Ozonothérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ozonothérapie ou cure d'ozone est une technique de médecine non conventionnelle qui a pour but le soin de différentes affections et symptômes par l'utilisation d'ozone en concentration très faible. Les arguments en faveur[1],[2] ou contre[3],[4],[5],[6] cette pratique s'opposent et il n'existe, à l'heure actuelle, aucune étude épidémiologique ou méta-analyse des divers travaux présentés permettant de conclure à son efficacité. Aucune de ses variantes n'est agréée par l'une ou l'autre des grandes agences gouvernementales de régulation des pratiques thérapeutiques (FDA ou EMEA). Cette approche thérapeutique connaît cependant un regain d'intérêt depuis le début du XXIe siècle[7]. Historiquement cette méthode n'est pas nouvelle et a été pratiquée depuis environ la fin du XIXe siècle[8],[9].

Historique[modifier | modifier le code]

En Allemagne[modifier | modifier le code]

L'armée allemande eut recours à l'ozone pour traiter les blessures de guerre et certaines infections pendant la Première Guerre mondiale[10]. Vers 1936, le Dr Payr en Allemagne publie Les propriétés curatives et bactéricides de l’ozone. En 1972, les travaux du Dr Hans Wolff de Düsseldorf contribuent à faire connaître l’ozonothérapie.

En France[modifier | modifier le code]

Les propriétés thérapeutiques de l'ozone ont été découvertes en France en 1894, par les docteurs Labbé et Oudin[11]. En 1930, le docteur Pol Mathis publie une thèse sur l'action analgésique et stimulante de l'ozone qu'il démontre à l'aide de son appareillage Novozone. À partir de 1936 la technique se développe dans les milieux hospitaliers, à l'hôpital Beaujon de Clichy notamment. Son efficacité en médecine a été constatée depuis la fin du XIXe siècle sans effets secondaires . Pratiquée à l'hôpital Bichat au début du XXe siècle pendant plus de 30 ans[réf. nécessaire], cette thérapeutique a été abandonnée car la fabrication de l'ozone demandait des matériaux qui n'existaient pas à cette époque, et a été remplacée par les antibiotiques, puis par la cortisone, l'usage de l'eau ozonée s'est répandu pour soigner les problèmes digestifs ou de fatigue. Les coquelucheux au début du XXe siècle venaient se faire soigner à l'usine municipale de traitement de l'eau de Saint-Laurent-du-Var.

Un ingénieur lyonnais, Eugène Royer, a mis au point, en 1932, un appareil de soins médicaux par ozonothérapie produite à partir d'oxygène pur et permettant de recourir à des injections[réf. souhaitée].

En Belgique[modifier | modifier le code]

Un centre d'ozonothérapie médicale a fonctionné à Bruxelles, de 1953 à 1956 dans le domaine des infections, des brûlures, du vieillissement tissulaire et de la dermatologie en général. Ensuite, quelques médecins belges indépendants ont également utilisé cette méthode.

En Italie[modifier | modifier le code]

Le Pr Velio Bocci[12] est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'ozonothérapie[13],[14].

Principes et utilisations[modifier | modifier le code]

On peut distinguer neuf modes d'administration[10] :

  • injections intraveineuses ou intra-artérielles ;
  • insufflations rectales ;
  • injections intramusculaires ;
  • auto-transfusions (sous deux formes) ;
  • eau ozonée ;
  • injections intra-articulaires ;
  • « ozone enveloppement ( sac, bagging) » ;
  • huile ozonée ;
  • par inhalation, après barbotage, car l'ozone ne doit en aucun cas être respiré.

Cette thérapie utilise l'ozone, soit en contact direct pour traiter les affections dermatologiques, ou encore par bain, ou par auto-transfusion (le sang du patient est prélevé, puis mitigé à un mélange gazeux de type oxygène-ozone et réinjecté), soit par inhalation d'un mélange gazeux oxygène-ozone (pour traiter les affections pulmonaires) après barbotage dans de l'huile car il ne peut être respiré directement.

L'ozone est un oxydant très réactif, environ 10 000 fois plus actif que l'oxygène, toxique en grande concentration. Lors des pics de pollution dans les villes, il est le plus facile à détecter et est dans ces cas là toujours associé à plusieurs autres toxiques irritants et nocifs. L'air et ces polluants constatés lors de ces pics vont donc créer une souffrance respiratoire pour un nombre grandissant de personnes. L'ozone ne peut être respiré et les quantités utilisées sont toujours minimes.

L'utilisation d'huile ozonée permet une revitalisation des cellules par un effet retard et son efficacité est reconnue sur l'ulcère de l'estomac (détruisant l'agent responsable : l'Helicobacter pylori)[réf. souhaitée].

Odontologie et soins bucco-dentaires[modifier | modifier le code]

Application de l'ozone pour les soins dentaires.

L'utilisation de l'ozone s'utilise également en odontologie pour détruire les bactéries responsables des caries[15]. Concernant les caries dentaires toutefois, une étude de la Cochrane Collaboration établissait en 2009 : « il y a un besoin fondamental en preuves supplémentaires de rigueur et qualité appropriées avant que l’utilisation de l’ozone puisse être acceptée dans la pratique dentaire courante des soins fondamentaux ou puisse être considérée comme une alternative viable aux méthodes courantes pour la prise en charge et le traitement des caries dentaires[16]. » On trouve désormais sur le marché des appareillages de traitement des caries à l'ozone pour équiper les cabinets dentaires[17]. Cette méthode est testée au département de médecine dentaire de l'Université de Berne[18].

Analyses[modifier | modifier le code]

Le champ d'investigation de cette thérapeutique semble vaste et de nombreuses recherches existent en dentisterie, chirurgie, rhumatologie, cardiologie, gynécologie, urologie, dermatologie.

Cette thérapeutique est fortement controversée, et n'est pas reconnue dans de nombreux pays, tant sur son efficacité que sur ses dangers potentiels : le fait de ne pouvoir le respirer en fait un gaz toxique et irritant. Les méthodologies d'études scientifiques actuelles permettent de dire que les résultats de ces études sont plus que douteux[réf. nécessaire].

Autres utilisations[modifier | modifier le code]

L'utilisation de l'ozone est très fréquente pour rendre l'eau potable dans de grandes villes (Nice est la première à l'avoir utilisée). Elle est aussi utilisée comme dopage comme le montre la mise en examen du coureur cycliste Rémy Di Grégorio pendant le Tour de France cycliste 2012[19] ou la suspension de Stefan van Dijk en 2013 par la Commission antidopage belge après avoir utilisé cette thérapie[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) L Tilicki et B Rutkowski, « Ozone therapy seems to be safe, but is it really clinically effective? », the International Journal of Artificial Organs, vol. 27, no 8,‎ 2004, p. 731-732 (PMID 15478546, lire en ligne)
  2. (en) Siegfried Rilling et Renate Viebahn, The use of ozone in medicine, Heidelberg, K.F. Haug,‎ 1987, 2e éd., 187 p. (OCLC 19129598)
  3. (en) Saul Green, « Oxygenation Therapy: Unproven Treatments for Cancer and AIDS », Scientific Review of Alternative Medicine, 1997.
  4. (en) Aubrey Pilgrim et David Crawford, Scientific Review of Alternative Medicine,‎ 1997 (lire en ligne), chap. 20 (« Quackery »).
  5. (en) « Quackbusters Inc.: Hot On The Heels Of Medical Hucksters », The Scientist magazine for the life sciences
  6. (en) « So what has ozone ever done for us? », The Guardian Unlimited.
  7. (en) (it) Bibliographie (en italien et en anglais).
  8. quelques exemples.
  9. Dr A Caratzalis, « Applications thérapeutiques de l'ozone », Gazette Hebdomadaire de Médecine et de Chirurgie, vol. 3, no 6,‎ 27 janvier 1901, p. 93-94 (lire en ligne)
  10. a et b (en) Ozone Therapy : Health Technology Assessment Report, Medical Development Division, Ministry of Health, Malaysia,‎ 2005, 42 p. (lire en ligne [PDF])
  11. Paul Oudin et Donatien Labbé, Sur l'ozone considéré au point de vue physiologique et thérapeutique, Gauthier-Villars et fils,‎ 20 juillet 1894, 6 p. (OCLC 763381942, lire en ligne)
  12. [1]
  13. (en) Oxygen-ozone Therapy: a critical evaluation, p. 1-440, 2002, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht.
  14. (en) Velio Bocci ,Ozone. A new medical drug, pag. 1-295, 2005, Springer, Dordrecht
  15. (en) Longbottom C, Ekstrand K, Zero D, Kambara M. « Novel Preventive Treatment Options » Monogr. Oral Sci. 2009;21:156-63.
  16. http://cfebd.ups-tlse.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=82:-therapie-par-lozone-pour-le-traitement-de-la-carie-dentaire-&catid=41:traitement&directory=1
  17. What Is Healozone?
  18. Ozonothérapie dentaire
  19. Laurent Telo et Emmanuel Versace, envoyés spéciaux à Marseille, « Tour de France : pour les enquêteurs, Rémy di Gregorio serait au cœur d'un réseau pratiquant l'ozonothérapie » Le Monde du 14 juillet 2012.
  20. « Van Dijk suspendu 8 ans pour ozonothérapie », sur rtbf.be,‎ 30 novembre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Corson, Les Bienfaits de l'ozone, éditeur Guy Trédaniel, Paris, 1998.