Oryx algazelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Oryx algazelle (Oryx dammah), parfois appelé Oryx de Libye, Oryx blanc, Oryx à cou roux ou Oryx à cornes en forme de cimeterre, vivait dans les steppes et les semi-déserts du centre du Niger, du Tchad et du sud de la Libye, le Sahara. Les dernières populations sauvages s'y sont éteintes dans les années 1970-1980. La survie de l'espèce repose aujourd'hui sur les populations captives, des projets de réintroduction sont en cours depuis le début des années 2000, dans les réserves du Maroc, du Sénégal et de Tunisie.

Description[modifier | modifier le code]

 v · d · m  Caractéristiques
masse 150
100
200
130
kg
longueur 180
160
200
180
cm
hauteur 120
110
130
120
cm
queue 60 cm
cornes 100-125 cm
queue 60 cm
robe blanc
cou fauve
 
gestat. 270 jours
petits 1 / an
sevrage 3.5 mois
mat.sex. ans

L'Oryx algazelle mesure environ un mètre vingt à l'épaule et pèse autour de 150 kilogrammes[1]. Son pelage court est blanc avec une poitrine et le bout de queue de couleur fauve et des marques noires sur le front et sur le dessus du museau. Ses cornes sont longues, fines, parallèles et incurvées vers l'arrière et peuvent atteindre 1 à 1,25 mètre chez les deux sexes.

Comportement[modifier | modifier le code]

L'oryx algazelle se nourrit de feuilles, d'herbes et de fruits, qu'il trouve dans les savanes, les steppes et les semi-déserts, cette oryx ne pénètre jamais dans le vrai désert[2], contrairement à l'addax et au gemsbok. Les oryx se regroupent en hardes mixtes pouvant atteindre 70 têtes. Autrefois, les oryx algazelles pouvaient se regrouper en troupeaux de plusieurs milliers d'individus pour les migrations, mais désormais il n'y a plus suffisamment d'oryx pour cela. Historiquement, en période de sécheresse, les oryx algazelle migrent très loin à la recherche de pâturages verts et d'eau, bien qu'ils puissent survivre sans eau pendant plusieurs semaines, ses reins prévenant la perte d'eau en urine. Il peut aussi élever la température de son corps pour éviter de transpirer.

Après une gestation de 270 jours, la femelle met bas à un seul petit.

En cas de danger, ils peuvent courir très rapidement, 65 km/h en moyenne et jusqu'à 90 km/h en pointe. Ils peuvent aussi courir à 30 km/h pendant une demi-heure sans problèmes. Leurs cornes sont également un bon moyen de défense contre les prédateurs.

Cette espèce est sensible à une humidité trop importante et aux grands froids en climats tempérés, ce qui pose des problèmes dans les zoos du Nord de l'Europe et de l'Amérique, par exemple au Zoo de Londres. Pendant la période hivernale, certains oryx sont sujets à plusieurs maladies.

Une espèce en voie de disparition[modifier | modifier le code]

Les oryx algazelles de Libye, chassés à outrance pour leurs cornes, leurs viandes et leurs peaux, ils n'existent plus dans la nature. Autrefois, ils occupaient toutes les savanes arides et les semis-déserts du Sahara jusqu'en Égypte. Depuis l'année 2000, cette espèce est officiellement éteinte dans la nature[3] d'après la Liste Rouge de l'IUCN.

Des projets et/ou actions de réintroduction sont toutefois en cours dans des parcs nationaux du Maroc, comme le Parc National de Souss-Massa et aussi en Tunisie, à l'image de ce qui s'est fait avec l'Oryx d'Arabie au Proche-Orient.

Il est étonnant de savoir que cette espèce est au bord de l'extinction à l'heure actuelle, alors qu'elle avait été domestiquée chez les anciens égyptiens. Elle s'élève facilement en captivité, y compris dans les zoos européens (à l'heure actuelle, les zoos rassemblent près d'un millier de têtes, dont la moitié en Europe).

Noms[modifier | modifier le code]

Le nom d'algazelle vient de l'arabe al-ğazāl (l'antilope). Cimeterre est un emprunt au persan shamshīr (épée).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]