Périgny (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Périgny.
Périgny
L'église Saint-Julien
L'église Saint-Julien
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Condé-sur-Noireau
Intercommunalité Communauté de communes Condé Intercom
Maire
Mandat
Dominique Mullois
2014-2020
Code postal 14770
Code commune 14496
Démographie
Gentilé Péruviens
Population
municipale
56 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 22″ N 0° 36′ 14″ O / 48.9227777778, -0.603888888889 ()48° 55′ 22″ Nord 0° 36′ 14″ Ouest / 48.9227777778, -0.603888888889 ()  
Altitude Min. 120 m – Max. 232 m
Superficie 2,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Périgny

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Périgny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Périgny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Périgny

Périgny est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 56 habitants[Note 1] (les Péruviens, à ne pas confondre avec les habitants de la commune voisine de Saint-Pierre-la-Vieille appelés les Pétruviens).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'est du Bocage virois, à proximité de la Suisse normande. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la place au sud-est de l'unité du synclinal bocain caractérisée par « une alternance de lambeaux boisés sur les crêtes et de paysages semi-ouverts »[1].

La commune est en retrait des grandes voies de communication, à équidistance, mais à plus de 8 km, des quatre chefs-lieux de cantons les plus proches : Vassy au sud-ouest, Condé-sur-Noireau au sud-est, Thury-Harcourt au nord-est et Aunay-sur-Odon au nord-ouest. Le territoire communal est traversé au nord par la route départementale no 166b qui relie les bourgs de Lénault (à l'ouest) et Saint-Pierre-la-Vieille (à l'est) et qui passe par l'église. Au sud, le long de la Druance, la D166 joint Saint-Pierre-la-Vieille à Saint-Vigor-des-Mézerets (au sud-ouest). La D218, qui emprunte partiellement le tracé de la D166, rejoint Saint-Jean-le-Blanc à l'ouest et Pontécoulant, vers Condé-sur-Noireau, au sud.

Périgny est dans le bassin de l'Orne, par son sous-affluent la Druance qui délimite le territoire de celui de Saint-Vigor-des-Mézerets au sud. Son affluent, le ruisseau de Cresme sert de limite avec Saint-Pierre-la-Vieille à l'est. Un modeste vallon séparant la commune en deux parties équivalentes et dominé par le petit bourg (« la Commune ») draine les eaux communales vers le ruisseau de Cresme.

Le point culminant (232 m) se situe au nord-ouest, à l'endroit où la D166b quitte le territoire vers Lénault. Le point le plus bas (120 m) correspond à la sortie de la Druance du territoire, au sud. Les vallées assez marquées de la Druance et du ruisseau de Cresme sont boisées.

La pluviométrie annuelle avoisine les 950 mm[2].

Les principaux lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, Danne, la Commune, les Hauts Champs, le Val Mérienne, le Val Rosaire, le Bout de Là et Bergogne[3],[4].


Communes limitrophes de Périgny[5]
Lénault Lénault Saint-Pierre-la-Vieille
Lénault Périgny[5] Saint-Pierre-la-Vieille
Saint-Vigor-des-Mézerets Saint-Vigor-des-Mézerets Saint-Pierre-la-Vieille

Toponymie[modifier | modifier le code]

Périgny, Perigneium au XIe siècle[6] : le toponyme serait issu de l'anthroponyme roman Paternus[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépendait de la sergenterie de Saint-Jean-le-Blanc et de l'élection de Vire.

La paroisse de Périgny appartenait au haut Moyen Âge à Grimoult du Plessis[8].

Elle passa ensuite dans une famille Poisson qui troqua son nom pour celui de Périgny. En 1389, Jean Guillemin est seigneur de Périgny. Un autre Jean Guillemin possède la seigneurie en 1453. Elle passa ensuite dans les mains des familles du Grippel, Anzeray et Ruault.

La seigneurie de Périgny appartenait au XVIIIe siècle à la famille Gohier de Précaire[9].

Le 8 août 1944, au cours de l'opération Totalize, un bombardier B-17-G du 349th Bomb squadron (8th Air Force) s'écrase au lieu-dit les Hauts Champs, abattu par la Flak. Huit de ses occupant périssent, seul le Staff Sergeant (en) Gilbert A. Borba sort indemne[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[11]
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1955 Ernest Jouvin    
1955 juin 1995 Albert Auvray    
juin 1995 en cours Dominique Mullois[12] SE Conseiller commercial
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de sept membres dont le maire et une adjointe.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 56 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Périgny est la commune la moins peuplée du canton de Condé-sur-Noireau. Elle a compté jusqu'à 226 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220 210 207 206 208 226 220 212 215
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
205 200 180 148 157 149 156 163 122
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
148 127 100 93 82 95 84 100 85
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
80 77 60 47 53 62 55 53 56
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à trente personnes, parmi lesquelles on comptait 79,3 % d'actifs dont 69 % ayant un emploi[15]. On comptait six emplois dans la zone d'emploi, contre également six en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de vingt, l'indicateur de concentration d'emploi est de 19,8 %, la zone d'emploi offre donc un peu moins d'un emploi pour trois habitants actifs[15].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les Pierres druidiques.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 7.4.1 : Le synclinal bocain, montagne aux stigmates de l’abandon » (consulté le 14 octobre 2012)
  2. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  3. Périgny sur Géoportail.
  4. Cadastre.gouv.fr
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  7. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 195-196
  8. Camille Cautru, Périgny, Notes d'Histoire, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet,‎ 1979.
  9. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 3 : Arrondissements de Vire et de Bayeux, Caen, Hardel,‎ 1857 (lire en ligne), p. 28
  10. « perigny14.fr - 8 août 1944 - Périgny (Calvados) » (consulté le 16 janvier 2011), et pages liées.
  11. Source partielle : François Lefaivre, Condé-sur-Noireau et sa communauté de communes, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet,‎ septembre 2010 (ISBN 978-2-84706-323-3), p. IX
  12. Réélection 2014 : « Dominique Mullois honore un 4e et dernier mandat », sur Ouest-france.fr (consulté le 5 avril 2014)
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  15. a et b [PDF] « Chiffres clés - Périgny - Année 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 mai 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]