OWNI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Owni)
Aller à : navigation, rechercher
Logo de OWNI

URL owni.fr
Description Site Web d'information à propos de la culture numérique
Slogan OWNI, News, Augmented
Commercial Non
Publicité Non
Type de site Pure player
Langue(s) Français, anglais
Inscription Non
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Propriétaire 22mars
Lancement [1]
État actuel Arrêté depuis le

OWNI est un site Web d'information français, basé dans le 11e arrondissement de Paris[2]. Il s'agit à l'origine d'un média de distribution libre créé par la société 22mars[3] dans le cadre de la lutte contre la loi Hadopi. Il se présente comme un digital think tank.

Des articles sont postés quotidiennement, provenant de blogs externes ou directement publiés sur le site. Certains sont regroupés dans le cadre de grands dossiers de réflexion et d'analyse (les « magazines »). Il y a généralement 2 magazines par semaine. Quelques exemples de sujets traités dans ceux-ci sont : la gestion de la vie privée[4] ou les données publiques (open data)[5].

Le modèle économique du site est à but non-lucratif et est financé par la société 22mars[2].

Le nom OWNI est l'acronyme pour Objet Web Non Identifié[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Lancé le , OWNI a aidé WikiLeaks lors de la sortie des carnets de guerre concernant l'Irak, en octobre 2010[7],[8],[9]. En décembre 2011, le site est de nouveau partenaire de WikiLeaks dans le cadre de l'opération SpyFiles[10].

Le site a été lauréat de deux prix consécutifs aux Online Journalism Awards en octobre 2010 et en septembre 2011 dans la catégorie « meilleur site en langue non-anglaise »[11] et seul finaliste non américain de South by Southwest 2011.

Le 5 décembre 2012, le site d'information Rue89 annonce que "Le site d'information Owni est sur le point de fermer". [12] Le 10 décembre 2012, le site ferme ses portes[13] et explique sur sa page d'accueil :

« Owni ne ferme pas. Owni est à vendre. Fini les partenariats avec WikiLeaks, le factchecking, le datajournalisme ; de causer de cultures et libertés numériques ; les papiers sur les enjeux économiques, politiques et sociaux du web, etc. Bye, bye ce que l’on a essayé d’être pendant trois ans. Tout ça sonne comme une fermeture. #oupas. On se met en pause. Ensemble. Toujours avec beaucoup d’idées, pour mieux continuer et défendre un média qu’on veut innovant, ambitieux et passionné. On ne tire pas le rideau. Au contraire : on ouvre. "Open Home". Une page d’accueil, un mail et un hashtag, comme un accès vers des discussions, des échanges, libres et accessibles à tous. Un coin d’invention pour après. "Owni ferme - donc on l'ouvre". Cette URL, owni.fr, notre maison, est ouverte, là, maintenant. On y est, on y pense et on y cherche. Ouverte à vos idées, à vos soutiens, aux lolcats... et aussi aux investisseurs. Si cette envie est également la vôtre, partagez-la sur Twitter avec le hashtag #OWNIoupas, envoyez cette page à vos amis, contactez-nous sur demain@owni.fr, ou participez sur notre Wiki http://wiki.owni.fr/index.php/OwniAVendre[14]. »

Le 21 décembre 2012, le site est placé en liquidation judiciaire[15]. Un message sur la page d'accueil annonce la cessation de paiement et explique que les archives resteront en ligne : "Et d'ici là, toutes les archives restent bien sûr en ligne. C'est un bien commun en Creative Commons.".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Premier article
  2. a et b Antoine Mairé, « Owni, un média venu d’ailleurs », Télérama,‎ 5 octobre 2010 (consulté le 29 octobre 2010)
  3. « Owni, », 22 mars puis OWNI SAS.,‎ mars 2009
  4. Danah Boyd, « Dossier « Google Plus, la dictature des vrais noms » », OWNI,‎ 9 août 2011 (consulté le 23 août 2011)
  5. Marie Coussin, « Dossier « Une certaine idée de l'open data » », OWNI,‎ 29 juillet 2011 (consulté le 23 août 2011)
  6. OWNI, « OWNI in the sky », OWNI,‎ 4 janvier 2012 (consulté le 4 janvier 2012)
  7. Antoine Mairé, « Comment les Français d’Owni ont aidé WikiLeaks à faire courir la fuite », Télérama,‎ 25 octobre 2010 (consulté le 29 octobre 2010)
  8. « OWNI, la plate-forme française qui a aidé WikiLeaks », Le Point,‎ 23 octobre 2010 (consulté le 29 octobre 2010)
  9. Arthur Bayon, « "The Iraq Warlogs" : quand Owni collabore avec WikiLeaks », journ@lisme.info,‎ 23 octobre 2010 (consulté le 29 octobre 2010)
  10. Claire Arsenault, « "The Iraq Warlogs" : quand Owni collabore avec WikiLeaks », RFI,‎ 2 décembre 2011 (consulté le 7 décembre 2011)
  11. « Online Journalism Awards honor the best of the best »,‎ 30 octobre 2010 (consulté le 30 octobre 2010)
  12. [1] - Rue89
  13. (fr) Owni, ô désespoir - Écrans
  14. (fr) OwniAVendre - Owni
  15. Fermeture du site Owni.fr

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]