Ouroborus cataphractus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ouroborus cataphractus

Description de cette image, également commentée ci-après

Ouroborus cataphractus

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Scincomorpha
Famille Cordylidae

Genre

Ouroborus
Stanley, Bauer, Jackman, Branch &
Le Fras Nortier Mouton, 2011

Nom binominal

Ouroborus cataphractus
(Boie, 1828)

Synonymes

Statut de conservation UICN

( VU )
VU A2d : Vulnérable

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 06/06/81

Ouroborus cataphractus, unique représentant du genre Ouroborus, est une espèce de sauriens de la famille des Cordylidae[1]. En français, elle est appelée Zonure ou Cordyle cataphracte ou lézard d'Armardille.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique d'Afrique du Sud[1]. Elle se rencontre dans l'Ouest des provinces du Cap-Occidental et du Cap-du-Nord. Elle vit dans les reg.

Description[modifier | modifier le code]

Deux Ouroborus cataphractus
Ouroborus cataphractus

Ce lézard peut atteindre plus de 50 cm. Il possède de larges écailles sur tout le dessus du corps, disposées par rangées latérales, et, derrière la tête, il a fréquemment des protubérances épineuses.

C'est une espèce ovovivipare qui se reproduit à 3 ans et a un petit par année. L'incubation est de 4 à 6 mois.

Il se nourrit de gros insectes.

Éthologie[modifier | modifier le code]

En cas de danger, le cordyle cataphracte se roule en boule, comme un tatou (ce à quoi il doit son nom anglais "armadillo lizard", lézard tatou) ou un hérisson ; à l'instar de l'ouroboros, à la différence près qu'il saisit sa queue dans sa gueule. Ainsi, son ventre est protégé par une armure d'écailles et de piquants, et cela suffit généralement à dissuader les éventuels prédateurs de se saisir de l'animal. Il peut aussi se défendre grâce à sa queue épineuse.

En captivité[modifier | modifier le code]

Cette espèce est souvent rencontrée chez les herpétophiles.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Boie, 1828 : Über eine noch nicht beschriebene Art von Cordylus Gronov. Cordylus cataphractus Boie. Nova Acta Academiae Caesareae Leopoldino-Carolinae, (Halle), vol. 14, n. 1, p. 139-142.
  • Stanley, Bauer, Jackman, Branch & Le Fras Nortier Mouton, 2011 : Between a rock and a hard polytomy: Rapid radiation in the rupicolous girdled lizards (Squamata: Cordylidae). Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 58, n. 1, p. 53–70 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]