Ostheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ostheim
La mairie
La mairie
Blason de Ostheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Ribeauvillé
Canton Ribeauvillé
Intercommunalité C.C. du Pays de Ribeauvillé
Maire
Mandat
Bernard Kempf
2014-2020
Code postal 68150
Code commune 68252
Démographie
Population
municipale
1 578 hab. (2011)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 39″ N 7° 22′ 17″ E / 48.1608, 7.3714 ()48° 09′ 39″ Nord 7° 22′ 17″ Est / 48.1608, 7.3714 ()  
Altitude Min. 178 m – Max. 186 m
Superficie 8,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ostheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ostheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ostheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ostheim

Ostheim est une commune française située dans le département du Haut-Rhin en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ostheim est un village typiquement alsacien, reconstruit après avoir été détruit en 1944. Il y a une mairie, des gîtes, plusieurs restaurants, une pharmacie, un bureau de tabac, une épicerie (Coop Alsace), deux coiffeurs, un garage, et quelques autres commerces de moindre importance.

Histoire[modifier | modifier le code]

En l'an 785 déjà, Ostheim est répertoriée. Jusqu'à la Réforme, introduite en 1535, la paroisse faisait partie de l'évêché de Bâle. L'agriculture, l'élevage puis, grâce à la proximité d'une eau courante, la pêche furent depuis les temps historiques les plus reculés, l'occupation primitive des habitants. Faisant partie au XIIIe siècle des domaines des comtes de Horbourg, le village d'Ostheim passa en 1324 à la maison de Wurtemberg et y resta attaché jusqu'à la Révolution Française, comme membre de la seigneurie de Riquewihr avec les villages voisins (Béblenheim, Mittlewihr, Hunawihr et Aubure). Ostheim eut à subir bien des vicissitudes : guerre des Armagnacs, guerre des Paysans, guerre de 30 ans et autres évènements des guerres du XVIIe siècle, provoquant parfois le dépeuplement complet du village, comme pendant la guerre de 30 ans (1635-1642). En 1686, le village devint résidence de la princesse Anne de Wurtemberg, dite "Duchesse aux chiens". Ce qui restait encore de son Manoir fut totalement détruit en 1944. Ce n'est qu'en 1854, que chaque confession, catholique et protestante luthérienne, eut son église propre.

Les paysans d'Ostheim fidèles à leur passé restaient rivés, malgré les changements de nationalité, notamment aux XIXe et XXe siècles, à leurs terres et riches cheptels. En 1944, la guerre s'installe au sein même du village pour près de 60 jours durant la bataille de la "Poche de Colmar". Quartier par quartier, les maisons sont pilonnées par l'artillerie, Ostheim est détruite à 98 %.

Le nid de Cigognes, construit sur le mur de pignon, seule partie restante, de la maison Ostermann ancien Relais de la Poste aux Chevaux - a défié la tourmente. Les cigognes revenues sur leur ancien nid et le mur "survivant" est devenu le Monument aux Morts des guerres 1914-18 et 1939-45.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Ostheim

Les armes d'Ostheim se blasonnent ainsi :
« D'or à la ramure de cerf de gueules en pal, sur un mont de trois coupeaux de sinople duquel sont mouvants un soc de charrue de sable à dextre et un coutre de même à senestre, et deux lettres majuscules O et S, aussi de sable, posées en chef, l'une à dextre et l'autre à senestre. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Roger Fritsch    
mars 2014 en cours Bernard Kempf UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 578 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
885 900 1 031 1 357 1 423 1 686 1 869 1 731 1 706
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 533 1 575 1 549 1 452 1 337 1 296 1 278 1 213 1 205
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 214 1 155 1 078 1 038 1 019 1 022 1 029 579 1 146
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 352 1 329 1 265 1 335 1 335 1 371 1 540 1 564 1 578
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une église catholique.
  • Une église protestante à clocher carré.
  • Le « mur aux cigognes », mur restant de deux maisons mitoyennes après la Seconde Guerre mondiale.
L'église protestante.
L'église catholique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Daniel Œhlert6 juillet 1765 à Ostheim - † 5 décembre 1814), général républicain
  • Olivier Suty (° 10 janvier 1970) : journaliste reporter d'images à la télévision locale de Biesheim TLB (2006-2007) ; chroniqueur d'art contemporain sur cette même chaîne, artiste lui-même inspiré du mouvement des nouveaux réalistes. Il a exposé lors du salon colmarien Recycl'art 2006.

Recycl'art est une exposition d'œuvres d'art réalisées à partir de matériaux de récupération ou de déchets recyclés. Cette manifestation a lieu tous les ans (fin septembre) à Colmar, au Koïfhus, en plein cœur de la vieille ville et du centre touristique.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :