Ottignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ottignies
La maison communale
La maison communale
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Arrondissement Nivelles
Commune Ottignies-Louvain-la-Neuve
Code postal 1340
Zone téléphonique 010
Démographie
Gentilé Ottintois(e)[1]
Population 9 557 hab. (31/12/2007)
Géographie
Coordonnées 50° 39′ N 4° 34′ E / 50.65, 4.567 ()50° 39′ Nord 4° 34′ Est / 50.65, 4.567 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon

Voir sur la carte administrative du Brabant wallon
City locator 14.svg
Ottignies

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Ottignies

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Ottignies

Ottignies (en wallon Ocgniye ou Okgni) est une section de la ville belge d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, située en Région wallonne dans la province du Brabant wallon.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Otengnies est attesté en 1213[2].

Il dériverait d'un étymon Ottiniacas désignant les terres (suffixe germano-roman -iniacas) d'un seigneur ou d'une famille germanique[2] :

  • propriétés de Otto (Otton ou Othon)
  • propriétés des Uhto ou Otta

Otton aurait été un colon-soldat franc de l'époque carolingienne qui obtint un vaste domaine chevauchant la Dyle en échange de ses services.

Un autre étymon possible serait le substantif germanique otter, la loutre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

En 1197, un Godefroid d'Otenies, seigneur de Gentines, époux de Beatrice de Limale est attesté.

En 1213, la paroisse dédiée à saint Remi est mentionnée et un relevé de 1260 signale un château, un marché, un moulin, une brasserie et une franche taverne.

Au XIVe siècle, Ottignies appartient à la famille de Sombreffe. Elle passe ensuite, avec Mousty, à la famille de Virnembourg.

De 1602 à 1731, les Spangen, famille dont le château était érigé sur le territoire actuel de Rotterdam, furent seigneurs d'Ottignies. La famille vendit en 1731 la seigneurie d'Ottignies à la famille Palma-Carillo qui la conserva jusqu'à la fin du régime féodal, en 1809.

La commune d'Ottignies fut alors créée. Elle faisait partie du canton de Wavre, de l'arrondissement de Nivelles, du département de la Dyle.

En 1819, le premier bourgmestre d'Ottignies est le baron P. de Marcq de Tiège.

La période industrielle[modifier | modifier le code]

Le village s'est développé à partir de 1850 avec l'ouverture d'une chaussée pavée et la construction du chemin de fer, qui attirèrent de nombreuses usines, des ouvriers et des cheminots. En 1850, Ottignies est choisie au détriment de Wavre comme nœud ferroviaire important, à l'intersection de la ligne Bruxelles-Luxembourg et de la ligne Louvain-Charleroi. À l'ouverture de la section La Hulpe-Gembloux, un arrêt est prévu à Ottignies. Un bâtiment de gare provisoire est installé en 1858, avant que ne soit construite, en 1884, une gare de style néo-classique, due à Charles Licot.

La ville d'Ottignies – surtout sa gare – fut bombardée par les Alliés en avril et mai 1944.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture rurale[modifier | modifier le code]

Architecture médiévale[modifier | modifier le code]

Le château d'Ottignies
L'orangerie du château d'Ottignies

Architecture classique[modifier | modifier le code]

La façade et le clocher
Chaînage d'angle en grès ferrugineux
Le portail classique

Architecture éclectique[modifier | modifier le code]

  • La maison communale est un édifice de style éclectique résultant de la fusion d'une école de filles et d'une école de garçons construites en 1881. Chacune des ailes comporte une tour carrée surmontée d'une toiture en forme de bulbe.

Patrimoine Art nouveau[modifier | modifier le code]

Chaussée de la croix n° 22

Ottignies présente plusieurs témoins de l'architecture et des arts décoratifs Art nouveau :

  • maisons à fenêtre circulaire typique de l'Art nouveau géométrique :
    • chaussée de la Croix, 16 et 22
  • sgraffites :
    • chaussée de la Croix n° 13 (sgraffites de Paul Cauchie ?; fort abîmés)
  • menuiseries d'inspiration Art nouveau :
    • « Villa Marie » avenue du Roi Albert n° 7 (1912)
    • « Villa Les Rochettes » avenue du Roi Albert n° 9 (1912)
    • avenue des Combattants, 9 et 17

Patrimoine Art déco[modifier | modifier le code]

Ottignies présente également l'une ou l'autre façade en cimorné, caractéristique de l'Art déco rural :

  • place des Déportés, 1

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

  • Gare d'Ottignies
  • Bâtiment de la Tannerie
  • Entrepôts Decoux
  • Ancienne clinique Saint-Pierre
  • Hôtels de la Gare et Duchêne
  • Cabine de transformateur électrique
L'ancienne gare d'Ottignies.
Transformateur électrique (avenue des villas).
Cabine électrique -lignes aériennes- (rue du Monument).

Patrimoine funéraire[modifier | modifier le code]

  • Le cimetière du centre d'Ottignies
  • Le cimetière des Coquerées
  • La chapelle curé Huyberechts[3]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 25.
  2. a et b Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, éditions Racine, p.460
  3. Chapelle dédiée à la mémoire du curé A.M. Huyberechts qui fut assassiné par des rexistes le 22 juillet 1944.
  4. À Chastres, non loin d'Ottignies, un cimetière militaire honore les soldats d'Afrique du Nord morts durant la campagne de mai 1940.