Otomis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aire de dispersion actuelle des Otomis au Mexique

Les Otomis (exonyme d'origine nahuatl) sont un groupe ethno-linguistique du Mexique central, dont on s'accorde à souligner l'ancienneté. N'ayant jamais possédé de système d'écriture et n'ayant pas laissé de sites archéologiques, les Otomis n'ont suscité que peu d'intérêt de la part des spécialistes de la Mésoamérique, à l'exception notable de Jacques Soustelle et surtout de Jacques Galinier. Les Otomis se désignent eux-mêmes par le mot « N'yuhu ».

Les Otomis sont actuellement établis dans une zone au nord de Mexico, mais ils ont dû occuper une aire de dispersion bien plus étendue jadis, avant que les Nahuas ne viennent occuper la plus grande partie du Plateau central. Les Otomis se définissent eux-mêmes par leur langue, qui fait partie du groupe oto-mangue, auquel appartiennent également le mixtèque et le zapotèque.

À l'époque préhispanique, les Otomis faisaient l'objet de nombreuses idées préconçues de la part de leurs voisins, de la même manière que certains groupes à notre époque. Les Aztèques les considéraient comme des demeurés. Bernardino de Sahagún y fait allusion dans le Codex de Florence: «Quand on gronde quelqu'un pour sa gaucherie, on a l'habitude de lui dire par méchanceté: «Que tu es sot, tu es bien otomitl; tu ne saurais comprendre ce qu'on te dit... Tu es peut-être bien un vrai otomitl? »[1]». On leur reprochait en outre de trop boire et de mal s'habiller.

N'ayant jamais, à une exception près, formé d'État, les Otomis trouvaient fréquemment à s'employer comme soldats au service des cités voisines, comme le faisaient jadis les montagnards suisses en Europe, au point que chez les Aztèques, il existait un groupe de guerriers qui tiraient leur nom, « Otomi », d'une tenue militaire originaire de ce peuple. On leur attribuait également l'origine de la coutume consistant à écorcher un ennemi mort et à se revêtir de sa peau. Au moment où Cortés entra sur leur territoire, les Tlaxcaltèques envoyèrent d'abord des guerriers otomis à sa rencontre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Soustelle, Les quatre soleils, Plon, Collection Terre Humaine, Paris, 1983.
  • Jacques Galinier, La moitié du monde : le corps et le cosmos dans le rituel des Indiens otomi. Paris : Presses universitaires de France, 1997, 296 p.
  • Jacques Galinier, La mitad del mundo : cuerpo y cosmos en los rituales otomies / Ochoa, Angela, trad. ; Silva, Haydée, trad. ; Lopez Austin, Alfredo, préf. Mexico : Universidad Nacional Autonoma de Mexico : Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos : Instituto Nacional Indigenista, 1990, 746 p.
  • Jacques Galinier, N'yuhu, les Indiens Otomis : Hiérarchie sociale et tradition dans le Sud de la Huasteca. Mexico : Mission archéologique et ethnologique française au Mexique, 1979, 615 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernardino de Sahagún, Histoire générale des choses de la Nouvelle-Espagne, p. 665

Liens externes[modifier | modifier le code]