Péninsule d'Avalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avalon (homonymie).
Péninsule d'Avalon
Localisation
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Terre-Neuve-et-Labrador
Coordonnées 47° 20′ 40″ N 53° 17′ 31″ O / 47.344406, -53.291931 ()47° 20′ 40″ Nord 53° 17′ 31″ Ouest / 47.344406, -53.291931 ()  
Océan Atlantique
Géographie
Superficie 10 360 km2

Géolocalisation sur la carte : Terre-Neuve-et-Labrador

(Voir situation sur carte : Terre-Neuve-et-Labrador)
Péninsule d'Avalon

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Péninsule d'Avalon

La péninsule d'Avalon, ou presque'île d'Avalon, est une péninsule très découpée du sud-est de Terre-Neuve. Elle fait presque 100 km d'est en ouest et occupe une superficie de 9 220 km2. On y trouvait en 2006 une population de 248 418 habitants, soit 49 % du total de la province[1]. Elle est reliée à la partie principale de l'île de Terre-Neuve par un isthme de 5 km de largeur et s'avance comme une pointe dans les Grands Bancs de Terre-Neuve, une des plus importantes zones de pêche dans le monde. La capitale de Terre-Neuve-et-Labrador, Saint-Jean, se situe sur la partie nord-est de la péninsule.

Géographie et géologie[modifier | modifier le code]

La côte très découpée de la péninsule d'Avalon

La péninsule d'Avalon est formée par des replis rocheux précambriens, cambriens et ordoviciens généralement orientés vers le nord-est. On trouve de nombreuses baies autour de la péninsule dont les principales sont la baie de Trinity, la baie de la Conception, la baie St. Mary's et la baie de Placentia[1].

Enchâssés dans la roche, on y trouve de nombreux fossiles du précambrien. Plusieurs Lagerstätte renferment des spécimens de la faune de l'Édiacarien. C'est à Mistaken Point que le premier fossile de cette ère fut retrouvé : l'espèce Aspidella terranovica. Les trilobites du Cambrien moyen sont presque identiques à ceux du nord du pays de Galles et de l'Angleterre et appartiennent à la province « Atlantique ». Les géologues en ont tiré une preuve de la dérive des continents[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La péninsule est un des premiers lieux colonisés par les Européens en Amérique du Nord. Le premier site anglais habité fut Cuper's Cove en 1610. Sir George Calvert obtint un grand domaine un peu plus tard où se développa Ferryland, le premier établissement permanent de Terre-Neuve.

En 1623, Calvert obtint une charte royale qui étendit les terres royales, sous le nom Province d'Avalon, à toute la péninsule et lui donnait le plein contrôle sous un mandat de palatinat. Le nom fut choisi en comparaison avec l'île d'Avalon dans le Somersetshire, où se situe Glastonbury, le premier lieu christianisé en Angleterre. Calvert, converti au catholicisme dans une Angleterre réformiste, souhaitait faire d'Avalon un refuge pour ses coreligionnaires. En 1625, il devint le premier Lord Baltimore en reconnaissance de ses efforts pour la nouvelle colonie.

Une série de crises et de catastrophes naturelles forcèrent Calvert à quitter Terre-Neuve en 1629. Il partit dans la colonie du Maryland mais sa famille continua à contrôler Avalon jusqu'en 1637 quand l'île de Terre-Neuve tout entière fut cédée à Sir David Kirke et James Hamilton (1er duc d'Hamilton). Le fils de Calvert, Cecilius Calvert, se battit contre ce changement et obtint le retour à la charte initiale en 1660 mais n'essaya jamais de reprendre le contrôle de la colonie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Quidi Vidi, près de Saint-Jean

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Robert D. Pitt, « Avalon, presqu'île », L'Encyclopédie canadienne, Historica-Dominion,‎ 2010 (consulté en 2010-09-30)
  2. « Les vies anciennes : chroniques de paléontologie canadienne Paradoxides à Avalon », Commission géologique du Canada, Ressources naturelles Canada,‎ 7 février 2008 (consulté en 2010-09-30)