Ouvroir de grammaire potentielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Ouvroir de grammaire potentielle (OuGraPo) a été ouvert le 21 octobre 2002 par Luc Bentz. Extension indépendante de l'Ou-X-Po, il réunit en son sein principalement des lecteurs et participants d'un forum de discussion consacré à la langue française[1].

L'OuGraPo explique dans son manifeste qu'il « s'agit bel et bien, à la manière du “surjonctif” de Queneau, de créer des éléments qui n'existent pas, mais pourraient exister, et dont la rareté ou les subtilités d'emploi expliquent sans doute qu'ils aient échappé à la sagacité des linguistes et grammairiens ».

Jouant avec la grammaire française, explorant des possibilités que la langue n'a pas (encore) jugé bon de mettre en œuvre, ses membres communiquent et échangent principalement dans le forum sus-cité et par courrier électronique. Les échanges publics, donc archivés, peuvent être consultés[2].

L'OuGraPo a été créé par Luc Bentz, Dominique Didier, Pierre Hallet, Vincent Ramos, Alain Zalmanski. La participation des lecteurs du forum de langue française et des membres de la liste OuLiPO est aussi notable.

Parmi les principales créations grammaticales de l'OuGraPo, il faut citer, dans le désordre : le surjonctif (que nous chantassassions, que vous glapississiez), les démonstratifs du lointain (cêtui, cels hommes), le pronom personnel « sui » (ils sui sont succédé) le contre-auxiliaire (les oiseaux s'ayant tu, les poules s'ont couché), des numéraux plus réguliers (septeize, octoze, noveize) ou encore le surconditionnel (il aimerarait, nous aurarions été).

Certains des travaux de l'OuGraPo — du moins ceux qui ont dépassé le stade du brouillon — sont librement consultables surdansà (préposition ougrapienne permettant de résoudre l'épineux problème suivant : sachant que la sur-utilisation de sur en remplacement d'autres prépositions est critiquée par les puristes et que ceux-ci ne semblent pas s'accorder sur celle qu'il faut utiliser pour traduire l'idée d'aller sur / dans ou à une page web, il est proposé que surdansà résoudra le problème en question) leur site officiel, hébergé surdansà le site personnel de Luc Bentz, consacré à des aspects plus sérieux (quoique) de la langue française.

Plus qu'un simple jeu, l'OuGraPo, dans les débats passionnés qui animent le forum de langue française, propose aussi en filigrane une réflexion sur la notion de norme grammaticale.

On peut conclure cet article par une citation fictive utilisant un subjonctif futur :

  • Mon enfant, ma sœur
  • Songe à la douceur
  • Que tous deux serussions ensemble.
    • Humbert Humbert Baudelaire, les Leurres du Mâle, manuscrit F765X, archives de l'hôpital de Charenton-le-Pont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vincent Ramos, « Contre la pauvreté grammaticale de la langue et pour un français enrichi », dans Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt (dir.), Les Linguistes et la norme, Peter Lang, collection « Sciences pour la communication », Berne, 2007, ISBN 3-03911-216-3.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]