Oswald Crollius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oswald Crollius ou Oswald Croll (vers 1560 - 1608), est un professeur de médecine à l'Université de Marbourg et alchimiste allemand se réclamant de Paracelse. Il est l'auteur d'un traité d'alchimie intitulé Basilica chymica, publié à Frankfurt l'année de sa mort.

En 1585, il séjourne à Paris où il aurait rencontré l'alchimiste silésien Venceslas Lavinius et le médecin français Claude Aubery[1].

Philosophie[modifier | modifier le code]

Croll fait partie des premiers disciples de Paracelse, avec Petrus Severinus, Gérard Dorn, Michael Toxitès, Jacques Gohory. Dans son Livre des signatures, ou de la vraie et vivante anatomie du grand et du petit monde, « Crollius cherchait à établir que Dieu et la nature ont en quelque sorte signé tous leurs ouvrages, et que tous les produits d'une force quelconque de la nature portent, pour ainsi dire, l'estampille de cette force imprimée en caractères indélébiles, en sorte que l'initié aux écritures occultes puisse lire à livre ouvert les sympathies et les antipathies des choses, les propriétés des substances et tous les autres secrets de la création. Les caractères des différentes écritures seraient primitivement empruntés à ces signatures naturelles qui existent dans les étoiles et dans les fleurs, sur les montagnes et sur le plus humble caillou. Les figures des cristaux, les cassures des minéraux, seraient des empreintes de la pensée que le Créateur avait en les formant. »[2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages d'Oswald Crollius[modifier | modifier le code]

  • Alchemomedizinische Briefe 1585 bis 1597 ; übers. und erl. Wilhelm Kühlmann u. Joachim Telle. Stuttgart : Steiner, 1998. (Heidelberger Studien zur Naturkunde der frühen Neuzeit ; 6). ISBN 3-515-07258-6.
  • De signaturis internis rerum. Die lateinische editio princeps (1609) und die deutsche Erstübersetzung (1623) ; hrsg. Wilhelm Kühlmann u. Joachim Telle. Stuttgart : Steiner, 1996. (Heidelberger Studien zur Naturkunde der frühen Neuzeit ; 5). ISBN 3-515-06983-6.
  • Traicté des signatures ou vraye et vive anatomie du grand et petit monde (vers 1610), Archè, coll. "Sebastiani", Milan, 1976. 129 p.
  • Basilica chymica (1609), Genève, 1658, 831 p. ; trad. : La royale chymie, trad. J. Marcel de Boulenc, 1622.

Études sur Oswald Crollius[modifier | modifier le code]

  • Allen G. Debus, The Chemical Philosophy: Paracelsian Science and Medicine in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, New York, Science History Publications, 1977, vol. 1, p. 117-126.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Kahn, Alchimie et Paracelsisme en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Librairie Droz,‎ 2007, 333 p. (ISBN 978-2-600-00688-0, lire en ligne)
  2. Éliphas Lévi, Histoire de la Magie, Livre V, chapitre V.