Ouroup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la rivière de Russie, voir Ouroup (rivière).
Ouroup
Уруп (ru)
得撫島
 (ja)
Vue satellite d'Ouroup.
Vue satellite d'Ouroup.
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Archipel Îles Kouriles
Localisation Mer d'Okhotsk, océan Pacifique
Coordonnées 45° 56′ 00″ N 150° 02′ 00″ E / 45.933333, 150.033333 ()45° 56′ 00″ N 150° 02′ 00″ E / 45.933333, 150.033333 ()  
Superficie 1 430 km2
Point culminant Vyssokaïa (1 426 m)
Géologie Île volcanique
Administration
District fédéral Extrême-Orient
Sujet fédéral Oblast de Sakhaline
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+12

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Sakhaline

(Voir situation sur carte : Oblast de Sakhaline)
Ouroup
Ouroup

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Ouroup
Ouroup
Îles de Russie

Ouroup (en russe Уруп Urup, en japonais ウルップ島/得撫島 Urupputô) est une île inhabitée de l'archipel des îles Kouriles. Après une période de souveraineté japonaise incontestée (1875-1945), elle est rattachée depuis 1947, avec l'archipel entier, à l'oblast de Sakhaline en Russie. Souvent décrite comme l'île la plus au sud des Kouriles septentrionales, il est arrivé qu'elle soit classée, notamment au Japon, parmi les Kouriles centrales (中千島 Nakachishima), voire les Kouriles méridionales (南千島 Minamichishima).

L'île est allongée selon un axe nord-est sud-ouest : elle s'étire sur 116 km du cap Van der Lind au Castricum et sa superficie est de 1 430 km2. Ouroup compte 4 alignements volcaniques avec 25 volcans dont 4 actifs. Le point culminant se situe au mont Vyssokaïa (1 426 mètres).

Connue par ouïe-dire des Japonais qui administraient le Nord du Japon (le clan Matsumae étant installé sur l'actuelle île d'Hokkaidô depuis le XVIe siècle), Ouroup fut « découverte » en 1643 par le navigateur hollandais Vries qui en dessina une carte erronée, la prenant pour une partie de l'Amérique. Le peuplement de l'île par les autochtones aïnous semble avoir seulement été épisodique. L'explorateur japonais Mogami Tokunai, commandité par le gouvernement central, la visita une première fois en 1786. Attirée par l'abondance des loutres de mer, qui fournissaient de précieuses fourrures, une petite colonie russe dirigée par Zvezdochetov s'y installa durant la décennie 1795 - 1805 en un lieu baptisé "Slavorossiia", ce qui n'empêcha le fonctionnaire Toyama Genjûrô d'ériger en 1801 une stèle affirmant l'appartenance de l'île au Japon. Son statut fut discuté lors des négociations du premier traité russo-japonais de 1855, qui accorda finalement l'île à la Russie. En septembre de la même année, elle fut brièvement occupée par un détachement naval franco-anglais, dans le cadre des opérations de la guerre de Crimée, et baptisée « l'Isle de l'Alliance » par le commandant Simonet de Maisonneuve. Après en avoir pris officiellement possession aux noms de l'empereur Napoléon III et de la reine Victoria, on nomma un insulaire aléoute gouverneur provisoire. Mais le traité de Paris de 1856 restitua à la Russie ses territoires occupés[1]. En 1875, l'île redevint japonaise en vertu du traité d'échange de Sakhaline contre les îles Kouriles. Elle fut reprise par les forces soviétiques en 1945, et ne fait pas partie des îles que le gouvernement japonais revendique depuis les années 1960 sous l'appellation de « Territoires du Nord ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Mormanne : "La prise de possession de l'île d'Urup par la flotte anglo-française en 1855", revue Cipango, Cahiers d'études japonaises, n° 11 hiver 2004 pp. 209–236.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :