Oudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oudon (homonymie).
Oudon
La tour du XIVe siècle.
La tour du XIVe siècle.
Blason de Oudon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Ancenis
Canton Ancenis
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ancenis
Maire
Mandat
Alain Bourgoin
2014-2020
Code postal 44521
Code commune 44115
Démographie
Gentilé Oudonnais
Population
municipale
3 456 hab. (2011)
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 50″ N 1° 17′ 09″ O / 47.3472222222, -1.2858333333347° 20′ 50″ Nord 1° 17′ 09″ Ouest / 47.3472222222, -1.28583333333  
Altitude Min. 2 m – Max. 74 m
Superficie 22,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Oudon

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Oudon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oudon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oudon
Liens
Site web http://www.oudon.fr/

Oudon est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Oudon dans le département de la Loire-Atlantique.

Situation[modifier | modifier le code]

Oudon est situé sur la rive nord de la Loire, à 10 km à l'ouest d'Ancenis et 30 km à l'est de Nantes.

Les communes limitrophes sont Le Cellier, Couffé et Saint-Géréon en Loire-Atlantique, Champtoceaux et Drain en Maine-et-Loire.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Oudon est une commune rurale multipolarisée, notamment par l'aire urbaine d'Ancenis, et qui fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Comme Champtoceaux qui lui fait face, Oudon est situé sur les coteaux de schiste et de gneiss du massif armoricain, qui barrent à cet endroit la route de la vallée de la Loire.

Le lit majeur du fleuve est ainsi réduit à une largeur de moins d'un kilomètre dans un relief encaissé, situation que la Loire n'a plus subie depuis qu'elle a quitté le Massif Central.

Cette zone fluviale présente une grande variété de paysages, allant des grèves de sable visibles à l'étiage, aux coteaux abrupts, secs et rocheux, en passant par les boires, prairies inondables et les reliquats de la forêt alluviale originelle.

Derrière la crête du coteau qui s'élève jusqu'à 60–70 m, on trouve un bocage de chênes et de frênes comme dans tout le Pays d'Ancenis, au nord d'Oudon.

Le relief est aussi marqué par la vallée du Hâvre, elle-même très encaissée. Elle descend du nord de la commune jusqu'à la Loire et le bourg est situé au point de confluence.

La vallée de la Loire et la vallée du Hâvre sont aujourd'hui retenues au titre du réseau européen Natura 2000, en raison de leur grande richesse et fragilité écologique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Par sa position et son château, Oudon était une importante pièce défensive de la Marche de Bretagne. Faisant face à la citadelle de Champtoceaux en Anjou, le château contrôlait le trafic fluvial et avec celui d'Ancenis, verrouillait le passage vers Nantes.

En 846, Nominoë, duc de Bretagne, aurait bâti un premier château à Oudon[1].

Des textes du XIe siècle citent des seigneurs d'Oudon et font référence à un château sur les rives de la Loire et du Hâvre.

Aux marches de la Bretagne, Oudon, comme Ancenis est plusieurs fois assiégé : notamment en 1174 par Henri II Plantagenêt, en 1214 par Jean sans Terre et en 1230 et 1234 par Louis IX[2].

En 22 mai 1392, le duc de Bretagne Jean IV accorde au seigneur d'Oudon, Alain de Malestroit, la permission de reconstruire son château et bâtit la tour principale, qui constitue les restes de l'actuel château[3].

Article connexe : Château médiéval d'Oudon.

Dans le cadre du duché de Bretagne, la paroisse est située dans le diocèse de Nantes, plus précisément dans le Pays nantais[4], pays historique de Bretagne.

En 1944, le pont d'Oudon est bombardé par les Alliés, ce qui provoque des dégâts jusqu'aux Folies Siffait au Cellier.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à neuf besants d'or, 3, 3 et 3. Rappelle la devise des Malestroit « Maison pleine d'écus ne grince jamais ».
Commentaires : Armes de la famille de Malestroit (en 1309). Blason (délibération municipale du 15 avril 1972) enregistré le 19 juillet 1972.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise d'Oudon : Quoc Numerat Nummos Non Malestricta Donus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Michel Dupont[Note 1]    
mars 2014 en cours Alain Bourgoin Sans étiquette professeur agrégé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 456 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 492 1 552 1 530 1 621 1 616 1 602 1 680 1 768 1 889
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 704 1 683 1 800 1 716 1 767 1 760 1 790 1 700 1 687
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 677 1 664 1 664 1 387 1 375 1 356 1 296 1 346 1 358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 362 1 371 1 599 2 001 2 353 2 617 3 062 3 126 3 456
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (49,9 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Oudon en 2009 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,4 
5,3 
75 à 89 ans
8,1 
10,8 
60 à 74 ans
11,2 
21,8 
45 à 59 ans
21,7 
23,4 
30 à 44 ans
22,5 
14,6 
15 à 29 ans
14,1 
23,8 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le menhir de Pierre blanche, en roche blanche, comme le nom du village l'indique, s'élève au milieu d'une vigne.
  • La Tour d'Oudon est l'emblème de la commune et se situe au centre historique du bourg, sur la rive droite du Hâvre. Ce sont les vestiges du château médiéval reconstruit au XIVe siècle sur le site du premier datant du XIe siècle.
  • De nombreux endroits de la commune offrent une vue sur la Loire, avec sur l'autre rive, le bourg de Champtoceaux.
  • La vallée du Hâvre est aménagée sur les deux rives pour la promenade pédestre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare d'Oudon est desservie par les TER Pays de la Loire assurant la liaison Nantes-Angers ce qui la met à 20 minutes de Nantes et 40 minutes d'Angers.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest de Cornulier, Dictionnaire des terres et seigneuries de l'ancien comté nantais.
  2. Loire en Scène, plaquette "le château médiéval d'Oudon".
  3. Michael Jones, Recueil des actes des Jean IV, duc de Bretagne, no 813.
  4. Par opposition au Pays de Retz, au Pays de la Mée, au Clissonais, au Pays d'Ancenis et au Pays de Guérande, autres parties du diocèse.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. « Oudon 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  8. « Résultats du recensement de la population - Oudon - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  9. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).