Pèlerinage de l'Yser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La tour de l'Yser

Le pèlerinage de l'Yser (en néerlandais : IJzerbedevaart) est un rassemblement en mémoire des soldats flamands morts au front durant la Première Guerre mondiale, organisé annuellement depuis 1920 (à l'exception des années 1940 à 1945) à Dixmude en Belgique. C'est également l'occasion pour les indépendantistes flamand de rappeler le message du Frontbeweging (dont fut issu ensuite le Frontpartij) : « Plus jamais de guerre, Autonomie et Paix de Dieu » (en néerlandais : Nooit Meer Oorlog, Zelfbestuur en Godsvrede), qui fut transformé plus tard par le Comité du pèlerinage de l'Yser (organisateur de l'évènement) en « Paix, Liberté et Tolérance » (Vrede, Vrijheid en Verdraagzaamheid).

Depuis la construction de la tour de l'Yser en 1928, et son inauguration le , ce monument est le lieu de rassemblement du pèlerinage. Durant l'entre-deux-guerres, les pèlerinages gagnèrent en importance, entre autres par la propagande de Clemens De Landtsheer, jusqu'à devenir la manifestation-phare du mouvement flamand. Le Comité du pèlerinage est également un membre actif du Centre de réflexion des associations flamandes (Overlegcentrum van Vlaamse Verenigingen, OVV), un lobby politique nationaliste flamand.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, aucun grand pèlerinage ne fut organisé, seules quelques cérémonies fermées furent radiodiffusées. La présence de militaires allemands à ces cérémonies fit peser sur les flamands y participant un soupçon de collaborationnisme.

Le pèlerinage de 1946 (année de l'attentat contre la tour) fut le premier organisé par l'association du pèlerinage sur les tombes de l'Yser (VZW Bedevaart naar de Graven aan de IJzer), ou Comité du pèlerinage de l'Yser (IJzerbedevaartcomité).

Durant les années 1980, des néo-nazis et d'autres visiteurs indésirés venus de l'Europe entière se réunirent, de plus en plus nombreux, à Dixmude la veille du rassemblement. Cette présence fut à l'origine de rixes, et provoqua la honte des pèlerins flamands, qui ne trouvèrent pas immédiatement le moyen de s'en dissocier.

Le Comité du pèlerinage, sous la direction de Paul Daels et Lionel Vandenberghe, prit l'initiative d'ouvrir l'événement à un public large, entre autres par le musée de la guerre, de la paix et de l'autonomie flamande, et l'organisation d'activités célébrant la Paix, la Liberté et la Tolérance. L'aile droite du mouvement ne se reconnut pas dans cette approche, accusant le projet de concert sur le site du pèlerinage (le projet Ten Vrede) de profanation de sépulture. La rupture fut consommée en 1996 lorsque des partisans du Vlaams Blok assaillirent le podium pour protester contre la ligne du Comité, provoquant quelques affrontements.

Depuis 2003, cette frange se rassemble chaque année lors de la « Veillée de l'Yser » (IJzerwake) au monument en mémoire des frères Van Raemdonck.

Sous la présidence de Walter Baeten, le Comité chercha un équilibre entre l'accessibilité et la fidélité envers les trois idéaux originels du Frontbeweging. Le musée de la guerre, de la paix et de l'autonomie flamande, avec ses milliers de visiteurs annuels, reçut une attention particulière.

Depuis 2004, le Comité plaide pour une Flandre souveraine et membre de l'Union européenne. Le Comité se soucie également depuis 2004 de l'ouverture aux « nouveaux Flamands », issus de minorités ethniques et culturelles.

En 2012, les organisateurs du Pèlerinage invitent pour la première fois une délégation wallonne comprenant le bourgmestre d'Antoing et la famille du wallon Amé Fiévez à participer à la commémoration annuelle[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Pèlerinage de l'Yser honore un soldat wallon » dans 7sur7, 26 aout 2012, en ligne, consulté le 27 aout 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]