Oryx gazelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'oryx gazelle, ou gemsbok (Oryx gazella) est une espèce de bovidé souvent considéré comme une antilope, bien qu'il ne soit pas de la famille Antilopinae, mais de la famille Hippotraginae. On le trouve des dunes désertiques de la Namibie aux savanes arides du Kalahari. Le nom oryx gazelle vient de la beauté de son pelage ; il a de grands traits noirs sur ses flancs, ses pattes et sa tête claire, celle-ci paraissant maquillée. Il est très commun par rapport aux autre espèces d'oryx comme l'oryx algazelle, éteint à l'état sauvage.

Physiologie[modifier | modifier le code]

  • Longueur du corps : 1,60 à 1,90 m
  • Longueur de la queue : 45 à 90 cm
  • Hauteur au garrot : 1,10 à 1,25 m[1]
  • Poids adulte male : 170 à 240 kg (200 en moyenne)
  • Poids adulte femelle : 120 à 190 kg[2] (150 en moyenne)
  • Longueur des cornes : environ 85 cm
  • Maturité sexuelle : femelle : 1,5 à 2 ans ; mâle : 1,5 à 2 ans
  • Gestation : 9 à 10 mois
  • Nombre de jeunes / portée : 1
  • Nombre de portées / an : la femelle peut se reproduire toute l'année
  • Vitesse de pointe : 90 km/h
  • Longévité :
    • Libre : 15 ans
    • Captif : 24 ans
  • Cri: généralement silencieux, mais il peut émettre de puissants grognements d’alarme

La température interne de l'oryx gazelle peut atteindre 45 °C. Il a toutefois un système de thermorégulation lui permettant de garder sa température faciale à 38 °C s'il le faut. Au lieu de gaspiller l’eau de son corps en transpiration et halètements, il laisse sa température corporelle monter de quelques degrés au-dessus de la normale quand il fait très chaud. La nuit, il rejette la chaleur accumulée. Il est l'archétype même de l'animal qui s'est adapté au désert.

Sa résistance est essentiellement due à sa capacité à se passer d’eau pendant presque toute l’année. Pour un animal de cette taille, son métabolisme corporel est moins élevé que la normale, ce qui signifie que ses besoins en nourriture et en eau sont moindres. En outre, son comportement est orienté vers l’économie d’énergie et d’eau. Plutôt que de s’exposer en pleine chaleur, il s’allonge à l’ombre d’un arbre, ou, lorsqu’il ne trouve pas d’ombre, se place de façon à présenter le moins possible son corps au soleil. Il n’est actif qu’à la fraîcheur de la nuit, au petit matin ou en fin d’après midi.

Le dimorphisme sexuel s'exprime au niveau des cornes des oryx. Celles des mâles sont plus sabrées et plus écartées, alors que celles des femelles sont proches et droites.

Oryx gazelle mâle

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

Déserts, semi-déserts (zone de sable aride mais avec des arbres, des buissons, des plantes et de l'herbes), steppes, zones rocheuses, dunes de sables s’élevant jusqu'à 1 200 mètres d'altitudes.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Ruminant, herbivore, il se nourrit de divers graminées, des melons tsama, des tubercules et des racines car cela qui lui permet de compléter son apport en eau.

Comportement[modifier | modifier le code]

Ils sont assez craintifs et vivent en troupeau de 6 à 12 individus, parfois 30 ou 40. Les troupeaux ne sont constitués que de femelles et de leurs petits. Les jeunes mâles vivent à l'écart. Ces groupes sont nomades en fonction de l'évolution annuelle des ressources alimentaires. Seuls les mâles dominant sont peu ou prou sédentaires. Les recherches conduites au Kalahari, révèlent que l’oryx gemsbok est relativement sédentaire, occupant des domaines assez réduits, d’environ 50 km² pour les mâles et 1 000 km² pour les femelles. On reconnaît tout de suite l’oryx gazelle aux dessins blancs et noirs qui ornent sa tête. Les scientifiques pensent que ces dessins aident les animaux à communiquer. Ils n’auraient pas le même sens lorsque l’oryx marche ou court, lorsqu’il lève ou baisse la tête. Selon les circonstances, ils constitueraient un signal d’alarme ou de reconnaissance entre les membres du troupeau.

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Ses prédateurs sont les lions, et les hyènes, les lycaons, les léopards et les guépards s'attaquent aux jeunes. Pour se défendre, il abaisse ses cornes parallèlement au sol puis bondit en avant avec une grande précision. Il détient la réputation d'être la seule antilope capable de tuer les lions et des léopards, en effet plusieurs de ces félins ont été retrouvés morts après s'être faits encorner par les cornes de l'oryx. Mais généralement, il préfère prendre la fuite, pouvant courir très rapidement.

Statut[modifier | modifier le code]

Sa population est stable, elle est de 373.000 individus d'après la Liste Rouge de l'IUCN[3]. L’oryx gemsbok n’a survécu que grâce aux réserves protégées, notamment celles du désert de Namib et dans le Kalahari en autres. Chassé à outrance, l’espèce a bien failli disparaître.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :