Oscar (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oscar.

Oscar

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Réalisation Édouard Molinaro
Scénario Jean Halain
Édouard Molinaro
Louis de Funès
d'après la pièce de
Claude Magnier
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont International
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 1967
Durée 80 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Oscar est un film français réalisé par Édouard Molinaro, sorti en 1967.

Mettant en vedette Louis de Funès, le film raconte l'histoire d'un industriel (incarné par De Funès) qui découvre au cours d'une seule journée que sa fille est enceinte, qu'il a été volé par un employé et d'autres calamités se sont abattues dans sa maison et son entreprise.

Adaptation cinématographique de la pièce homonyme de Claude Magnier, qui rencontra un succès au début des années 1960 avec, déjà, de Funès dans le rôle principal, Oscar rencontre un énorme succès commercial, dès sa sortie, en octobre 1967, avec 6,1 millions d'entrées, se classant à la seconde place des films ayant fait le plus d'entrées cette année-là.

Résumé[modifier | modifier le code]

Christian Martin, modeste comptable dans une grande société présidée par le promoteur immobilier Bertrand Barnier surprend un matin son patron au saut du lit, afin de lui demander une substantielle augmentation. Martin est en effet sur le point de demander la main d’une jeune fille et n’ose se présenter devant le père de cette dernière avec un simple salaire d’employé.

Après quelques tergiversations, Barnier finit par céder, et accorde à Martin son augmentation. C'est alors que celui-ci lui annonce que la jeune fille qu'il compte épouser n'est autre que la fille de Barnier.

Devant le refus catégorique de ce dernier, Martin lui révèle qu’il a détourné plus de soixante millions d'anciens francs en falsifiant les écritures comptables de l’entreprise de son patron. Devant la menace de ce dernier de le dénoncer à la police, Martin fait valoir à Barnier les conséquences judiciaires de ses fraudes sur les déclarations fiscales de l'entreprise.

Cependant, après avoir également annoncé à Barnier qu'il était l'amant de sa fille, Martin propose de restituer la somme à cette dernière, si toutefois Barnier consent au mariage.

Pris au piège, ce dernier consent du bout des lèvres et demande à Martin de rapporter la valise contenant la somme convertie en bijoux pour s'assurer de sa bonne volonté. Il profite également de l'absence de Martin pour avoir une explication avec sa fille prénommée Colette, lui faisant comprendre qu'il n'est en fait pas disposé à son mariage. Colette doit improviser un stratagème sur les conseils de la bonne des Barnier, Bernadette, pour faire croire qu'elle attend un enfant de son amant. La réaction ne se fait pas attendre, et Barnier manque de faire une crise d'apoplexie.

Pas encore remis de ses émotions, une autre jeune femme se présente à lui et lui annonce qu’ amoureuse de Christian Martin, elle s'est fait passer pour la fille de Barnier. Ce dernier comprend alors que ce n'est pas avec sa fille que Martin souhaite se marier, mais avec cette jeune femme, prénommée Jacqueline. Comprenant également qu'il risque de perdre ses soixante millions de francs, il propose à celle-ci de se cacher à l'étage en attendant le retour de Martin.

Après avoir appris que Colette aime en réalité Oscar, le chauffeur que son père avait renvoyé quelque temps plus tôt, Barnier fait croire à Martin qu'il sera bientôt père, et lui fait signer un papier attestant qu'il est bien le père de l'enfant de sa fille. Ceci fait, il récupère la valise de bijoux des mains de Martin et lui fait rencontrer Jacqueline à l'étage. Apprenant que Jacqueline n'est pas la fille de Barnier, Martin comprend qu'il s'est fait rouler, ce qui provoque sa colère et la fuite de Jacqueline.

Dès lors, Barnier, qui a appris qu’Oscar s’était engagé dans une expédition polaire d’une durée de six ans à cause d’une « déception amoureuse », promet à Martin de lui rendre la valise de bijoux s’il épouse sa fille. Martin hésite, puis, apprenant que la fille de Barnier n’est pas réellement enceinte, il essaye de convaincre son patron de choisir un autre mari : son masseur un peu simplet, Philippe Dubois.

Pendant ce temps, la bonne des Barnier annonce sa démission et apprête une valise remplie de vêtements ; elle quitte la demeure pour aller épouser le baron Honoré de La Butinière, ancien prétendant de la fille Barnier. Mais alors qu’elle prend congé, elle se trompe de valise et échange la sienne avec celle renfermant les bijoux.

Alors qu'il tente tant bien que mal de convaincre son masseur d’épouser sa fille, Barnier constate l'erreur et s'empresse de téléphoner au Baron afin de récupérer la fameuse valise. Au même moment, son ancien chauffeur, Oscar, revient, ce qui provoque la soudaine colère de Philippe Dubois et la fuite du chauffeur.

Peu de temps après, Martin revenu chez lui lui demande de lui restituer la valise. Devant le refus logique de Barnier, il lui apprend alors qu'il a de nouveau détourné soixante millions de francs en profitant d’une feuille blanche dissimulée parmi des documents comptables qu'il lui a fait signer un peu plus tôt. Martin propose alors une transaction à Barnier,les bijoux contre ces nouveaux soixante millions.

L'échange est fait à la grande satisfaction de Barnier qui pense avoir redonné à Christian Martin la valise de Bernadette. Ce qu'il ignore, c'est que le chauffeur de la baronne est venu rapporter la valise de bijoux pendant que Barnier se changeait. C'est donc bien la valise de bijoux que celui-ci remet à Martin, et invente dans le même temps une adresse qu’il prétend être celle de Jacqueline. Martin s’y rend.

Après une série d’imbroglios, Barnier se retrouve une nouvelle fois avec la valise de Bernadette sur les bras alors qu'il tentait à nouveau de convaincre Philippe Dubois, venu s'excuser, d'épouse sa fille. Pour Barnier, la coupe est pleine et c'est après une mémorable crise de nerfs qu'il récupère enfin la valise remplie de bijoux des mains d'un Martin dépité. Celui-ci lui apprend que l’adresse que Barnier lui a donnée plus tôt est celle d’une maison de rendez-vous et qu'il n'a, du coup, plus aucun intérêt à garder l'argent. Pris de remords après avoir récupéré son bien, Barnier rétablit la vérité et permet à Christian Martin de retrouver Jacqueline, revenue entre temps chez Barnier.

Pendant que les deux jeunes gens se retrouvent, une dame prénommée Charlotte se présente au domicile des Barnier afin de remplacer Bernadette en tant que bonne. Lors de l'entretien avec Barnier, celle-ci lui avoue avoir été la bonne de la famille Barnier des années plus tôt.

Cette dernière a aussi une fille, née officiellement d’un père inconnu, également amoureuse d’un cadre nommé Christian Martin. Barnier se rend alors compte que la jeune femme en question n’est autre que Jacqueline, et apprend de la bouche de Charlotte que Jacqueline est sa propre fille. Sous le choc, Barnier met quelques minutes à s’en remettre, et se réconcilie définitivement avec Martin sous les yeux interloqués de son épouse, qui ne comprend rien à toute l'histoire.

Seulement, alors que tout le monde se congratule, Bernadette arrive discrètement, et sans mot dire afin de ne déranger personne, pensant s’être trompée de valise, elle l’échange avec une autre. Lorsque Barnier demande à Martin d’ouvrir la fameuse valise, croyant qu’il va en sortir les bijoux, il refait une crise d'apoplexie en voyant émerger de la valise noire le soutien-gorge de Bernadette. Tout le monde prend alors voitures et vélomoteur pour récupérer l’autre valise de bijoux dans une course-poursuite finale.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Adaptation d’une pièce de théâtre à succès de Claude Magnier, que Louis de Funès interpréta à quatre reprises : 1959, 1961, 1971 et 1972.
  • Les extérieurs de la maison présentée dans le film ont été tournés à la villa Stein à Vaucresson près de Paris, bien que les intérieurs soient purement décoratifs et sans rapport avec l’œuvre de Le Corbusier.
  • Lors de la crise d'apoplexie de Bertrand Barnier (joué par Louis de Funès), après la disparition de sa valise remplie d'argent, Germaine Barnier (jouée par Claude Gensac) téléphone à un docteur Poussin. Dans le film Jo, alors que son mari vient d'installer dans le salon une sculpture de son cru, Sylvie Brisebard (interprétée par Claude Gensac) s'empare du téléphone pour appeler un docteur Poussin.

Remake[modifier | modifier le code]

La pièce Oscar a aussi été portée à l’écran par John Landis en 1991 sous le titre français L'embrouille est dans le sac (Oscar). Les rôles de Louis de Funès, Claude Gensac et Claude Rich sont repris respectivement par Sylvester Stallone, Ornella Muti et Vincent Spano.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]