Orthorexie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une alimentation saine se caractérise par la consommation de produits frais, naturels, et le refus d'aliments raffinés, industriels ou transformés.

L’orthorexie (du grec orthos, « correct », et orexis, « appétit »), ou orthorexie nerveuse[1], est un ensemble de pratiques alimentaires caractérisé par une fixation excessive sur l’ingestion d’une nourriture saine et le rejet systématique d'autres aliments perçus comme néfastes.

Ce terme a été introduit en 1997 par le Dr Steven Bratman qui propose de considérer cette pratique comme un trouble des conduites alimentaires similaire à d'autres troubles de l'alimentation tels que l'anorexie mentale[2]. Il affirme que, dans de rares cas, ce comportement peut se transformer en une fixation si extrême qu'elle peut conduire à une malnutrition ou un isolement social. En 2009, Ursula Philpot, présidente de l'Association diététique britannique et maître de conférences à l'Université métropolitaine de Leeds, décrit les personnes sujettes à l'orthorexie nerveuse comme étant « uniquement soucieuse de la qualité des aliments qu'ils mettent dans leur corps, de raffiner et de restreindre leur alimentation en fonction de leur avis personnel sur les aliments qui sont vraiment « purs » ». Cela diffère complètement de l'anorexie mentale et de la boulimie qui se concentrent sur la quantité des aliments consommés.

Définition[modifier | modifier le code]

Selon Bratman, l’orthorexie concerne l’attitude vis-à-vis du choix de la nourriture ingérée[2]. La personne orthorexique pousse à l'extrême l'idée d'une saine alimentation en planifiant longuement cette dernière pour réduire sa consommation de matières grasses, sel, sucre, produits chimiques ou toute autre substance qu'elle considère nuisible à sa santé[2]. Elle suit des règles alimentaires de plus en plus contraignantes qui peuvent éventuellement, notamment, conduire à un isolement social par l'incapacité d'effectuer une activité de sustentation dans un cadre non-contrôlé[1]. La tolérance-zéro du point de vue alimentaire peut, dans les cas extrêmes, affecter chacun des actes et susciter une perte de l’appétit de vivre.

D’après Patrick Denoux, maître de conférences en Psychologie interculturelle à l’université de Toulouse-Le Mirail, il y a une spirale du risque imaginé. La réduction de ce risque par le contrôle accroît la peur du risque[3].

Le psychiatre français M. Apfeldorfer compare l'orthorexie à une religion[4], alors qu'il détient une activité commerciale d’amaigrissement en ligne qui s'oppose à toute forme de restriction alimentaire[5].

Psychologie[modifier | modifier le code]

Les manuels médicaux qui ne reconnaissent pas l'orthorexie nerveuse sont l'ICD-10[6], le DSM-IV[7], et le DSM-5[8].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Bratman a créé un test pour diagnostiquer l’orthorexie, en répondant « oui » à 4 ou 5 aux dix questions concernant ses pratiques et ses habitudes alimentaires ; la personne interrogée devrait avoir une attitude plus détendue. Répondant « oui » à toutes les questions, celle-ci montrerait qu'elle est complètement obsédée par le fait de manger sain[1]. Cependant Une maladie ne se diagnostique pas sur un simple test subjectif, ce test n'a donc pas une valeur médicale.

Évolution[modifier | modifier le code]

L'orthorexie évoluée implique un risque vital, notamment par les hyponatrémies, acidoses métaboliques et pancytopénies qu'elle occasionne[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « L’orthorexie nerveuse – quand manger trop sain devient malsain », Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC),‎ mars 2004
  2. a, b et c « L’orthorexie, ou l’obsession du « manger sain » », sur http://sante-az.aufeminin.com, Santé AZ,‎ 18 novembre 2005
  3. Patrick Denoux, « Nouvelles obsessions alimentaires : "L’orthorexie, une névrose culturelle ?" (publication originale) », sur http://www.agrobiosciences.org,‎ 14 décembre 2004
  4. Manger trop sain n’est pas sain par le Dr Gérard Apfeldorfer
  5. Les pourfendeurs des régimes défendent leur bout de gras
  6. « ICD10 Codes », Psychiatr Online (consulté le 16 octobre 2010)
  7. « APA Diagnostic Classification », BehaveNet (consulté le 16 octobre 2010)
  8. « Disorders Usually First Diagnosed in Infancy, Childhood, or Adolescence », American Psychiatric Association (consulté le 16 octobre 2010)
  9. (en) Park SW, Kim JY, Go GJ, Jeon ES, Pyo HJ, Kwon YJ, « Orthorexia nervosa with hyponatremia, subcutaneous emphysema, pneumomediastimum, pneumothorax, and pancytopenia », Electrolyte Blood Press, vol. 9, no 1,‎ 2011, p. 32-7. (PMID 21998605, PMCID PMC3186895, DOI 10.5049/EBP.2011.9.1.32, lire en ligne [html]) modifier

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]