Ouvrage du Hochwald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouvrage du Hochwald
Le bloc 6, sur lequel on voit les créneaux pour canon de 75 mm, la cloche GFM à gauche et la cloche JM à droite.
Le bloc 6, sur lequel on voit les créneaux pour canon de 75 mm, la cloche GFM à gauche et la cloche JM à droite.

Type d'ouvrage Gros ouvrage d'artillerie
Secteur
└─ sous-secteur
secteur fortifié de Haguenau
└─ sous-secteur de Pechelbronn
Numéro d'ouvrage E 700
Année de construction 1929-1940
Régiment 22e RIF et 156e RAP
Nombre de blocs 14 + 9 casemates
Type d'entrée(s) Entrée des munitions (EM)
+
Entrée des hommes (EH)
Effectifs 1 050 hommes et 41 officiers
Coordonnées 48° 59′ 04″ Nord 7° 50′ 01″ Est / 48.9845, 7.8337 ()  

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Ouvrage du Hochwald
Ouvrage du Hochwald

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ouvrage du Hochwald
Ouvrage du Hochwald

L'ouvrage du Hochwald est un ouvrage fortifié de la ligne Maginot, situé sur la commune de Drachenbronn-Birlenbach, dans le département du Bas-Rhin.

C'est un gros ouvrage d'artillerie, comptant dix-neuf blocs. Construit à partir de 1930, il a été légèrement abimé par les combats de , puis par les sabotages allemands de 1945, avant d'être réparé au début de la guerre froide pour servir de base radar.

Le Hochwald est le plus grand ouvrage de la ligne Maginot en Alsace. Il est également unique sur toute la Ligne de par sa complexité technique, sa superficie, ses équipements, son nombre de blocs, etc. Avec son fossé et les casemates associées, c'était même l'un des plus gros ouvrage de la Ligne, au point que l'appellation « ensemble fortifié » a été préférée à « ouvrage »[1].

Position sur la ligne[modifier | modifier le code]

Faisant partie du sous-secteur de Pechelbronn dans le secteur fortifié de Haguenau, l'ouvrage du Hochwald, portant l'indicatif E 700 (O 703 pour l'ouvrage Ouest et O 720 pour l'ouvrage Est), est intégré à la « ligne principale de résistance » entre les casemates CORF d'intervalle de Schmeltzbach Est à l'ouest et de Drachenbronn Nord à l'est, à portée de tir des canons des gros ouvrages du Four-à-Chaux (O 600) plus à l'ouest et du Schœnenbourg (O 800) plus à l'est[2].

L'ouvrage est installé de part et d'autre du Hochwald, une crête culminant à 491 mètres (là où se trouve la casemate 4 du fossé) couverte par la forêt domaniale de Hochwald, dominant d'un côté à l'est Pfaffenbronn et Lembach, de l'autre la plaine d'Alsace.

Description[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est composé en surface de onze blocs de combat (sans compter les neuf casemates de son fossé, qui ne sont pas reliées par souterrain) et de trois blocs d'entrée, avec en souterrain des magasins à munitions (un M 1 et plusieurs M 2), deux usines (avec quatre groupes électrogènes Sulzer de 240 chevaux à l'usine ouest et de quatre autres de 135 chevaux à l'usine est) et deux casernes (l'une à l'ouest, l'autre à l'est), le tout relié par des galeries profondément enterrées[3].

Les blocs sont séparés en trois groupes de chaque côté de la forêt : les blocs est, les blocs ouest et les blocs arrières (entrées).

Hochwald Est

Indicatif O 720.

Hochwald Ouest

Indicatif O 703.

  • Le bloc 12 est une casemate d'artillerie flanquant vers l'ouest avec deux créneaux pour canon de 75 mm modèle 1929, une cloche VDP (indicatif O 8 rattaché au Four-à-Chaux) et une cloche GFM.
  • Le bloc 13 est une casemate mixte d'artillerie et d'infanterie flanquant vers l'ouest, avec un créneau pour lance-bombes de 135 mm, un créneau mixte pour JM/AC 47 (jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47 mm), un créneau pour JM, deux cloches GFM et une cloche LG.
  • Le bloc 14 est un bloc d'artillerie, avec une tourelle de 135 mm, une cloche VDP (indicatif O 9 rattaché au Hochwald Ouest) et une cloche GFM.
  • Le bloc 15 est un bloc d'infanterie avec une tourelle de mitrailleuses et une cloche GFM.
  • Le bloc 16 est un coffre double de contrescarpe, équipé avec deux créneaux pour canon de 75 mm R modèle 1932, deux créneaux pour JM, deux créneaux pour mortiers de 50 mm et deux cloches GFM.
Entrées
Vue du bloc 9 (EH Ouest) en 2009.
  • L'entrée des hommes Est, ou bloc 7, est une entrée en puits, armée avec deux créneaux mixtes pour JM/AC 47 et deux cloches GFM.
  • L'entrée des hommes Ouest, ou bloc 9, est une entrée en puits, armée avec un créneau mixte pour JM/AC 47, une cloche GFM et une cloche LG.
  • L'entrée des munitions, ou bloc 8, est une entrée de type A de plain-pied, armée avec deux créneaux mixtes pour JM/AC 47 et deux cloches GFM.
Casemates du fossé

Les casemates de fossé du Hochwald on toutes étés détruites à l'explosif par les Allemands lors de leur départ du site. Seule la casemate 3 a été reconstruite dans les années 1950. Bien que rongée par la rouille cette casemate est restée intact depuis, étant sur un terrain militaire. Selon certaines sources[4], les casemates 2, 5 et 6 auraient également été équipées chacune avec un canon de 37 mm, ceci n'étant pas vérifié à l'heure actuelle.

  • Casemate 1 : casemate de fossé simple flanquant vers l'ouest, avec un créneau mixte pour JM/AC 47, un autre créneau pour JM et une cloche GFM.
  • Casemate 2 : casemate de fossé simple flanquant vers l'ouest, avec deux créneaux pour JM, une cloche JM et une cloche GFM.
  • Casemate 3 : casemate de fossé simple flanquant vers l'ouest, avec quatre créneaux pour JM (sur deux étages) et une cloche GFM.
  • Casemate 4 : casemate de fossé double, avec quatre créneaux pour JM, deux cloches JM et une cloche GFM.
  • Casemate 5 : casemate de fossé simple flanquant vers l'est, avec deux créneaux pour JM, une cloche JM et une cloche GFM.
  • Casemate 6 : casemate de fossé simple flanquant vers l'est, avec quatre créneaux pour JM (sur deux étages) et une cloche GFM.
  • Casemate 7 : casemate de fossé simple flanquant vers l'est, avec deux créneaux pour JM, une cloche JM et une cloche GFM.
  • Casemate 8 : casemate de fossé simple flanquant vers l'est, avec deux créneaux pour JM et deux cloches GFM.
  • Casemate 9 : casemate de fossé simple flanquant vers l'est, avec un créneau mixte pour JM/AC 47, un autre créneau pour JM, une cloche JM et une cloche GFM.
Bloc observatoire

Le bloc 20 est un bloc observatoire équipé d'une cloche VDP et une cloche GFM (indicatif O 7 rattaché au Hochwald Est). Ce bloc n'est pas relié à l'ouvrage par une galerie.

Réduit

Le réduit du Hochwald est un ouvrage inachevé. L'entrée du réduit est une entrée des munitions (EM) partiellement réalisée. La galerie de l'ouvrage a été laissée en l'état et est donc particulièrement intéressante pour découvrir les différents stades de la construction. Une galerie de liaison jusqu'à l'entrée des hommes est également présente, mais seul le bas du bloc a été réalisé. L'ouvrage étant sur un terrain militaire, son accès est strictement interdit[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Soldats américains devant le bloc 13 en 1944.

L'ouvrage du Hochwald abrite aujourd'hui la base aérienne 901 Drachenbronn de l'Armée de l'air et est de ce fait totalement fermé au public à l'exception du musée Pierre Jost (installé dans le M 1), qui est ouvert pendant les journées du patrimoine en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Bernard Wahl, Il était une fois la ligne Maginot, Bentzinger,‎ avril 1999, 436 p. (ISBN 2906238856)
  2. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 3, p. 129 et 135.
  3. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 3, p. 136-137.
  4. Selon le Denkschrift über Francözische landesbefestigung (mémorandum sur les fortifications françaises).
  5. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 3, p. 135-137.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Bernard Wahl, Hochwald : une forteresse en Alsace : historique d'un géant de la ligne Maginot, Ostwald, les Éd. du Polygone,‎ 1999, 192 p. (ISBN 2-913832-01-6).
  • Jean-Yves Mary, Alain Hohnadel, Jacques Sicard et François Vauviller (ill. Pierre-Albert Leroux), Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 1, Paris, éditions Histoire & collections, coll. « L'Encyclopédie de l'Armée française » (no 2),‎ 2000 (réimpr. 2001 et 2005), 182 p. (ISBN 2-908182-88-2).
    • Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 2 : Les formes techniques de la fortification Nord-Est,‎ 2001, 222 p. (ISBN 2-908182-97-1).
    • Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 3 : Le destin tragique de la ligne Maginot,‎ 2003, 246 p. (ISBN 2-913903-88-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Localisation
Descriptions et photos

Articles connexes[modifier | modifier le code]