Otfried de Wissembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relief en pierre représentant le poète Otfried de Wissembourg

Otfried de Wissembourg (vers 790-vers 870) est un moine et un poète de langue germanique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'école monastique de l'abbaye bénédictine de Wissembourg, le jeune Otfried va parfaire sa formation à l'abbaye de Fulda (où il suivra l'enseignement de Raban Maur) et à l'abbaye de Saint-Gall (Suisse).

Devenu moine puis directeur de l'école monastique de Wissembourg, Otfried composait non seulement des poèmes en latin mais aussi en langue vernaculaire de l'époque.

Ainsi va naître, après au moins vingt années de travail, le Livre des Évangiles en langue vieux haut allemand, première œuvre littéraire dans ce qui deviendra la langue allemande. Ce poème de quelque 16 000 vers qui relatent la vie du Christ selon les quatre évangiles, est accompagné d'enluminures comme l'entrée du Christ à Jérusalem le dimanche des Rameaux et la scène de la Crucifixion.

On peut admirer certains de ces dessins à la Bibliothèque nationale autrichienne (Hofbibliothek) de Vienne en Autriche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Johanna Belkin et Juergen Meier, Bibliographie zu Otfrid von Weissenburg und zur altsächsischen Bibeldichtung : Heliand und Genesis, E. Schmidt, Berlin, 1975, 137 p. (ISBN 3-503-00765-2)
  • (de) Wolfgang Kleiber (dir.), Otfrid von Weissenburg, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1978, 438 p. (ISBN 3-534-06418-6)
  • (de) Paul Piper, Otfried und die uebrigen Weissenburger Schreiber des 9. Jahrhunderts, Francfort-sur-le-Main, 1899
  • (en) Donald Alexander Mackenzie, Otfrid von Weissenburg: narrator or commentator?, Stanford University Press, 1946, 82 p.
  • (fr) Frédéric Théodore Horning, Conjectures sur la vie et l'éducation d'Otfrid, moine de Wissembourg, Université de Strasbourg, 1833 (thèse)
  • (fr) Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, article de Gérard Cames, vol. 29, p. 2923