Otto von Emmich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert Theodor Otto Emmich
Image illustrative de l'article Otto von Emmich

Naissance 4 août 1848
Minden, Prusse
Décès 22 décembre 1915 (à 67 ans)
Hanovre, Empire allemand
Allégeance Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Grade General der Infanterie
Années de service 1866 – 1915
Conflits Guerre franco-allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Commandement 11e bataillon de jäger
114e régiment d'infanterie
31e brigade d'infanterie
10e division d'infanterie
X. Armee-Korps
Faits d'armes 1914 - Bataille de Liège
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille des Marais de Saint-Gond)
1915 - Offensive de Gorlice-Tarnów

Albert Theodor Otto Emmich (von Emmich depuis 1913), né le 4 août 1848 et mort le 22 décembre 1915 (à 67 ans), est un général prussien. Il participe à la guerre franco-allemande de 1870 et à la Première Guerre mondiale. Au cours de ce conflit, il prend part à la première action militaire du conflit en commandant le siège des forts de Liège au début du mois d'août 1914. Il combat ensuite à la bataille de la Marne, puis aux combats d'arrêt sur l'Aisne. Au cours de l'année 1915, Emmich est transféré sur le front de l'Est et combat à la tête du Xe corps d'armée. Au cours de l'automne 1915, il tombe malade et meurt de maladie le 22 décembre 1915.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Emmich est né le 4 août 1848 à Minden, son père est un colonel prussien. Il épouse Élise Pauline Sophie von Graberg, une des filles de Karl Gustav von Graberg. Le 27 juin 1912, Emmich est élevé dans la noblesse prussienne.

Premières années[modifier | modifier le code]

Emmich intègre le corps des cadets (de) puis le 3 juillet 1866 devient sous-lieutenant au 55e régiment d'infanterie « Graf Bülow von Dennewitz » (6e régiment d'infanterie de Westphalie) (de). Il participe à la guerre franco-allemande de 1870, il devient lieutenant le 14 décembre 1870 au cours du conflit et combat aux batailles de Saint-Privat et de Borny-Colombey. Le 29 avril 1875, il obtient le grade d'adjudant au sein de la 29e brigade d'infanterie à Aachen. Le 23 septembre 1879, Emmich devient commandant de compagnie dans le 69e régiment d'infanterie (7e régiment d'infanterie de Rhénanie) (de) ; il est nommé capitaine le 13 janvier 1880. Il commande ensuite une compagnie dans le 131e régiment d'infanterie (2e régiment d'infanterie de Lorraine) (de) du 22 mars 1881 au 16 mai 1888 ; puis au 69e régiment d'infanterie (7e régiment d'infanterie de Rhénanie) (de) du 16 mai 1888 au 18 novembre 1890, au cours de cette période il est promu major 18 août 1889.

Le 18 novembre 1890, Emmich devient commandant de bataillon au sein du 116e régiment d'infanterie « empereur Guillaume » (2e régiment d'infanterie du Grand-duché de Hesse) (de) jusqu'au 17 février 1892. Il commande ensuite le 11e bataillon de jäger (bataillon de jäger de l'Électorat de Hesse) (de) jusqu'au 17 juin 1897 ; lors de cette période il est nommé Oberstleutnant le 13 mai 1895. Le 17 juin 1897, Emmich dirige le 114e régiment d'infanterie « empereur Frédéric III » (6e régiment d'infanterie du Pays de Bade) (de) et devient Oberst. Le 18 mai 1901, il est prend le commandement du 31e brigade d'infanterie et est nommé le même jour Generalmajor. Le 14 février 1905, il commande la 10e division d'infanterie et est promu Generalleutnant. Le 25 septembre 1909, il est promu General der Infanterie et dirige le Xe corps d'armée.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, Emmich toujours à la tête du Xe corps d'armée est chargé de la première opération de la guerre[1]. Il doit prendre la ville de Liège pour libérer le passage pour les différentes armées allemandes chargées de l'enveloppement de l'aile gauche alliée.

La bataille de Liège commence dans la matinée du 5 août par le bombardement allemand des forts belges situés à l'est de la ville. Le 7 août 1914, Ludendorff à la tête de la 14e brigade parvient à s'infiltrer dans la ville de Liège entre les différents forts. L'utilisation de l'artillerie lourde allemande permet la destruction et la reddition successives des forts de Liège. Le 16 août 1914, le dernier fort se rend. Emmich et Ludendorff deviennent les premiers officiers allemands de la guerre à recevoir l'ordre Pour le Mérite.

Emmich participe à la poursuite des armées alliées et atteint le 5 septembre l'ouest des marais de Saint-Gond ; puis à partir du 6 septembre à la bataille de la Marne (bataille des Marais de Saint-Gond). Puis suite au repli, à la bataille de l'Aisne. En janvier 1915, Emmich est transféré avec son corps d'armée sur le front de l'Est en Galicie. Avec Mackensen ils participent aux batailles de de Gorlice-Tarnów et de Lemberg. Au cours de l'automne Emmich tombe malade, il doit être évacué en Allemagne. Il décède de sa maladie le 22 décembre 1915 à Hanovre. Il est enterré en grande pompe avec les honneurs militaires.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

feuilles de chênes, le 14 mai 1915
  • citoyen d'honneur de la ville d'Hanovre

Plusieurs rues et bâtiments portent le nom de Emmich ou von Emmich.

  • Cénotaphe créé par l'architecte Paul Wolf (de)
  • Emmich-Denkmal (mémorial Emmich) sur l'île de Borkum
  • Emmichplatz (place Emmich) à Hanovre
  • Emmich-Cambrai-Kaserne (caserne Emmich-Cambrai) à Hanovre ; la caserne est le lieu de l'ancienne académie des officiers de l'armée et sert actuellement comme lieu de casernement de la police et comme siège de la Bundeswehr. Le nom de la caserne résulte de la fusion de la caserne Emmich et de la caserne Cambrai.
  • Emmichstraße (rue Emmich) à Berlin, Gelsenkirchen, Gladbeck, Oberhausen, Pirmasens, Vohwinkel (de)
  • Von-Emmich-Straße (rue von Emmich) à Hildesheim, Constance. Dans cette dernière ville, en avril 2012 le changement de nom de la rue est proposé. Les protestations des riverains bloquent actuellement le changement de nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Keegan, The First World War, New York,,‎ 1998, 475 p. (ISBN 0375700455 et 978-0375700453, OCLC 44759137), p. 84

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Paul Hamelius, The siege of Liège, a personal narrative, Londres, T. W. Laurie, ltd,‎ 1914, 108 p. (OCLC 8102913, lire en ligne)
  • (en) J. M. Kennedy, « The Campaign around Liège », dans le Daily Chronicle War Books (Londres, 1914)
  • (en) « Otto von Emmich », sur La machine prussienne (consulté le 12 octobre 2014).

Lien externe[modifier | modifier le code]