Orthoptie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orthoptie
Image illustrative de l'article Orthoptie

Appellation Orthoptiste
Secteur d'activité Paramédical
Compétences requises Adaptabilité, précision, patience
Niveau de formation Certificat de capacité d’orthoptiste
Obtenu en 3 ans dans les facultés de Médecine.
Salaire Drapeau : France : entre 1 300 et 3 000 €
Code ROME (France) J1407

L'orthoptie a pour vocation le dépistage, la rééducation, la réadaptation et l'exploration fonctionnelle des troubles de la vision. L'orthoptiste s'intéresse par exemple aux strabismes, aux paralysies oculomotrices, aux amblyopies, à la rééducation des troubles de la vision binoculaire et fonctionnelle, à la rééducation des dyspraxies visuo-spatiales, aux basses visions et aux troubles perceptifs visuels. L'orthoptiste travaille en collaboration très étroite avec les ophtalmologistes et les opticiens (les « trois O » : ophtalmologistes, orthoptistes et opticiens). Cependant, dans des cas plus complexes il travaille aussi en collaboration avec des psychomotriciens, des ergothérapeutes, des neurologues, des orthophonistes…

Cadre de travail[modifier | modifier le code]

Les orthoptistes exercent à titre indépendant ou salarié dans différentes structures :

  • dans un cabinet en ville et éventuellement à domicile ;
  • dans les établissements de soins ou d'éducation spécialisée ;
  • dans les centres médico-psychologiques ;
  • dans les hôpitaux et cliniques ;
  • dans les cabinets des ophtalmologistes ;
  • dans les conseils généraux, écoles, etc.

En France, les examens et les soins orthoptiques doivent être prescrits par un médecin généraliste ou spécialiste. Ils sont remboursés par les caisses d'assurance maladie.

Champs d'intervention[modifier | modifier le code]

L'orthoptiste (sur prescription médicale uniquement) va, dans un premier temps, vérifier si les muscles des yeux font bien leur travail, si les deux yeux arrivent à fonctionner en même temps et si les mouvements, demandant une attention visuelle quelconque, sont bien exécutés. Puis, en fonction du bilan, il va mettre en place des « plans » (rééducation, prismation, secteur, occlusion,...) pour tenter d'améliorer voire de supprimer ce dysfonctionnement. En ce qui concerne les pathologies ophtalmologiques en elles-mêmes, l'orthoptiste peut, en fonction du bilan et des plaintes du patient (mais aussi, sur simple demande médicale), réaliser des examens complémentaires permettant de mieux comprendre la pathologie (OCT (en), champ visuel, topographie cornéenne, angiographie rétinienne, rétinographieetc.)[réf. souhaitée] et ainsi permettre aux médecins prescripteurs de poser un diagnostic et de proposer un traitement (s'il en existe).

L'intervention s'articule toujours en deux temps : une phase d'évaluation (bilan prescrit par un médecin), puis une phase de rééducation (traitement proprement dit).

Plus récemment, le décret de compétences de 2007[1], fixant la liste des actes réalisables par les orthoptistes, a élargi le nombre d'examens complémentaires pouvant être réalisés et a autorisé les orthoptistes à effectuer quasiment toutes les techniques d'imagerie et examens de l'œil tels que l'examen du champ visuel, la rétinophotographie non mydriatique (RNM), l'électrophysiologie oculaire, la pachymétrie sans contact, la tonométrie sans contact, la tomographie par cohérence optique (OCT), la topographie cornéenne, l'angiographie rétinienne (à l'exception de l'injection qui doit être effectuée par un professionnel de santé habilité), la biométrie oculaire préopératoire, la pose de lentilles, à déterminer l'acuité visuelle et la réfraction, le tout sous la responsabilité d'un médecin ophtalmologiste.

Cependant, la prescription d'une correction quelle qu'elle soit, lunettes ou lentilles, n'est pas autorisée aux orthoptistes.

Avenir de la profession en France[modifier | modifier le code]

En décembre 2012, Marisol Touraine, ministre de la Santé, en dévoilant son pacte Territoire-Santé envisage une accélération de la délégation de tâches aux orthoptistes en déclarant dans son 8e engagement : « L'accélération des transferts de compétences est importante. Tout le monde dit qu'il y a plusieurs mois d'attente pour un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, le transfert de certains actes vers les orthoptistes par exemple, permettront de diminuer ces temps d'attente insupportables pour les patients[2]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret de compétence des orthoptistes - http://www.orthoptie.net/pro/nouveaudecret.htm
  2. Discours de Marisol Touraine à Scorbé le 13 décembre 2012 - http://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/discours,2333/lancement-du-pacte-territoire,15465.html

Liens externes[modifier | modifier le code]