Ouverture solennelle 1812

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouverture solennelle 1812
Op. 49
Увертюра 1812 года
Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski
Durée approximative env. 15 min
Dates de composition 1880
Création
Moscou

L’Ouverture solennelle 1812 en mi bémol majeur, op. 49, également appelée L'Année 1812 ou Ouverture 1812 (en russe : Увертюра 1812 года [Ouviertyoura 1812 goda]), est une ouverture solennelle de Piotr Ilitch Tchaïkovski, composée entre septembre et novembre 1880 pour commémorer la victoire russe dans les guerres napoléoniennes.

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de L'Année 1812
Bois
piccolo, 2 flûtes, 2 hautbois, 1 cor anglais,

2 clarinettes (en si♭), 2 bassons

Cuivres
4 cors (en fa), 2 cornets (en si♭), 2 trompettes (en mi♭),

3 trombones (2 ténors et 1 basse), 1 tuba

Percussions
timbales, cymbales, grosse caisse, cloches,

tambourin, triangle, tambour militaire,

4 cloches (en carillon ou tubulaires en mi♭, fa, sol, si♭), canon,

Cordes
premiers violons, seconds violons, altos, violoncelles, contrebasses
Orchestre militaire (ad libitum)
4 cors (en fa), 2 cornets (en si♭),

2 trombones, 1 tuba, tambours militaires

Analyse[modifier | modifier le code]

Ouverture solennelle 1812.

L’Ouverture solennelle 1812 commence par le chant militaire russe Dieu, sauve ton peuple, annonçant l'entrée en guerre de la Russie contre la France. Celui-ci est suivi de chants solennels évoquant la victoire pour la Russie. Ensuite vient le thème des armées en marche annoncé par les cors. La victoire française à la bataille de la Moskowa et la prise de Moscou sont représentées par l'hymne national français : La Marseillaise. Ensuite, deux thèmes issus de chants populaires russes annoncent les futurs revers de Napoléon. Un diminuendo représente la retraite de Napoléon hors de Moscou (octobre 1812). Arrivent enfin les coups de canon représentant l'avancée russe à travers les lignes françaises. Puis, les cloches et les salves de canon célèbrent la victoire de la Russie et la défaite française. Dieu sauve le tsar, l'hymne impérial russe, retentit alors, en opposition avec La Marseillaise entendue précédemment. Durant la période soviétique, le thème de l'hymne Dieu sauve le tsar fut souvent remplacé par celui du chœur final de l'opéra Une vie pour le tsar de Mikhaïl Glinka.

Le thème principal de cette œuvre, joué à la fin par les trompettes, peut être aisément joué – bien que cela n'ait pas été prévu pour – à la trompette naturelle ou à la trompette de cavalerie en mi♭ puisque les notes constituent les harmoniques naturelles.

Tchaïkovski dit de cette œuvre :

« L'ouverture sera très explosive et tapageuse. Je l'ai écrite sans beaucoup d'amour, de sorte qu'elle n'aura probablement pas grande valeur artistique. »

La première représentation de l'Ouverture 1812 eut lieu à Moscou le 8/20 août 1882, sous la direction d'Ippolit Altani, lors de la consécration de la Cathédrale du Christ Sauveur érigée en commémoration de la guerre contre Napoléon Ier. Son exécution dure une quinzaine de minutes.

En 1881 (?), Tchaïkovski arrangea l'Ouverture 1812 pour piano à quatre mains et pour piano à deux mains.

Emprunts[modifier | modifier le code]

En 1965, le finale apparaît dans le film Help! de Richard Lester avec les Beatles, lors d'une scène de bataille sur le site de Stonehenge.

En 1970, Ken Russell l'emploie vers la fin de The Music Lovers, film biographique sur la vie de Tchaïkovski, elle est utilisée pour une scène grandiloquente et délirante évoquant le succès du compositeur.

En 1971, Woody Allen utilise cette ouverture dans une scène de son film Bananas.

En 1983, Michael Apted l'utilise dans son film Gorky Park où, notamment, les coups de canon couvrent le bruit de coups de feu.

En 1989, dans le film Le Cercle des poètes disparus de Peter Weir, le thème de l'ouverture est sifflé par John Keating.

En 1991, Frank Zappa l'utilise dans son album Make A Jazz Noise Here, dans la chanson intitulée Big Swifty.

En 1994, on trouve cette ouverture lors du concert célébrant la fête nationale américaine à la fin du film Blown Away de Stephen Hopkins.

Toujours en 1994, une publicité pour le jeu de société Siège utilise un extrait du final.

En 1998, le final apparaît dans la série télévisée d'animation Les Simpson, lors de l'épisode La Malédiction des Simpson (Lisa the Simpson) pendant un documentaire intitulé When Buildings Collapses.

En 1999, durant les élections européennes, L'Année 1812 a été utilisée par le Front national, pour un clip de campagne.

En 2000, le thème final arrangé fut utilisé comme musique d'ouverture du jeux vidéo Risk II sur PC.

En 2002, le thème des armées en marche est utilisé dans l'épisode 1 de la saison 4 de la série TV Farscape ainsi que dans la saison 4 épisode 17 de la série TV Malcolm in the middle.

En 2006, cette œuvre de Tchaïkovski a été utilisée dans le film V pour Vendetta. Dans la bande dessinée V pour Vendetta, le héros faisait une mise en scène où, seul devant la partition de cette ouverture, il se comportait comme un chef d'orchestre et faisait exploser deux organes du pouvoir.

En 2009, le morceau est utilisé pour le feu d'artifice du 14 juillet tiré depuis la Tour Eiffel, commémorant par la même occasion les 120 ans de l'édifice.

En 2009, une partie du morceau est utilisée dans le jeu vidéo Ratchet and Clank: A Crack in Time quand le joueur utilise le TELT V.

En 2010, le morceau est réadapté pour la publicité « Notoriously good » produite pour la compagnie de bière Sleeman.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]