Ovadia Yosef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ovadia Yossef)
Aller à : navigation, rechercher
Rav Ovadia Yosef
Image illustrative de l'article Ovadia Yosef
Le Rav Ovadia Yosef, en 2006.
Présentation
Nom de naissance Ovadia Yosef
Naissance
Bagdad, Irak
Décès (à 93 ans)
Jérusalem, Israël
Ses maîtres Rav Ezra Attia
Ses disciples Shlomo Amar
Épouse 1 Margalit Yosef née Fattal
Enfants 1 Adina Bar-Shalom, Rav Yaakov Yosef, rav Avraham Yosef, Yaffa Cohen, Rav Yitshak Yosef, Rivka Tchakotaï, Sarah Toledano, Rav David Yosef, Léa Botbol, Rav Moshe Yosef
Le Rav Ovadia Yosef, en 2007.

Ovadia Yosef (en hébreu : רב עובדיה יוסף), né le à Bagdad en Irak et décédé le à Jérusalem, Israël, est un ancien grand-rabbin séfarade d'Israël, décisionnaire rabbinique de grande renommée et leader spirituel du parti politique israélien séfarade et religieux Shass.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ovadia Yosef est né le 23 septembre 1920 (11 Tishri 5681) à Bagdad. Ses parents sont Yaakov Ben et Gorgia Ovadia[1]. Le père d'Ovadia Yosef est un commerçant (épicier).

Ovadia Yosef émigre en Palestine mandataire à l'âge de 4 ans, et étudie à la Yechiva Porat Yossef dans la vielle ville de Jérusalem. Le grand-rabbin séfarade Rav Meir Ouziel lui donne son titre de rabbin à l'âge de 20 ans.

Il se marie à l'âge de 24 ans avec Margalit Fettal, la fille d'un rabbin connu, d'origine syrienne, le rabbin Avraham Fettal[2]. Ils ont 11 enfants.

Entre les années 1947 et 1950, il préside le Grand Tribunal rabbinique du Caire en Égypte. En 1968, le Rav Ovadia Yosef est nommé grand-rabbin de Tel Aviv. Élu pour 10 ans, il obtient le titre de Rishon Letsion, grand-rabbin séfarade d'Israël en 1973.

C'est à ce poste qu'il aura en 1973 à se prononcer (positivement), en faveur de la judaïté des Falashas (juifs d'Éthiopie). Il se distingue en cela des positions conservatrices d'autres responsables juifs orthodoxes, de même qu'il autorise plusieurs centaines de femmes agounot à se remarier alors que leurs époux étaient portés disparus pendant la guerre du Kippour[3].

Dans les années 1980, il encourage la scission des Séfarades du parti Agoudat Israël (avec le Rav Shach), scission qui donne naissance au puissant parti religieux séfarade israélien, le Shass. Ovadia Yosef en est depuis le principal dirigeant spirituel. Les Juifs séfarades s'estimant discriminés par les élites juives ashkénazes en Israël sont alors reconnaissants envers lui, ce qui conduit le journaliste Marius Schattner à considérer que la « mobilisation de l'électorat séfarade lui a permis de s'imposer comme faiseur de rois de la quasi-totalité des gouvernements israéliens depuis trente ans »[3].

Chez ses partisans, le Rav Ovadia Yosef est réputé pour sa mémoire phénoménale et sa connaissance de toutes les sources de la halakha à travers les siècles. Pour beaucoup de séfarades religieux, en Israël et dans le monde, le rav Yosef a donc des facultés extraordinaires, qui donnent un poids important à ses décisions rabbiniques. Dans celles-ci, le Rav cite parfois des centaines d'ouvrages de halakha pour appuyer sa position.

Le Rav Ovadia Yosef a écrit de nombreux ouvrages et en particulier trois responsa : Yéh'avé Daat,Yabiya Omer et H'azon Ovadia.

Son fils, le Rav Yitshak Yosef est l'auteur de la série de livres Yalkout Yosef, qui traitent de tous les domaines de la halakha selon les directives et les décisions rabbiniques de son père.

Accusé d'avoir projeté de le tuer, le Franco-palestinien Salah Hamouri a été condamné à une peine de sept ans de prison.

Le rabbin Ovadia Yosef décède le lundi 7 octobre 2013 (3 Heshvan 5774) à Jérusalem et est enterré juste avant onze heures du soir au cimetière de Sanhédriah, à côté de son épouse, Margalit, décédée en 1994[4]. Plus de 850 000 personnes assistent aux funérailles, selon le New York Times, soit un dixième de la population d'Israël[5],[6],[7],[8].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Le Rav Yosef est connu pour avoir pris des décisions « libérales » qui lui valent une immense popularité[9]. Mais sur le tard, ses « dérapages » provoquent plusieurs polémiques.

En 2001, Rav Ovadia Yosef a appelé à l'« annihilation » des Arabes ; l'Autorité palestinienne a réagi en demandant qu'il soit considéré comme un criminel de guerre par les organisations internationales, tandis que le porte-parole du Shass, Yitzhaq Suderi, a défendu les propos du rabbin en affirmant qu'ils ne visaient que les assassins et les terroristes[10].

En 1993, il qualifie le premier Premier ministre d'Israël, David Ben Gourion de « démon »[3]. En octobre 2010, il estime que « Les goyims [non juifs] n'ont de place dans le monde que pour servir le peuple d'Israel. »[11]. Il ajoute que, « avec les gentils, ce sera comme toute personne, ils doivent mourir, mais [Dieu] leur donnera longévité. Pourquoi? Imaginez que l'âne de quelqu'un meurt, ils perdraient leur argent. C'est son servant. C'est pourquoi il a une longue vie, pour bien travailler pour ce juif. »[12]. Ces propos ont été dénoncés par l'ADL.

En août 2012, lors d'un sermon hebdomadaire, Ovadia Yosef a déclaré que les juifs devaient prier pour l'anéantissement de l'Iran[13]. Il fait un lien qu'il a fait entre les Palestiniens les « fourmis » et les « serpents », son appel à la mort du président Mahmoud Abbas et sa description des non-Juifs comme étant « nés seulement pour servir (les Juifs) »[13],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Isabel Kershner. Rabbi Ovadia Yosef, Spiritual Leader Of Israel's Sephardic Jews, Dies at 93. The New York Times, Tuesday, October 8, 2013, p. A25.
  2. Le nom est orthographié comme "Fatal". Voir, (en) Rabbi Raphael Fuchs. The Petirah Of A Torah Giant: Maran HaGaon Harav Ovadia Yosef. The View From The Beis Medrash. The Jewish Press, New York, Friday, October 11, 2013, p. 20.
  3. a, b, c et d Cyrille Louis, « Disparition d'un "géant de la Torah" », sur Le Figaro,‎ mardi 8 octobre 2013
  4. Voir, (en)Rabbi Ovadia Yosef Dead: Head Of Shas, Israel Sephardic Jews At 93. Huffington Post, October 7, 2013.
  5. Voir, (en) Isabel Kershner. Rabbi Ovadia Yosef, Influential Spiritual Leader in Israel, Dies at 93. The New York Times, Monday, October 7, 2013.
  6. Les deux candidats au poste de maire de New York en novembre 2013 commentent le décès de Ovadia Yosef. Voir, Vilensky and John Surico. Rabbi Mourned in New York, Becomes Divisive Issue in Mayoral Race. The Wall Street Journal, October 7, 2013.
  7. Voir, Laurent Zecchini. Ovadia Yossef, le plus influent rabbin d'Israël est mort. Le Monde, 7 octobre 2013.
  8. Voir, Les immenses funérailles du rabbin Ovadia Yossef à Jérusalem. Le Monde, 8 octobre 2013.
  9. Le décisionnaire si humain
  10. (en) « Rabbi calls for annihilation of Arabs », BBC News, 10 avril 2001
  11. Haaretz, article du 20 octobre 2010 intitulé "ADL slams Shas spiritual leader for saying non-Jews 'were born to serve Jews'"
  12. (JTA) Jewish Telegraphic Agency, article du 18 octobre 2010 intitulé "Sephardi leader Yosef: Non-Jews exist to serve Jews". Citation originale: « With gentiles, it will be like any person: They need to die, but God will give them longevity. Why? Imagine that one’s donkey would die, they’d lose their money. This is his servant. That’s why he gets a long life, to work well for this Jew »
  13. a et b (en) « Shas spiritual leader calls on Jews to pray for annihilation of Iran », Haaretz, 26 août 2012