (par exemple en Floride).

En Chine dans la plus grande ville du monde actuel, Chongqing, la "Cité du Bonheur" est une cité nouvelle (construite en 2009) suivant les principes néomaoïstes d'espace collectif respecté - comme pour le Fouriertisme français du XIXe siècle-. En chine est imposée une politique dé-nataliste par l'état. À Taïwan actuellement au contraire la population pratique de fait l'isolement individuel. Les édifices d'habitat doivent comporter des espaces de rencontre des personnes, il s'agit de halls aménagés ou de terrasses aménagées accessibles par tous. C'est la conséquence de la réglementation mise en place par le gouvernement taïwanais dans sa politique nataliste.

Histoire contemporaine de l'architecture de l'habitat[modifier | modifier le code]

L'habitat porteur d'architecture n'est plus seulement l'habitat de la population aisée.

L'architecture pavillonnaire aux États-Unis avec les cités nouvelles minières et cités nouvelles d'usines de sidérurgie du Nord (par exemple dans l'empire de l'acier aux États-Unis la cité est une urbanisation poursuivant le modèle anglais mais avec des maisons au style simplifié de constructions rationalisées[note 27]). Cette architecture « de fait » des édifices mis en ensemble est le pendant de l'architecture de classe instaurée des copies de châteaux importées d'Italie et de France et des gratte-ciel luxueux. Les patrons américains les érigent dans la partie Nord-Est de leur pays à la charnière du XIXe siècle et du XXe siècle en transférant des éléments bâtis architecturaux d'Europe ou en copie d'éléments de ce patrimoine. Ces éléments d'architecture sont en général importés du pays original (portes, fenêtres, cheminées, escaliers, lambris). Parfois seule la forme est importée et reproduite dans une des formes ultimes du baroque en démonstration du savoir-faire sur le matériau fourni par l'industrie, particulièrement de l'acier de nouvelle qualité. Cette dernière architecture fastueuse est un élément d'affichage de classe dans la société, les architectes sont soit américains ayant étudié en Europe soit originaires du pays dont la culture (à défaut du mode vie) est mis en valeur. Aux États-Unis l'usage des gratte-ciel pour l'habitat s'établit avant cet usage en Europe qui le réservait sauf exception aux bureaux.

En Europe, l'architecture de cité nouvelle ou de ville nouvelle, voulue par les services d'urbanisme des villes, se démarque de l'architecture pavillonnaire individuelle d'expansion de ville par la taille massive des bâtiments avec style architectural ou avec la marque d'architecte posant la différence. Mais dans cette formulation de la cité l'abri est fourni dès le début du siècle peu décoré[note 28]. La répartition de la zone verte associée à la construction est faite en parcs. Pour l'ensemble des métropoles sauf Londres ces parcs sont des résultats de curetage de zones insalubres d'habitat de cimetières insalubres et dépotoirs. Cette zone verte est devenue obligatoire en Europe moralement après le traitement par Haussmann de Paris dans la période précédente, et ensuite par obligation administrative.

Des pays se dotent après la 1re guerre mondiale d'une mission sociale planifiée de reconstruction des villes. Après la 2e guerre mondiale grandement destructrice de la richesse bâtie en Europe et en Asie, l'ensemble des pays qui doivent reconstruire établissent des structures étatiques de production et entretien du patrimoine bâti public et privé[GM 53].

Se pose à cette période large l'alternative de la reconstruction en architecture à l'identique (patrimoniale) après destruction non voulue ou de la construction en architecture nouvelle correspondant au mode de vie nouveau.
En exemples:

  • remodelage du foncier à Amsterdam Pays-Bas,
  • monumentalité nouvelle standardisée en U.R.S.S. et les « Pays de l'Est » suivant le « plan » gouvernemental,
  • construction nouvelle à Caen et reconstruction « à l'identique » de St Malo France suivis par le ministère créé en 1944 s'occupant du logement,
  • génération d'un nouveau type d'habitat occidentalisé par le nouveau ministère de la construction du Japon.

Dans la Chine réunifiée contemporaine l'architecture de l'habitat reste sur le modèle de la monumentalité nouvelle instaurée par l'Occident sur ses anciens dominions du pays chinois, monumentalité transférée récemment sur le continent dans la période de transition économique. Dans sa forme d'urbanisme à principe horizontal ou vertical il caractérise les villes qui sont décidées actuellement par le pouvoir centralisé chinois qui détient les commandes de l'économie. L'architecture en édifices individuels de la couche sociale des entrepreneurs nouveaux est un transfert de culture de la construction d'édifices de l'Occident à l’Asie (pures et simples, des copies culturelles sont possible), avec affichage possible de la vision asiatique de l'espace et des éléments culturels repris (par exemple utilisation des briques récupérées après le curetage urbain de ville à la chinoise insalubre et trace d'histoire dépréciée d'architecture urbaine, briques rebâties dans un édifice neuf par souci artistique et de culture historique sans notion d'économie de construction).

Dans le monde, dans la deuxième moitié du XXe siècle, à côté des « centres urbains » qui contiennent les édifices institutionnels et ont une densité de constructions très variable selon l'endroit, la banlieue se fait en partie en pavillons qui peuvent être autoconstruits de petite taille avec jardins privés parfois minuscules ( par exemple une partie du pavillonnaire des se situe dans des aires éloignées des centres d'activité et les pavillons sont parfois déplacés d'une aire à une autre). Une architecture d'édifice et de jardin peuvent y être une action de artistique individuelle non conventionnelle (par exemple aux États-Unis de banlieue un jardin en abri sous un dôme léger poursuivant la culture hippie[note 29].

Le patrimoine architectural, l'histoire mondiale, deviennent dans la deuxième moitié du XXe siècle un sujet de préoccupation mondial[modifier | modifier le code]

Les architectures anciennes dont l'emplacement pouvait être pris par des architectures nouvelles font l'objet de mesures politiques d'urbanisme les préservant. La valeur historique en Europe fait se poursuivre les « curetages » de quartiers urbains et campagnards contenant des monuments (par exemple curetage des bords de la Maine à Angers en France). Ces opérations aboutissent parfois au « façadisme » à l'effet inverse.
L'effort de fournir le confort d'habitat est établi (adduction d'eau pour des villages en phase d'abandon, tout-à-l’égout et association plus ou moins radicale avec les schémas de circulation automobile par exemple en France des années 1960, par exemple en partie est de Allemagne réunifiée des années 1990).

Aux États-Unis en même temps qu'émerge un intérêt pour l'architecture industrielle historique et son côté patrimonial émerge l'intérêt pour des styles architecturaux « commerciaux » éphémères, des styles « fonctionnels » ou des styles dus aux « conventions » (par exemple le style googie, par exemple l'architecture des châteaux des magnats) qui retracent l'histoire de la société.

L'architecture à la fin du XXe siècle se redéploie en Europe dans la réutilisation des structures de production industrielle abandonnée remises en chantier pour l'habitat et loisirs à la suite de la création des « lofts » américains.
La lumière est utilisée en urbanisme pour la mise en valeur du patrimoine.

Bungalow américain UK 100 Le Home s/Mer commune de VARAVILLE (Calvados)

Les architectures primitives encore utilisées dans les milieux ruraux par exemple pour les murs de séparation de parcelles et l'architecture des locaux non habités font l'objet d'un intérêt patrimonial (par exemple en France la baraque « Bungalow U.K.100 » utilisée après-guerre pour l'habitat avant reconstruction, par exemple en Suisse les « bunkers » de défense de la deuxième moitié du XXe siècle avec leur « trompe-l'œil » d'édifice civil peint en façade). Cet aspect patrimonial est mis en valeur pour le tourisme à l'échelle mondiale.
L'archéologie partie chronologiquement des périodes antiques prend une place à côté de l'étude de l'histoire ancienne (ou même récente) portée sur les pays occidentaux, elle fournit les localisations et l'étude des techniques de construction permettant l'architecture. Elle permet la reconstruction patrimoniale à l'identique historique de bâtisses délaissées et effondrées, en utilisant certaines fois la technique historique[note 1] [note 5] recréée.

L'actualité politique de l'architecture au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

L'architecture doit s'appliquer à des constructions donnant un grand confort tout en respectant les économies d'énergie est le principe déclaré dans les pays développés avec le Protocole de Kyoto en 1997. En Europe cette déclaration fait l'objet de mise en place de règlements actualisés.

Cette formulation de l'architecture est due à la politique climatique [note 9] lorsqu'elle est choisie (par exemple suppression des balcons d'avancée de dalle systématisés avec l'architecture béton du milieu du siècle précédent en Europe, isolation thermique de la structure renforcée avec gestion électronique de contrôle de l'aération actuellement aux États-Unis, toitures en panneaux solaires actuellement un peu partout).

L'architecture est créée en tenant compte de la forte densité de construction lorsqu'elle se présente, face à la restriction d'eau (par exemple mur végétalisé) et à la pollution, face à la « surconsommation énergétique ». L'architecture européenne est impulsée par la « conscience écologique ». Il s'agirait d'une (re)prise de conscience dans le rapport de l'homme à la Nature qui doit être faite, déclarée après une phase de repli.

Architectes contemporains[modifier | modifier le code]

(Le nombre d'architectes reconnus statutairement augmente très fortement[note 30]. La profession se féminise, des femmes architectes deviennent célèbres).
Les maîtres influents:

  • Frank Lloyd Wright - insertion de l'ouvrage dans la Nature.
  • Le Corbusier- zonage dans la cité des activités humaines (à la suite de Tony Garnier) et étude des volumes bâtis selon les dimensions du corps humain[note 4].
  • Bauhaus - Behrens, Mies van der Rohe, Gropius - refonte de l'esthétique du bâti et des objets meublants, réétude de leurs proportions et leurs matières non cachées.
  • ...

Matériaux contemporains[modifier | modifier le code]

Les matériaux essentiellement usinés employés dans l'architecture contemporaine (y compris parfois pour le béton) ajoutent par leur finition à leurs qualités structurelles des qualités esthétiques, ce qui leur donne une valeur architecturale qui leur faisait autrefois défaut.

Pour la structure porteuse, les architectes oublient la pierre dans la majorité des cas, mais n'oublient pas la brique dans les éléments d'architecture qui peuvent s'afficher. Le béton est un matériau considéré comme architectural par exemple pour l'architecture brutaliste ou comme un matériau technique vulgaire utilisé par économie ou pour ses caractéristiques techniques (plasticité) selon les architectes et les architectures. Le béton par l'usage de ciment artificiel et de granulats permet de bâtir en hauteur comme la pierre, avec une armature acier il permet des plaques et coques de plus en plus fines dans l'époque. Il est le matériau moderne le plus utilisé. Il date du XIXe siècle et constitue les trois quart des constructions sur la planète au XXIe siècle. Il est utilisé même pour des édifices conventionnels, églises, musées, etc. Les caractéristiques techniques du béton sont variables, cela va de la transmission de charges lourdes à l'intégration du caractère isolant thermique avec le béton cellulaire.

Des matériaux classiques donnent cependant toujours la même valeur noble : encore une fois le marbre, qui a pu servir architecturalement à cause de sa transparence lorsqu'il est en feuille mince en lieu et place du verre qui est omniprésent avec ou sans structure d'encadrement dans l'architecture contemporaine. Car le verre (la glace) sert pour les façades, pour les couvertures, pour le cloisonnage (par exemple le dôme du Reichstag à Berlin est couvert de glace). Le verre est un composant de plus en plus sophistiqué avec l'usage de panneaux différenciés par leur réactions de transmission de la chaleur et de la lumière visible. Ces panneaux sont des compositions de couches support et de micro-couches déposées à partir de nanoparticules. La céramique est rejointe par la pâte de verre pour les mosaïques. Le plâtre associé au carton constituant les cloisons non porteuses de placoplâtre est un matériau économique estimé.

Les matériaux considérés comme très modernes comme l'inox, l'aluminium servent aussi au décor en façade. Le cuivre, le zinc, le plomb, matières montrées dans l'architecture classique sont remplacés par les matières plastiques que l'on cache ou laisse « s'afficher » (par exemple dans l'architecture post-moderne du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou des architectes Renzo Piano et Richard Rogers). Néanmoins la valeur marchande de la matière influe comme toujours sur la valeur esthétique attribuée, par exemple la dorure à la feuille d'or de clochers se continue, par exemple le titane est mis en façades du Musée Guggenheim à Bilbao par Frank Gehry.

Un nouveau matériau pour une nouvelle architecture est mis en œuvre par les architectes contemporains: les matières textiles et les structures à bulles. L'architecture des structures tendues par câbles ou des structures gonflables se situe dans une architecture valorisée au départ pour les évènements publics importants éphémères (par exemple l'architecture post-moderne déconstructiviste de Günter Behnisch pour le Stade olympique de Munich, ou entre autres exemples l'architecture de Jacques Herzog pour le Centre national de natation de Pékin et ses bulles).

A contrario de ces matières nouvelles issues du pétrole, le bois après avoir trouvé une vertu technique avec la fabrication de contreplaqué puis de lamellé-collé est par sa vertu écologique[note 9] à nouveau utilisé dans des constructions commandées par les maîtres d'ouvrage institutionnels et il est mis en façade. De la même façon la terre voit un renouveau dans les architectures écologiques occidentales[note 9] ou les architectures populaires américaines ou africaines (par exemple le dispensaire de Mopti au Mali d'André Ravéreau), elle est utilisée selon la tradition ou améliorée (le pisé armé de textile en chaînage).

Le plâtre, le bois (aggloméré, contreplaqué), le carton associé au bois au plâtre, le fer en profilés, l'aluminium moulé ou profilé, les matières plastiques sous toutes formes sont utilisés dans les intérieurs. L'obligation sanitaire de ne pas utiliser certaines matières (dans la droite prolongation de la vision hygiéniste) s'ajoute à la notion de « noblesse » de la matière ( par exemple en fin de XXe siècle interdiction d'utiliser des peintures au plomb, de l'amiante anti-feu qui s'associe au constat du "syndrome du bâtiment malsain" ).

Matière ayant un grand passé architectural, l'eau en jets ou en brumes associée maintenant à la lumière des spots, le tout commandé électroniquement, forme une architecture des espaces ouverts utilisant une variation dans le temps de la troisième dimension (par exemple à Lyon la place des Terreaux de David Buren).

Architectures contemporaines[modifier | modifier le code]

  • L'école de Chicago : Ce mouvement de renouveau architectural est marqué par la révolution structurelle qui permit de passer des murs et refends porteurs aux structures de type poteaux-dalles (First Leiter Building, 1879). L'accent est mis sur la fonctionnalité, avec l'utilisation d'acier, de ciment et de fer forgé, de verre armé (pour la construction de dômes…). C'est l'École de Chicago qui lança l'utilisation de l'acier dans la construction des gratte-ciel. À cette école est apparentée la Prairie School qui traite, elle, de l'architecture résidentielle, et est davantage en filiation avec l'Art nouveau.
  • L'Art nouveau (certains spécialistes considèrent ce style comme le début de l'architecture contemporaine).
  • L'Architecture expressionniste du nord de l'Europe première partie du XXe siècle, architecture de cumul de surfaces courbes associées, dans une forme comparable à celles trouvées dans le monde du vivant.
  • Le Rationalisme italien des années 1930 est généralement considéré comme issu du « Mouvement moderne » qui s'est mis en place. Cette architecture rationaliste est rapidement remplacée par l'architecture ostentatoire à éléments impériaux traditionnels[note 31] comme en Allemagne où l'architecture rationaliste avait été proscrite.
  • Le style d'Héliopolis, est un style architectural propre à un district égyptien dans l'Est du Caire[L 15]. Au début du XXe siècle (1905–c.1935), les architectes des chemins de fer électriques du Caire et les oasis du Héliopolis qui était la société belge responsable de la construction d'une nouvelle banlieue Heliopolis, a également eu un nouveau style, exclusivement conçu et développé pour l'utiliser dans les bâtiments du nouveau quartier.
  • Le style « Bauhaus », du nom de la fameuse école allemande des années 1920-1930[L 16], inspiré par Peter Behrens est une réponse à l'industrialisation des procédés de fabrication, notamment pour le mobilier, les objets manufacturés et l'architecture. Avec De Stijl et en succession du mouvement Arts and Crafts de la période précédente il est à la base du design et du Style international. Venue de l'Allemagne, autre appellation de ce mouvement convergeant avec d'autres actions architecturales allemandes : Nouvelle Objectivité.
  • L'architecture industrielle se poursuit: une architecture portée par des villes-usines aussi bien en Europe (par exemple Wolfsburg en Allemagne) qu'en Amérique ( par exemple Fordlandia au Brésil). En Orient, en Europe de l'Est, cette conception de ville-usine à architecture de cité et d'usine mono-activité de grande taille est une caractéristique de l'aménagement urbain de l'économie socialiste. Elle est portée par des sites industriels nouveaux qui peuvent aussi être des sites militaires (par exemple Baïkonour (base spatiale) au Kazakhstan pour la Russie). Ces villes et leurs édifices sont encore bâties avec ou sans concepteur appartenant à la profession d'architecte.
  • L'Art déco : C'est le style décoratif des années 1920-1930 des « ARTS APPLIQUÉS » sur des objets plus ou moins utilitaires. Caractérisé par des contrastes, des formes en zigzag inspirées par l'art égyptien, et l'utilisation de décorations en chrome et en plastique. Il se retrouve dans l'architecture, les arts graphiques et les décorations intérieures[L 17].
  • Le Constructivisme russe, cette architecture a plus une fonction de modèle par sa théorie pour les architectures ultérieures dites « libres », qu'une fonction de modèle par ses réalisations.
  • L'Architecture totalitaire est une qualification d'architecture d'origine anglo-saxonne sans période précise. Elle regroupe les architectures réglementées par les personnes au pouvoir à la même période dans un État donné. Elle a eu lieu aussi au XXe siècle, avec les architectures des régimes fascistes ou soviétiques de la 2e guerre mondiale et est mise en parallèle avec les styles dits « libres ».
  • Le Brutalisme (anglicisme) est un type d'architecture avec décor fait uniquement par la matière brute. Ce mouvement post-2e guerre mondiale a eu une mauvaise appréciation publique en Occident depuis sa fin au début des années 1980. L'aspect donné aux constructions est devenu ensuite hors du milieu architectural un critère de regroupement d'architectes et de constructions par l'effet des constructions plus que l'appartenance de l'architecte pour sa conception au mouvement architectural initial.
  • Le Style industriel architecture urbaine de l'habitat et de bâtiments publics avec décor fait en référence à l'architecture industrielle de ville industrielle contemporaine.
  • Les architectures en réaction plus ou moins appuyée au Mouvement moderne et au Style international:
    • L'Architecture high-tech qui marque une évolution au début des années 1970 vers une expression plus affichée, et parfois ostentatoire et ironique, des techniques de construction les plus innovantes, notamment en acier et en verre (verre extérieur attaché).
    • Le Post-modernisme, mouvement débutant à la fin des années soixante, et prônant un retour à la décoration, aux motifs empruntés au passé, et à l'éclectisme, s'appuyant sur un regard nouveau porté à la culture populaire et son expression architecturale (le "vernaculaire commercial"), regard initié par Robert Venturi dans son ouvrage Learning from Las Vegas, et contemporain du Pop-Art.
    • L'Architecture déconstructiviste, qui est centrée sur les sous-entendus de l'Architecture moderniste et l'omission de ces conventions.
    • Le Métabolisme, qui repose sur l'établissement d'une non-distinction entre l'espace public et l'espace privé dans l'usage individuel, la sphère individuelle pouvant être établie par les « facilités » électroniques.
    • La Blobitecture (anglicisme) ou architecture molle est un type d'architecture mise en ensemble et qualifiée par son effet produit dérangeant. C'est un collage de plusieurs mouvements différents de conception des espaces architecturaux: soit mouvement architectural utilisant des techniques modernes sans référence impérative à l'angle droit, soit mouvement architectural utilisant des structures textiles gonflables, soit mouvement architectural intégrant la Nature dans la construction.
  • Les architectures « non conventionnelles » pouvant être « anti- » conventionnelles. On y trouve le rêve ou le caractère de dépassement de la société stéréotypée ( par exemple dans le Palais idéal du début du XXe siècle). Le Constructivisme par le biais du « matérialisme » qui affiche une rupture avec l'architecture contenant le « spirituel »[L 18] peut y être rangé.
    Dans les "années 68" réapparait une architecture utopiste par sa forme ou par son objet de création: on y trouve les architectures américaines hippies, les architectures communautaires comme Auroville qui peuvent y être rangées.(Cette formulation hors des stéréotypes inspire une architecture au passage du XXIe siècle plus conformiste dans la société et ses objets -musées, bibliothèques, etc.-, mais non conformiste dans l'allure, par exemple le « Déconstructivisme » de la fin du millénaire déstabilisé[L 19] apparaît en conséquence complémentaire du « Constructivisme » ). Ce mouvement non conventionnel perdure au XXIe siècle avec l'influence renouvelée d'une « sensibilité pour le vivant » renouvelée par des architectes (par exemple Luc Shuiten et son style architectural de l'Archiborescence rêvant de la ville végétale en symbiose avec la Nature).
  • Le Biomorphisme, architecture post-rationaliste du XXIe siècle intégrant la technicité, architecture voulue sans conventions culturelles d'architecture aboutissant à des surfaces courbes associées dans une forme comparable à celles trouvées dans le monde du vivant.

Architecture de cultes religieux[modifier | modifier le code]

La Grande Mosquée de Kairouan, exemple d'architecture représentative de la période des premiers siècles de la civilisation arabo-musulmane fondée en 670 Apr. J.-C. et reconstruite au IXe siècle. Elle est située à Kairouan en Tunisie.

La décoration architecturale adopte des figures géométriques abstraites et se sépare de l'art figuratif naturaliste fourni par l'Antiquité. La communication cependant existe avec l'architecture occidentale qui va par exemple adopter la rosace formalisée en architecture islamique religieuse cependant que la structuration des édifices avec des dômes se poursuit dans une émulation-rivalité entre les deux civilisations.

Dans l'architecture religieuse, les mosquées ont un plan type mis au point au XIIIe siècle[GM 54]: une enceinte de voûtes formant une cour, des tours carrées à la base devenant rondes en hauteur, la plus grande est le minaret : Utilisation de terre crue pour le corps des murs, utilisation de terre cuite pour les faces qui fournissent un décor non figuratif. Parmi les édifices les plus représentatifs et les mieux préservés de l'architecture religieuse des premiers siècles de l'Islam, figure la Grande Mosquée de Kairouan (en Tunisie). Elle compte parmi les chefs-d'œuvre les plus marquants de l'architecture islamique. Fondée en 670 Apr. J.-C. et reconstruite au IXe siècle par les souverains de la dynastie aghlabide, la Grande Mosquée de Kairouan est considérée comme l'ancêtre de toutes les mosquées de l'Occident musulman[L 20]; Par son plan et ses caractéristiques architecturales et décoratives, elle servit de de prototype à de nombreuses mosquées de l'Occident musulman[L 21] et servit de modèle dans divers pays de l'Afrique du Nord, en Sicile et en Andalousie[1].

Architecture asiatique[modifier | modifier le code]

Architecture pré-colombienne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d L'intérêt profond des Occidentaux pour l'Histoire et sa place dans la société précède la Révolution Française et son choc autant politique que culturel. Cette période d'intérêt a un début et une durée (et une "épaisseur" thématique) variables selon le pays et la "systémique" adoptée par ses auteurs-historiens. Voir: Architecture#Histoire et styles de l'architecture.
  2. a et b Pour les hommes dans la société concernée, l'architecture donne une destination dans son sens philosophique au lieu choisi avec des facultés de communication de l'homme avec le monde conçu.
    L'objet construit peut avoir une fonction d'intermédiaire de qualité variée. Il est construit à l'emplacement choisi. Une fonction de rapprochement peut être établie. Une fonction d'isolement au contraire de l'homme-individu (par exemple le défunt) peut exister: une séparation des hommes de la société d'avec ce que représente l'objet architectural. Ce rapport s'établit par les possibilités physiques ou possibilités morales: par la possibilité de pénétration, par l'autorisation de pénétration à l'intérieur de l'objet qui a été construit, au contraire par l'interdiction faite d'y pénétrer, voire par son retrait de la vue.
    Ce rapport humain s'établit aussi avec la compréhension des signes apposés sur de la matière et la compréhension des gestes que l'on voit et des paroles que l'on entend pendant le rite de construction. Puis les signes matérialisés sont détruits ou sont cachés ou bien au contraire sont portés à la connaissance humaine en permanence en les affichant à l'intérieur lorsqu’ensuite l'homme est à l'intérieur de l'objet construit. Ou par exemple exclusivement à l'extérieur de l'objet construit.
  3. a et b Les études actuelles montrent que l'art religieux ou non religieux fournit l'agrément des sens et de l'esprit et cet agrément prend ses codes fondamentaux alors dans le passé pour le présent vécu par la suite. Que ce soit pour l'art occidental, oriental etc. et que cet art ait été transmis oralement ou par inscription sur de la matière. Dans le cas d'étude contemporaine des populations indigènes sédentarisées sur le continent de l'Australie on a pu constater la manière de voisiner entre groupes. On a pu voir la cohabitation de groupes de même origine et voisinant sans communication de civilisation dans ce qu'ils se constituent comme mode de vie. On a pu voir la cohabitation de groupes d'origine différente, indigènes et migrants par la mer et voisinant sans communication de civilisation, y compris pour ce qui est « usuellement considéré » comme agrément pour vivre après le respect de la nécessité vitale, des objets qui sont utilisés pour les besoins primaires humains. c'est-à-dire que la cohabitation existe entre groupes sans transfert de mode de vie propre à l'ethnie et du transfert d'outils qui constitue la conséquence de ce mode.
  4. a, b, c, d et e Dans la Préhistoire, l'épannelage parallélépipédique tabulaire de T de support architectural monolithe -par exemple à Göbekli Tepe- désignerait déjà des corps humains (formulés sans tête). La sculpture d'animaux en bas relief et haut relief portée par ces supports initialise l'art Antique de la colonne et sa symbolique en plus de la technique de construire portée par la pile moins "merveilleuse". La Renaissance poursuit cette conception anthropomorphique de l'architecture par la « façade » qui représente la tête humaine. L'architecture de la période Classique ne garde plus de cette conception que la notion de vocabulaire technique, la désignation par le « corps », les « ailes » (du bâtiment) est une image "poétique" et la donne à l'architecture moderne. Le corps humain est dans l'architecture contemporaine établi comme référence de calcul des espaces par la géométrie désacralisée (Géométrie euclidienne) et établie comme science traductrice de l'espace avec en parallèle l'anthropologie du corps.
  5. a, b, c et d La construction de bâtiments est très clairement l'activité des hommes qui est un fixateur majeur de la modernité technique de l'Antiquité à la Période moderne parce qu'elle fixe la richesse (voir la création de la statue en or de la déesse Athéna au Parthénon dans l'Acropole d'Athènes en Grèce). Mais la seule activité qui fixe dans une durée plus longue les progrès techniques et des techniques plus profondes est la guerre qui est la base de la relation entre groupes humains dès la Préhistoire.
  6. Les statues les statuettes les amulettes égyptiennes sont des objets nécessaires à l'« incarnation » sans chair du défunt qui continue sa perception du monde avec les cinq sens humains. Par exemple les repas abondants de la vie après la mort sont fournis par des amulettes. Elles représentent par exemple des fruits colorés enfilés et disposés en larges colliers. L'arrangement des couleurs et des formes des amulettes plait autant à la vue du défunt que l'arrangement des matières réelles qui lui sont connues et qui sont symbolisées. Elles sont représentées en matières choisies imputrescibles qui cependant plaisent à son goût et à son odorat imaginaires.
  7. À Babylone (ou Babel avec sa tour et peut-être ses jardins), Alexandre le Grand n'a pas pu achever de reconstruire les monuments en briques crues qu'il avait dé-construits pour les consolider et non pour les détruire. Il souhaitait inscrire l'Histoire grecque en continuation de l'Histoire de la Mésopotamie, première civilisation sédentaire. Car l'Antiquité connaissait les Sept merveilles du monde.
  8. Ces édifices peuvent nécessiter une grande rapidité de construction, à l'exemple du Parthénon construit de -449 à -438 par l'architecte Ictinos et en conséquence requérant de très nombreux ouvriers. Ces édifices comportent gravée dans un mur construit en pierre une traduction physique, une mise en parallèle de toutes les échelles de mesure différentes utilisées dans tous les différents métiers, et traduisant toutes les normes locales de mesure nécessaires. Les échelles sont particulières aux origines géographiques diverses des maîtres-ouvriers commandant leurs ouvriers. (Cette traduction est faite dans le soubassement de l'édifice pour celles retrouvées). Les ouvriers réalisent ensemble l'élément architectural que l'on a donné à faire, les éléments sont réalisés en parallèle. Ils transposent par repérage les dimensions pour calibrer. Les éléments simples de construction qui constituent l'élément architectural projeté (colonne, mur, marche etc.) sont tous différents dans leurs dimensions pour appareillage et non interchangeables. Aucun élément architectural n'a de forme géométrique identique pour respecter les proportions projetées. On constate qu'il est fait un calcul mathématique de l'ensemble architectural mais que le calcul n'entre pas dans la traduction sur la matière, avec différentes échelles de mesure utilisées.
  9. a, b, c, d, e et f (a) L'empire romain exploite les territoires en déforestant pour planter oliviers et orangers dont on doit la récolte, pour extraire les métaux en utilisant le système de ravinement avec de l'eau (par exemple en Cornouailles cuivre, étain ), etc. (b) L’état de nature est une notion de philosophie politique forgée par les théoriciens du contrat à partir du XVIIe siècle. Elle désigne la situation dans laquelle l'humanité se serait trouvée avant l'émergence de la société, et particulièrement avant l'institution de l'État et du droit positif. (c) Elle va prendre un sens dérivé aigu à un moment d'industrialisation intense avec usage des mines en Europe où l'environnement naturel est remis en question par la disparition progressive des forêts : l'érosion des sols rend critique la production agricole. Cette situation de déforestation sera au XIXe siècle un problème traité au niveau des États. (Pour la France c'est traité par les services du génie civil de armée (Prosper Demontzey en exemple pour l'Autriche), puis au XXe siècle après la 2e guerre mondiale en Allemagne est imposée en secteur Est la reforestation des zones touchées par l'industrialisation passée, et en France peu après est instituée l'ONF. (d) La Nature est devenue au XXIe siècle une pratique de « bonne politique ». La Nature sauvage sans l'homme « doit » être reconstituée. (e) (f) La Nature comprenant l'"espèce humaine industrieuse" « doit » rejoindre la ville, ville qui l'avait au XXe siècle avec l'inversion de la part d'activité humaine agriculture/industrie rejointe. La ville conçue de façon occidentale dans l'architecture contemporaine est pour une de ses parts importantes comprise avec l' « Écologie urbaine » y compris dans son centre urbain.
  10. a et b Le jardin du "paradis" (après la mort) prend forme au Moyen Âge dans l'espace:
    • pour l'islam : de la fin du désert avec abondance, forme philosophique bipolaire bien-mal,
    • pour la chrétienté : de la fin du désordre de la nature avec sa famine et la maladie avec l'espace d'ordre et de bien-être, forme philosophique bipolaire bien-mal,
    • (rappel pour le bouddhisme : de la fin de la luxuriance agressive du monde subi par les multiples vies humaines vécues par l'être vivant -humain ou autre- avec pour finir pour lui l'espace vide ordonné).
  11. Léonard de Vinci est un « visionnaire » qui à partir des éléments techniques transmis par la culture verbale des ouvriers du bâtiment va formuler avec ses talents de dessinateur dans ce qui va être le dessin technique: les vues frontales de côté et de dessus des éléments du bâtiment. Il procède de même pour les éléments de la science mécanique existante. (Par la formulation de ses rêves à partir de la culture ambiante il aura une incidence plus politique que technique mais importante dans l'histoire : par exemple il est chargé de la conception d'un automate par François Ier de France qui négocie avec Léon X la fin de leur guerre. Le Lion mécanique doté de la marche avec un décor de Fleur de lys, association des deux symboles royaux, ne sera jamais réalisé). Léonard de Vinci représente le personnage symbolique le plus fort des avancées de l'Occident à cette époque en avant par rapport aux civilisations précédemment en avance: civilisations orientales avec la meule et la roue puis extrême-orientales avec le boulier.
  12. En France, cet aspect générique du groupe est donné au Moyen Âge par l'usage seulement d'un « nom », et "tout un chacun" est « Messire Chacun ». À la Renaissance, la valeur donnée individuellement par le Dieu du christianisme établit la dépendance individuelle au dit Dieu, elle est profondément une valeur affichée de refus d'établir la différenciation antique entre groupe d'homme et groupe de non-homme pour des humains. En Europe apparait une relation au divin qui s'exprime dans l'art en général en se faisant portraiturer, vitrail ou tableau ou tapisserie, avec affichée la présence du Christ. (Voir Nicolas Rolin).
  13. a et b Dans tous les arts à partir de la fin du XIXe siècle l'expression de la prise de position concernant l'intégration ou l' rejet de la spiritualité et de la religion par l'artiste n'est plus une évidence. Le cléricalisme et l'anticléricalisme affiché dans la période n'est pas systématique. Et cette position ne transparait pas forcément expressivement dans l'ouvrage architectural. Au XXe siècle par exemple, l'Église Notre-Dame au Raincy en France fut créée par les frères Perret qui se déclarent agnostiques, et autre exemple dans les « Unités d'habitation » (Cités radieuses) de Le Corbusier, il n'y a pas de lieu de culte.
  14. La différence d'avec la structuration du pouvoir en trois ordres (trois états) de la structuration aristocratique se montre avec les arts. Par exemple en France l'art du pastel est honni comme marque de l'ancien régime, et en général en Europe la musique évolue du clavecin vers le piano moderne. Les marques architecturales ont été « effacées » en France à la façon d'un changement de règne ou de religion. En particulier les statues et marques des façades des hôtels d'aristocrates et des églises ont pu être détruites: par exemple les façades des hôtels de la Place Bellecour de Lyon en 1793 (« Dictionnaire historique de Lyon », P. Beghain, Éd. Stéphane Bachès, 2009).
  15. En Union européenne, les normes et standards techniques utilisés pour la construction de bâtiments et leurs matériaux restent des normes nationales. En France l'essentiel des normes contemporaine a commencé avec la structuration des H.L.M..
  16. En Russie révolutionnaire le constructivisme russe absorbe les progrès contemporains occidentaux (entre autres de désacralisation) et définit une démarche pour produire de l'architecture. Cette démarche est visionnaire de ce qui fut mis en place dans la deuxième partie du XXe siècle en Occident par des architectes tenant dans les faits cette même démarche de fabriquer et l'architecture et le support de l'architecture.
  17. Cela se concrétise en Europe de l'Ouest par la formulation politico-économique de l'« Union européenne ».
  18. Pour la France les organismes de recherche sont sollicités.
  19. En particulier la « crise du logement en France » est débutée avec la 1re guerre mondiale.
  20. En France, un des premiers montages de promotion immobilière est fait par la municipalité de Villeurbanne, en suivant la politique définie par l'association de mairies socialistes, aux alentours de 1925 en établissant un crédit bancaire remboursable dans la durée appuyé sur l'encaissement des loyers de la cité nouvelle de centre-ville à construire.
  21. En France, les premiers montages d'aide immobilière individuelle avec aide de l'état est fait par le « 1 % logement ».
  22. Le caractère international du Mouvement moderne est historiquement du à la 2e guerre mondiale.
  23. En France, le « standing », forme appauvrie et banalisée du luxe, apparaît au cours du XXe siècle, le prix d'appartement croît avec son étage élevé dans l'immeuble.
  24. En France au milieu du XXe siècle Jean Prouvé va industrialiser aussi bien le mobilier que l'immeuble dans l'architecture scolaire.
  25. Aux États-Unis, voir l'origine de la crise des subprimes.
  26. En France, pour des raisons politiques dans la gestion des villes, l'architecture décidée par les organismes d'Habitation à loyer modéré après avoir été dans la deuxième moitié du XXe siècle une source de mécontentement des habitants, est devenue une marque volontaire dans le tissu urbain d'architecture extérieure ultramoderne et quelquefois « révolutionnaire ».
  27. Aux États-Unis par exemple par Andrew Carnegie montrant son esprit d'efficacité dans la production industrielle, et qui a ultérieurement par philanthropie cette fois financé et défini le Carnegie Hall à New York, financé l' Université Carnegie-Mellon de Pittsburgh.
  28. En France, l'architecture de « grand ensemble » par concours est attribuée à des architectes correspondant aux volontés des municipalités, la modernité de l'art architectural est plus ou moins forte, la valeur est connotée politiquement (par exemple la cité nouvelle de Drancy en France objet architectural de valeur devra être détruite après son usage dans la déportation de la 2e guerre mondiale).
  29. Aux États-Unis ces traductions de la forme sphérique classique furent de l'architecture vernaculaire hippie ou à l'opposé architecture officielle. Par exemple Richard Buckminster Fuller a utilisé une modélisation mathématique à l'exposition universelle de Montréal de 1967 pour le pavillon national, et ce procédé fournit l'architecture apportée par le Dôme géodésique.
  30. Les statuts des architectes diffèrent dans chaque pays. La production considérée comme architecturale est variable. Par exemple la profession en France concerne aussi bien des acteurs du monumental architectural que de l'habitat pavillonnaire "ordinaire" utilisant les systèmes constructifs établis comme le "parpaing-poutrelle-hourdis".
  31. Voir la classification d'Architecture fasciste et Architecture totalitaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) [1] Grande Mosquée de Kairouan (Qantara patrimoine méditerranéen)

-- regroupement L : références livresques

  1. a, b et c Expression « croyances devenues religions » de Numa Denis Fustel de Coulanges en 1885 pour des cités antiques citation par Pierre Merlin, L'urbanisme, PUF, 1991. (p6 et p7 ed. 2009).
  2. a et b Lewis Mumford, La cité à travers l'histoire, Seuil, 1964 (Agone, 2011). Analyse appliquée à des cités en Mésopotamie, en Grèce, (cité par Pierre Merlin, L'urbanisme, PUF, 1991. p7 ed. 2009).
  3. Sur ce sujet: Michelle Perrot, Histoire de chambres, Seuil, 2006.
  4. Jean-Claude Heudin, Les créatures artificielles : des automates aux mondes virtuels, Ed. Odile Jacob, 2007.
  5. J. Melvin, Découvrir l'architecture, éd. Eyrolles, (2006), p. 39.
  6. William J. Duiker et Jackson J. Spielvogel, World History, Volume 1, éd. Cengage Learning, 2006, p. 203-205
  7. Viollet-le-Duc Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, tome5, "façade".
  8. Bernard Marrey Des histoires de bois, Éd. du Pavillon de l'Arsenal : Picard, 1994
  9. Ernst Hans Gombrich, The story of art, éd. Phaidon, Londres, 1995, p. 447
  10. Anna Jackson et Morna Hinton, The V&A guide to period styles : 400 years of British art and design, éd. V & A Publications, Londres, 2002, p. 158
  11. (fr) [2] Sylvie Mazaraky et Jos Vandenbreeden, L'Art nouveau : passerelle entre les siècles et les arts, éd. Lannoo Uitgeverij, 2006, p. 13.
  12. Jan Gympel, Story of Architecture, éd. Könemann, 2006, p. 70
  13. E. de Roux, Le patrimoine industriel, Ed. Scala, 2000, p. 17, citant Paul Chemetov.
  14. F. Prina & E. Demartini, Petite encyclopédie de l'Architecture, éd. Solar, 2006, p. 368
  15. Tarek Mohamed Refaat Sakr, Early twentieth-century Islamic architecture in Cairo, éd. American University in Cairo Press, 1993, p. 63
  16. Cahiers d'études romanes, Numéro 4, Parties 1 à 2, éd. Université de Provence (Aix-Marseille 1), 2000, p. 321
  17. (en) [3] Kathleen Morgan Drowne et Patrick Huber, The 1920's, éd. Greenwood Publishing Group, 2004, p. 74
  18. J. Melvin, Découvrir l'architecture, éd. Eyrolles, (2006), p. 102.
  19. F. Prina & E. Demartini, Petite encyclopédie de l'Architecture, éd. Solar, 2006, p. 356
  20. John Richard Hayes, The Genius of Arab civilization : source of Renaissance, éd. Taylor & Francis, 1983, p. 104
  21. Michel Terrasse, Islam et Occident méditerranéen : de la conquête aux Ottomans, éd. Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), 2001, p. 60

-- regroupement V : références vidéo (pour les références mineures voir l'historique d'article)

  1. a et b Dr. Joann Fletcher, "Ancient Egypt: Life and Death in the Valley of the Kings", BBC, 2013.
  2. Richard Copans et Stan Neumann, "Architectures" - Pyramide du roi Djoser à Saqqara d'Imhotep - (Vol 6) - Arte-vidéo, 1995 - 2007.

.

Sources principales[modifier | modifier le code]

-- regroupement GM : Gérard Monnier, « Histoire de l'architecture », éd. Presses universitaires de France, 2007 :

  1. p. 6.
  2. a et b p. 7.
  3. p. 8.
  4. p. 9.
  5. p. 20.
  6. a et b p. 25.
  7. p. 32.
  8. p. 19.
  9. a et b p. 22.
  10. p. 24.25.
  11. p. 24.
  12. p. 29.
  13. p. 31.
  14. p. 32.33.34.
  15. p. 41.42.43.
  16. p. 45.46.47.48.
  17. p. 45.
  18. a et b p. 49.
  19. p. 57.58.
  20. p. 56.
  21. p. 43.
  22. p. 45.46.47.
  23. p. 48.49.
  24. p. 52.
  25. p. 53.
  26. p. 72.
  27. a, b et c p. 68.
  28. p. 68. 69.
  29. p. 66. 69.
  30. p. 73. 74. 75. 76.
  31. p. 78.
  32. a et b p. 74.
  33. p. 66. 67.
  34. p. 67.
  35. p. 80. 81.
  36. p. 87.89.
  37. p. 85.
  38. p. 85.86.87.
  39. p. 84.
  40. a et b p. 88.
  41. p. 89.
  42. p. 90.
  43. a et b p. 103.
  44. p. 104.
  45. p. 95.
  46. a et b p. 97.
  47. p. 102.
  48. p. 94.
  49. p. 99 100.
  50. p. 100.
  51. p. 124.
  52. p. 122, 123, 124.
  53. p. 116 117.
  54. p. 13.

--

Bibliographie & Documentaires vidéos[modifier | modifier le code]

  • Gérard Monnier, Histoire de l'architecture, éd. Presses universitaires de France, 2010
  • Jan Gympel, Histoire de l'architecture : de l'antiquité à nos jours, éd. Éditions Place des Victoires, 2005
  • Patrick Nuttgens, Histoire de l'architecture, éd. Phaïdon, 2002
  • Richard Copans et Stan Neumann, "Architectures" Arte-vidéo, 1995 - 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]