Pâte de coing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pâte de coing

La pâte de coing est une préparation de confiserie réalisée par la cuisson de coings et de sucre. Il s'agit à l'origine d'un procédé permettant la conservation de la chair des fruits.

Description[modifier | modifier le code]

La pâte de coing a une consistance visco-élasto-plastique, pâteuse comme son nom l'indique. Elle est souvent coupée en morceaux pour être consommée. Elle peut alors être recouverte de sucre, notamment pour la durcir et éviter qu'elle ne colle aux doigts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cognassier est originaire d'Asie Mineure et du Caucase. Les Grecs et les Romains apportèrent ce fruit en Espagne. Ils mangeaient le fruit cuit et sucré au miel. Les Romains l'utilisaient aussi pour fabriquer une liqueur de orujo (boisson alcoolisée), vin rouge et coing.

Fabrication[modifier | modifier le code]

La pâte de coing se fabrique en faisant cuire la pulpe de coing mélangée à un poids environ égal de sucre. On peut fabriquer par la même opération de la gelée de coing à partir de la partie liquide.

Il existe de nombreuses autres pâtes de fruits : abricot, pomme, poire, framboise, etc. La pâte de coing est une des plus répandues.

Fabricants[modifier | modifier le code]

L’Auvergne a été une des principales régions productrices de pâtes de fruits[1] ; elle a été aujourd'hui supplantée par le Vaucluse qui en est devenu le premier producteur[2].

Consommation[modifier | modifier le code]

La pâte de coing est un des desserts alternatifs parfois dégustés à Noël, dans la tradition méridionale des treize desserts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]