Otto Frisch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frisch.
Badge d'Otto Frisch à Los Alamos durant la guerre.

Otto Robert Frisch (1er octobre 190422 septembre 1979) est un physicien austro-britannique. Avec son collaborateur Rudolf Peierls, il conçut le premier mécanisme théorique pour l'explosion d'une bombe atomique en 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frisch était juif, né à Vienne en 1904, fils d'un peintre et d'une pianiste de concert. Il était doué artistiquement et avait également hérité de sa tante Lise Meitner l'amour de la physique et il commença une période d'étude à l'université de Vienne, diplômé en 1926 pour des travaux sur les effets de l'électron récemment découvert sur les sels. Après quelques années de travail dans des laboratoires assez quelconques en Allemagne, Frisch obtint un poste à Hambourg auprès du scientifique lauréat du prix Nobel Otto Stern. Il y réalisa des travaux novateurs sur la diffraction des atomes (en utilisant des surfaces cristallines) et prouva également que le moment magnétique du proton était bien plus élevé que supposé auparavant.

L'accès d'Adolf Hitler à la chancellerie allemande en 1933 conduisit Otto Robert Frisch à prendre la décision de partir à Londres où il rejoignit le personnel du Collège Birkbeck et travailla avec le physicien Patrick Blackett sur la technologie de la chambre à brouillard et la radioactivité artificielle. Il prolongea ce déplacement avec une mission de cinq ans à Copenhague avec Niels Bohr où il se spécialisa surtout en physique nucléaire, et en particulier dans la physique des neutrons.

Durant les vacances de Noël 1938, il rendit visite à sa tante Lise Meitner à Kungälv. Pendant son séjour, elle fut informée que Otto Hahn et Fritz Strassmann à Berlin avaient découvert que la collision d'un neutron avec un noyau d'uranium produisait l'élément baryum comme l'un de ses sous-produits. Hahn ne parvenait pas à expliquer physiquement ce résultat de son analyse radiochimique. Frisch et Meitner firent l'hypothèse que le noyau d'uranium s'était cassé en deux, expliquèrent le processus (en termes de charge électrique excessive), estimèrent l'énergie libérée, forgèrent le terme fission pour le décrire et étudièrent la possibilité d'une réaction en chaîne. Les restrictions politiques de l'époque Nazi forcèrent l'équipe à publier séparément. L'article de Hahn décrivait l'expérience et certifiait que l'atome avait fissionné. L'article de Meitner et Frisch expliquait la physique à l'origine du phénomène. Frisch retourna à Copenhague où il fut rapidement capable d'isoler les fragments produits par les réactions de fission.

Pendant l'été 1939, Frisch quitta le Danemark pour ce qu'il pensait être un court voyage à Birmingham. Mais le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale empêcha son retour. Ayant la guerre à l'esprit, lui-même et le physicien Rudolf Peierls rédigèrent le mémorandum de Frisch et Peierls, premier document établissant un procédé par lequel une explosion atomique pouvait être produite ; en utilisant de l'uranium 235 séparé qui ne nécessitait qu'une assez faible masse critique pouvant être rendue critique avec des explosifs conventionnels et créer une détonation extrêmement puissante. Le mémorandum allait jusqu'à prédire les effets d'une telle explosion - de la déflagration initiale jusqu'aux retombées radioactives.

Ce mémorandum fut la base des travaux britanniques sur la fabrication d'une bombe atomique (le projet Tube Alloys) et également celle du projet Manhattan sur lequel Frisch travailla comme membre de la délégation britannique. Il partit aux États-Unis en 1943 après être devenu citoyen britannique en urgence. En 1946, il retourna en Angleterre pour prendre le poste de la division de physique nucléaire du Atomic Energy Research Establishment à Harwell, bien qu'il ait également passé une partie importante des trente années suivantes à enseigner à Cambridge où il était Jacksonian Professor of Natural Philosophy et membre du Trinity College.

Il quitta la chaire d'enseignement en 1972 pour se concentrer sur ses livres et ses intérêts commerciaux. Il mourut en 1979. Il a toujours de la famille aux États-Unis dont Adam Frisch, un ancien lobbyiste dans l'État de Géorgie.

Distinction[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]