Ouistiti de Geoffroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Callithrix geoffroyi

Le Ouistiti de Geoffroy[1] (Callithrix geoffroyi) est une espèce de primate de la famille des Cebidae qui se rencontre au Brésil.

Autres noms[modifier | modifier le code]

Ouistiti de Geoffroy. White-headed marmoset, white-fronted marmoset, Geoffroy’s tufted-ear marmoset. Sagui-de-cara-branca, sagui-caratinga (Brésil).

Évolution[modifier | modifier le code]

Des études génétiques et morphologiques en font l’espèce la plus primitive du groupe atlantique. Les adaptations dentaires et comportementales à l’incision des troncs sont les moins avancées du groupe.

Distribution[modifier | modifier le code]

Côtes sud-est du Brésil. Essentiellement Espírito Santo. Dans l’extrême sud du Bahia, presque tout l’Espírito Santo et l’est du Minas Gerais. Au nord jusqu’au Rio Jequitinhonha, au sud jusqu’au Rio Dôce, à l’ouest jusqu’au Rio Araçuaí - Serra do Espinhaço. Le Rio Itanhem correspond au cœur de sa distribution. La serra do Cipó (Minas Gerais) pourrait constituer une barrière géographique isolant geoffroyi et penicillata.

Hybridation[modifier | modifier le code]

Avec le ouistiti à pinceaux noirs (Callithrix penicillata) dans l’est du Minas Gerais (Serra da Piedade). Quelques zones d’hybridation avec celui-ci pourrait résulter de la déforestation (avec avancée de C. penicillata) ou de l’introduction de C. geoffroyi hors de sa distribution naturelle.

Habitat[modifier | modifier le code]

Forêt sempervirente et forêt semi-décidue, en plaine et jusqu’à 500 m d’altitude. Préfère la forêt secondaire en régénération à la forêt primaire ou secondaire mature. Lisière de forêt.

Sympatrie et association[modifier | modifier le code]

S’alimente parfois en compagnie du titi à masque du nord (Callicebus personatus).

Description[modifier | modifier le code]

Pelage doux et épais rappelant celui du koala. Fourrure brun noirâtre avec des teintes grises dessus, brun sombre dessous. Queue annelée de sombre et de gris brun. Longues touffes auriculaires noires (3,5 cm). Large masque blanc : cette tache lumineuse d’un blanc pur, qui déborde du visage derrière les joues et sur la gorge, confère à l’animal un air de créature d’Halloween et nul doute qu’une telle rupture de coloration avec le reste du corps joue un rôle tant social que défensif.

Mensurations[modifier | modifier le code]

Corps 20 cm. Queue 29 cm. Poids de 230 à 350 g (M) et 200 g (F).

Domaine[modifier | modifier le code]

23,3ha (annuel) et de 2,3 à 9,5ha (mensuel), à Aracruz (Espírito Santo). 34,24ha (annuel) avec un cœur de 9,75ha (Station de Vera Cruz, Bahia). 34ha (PN de la Serra do Cipó, Minas Gerais). Territorial.

Locomotion[modifier | modifier le code]

Quadrupède.

Comportements basiques[modifier | modifier le code]

Diurne. Arboricole.

Comportements divers[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Parcourt chaque jour 1 315 m (de 480 m en mai à 1 480 m en mars), à Aracruz. Budget d’activités (Aracruz) : repos (29 %), alimentation (21 %), déplacements (20 %), recherche alimentaire (14 %), gougeage (13 %) et autres (3 %). Ici, il se repose plus durant la saison humide (32,1 %) que durant la saison sèche (17,8 %), et passe moins de temps à rechercher sa nourriture durant la saison humide (9,7 %) que sèche (20,6 %). Parcourt chaque jour 1 700 m (minimum 500 m), à une vitesse moyenne de 0,33 km/h, à Vera Cruz.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Gommivore-frugivore-insectivore. Budget alimentaire (Aracruz) : 68 % d’exsudats, notamment gomme de l’ingá Inga stipularis, de l’acacia Acacia paniculata, du bauhinia Bauhinia angulosa et du paulinia Paulinia carpopodia. Fruits davantage consommés durant les mois chauds (décembre et janvier). Arthropodes (sauterelles, coléoptères, chenilles et araignées), escargots, grenouilles et lézards. Suit les redoutables fourmis légionnaires dans le seul but de croquer les insectes qui s’enfuient au passage de ces armées de Huns miniatures. Les deux espèces de fourmis concernées sont Labidus praedator et Eciton burchelli. Il consomme les fruits et la gomme de 32 espèces et capture davantage d’insectes les mois chauds en association avec C. (S.) robustus, à Vera Cruz.

Taille du groupe[modifier | modifier le code]

9 (de 4 à 15).

Structure sociale et système de reproduction[modifier | modifier le code]

Groupe multimâle-multifemelle. Polyandrie. Polygynie présumée.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Durant la copulation, le mâle enroule sa queue, une manifestation qui fait partie de la parade sexuelle. Gestation de 145 jours environ. La moitié des naissances a lieu entre septembre et décembre (en captivité).

Développement[modifier | modifier le code]

Dans les petites cellules familiales, les pères passent plus de temps à transporter leur progéniture et les jeunes sont plus vite indépendants dans les grands groupes. En moyenne, les bébés sont dépendants durant les deux premières semaines et totalement autonomes au bout de 2 mois. Puberté à 1,5 an. Maturité sexuelle : 2 ans.

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Petits félins : margay et chat-ocelot.

Menaces[modifier | modifier le code]

Déforestation. Trafic.

Conservation[modifier | modifier le code]

Fazenda São Joaquim, RB de Córrego do Veado, RB de Sooretama, RF de Linhares, Rfo. de Goitacazes, RB de Comboios, R. de Mestre Alavaro, R. de Duas Bocas, A. protégée du Maciço central dont PE de Fonte Grande et PE de Paulo César Vinha (Espírito Santo) ; PN de la Serra do Cipó (Minas Gerais) ; RF de Porto Seguro, Station expérimentale de Pau Brasil, Station expérimentale de Gregório Bondar et peut-être PN de Monte Pascoal (Bahia), au Brésil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Murray Wrobel, Elsevier's Dictionary of Mammals : in Latin, English, German, French and Italian, Amsterdam, Elsevier,‎ 2007, 857 p. (ISBN 978-0-444-51877-4, lire en ligne), entrée N°748

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :