Ours d'Aoste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Ours.
Ours d’Aoste
Image illustrative de l'article Ours d'Aoste
Décès VIe siècle 
Aoste
Vénéré à Collégiale de Saint-Ours, Aoste
Vénéré par Église catholique romaine
Fête 1er février, parfois le 17 juin
Attributs en tenue d'archidiacre tenant un livre, des oiseaux sur l’épaule (il était gentil envers la gent ailée) ; portant un habit de fourrure sur ses tenues religieuses ; frappant un rocher pour en faire jaillir de l'eau ; ou offrant ses chaussures à un pauvre.
Saint patron Ivrée; invoqué pendant une naissance, pour les enfants morts sans baptême, contre les faiblesses, les maladies rénales et le rhumatisme

Ours d’Aoste fut un prêtre irlandais du VIe siècle, qui prêta service dans l'église Saint-Pierre à Aoste, qui aujourd'hui porte son nom.

Histoire et légende[modifier | modifier le code]

Ermite, personne très simple et discret, il évangélisa la région de Digne. Opposant à l’arianisme, il se dédia à la prière et à la charité. Il servit saint Joconde, évêque d’Aoste, comme archidiacre. Quand Plocéan, un arien, devint évêque d’Aoste, Ours et d’autres quittèrent la cathédrale d'Aoste et s’installèrent sur le site actuel de Saint-Ours, qui se trouve au centre du bourg Saint-Ours, faisant en sorte que le centre de la ville d'Aoste ait deux pôles. Cette division nous est parvenue jusqu'à nos jours.

Selon la tradition, il apprit aux Ayassins l'art de la gravure des sabots : les sabotiers d'Ayas sont aujourd'hui connus partout en Vallée d'Aoste pour leur habileté. Nous ne disposons pas de données certaines à propos de sa mort, mais la date semble être précise : le premier février.

Il est le saint-patron de beaucoup de communes valdôtaines, et le saint le plus populaire en Vallée d'Aoste. Il est fêté le 1er février en Vallée d'Aoste, le 17 juin dans d'autres régions.

Il semble toutefois que l'origine irlandaise de Saint Ours soit une pure invention du chanoine et hagiographe Jean Ludovic Vaudan (1554). En effet aucun texte liturgique ou historique antérieur à cette date ne fait référence à cette prétendue origine.

Saint Ours est connu par deux documents : une Vie du IXe ‑ Xe siècle qui appartient au codex de l'abbaye de Farfa écrite par un ecclésiastique valdôtain fin VIIIe début IXe siècle et un second texte inclus dans le légendaire du XIIIe siècle de la collégiale et qui remonte au XI/XIIe siècle[1]

Une foire millénaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Foire de Saint-Ours.

La foire plus importante de la vallée d'Aoste, qui a lieu à Aoste le 30 et 31 janvier, est dédié à saint Ours. Selon la légende, la première foire fut organisée en l'an 1000. Il s'agit d'une foire de l'artisanat local et d'une occasion de rencontre pour la population, pour admirer les œuvres des artisans du bois et de la pierre, aussi bien que les groupes folkloriques valdôtains. Cette foire, avec sa chaleur, son hospitalité, ses couleurs et sa vivacité, chaque année attire des milliers de visiteurs, italiens, français, suisses.

Une autre foire de l'artisanat est dédiée à saint Ours, elle a lieu à la mi-janvier à Donnas, dans la basse vallée d'Aoste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Mariagrazia Vacchina Qui étions-nous ?, Musumeci éditeur, Aoste 1989 (ISBN 8870323102) p. 256

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (la) Anonyme, Vita Beati Ursi (XIe ou Xe siècle)
  • (fr) Nicolas-Joconde Arnod, Vie de saint Ours, (1668)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :