Péril jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Péril jaune (homonymie)

Le péril jaune (Yellow peril) est défini à la fin du XIXe siècle comme le danger que les peuples d’Asie surpassent les Blancs et gouvernent le monde[1]. Désignant dans un premier temps le péril chinois, l’expression est employée au tournant du XIXe siècle pour stigmatiser le Japon lors du conflit qui l'oppose à la Russie en 1904.

alternative textuelle
La terreur jaune
The Yellow Menace (1916) un serial de 1916 dans lequel des méchants asiatiques menacent l'héroïne[2].

La rhétorique du péril jaune[modifier | modifier le code]

« On craint que les Japonais fusionnent avec les Chinois, les modernisent, en fassent des ‘citoyens’ et ne deviennent ainsi la première puissance du monde. C’est ce qu’on appelle le Péril jaune dont nous démontrerons la puérilité », écrivait, en 1904, Austin de Croze[3].

De son côté, Jacques Novicow analysa le phénomène en 1897. Le sociologue, qui entend démontrer non sans ironie l’infondé des craintes du péril jaune, oriente sa démonstration sur le terrain économique plutôt que militaire : « Le péril jaune est signalé de toutes parts. Les Chinois sont quatre cents millions. Théoriquement, ils peuvent mettre trente millions d’hommes sur pied de guerre. Un beau matin, ils devraient envahir l’Europe, massacrer ses habitants et mettre fin à la civilisation occidentale. Cela paraissait un dogme inattaquable. Mais, on s’est aperçu dans ces derniers temps que les Chinois éprouvent une horreur insurmontable contre le service militaire. Depuis qu’ils se sont laissés battre par les Japonais, dix fois moins nombreux, les pessimistes ont fait volte face. Le péril jaune n’est plus à craindre sous une forme militaire, du moins pour une période qui peut entrer dans nos préoccupations, le péril jaune vient surtout de l’ouvrier chinois qui se contente de cinq sous »[4].

L’Occident, surtout les États-Unis (Californie) et l’Australie, connaissent alors les premières vagues d’immigration chinoise. Souvent couplée à la métaphore entomologique de la « fourmilière » asiatique, l’expression serait à l’origine allemande, gelbe Gefahr, attribuée à Guillaume II qui l’aurait forgée lors de la tentative du souverain allemand de fédérer les nations occidentales ayant des colonies en Asie contre le péril de la montée en puissance de la Chine et du Japon[5].

À peu près à la même période, l’expression fait fortune dans les pays anglo-saxons. En 1898, l’écrivain anglais M. P. Shiel fait paraître une série de courtes histoires intitulée The Yellow Danger, dont la trame s’inspire du meurtre de deux missionnaires allemands en Chine en 1897. D’après l’interprétation de Jacques Decornoy, le péril jaune est donc une invention des « Blancs impérialistes et colonialistes »[6] et « s’inscrit dans la continuité du mythe des Barbares avec lequel il partage l’expression occidentale d’une peur de la décadence »[7]

En 1904, un article du New York Times du 15 février fait état de la réactivation du phénomène.

Au tournant du siècle, en 1901, l'actualité brûlante concerne plus particulièrement « les nations européennes engagées dans les affaires de la Chine ». Le Péril Jaune, publié par Edmond Théry [8], fait de la métaphore de la couleur le « combat des races ».

Ultérieurement, le péril jaune vient désigner le danger que le Japon - cette jeune nation, ce meilleur disciple de la Révolution française - paraît faire courir aux nations occidentales et colonialistes lors du conflit qui l’oppose à la Russie de 1904 à 1905 [9]. La rhétorique du péril jaune prend à cette époque un nouveau sens et sert à désigner le péril japonais, ultérieurement décliné en dénigrement du Japon (années 1980-90).

Le conflit russo-japonais[modifier | modifier le code]

La guerre russo-japonaise est la « première guerre du XXe siècle » et passionne les opinions nationales de janvier 1904 à août 1905[10]. Les progrès techniques, le télégraphe, l’envoi de correspondants de presse ainsi que la présence d’observateurs européens permettent une bonne « couverture » des « événements » malgré la censure militaire à laquelle sont parfois confrontés les journalistes[11]. La rhétorique du « péril jaune » est examinée dans un article de Patrick Beillevaire[12] à travers la manière dont la presse couvre ce conflit alors que l’opinion française est en grande majorité favorable à la Russie. « L’anéantissement de la flotte russe dans le détroit de Tsushima les 27 et 28 mai 1905 allait s’inscrire durablement dans les mémoires de l’Occident. Le temps n’est plus à s’interroger sur « l’aptitude des Japonais à la civilisation occidentale », sur leur capacité à s’approprier « toute une civilisation longuement élaborée par des peuples d’une autre race ». Désormais, il faudra compter avec un nouveau prétendant au partage de l’Asie ». La rhétorique employée par les quotidiens à gros tirages de l’époque, Le Matin, Le Temps ou Le Siècle mais également Le Petit Parisien et Le Petit Journal qui couvrent le conflit est assez révélatrice d’une « myopie » dénoncée à l’époque par exemple par un Louis Aubert[13]. Le Siècle du 8 février 1904 rend ainsi compte de l’attaque « surprise » du Japon sur la Russie : « Le Japon, c’est un peuple enfant. Maintenant qu’il a ces jouets-colosses (cuirassés), il n’est pas assez raisonnable, il n’est pas assez vieux pour ne pas les essayer. Il veut savoir comment on s’en sert. Il est comme le « gosse » à qui on a acheté un chemin de fer : il faut absolument qu’il fasse marcher son chemin de fer ». Puis, le 10 février : « Orgueil et goût de la guerre ont pu être pour quelque chose dans la conduite du Japon. On ne manquera pas de représenter les Japonais comme des perturbateurs de l’ordre public et de la paix, qu’ils sont incontestablement, comme des barbares, qu’ils sont restés, malgré les emprunts faits à l’Europe civilisée ».
Le Parisien du 3 avril 1904 commente ainsi les événements : « Le succès des soldats du mikado ferait, en effet, inévitablement éclater ce qu’on a appelé le péril jaune ; d’ailleurs, le rôle de la Chine, qui surveille le conflit sommaire et est prête à entrer dans la lice, reste énigmatique et plein de surprises possibles ! Le début de la guerre a, d’autre part, nettement précisé la mentalité des deux lutteurs : d’un côté, la bonne foi, la loyauté, le désir sincère d’éviter l’effusion de sang ; de l’autre la duplicité, le manque de foi, en même temps que la volonté déterminée de s’affirmer sur des champs de bataille comme une puissance belliqueuse, avide et conquérante. La Russie représente pour nous non seulement la race blanche en lutte avec la race jaune, mais l’âme même de la civilisation combattant l’esprit de barbarie ».
En France, les commentaires suscités par le conflit russo-japonais sont partagés entre pro-Russes et pro-Japonais. La ligne de partage entre les deux camps est souvent surprenante, pour le moins évolutive, et va se renversant au fil du déroulement du conflit. Elle n’est pas sans liens avec la volonté partagée par les partisans de voir dans ce conflit une expression de la « lutte des races » alors qu’il n’oppose en définitive que deux puissances ayant chacune des ambitions sur ou pour la Chine, après l’Angleterre, l’Allemagne, la France ou les États-Unis. « Ce vif intérêt de l’opinion internationale repose essentiellement sur deux spécificités marquantes de cet antagonisme : le cadre mondial de la rivalité des puissances dans lequel il s’inscrit, d’une part ; et d’autre part, le contexte universel d’hégémonie raciale qu’il recouvre, autrement dit la confrontation d’un pouvoir « blanc », prétendu supérieur, à un pouvoir « jaune » jugé inférieur. Pour la première fois sans doute dans l’Histoire, Occident et Orient, colonisateurs et indigènes, sont donc amenés à suivre, avec une intensité véritablement partagée, les péripéties de la guerre » [14].
Alors que le « péril jaune » semblait devoir venir de la Chine et être provoqué par un afflux massif de ses «400 000 000 d’âmes » ainsi que semble indiquer une statistique de l’époque souvent reprise, ce péril vient désormais du Japon. De chinois, le péril devient japonais, sans pour autant perdre sa « couleur » et certains commentateurs vont jusqu’à souhaiter que la Chine puisse se révéler un rempart contre l’inexorable expansion japonaise. « Lors de la guerre russo-japonaise, le « péril jaune » devient un véritable topique, et on trouverait peu d’auteurs en sympathie avec la Russie, ou seulement attentistes, qui ne lui aient pas consacré au moins quelques lignes, quand ce ne sont pas des chapitres entiers »[15].

Deux ouvrages caractéristiques[modifier | modifier le code]

Austin de Croze, Le péril jaune et le Japon[modifier | modifier le code]

Deux ouvrages sont le reflet de la façon dont une certaine intelligentsia française et « japonophile » interprète la signification historique de cette « première guerre du XXe siècle » qui ne tranchera rien de la lutte opposant les « Blancs » aux « Jaunes ». Le premier est un petit livre de cent dix pages et deux appendices rassemblant les documents étayant ce qui se présente comme une charge pamphlétaire que l’auteur oppose à « cet engouement latin qui nous porte à nous emballer pour ou contre des choses ou des gens que nous connaissons à peine ». Il est écrit par Austin de Croze, un de ces «braves idéalistes » persuadés que le Japon faisait la guerre « dans le but unique de faire triompher les idées de progrès, de justice, de liberté, d’humanité et de civilisation »[16]. Croze s’y fait l’apôtre du Japon, contre une opinion a priori russophile : « Plus que jamais en France, nous crions : « Vive la Russie !». « Vive la Russie !» parfait. Mais pourquoi ajouter : « À bas le Japon !» alors que le Japon est un des meilleurs disciples de la Révolution française ?» Voilà ce que l’auteur écrit dans l’avant-propos à son Le péril jaune et le Japon[17] , ouvrage qui paraît en 1904 alors que l’issue du conflit est encore incertaine et que la France a pris parti pour la Russie : « Je parlerai de cet épouvantail : « le péril jaune ». Je parlerai surtout de ce Japon, qui fut l’élève volontaire de la France, de l’Angleterre et de l’Allemagne et dont la civilisation égale aujourd’hui la nôtre. J’en dirai, non pas les mœurs simples, pittoresques et charmantes, mais son esprit, sa culture intellectuelle, ses ressources agricoles, industrielles et commerciales, sa situation ouvrière. Alors, opposant la liberté qui règne au pays du Soleil-Levant au despotisme qui pèse sur nos frères de Russie, on pourra conclure que le Japon est, en droit et en fait, une grande et noble puissance mondiale, vis-à-vis de nous, la Septième Puissance »[18]. Austin de Croze livre son interprétation des enjeux du conflit, dans son chapitre consacré à une analyse de la « Japonophobie ». « On a affirmé, dans les milieux inspirés par la chancellerie russe, que le Japon s’étant aperçu que la paix en Extrême-Orient ne lui permettait plus l’émigration de ses sujets et l’écoulement de ses produits, il avait voulu risquer une guerre – avec une chance contre dix, ce qui serait assez héroïque déjà ! – le privilège du marché en Extrême-Orient, sa suprématie en Corée. Le reproche serait puéril, s’il n’était odieux. Le Japon en Corée ? Et pourquoi non ? N’est-il pas en droit de répondre : Et vous en Tunisie ? Et vous à Madagascar ? Et vous au Tonkin ? Et les Anglais en Égypte, au Transvaal ? N’est-il pas en droit d’invoquer, pour ce qu’il veut faire de la Corée une nation indépendante, civilisée à la moderne, alliée et liée à ses intérêts, ce que les États-Unis ont fait pour Cuba, ce qu’ils viennent de faire pour Panama ? Oui, mais cela gêne l’appétit que manifeste l’Europe pour les expansions territoriales, et c’est pourquoi sont russophiles, les nations qui prétendent au partage de la Chine, et c’est pourquoi la presse anglaise elle-même – maintenant que les adversaires sont aux prises et s’affaiblissent mutuellement – met une sourdine à ses vœux japonophiles !»

Cette prise de position tranche avec les déclarations des russophiles de l'époque, colportées par une presse qui se révèle parfois outrancière à l’instar du résumé d’une conférence sur le thème du « Péril jaune » donnée le 20 février 1904 par Edmond Théry, directeur de L’Économiste européen et auteur, en 1901, d’un ouvrage également intitulé Le Péril jaune [19]. Austin de Croze lui prête les propos suivant : « Il est à souhaiter que le Japon soit écrasé, afin de dégoûter la Chine, à nouveau et à tout jamais, de la civilisation européenne. Car, si la Chine arrivait à se créer une armée et surtout une industrie qui lui soient propres, c’en serait fait de nos armées et de notre industrie nationale ». Et s’emporte une nouvelle fois contre leur auteur : « Voilà donc ce que les japonophobes osent reprocher au Japon, - sa civilisation, qui finira par tenter la Chine. Ah ! ils ont de singuliers raisonnements les économistes. Voilà t-il pas un raisonnement d’usurier, déçu dans son petit commerce ? (…) Mais il faudrait alors avoir la franchise de proclamer qu’il y a des peuples qui n’auront jamais droit à la Science et à la Liberté…»
C’est très précisément ce que certains « russophiles » ne se privent pas d’affirmer. En témoignent selon de Croze « les lignes abominables » d’un Charles Richet[20], président de la Société d’arbitrage entre nations, publiées le 15 mars 1904 dans la « Revue ». Désireux de prendre part à la polémique qui oppose Edmond Théry[21] à Jean Finot, ce dernier, comme une partie de la gauche progressiste de l’époque, justifie l’action « régénératrice » du Japon en Chine[22] , Charles Richet écrit ceci : « Il ne me semble pas qu’il soit possible d’hésiter : la suprématie de la race blanche est une absolue évidence. Que cette supériorité autorise les blancs à être fourbes, menteurs, pillards, cruels, barbares, vous ne me ferez pas l’injure de m’attribuer cette opinion : je prétends seulement que les blancs sont supérieurs aux jaunes, et je vais essayer de le prouver. Et d’abord par un argument ad hominen. Si les admirateurs des Japonais étaient pris au mot et qu’on les invitât à s’allier par légitime mariage à une Japonaise, ils feraient la grimace, je m’imagine : et les nobles lords anglais, si résolument partisans, en diplomatie, d’une alliance avec les sujets du Mikado, verraient sans enthousiasme leurs filles s’éprendre d’un des petits bonshommes ridicules qui se pavanent à Tokyo, fussent-ils pourvus de plusieurs galons. … Madame Chrysanthème, si l’on veut ! Mais Mme Chrysanthème n’est qu’un petit animal de luxe, élégant et docile à ses heures : une humble, et peut-être jolie mousmé qui, dans le fond de la case, charme les loisirs de l’exil, à côté du perroquet et du singe. Ce dédain, que les hommes de race blanche, quoi qu’ils en disent, ont tous pour les hommes de race jaune, est-il justifié ? L’histoire est là pour répondre, et les conquêtes de la civilisation, encore que bien rudimentaires, prouvent que la race blanche a tout fait. … Ces hommes sont des hommes comme nous : ils sont nos frères, cela est certain, mais nos frères inférieurs. Et cela n’est pas moins certain. Et maintenant qu’elle sera ma conclusion ? Elle est très simple et peut se résumer en un mot : la justice. … Mais à ces étrangers, à ces barbares d’une autre race que nous, si nous devons justice, nous ne devons pas davantage ; et, lorsqu’ils prétendent, eux aussi, comme dans le cas actuel, au rôle détestable de conquérant et d’envahisseur, il est permis de leur refuser autre chose que la justice.

Ces « lignes abominables » donnent la mesure de la violence verbale opposant les débatteurs comme elles permettent de se forger une idée assez précise de l’état d’esprit et de la rhétorique en vogue à cette époque.

Louis Aubert, Paix japonaise[modifier | modifier le code]

Louis Aubert est l’auteur du second ouvrage, Paix japonaise[13]. Son livre se veut un ouvrage d’introduction au Japon mais il est publié en 1906 : le Japon a vaincu la Russie. Se pose alors la question du sens à donner à cette victoire. La victoire du Japon sur la Russie sonne, selon l’auteur « le glas du vieux Japon », autrement dit la modernisation achevée du Japon issu de la restauration de Meiji. En 1906, Louis Aubert prévoit que « toutes les ambitions du Japon s’ordonnent autour de l’idée d’une « “Paix japonaise” de l’Extrême-Orient » et prévient qu’en s’installant sur le continent asiatique, « glorieux et endetté », le Japon se trouve devant une situation grandiose non pas en raison de ce que ce pays vient d’accomplir (la victoire sur la Russie) mais pour les possibilités qui s’ouvrent à lui. Ce bouleversement annoncé, « si l’Europe et les États-Unis font son jeu », précise l’auteur, ne se fera pas sans sacrifices et il conviendrait que les Européens sachent en prendre la mesure. Voici d’abord comment il évoque les sacrifices que le Japon sera immanquablement à faire. « À cette situation neuve, il faut que s’adaptent les mœurs d’autrefois, lentement formées pendant deux siècles et demi dans ces îles séparés du monde ». En effet, qu’aura donc produit ce long repli du Japon sur lui-même ? « La vie s’était alors condensée en quelques habitudes simples, tenaces. Comme en vase clos ni contrariées ni compliquées par des influences étrangères »[23].
La nouvelle de la chute de Port Arthur sonne le « glas du vieux Japon » car ce pays se trouve de facto dans la situation de devoir assumer son… ambition coloniale, à savoir résume-t-il : « administrer la Corée », « gérer la Chine », pourvoir à d’énormes marchés potentiels et tenir « un rôle de protecteur sur l’Asie orientale et dans le Pacifique ». Cela bien entendu si la Chine, l’Europe et les États-Unis ne s’y opposent pas. L’histoire semble donc écrite et, devant ces bouleversements qui s’annoncent très concrètement après la victoire japonaise, Louis Aubert souligne l’impréparation de l’Europe continentale. Elle n’en a pas suffisamment pris la mesure et a dangereusement ignoré le tremblement que ne manquera de provoquer cette intrusion du Japon sur la « scène internationale » et ses ambitions coloniales. L’invocation du « péril jaune » pour conjurer sa cécité n’y suffira probablement pas. « Aussitôt après la déclaration de guerre, en Russie naturellement, mais aussi en France, en Belgique, surtout en Allemagne, on invoqua le « péril jaune», la lutte des races : Blancs contre Jaunes, civilisés contre barbares, chrétiens contre païens. C’était la philosophie des dessins de Guillaume II : l’archange Michel, glaive levé, menaçant les Jaunes ; c’était aussi la philosophie de ses propos sur les États-Unis d’Europe croisés contre la Barbarie. Après Liao-Yang, après Moukden, confusément on se représente le monde jaune – Coréens, Siamois, Annamites, Chinois, conduits par le Japon – tombant sur les Blancs ; ce serait une catastrophe soudaine, irrémédiable, à laquelle il faudrait se résigner, une digue qui se rompt, un flot jaunâtre recouvrant d’un coup notre civilisation toute blanche »[24]. Et Louis Aubert de conclure : « Il est curieux que nous continuions de nous représenter l’Asie et ses hordes avec les mêmes mots et les mêmes images qu’employaient au XIIIe siècle les contemporains de saint-Louis qui entendirent parler des Mongols ou qui les virent »[25] . L’auteur avance plusieurs facteurs pour expliquer l’ignorance dans laquelle l’Europe est restée de l’Asie (interruption des communications terrestres, interposition de l’Islam, des Turcs, etc.) « Ainsi séparés, les deux mondes pendant des siècles s’ignorèrent ; les rapports par mer depuis un demi-siècle, depuis les guerres de 1840 et 1860, n’ont pas suffi pour rendre familière à l’Europe les choses d’Extrême-Orient, pour changer les mots et les images qu’évoque le péril jaune »[25].
Cette anachronique et fâcheuse cécité vient de coûter la défaite à la Russie et n’aura en réalité profité qu’à « deux puissances qui n’ont jamais partagé les préjugés anachroniques de l’Europe sur le péril jaune, les États-Unis et l’Angleterre », analyse finement le géographe qui conclut en invitant l’Europe à se ressaisir : « Je crois qu’en dépit de l’avantage pris par le Japon sur l’Europe, en dépit de l’attitude anti-européenne de la Chine, les Européens ont encore un grand rôle à jouer en Extrême-Orient, à condition que c’en soit fini de leurs appétits de conquête, de leur mépris et de leur brutalité de race supérieure, et qu’ils se consacrent à une œuvre de paix et de civilisation à peine ébauchée »[25] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A supposed danger that Asiatic peoples will overwhelm the with, or overrun the world. The Oxford English Dictionnary, second Edition 1989.
  2. (en) Gina Marchetti, Romance and the "yellow Peril": Race, Sex, and Discursive Strategies in Hollywood Fiction, University of California Press,‎ 1993 (lire en ligne), p. 3
  3. Austin de Croze, Le péril jaune et le Japon, Comptoir général d’édition, Paris, 1904, p 23.
  4. Jacques Novicow, Le péril jaune, Éditions V.Giard & E.Brière, Paris, 1897, p 1.
  5. Régis Poulet, Le péril jaune, La revue des ressources, l’illusion orientale, 2005.Consultable à l'adresse suivante http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article499
  6. Jacques Decornoy, Péril jaune, peur blanche, édition Grasset 1970. Ancien élève de l'École nationale d'administration, chef de la rubrique "Asie du Sud-Est" au journal "Le Monde".
  7. Régis Poulet, op.cit.
  8. Edmond Théry, édition Félix Juven, Paris, 1901, p 298. Texte en ligne
  9. Le site Visualizing Cultures propose en ligne une série d'images sur le thème du péril jaune. http://ocw.mit.edu/ans7870/21f/21f.027/yellow_promise_yellow_peril/index.html
  10. Anatole France y consacre par exemple de nombreuses des pages de son roman Sur la pierre blanche , Calmann-Levy, Paris,1905. « Russie, pour sa part, occupa la Mandchourie et ferma la Corée au commerce du Japon. Le Japon qui, en 1894, avait battu les Chinois sur terre et sur mer, et participé, en 1901, à l'action pacifique des puissances, vit avec une rage froide s'avancer l'ourse vorace et lente. Et tandis que la bête énorme allongeait indolemment le museau sur la ruche nippone, les abeilles jaunes, armant toutes à la fois leurs ailes et leurs aiguillons, la criblèrent de piqûres enflammées. » Ou cet autre passage faisant allusion au « péril jaune ». « Ce que les Russes payent en ce moment dans les mers du Japon et dans les gorges de la Mandchourie, ce n'est pas seulement leur politique avide et brutale en Orient, c'est la politique coloniale de l'Europe tout entière. Ce qu'ils expient, ce ne sont pas seulement leurs crimes, ce sont les crimes de toute la chrétienté militaire et commerciale. Je n'entends pas dire par là qu'il y ait une justice au monde. Mais on voit d'étranges retours des choses; et la force, seul juge encore des actions humaines, fait parfois des bonds inattendus. Ses brusques écarts rompent un équilibre qu'on croyait stable. Et ses jeux, qui ne sont jamais sans quelque règle cachée, amènent des coups intéressants. Les Japonais passent le Yalu et battent avec précision les Russes en Mandchourie. Leurs marins détruisent élégamment une flotte européenne. Aussitôt nous discernons un danger qui nous menace. S'il existe, qui l'a créé ? Ce ne sont pas les Japonais qui sont venus chercher les Russes. Ce ne sont pas les Jaunes qui sont venus chercher les Blancs. Nous découvrons, à cette heure, le péril jaune. Il y a bien des années que les Asiatiques connaissent le péril blanc ».
  11. « Nos lecteurs savent avec quel soin le Petit Journal s'attache à les renseigner aussi exactement que possible sur les graves événements qui, depuis trois mois, se déroulent là-bas à 8 000 lieues, à l'autre bout du monde. Dès le début des opérations russo-japonaises, les lecteurs du Petit Journal ont pu lire dans ses colonnes maintes dépêches importantes émanant de ses envoyés spéciaux et suivre les correspondances d'un vif intérêt qui sont adressées par eux. Le Petit Journal a pris toutes ses dispositions pour ne pas s'en rapporter exclusivement aux informations souvent tendancieuses des agences et pour contrôler toutes les nouvelles. Outre ses correspondants particuliers installés depuis longtemps un peu partout, outre les télégrammes de source étrangère qu'il s'est mis en mesure de recevoir, le Petit Journal a, aussitôt que les hostilités apparurent inévitables, envoyé en Extrême-Orient plusieurs rédacteurs spéciaux aptes, par leur connaissance du théâtre des événements et par des études spéciales, à suivre les belligérants et à lui fournir sur les faits dont ils seraient les témoins des appréciations originales et personnelles. Ce sont : à Saint-Pétersbourg, M. Aujar de Buzancy, qui, grâce à ses relations, reçoit le meilleur accueil dans tous les milieux russes ; au Japon, M. Villetard de Laguérie, l'écrivain bien connu, qui, déjà, en 1894, suivit les péripéties de la guerre sino-japonaise ; à Vladivostok, M. Noël ; enfin, en Mandchourie, M. Louis Darnet. Quel que soit l'événement qui se produise sur l'un de ces points ou à proximité, le Petit Journal est ainsi en mesure d'en rendre compte à ses lecteurs, immédiatement, et de la façon la plus exacte, quand, toutefois, la censure russe ou japonaise ne s'en mêle pas ». Le Petit Journal illustré du 15 mai 1904, sous le titre « Les événements d'Extrême-Orient, l'envoyé spécial du " Petit Journal " en Mandchourie » accompagnant une illustration représentant Louis Darnet.
  12. Patrick Beillevaire, « L’opinion publique française face à la guerre russo-japonaise », in Cipango, cahiers d’études japonaises, numéro 9, automne 2000, p 185-232.
  13. a et b Louis Aubert, Paix Japonaise, édition Librairie Armand Colin, Paris, 1906.
  14. Olivier Fink, « La guerre russo-japonaise vue par la Gazette de Lausanne », in Cipango, cahiers d’études japonaises, numéro 9, automne 2000, p 233-262.
  15. Patrick Beillevaire, ibidem, p 202.
  16. Charles Pettit, Pays des mousmés, pays de guerre, Paris, Félix Juven, 1905, VII, cité par Patrick Beillevaire, article cité.
  17. Austin de Croze, Le péril jaune et le Japon, Comptoir général d’édition, Paris, 1904. Austin de Croze était le directeur de la revue La Vie Cosmopolite, ancien chargé de mission en Extrême-Orient par le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux Arts. Le livre est le texte de la conférence que l’auteur a donné « le 7 avril dernier, à l’université populaire, La Coopération des Idées, sous la présidence de l’illustre japonisant Léon de Rosny, directeur de l’École des Hautes-Études, qui pour ouvrir et clôturer cette séance, prononça les plus belles et les ardentes paroles à la gloire du Japon ».
  18. Opus cité, p 10. Un avis sur la seconde de couverture avertit le lecteur. « L’auteur, protestant contre la souscription pour les blessés russes seulement, affectera la moitié du produit de la vente de cet ouvrage à la souscription de la Croix-Rouge, pour les blessés japonais ».
  19. Edmond Théry, Le péril jaune, édition Félix Juven, Paris, 1901. À la fin de cet ouvrage consacré essentiellement à la Chine, l’auteur conclut en avertissant les nations européennes du danger que représente cette fois la montée en puissance du Japon, devant bientôt figurer un nouveau « péril jaune » : « Tous les Européens, qui ont étudié sur place les nouveaux éléments de la marine et de l’armée japonaise, sont unanimes à constater que le programme de 1896 a été réalisé avec une énergie et une précision des plus remarquables, et que le Japon est devenu aujourd’hui une puissance de premier ordre, dont les nations européennes engagées dans les affaires de la Chine devront respecter les droits » (p298). Voir également la mise en garde de Félix Martin, reprise par Edmond Théry, op cit, p 299 : « De tels moyens de combat entre les mains d’une nation dont nous connaissons les instincts ambitieux et guerriers, ayant une haute idée de sa valeur et du rôle qu’elle est appelée à jouer dans le monde, constitueront un danger permanent pour la paix en Extrême-Orient. À ce point de vue, le péril jaune n’est pas un vain mot ! L’Europe qui, dans un aveuglement inconscient, a contraint le peuple japonais à sortir de son immobilité, qui lui construit des cuirassés et lui prêtera demain de l’argent pour les payer, l’Europe n’aura t-elle pas à se repentir d’avoir favorisé l’éclosion à la vie moderne de ce peuple audacieux ?»
  20. Charles Robert Richet (1850-1935), physiologiste français, prix Nobel en 1913, membre fondateur de la Société française d’eugénisme.
  21. « Les Japonais veulent aujourd’hui avoir une action prépondérante en Chine, non pas pour en tirer un simple profit commercial, mais – disent leurs journaux que les Chinois lisent couramment – pour pétrir et façonner le colosse à leur image, et s’en servir pour régénérer la race jaune tout entière et préparer sa revanche sur la race blanche, toujours méprisée et détestée par eux », Edmond Théry, L’Économiste européen, 23 décembre 1903, cité par Austin de Croze, op.cit, p 40. Les italiques sont dans le texte.
  22. « Cette guerre, certes, a aussi pour cause des intérêts, mais elle a aussi une âme de justice. Le Japon a la bonne conscience d’être le redresseur du droit international. Pour nous aussi, la guerre sera une leçon de morale politique. Si nous sommes vainqueurs, comme je l’espère, ce sera par la force de nos institutions libérales. À elles, plus encore qu’à nos armées, nous devons la reconnaissance. Le pouvoir absolu est défendu communément par des arguments d’ordre militaire. Nous constaterons, au contraire, qu’un régime de liberté permet seul, en cas de guerre, de réaliser l’unanimité de la nation ». Propos rapportés par Le Figaro du 8 avril 1904 de « M.Inouyé Tétsujiro, le savant philosophe de la faculté des Lettres de Tokio », cité par Austin de Croze, op.cit., p 40.
  23. ididem, p 6.
  24. ididem, p 7. Sur « les dessins de Guillaume II », voir Muriel Détrie, Une figure paradoxale du péril jaune : le Bouddha, in revue Orients Extrêmes, Carnets de l’exotisme, l’Harmattan, 1995. Actes du colloque « Relations littéraires avec l’extrême Orient » du 11 mars 1995.
  25. a, b et c ibidem, p. 7.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • François Pavé, « Le péril jaune à la fin du XIXe siècle, fantasme ou inquiétude légitime ? », Université du Maine, Nadine Vivier (dir.), 2011, [lire en ligne].