Péché véniel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Péché véniel (homonymie).

On nomme péché véniel, par opposition au péché mortel, un péché qui, « n’étant pas, lui, contraire à la charité, ne la fait pas perdre, ni les autres vertus non plus[1] ».

Catégorisation[modifier | modifier le code]

Selon Thomas d'Aquin (question 77 de la Somme théologique), un péché peut être dit véniel à plusieurs titres :

  1. Lorsqu’il a en lui une cause qui diminue le péché ; ainsi, le péché d’ignorance et le péché de faiblesse sont dits véniels ;
  2. À raison de ce qui le suit : par la pénitence toute faute peut devenir vénielle, c’est-à-dire obtenir le pardon ;
  3. À cause de son genre : les paroles oiseuses par exemple. C’est seulement dans ce dernier sens que véniel s’oppose à mortel, alors que l’objection est fondée sur le premier sens.

Le Catéchisme de l'Église catholique le décrit ainsi :

1862. On commet un péché véniel quand on n’observe pas dans une matière légère la mesure prescrite par la loi morale, ou bien quand on désobéit à la loi morale en matière grave, mais sans pleine connaissance ou sans entier consentement[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Somme théologique, question 71 « La nature du péché »
  2. Catéchisme de l'Église catholique Troisième partie, Première section, Chapitre premier, Article 8, IV

Voir aussi[modifier | modifier le code]